top school rpg
top all rpg
revelation top site
communaute des admins forum

Partagez | 
 

 Le visage est un mensonge. PV Eléo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité

avatar
profil

MessageSujet: Le visage est un mensonge. PV Eléo   Sam 2 Fév - 22:20
Ca fait bien une quinzaine de minutes que je marche. J'ai froid, je boite à cause d'une épine que je me suis plantée dans le pied et à cause de la marche. J'aime pas dormir quand le soleil s'est levé. Enfin plutôt, j'y arrive pas. Alors autant sortir, plutôt que de rester confinée dans un dortoir. J'ai juste enfilé un sweat et des baskets et suis sortie. Sans mon carnet a dessin, sans rien. Un voile de brume blanche sort de ma bouche lorsque je respire, et le givre craque sous mes pas. Je suis seule, et ne sens pas la présence de Noct'. Pourtant je sais qu'il est là, quelque part. Et que dès que j'aurais besoin de lui il surgira. Alors, je ne me fais pas de soucis. Je ne m'en suis jamais fait de toute façon. J'ai toujours foncé tête baissée sans réfléchir à l'incidence de mes actes. C'est ça la vie. C'est un jeu. Ca marche, ça marche pas, ça c'est ce qui se passe après. Lorsque les dès sont jetés, il suffit d'avancer. On ne passe pas son tour, on ne s'arrête pas en plein milieu. La vie est un jeu, certes, mais un jeu mortel. Alors j'avance, je lance mes dès, fais mes paris, je joue et jouit du monde et ses plaisirs, pour m'écraser avec délectation sur les récifs de ce vaste océan. Ma vie est une éternelle souffrance, mais pourtant je préfère ça que mourir. Au fond nous sommes tous de grands masochistes. Sauf les suicidaires. Eux, ce sont des lâches. Incapables de regarder le monde en face. Se voiler les yeux derrière un perpétuel malheur, alors qu'il suffit de vouloir être heureux. Non. Le vrai courage est de se relever et d'ouvrir les paupière pour laisser passer les rayons solaires, la vraie bravoure est de continuer d'avancer après une longue chute. Et ceux qui n'ont jamais chu sont des figurants dans l'histoire, les pions de l'échiquier. Si ils le voulaient ils pourraient avoir une place de choix, le roi, la reine. Mais si ils le désirent, qu'ils restent comme ça. Qu'ils baissent le regard devant ceux qui survivent. J'arrive à la rivière. j'ai toujours aussi froid, et mes mains deviennent blanches. Mes cicatrices ressortent encore plus, ainsi que les veines azurées. Ces veines qui ont tant coulé. Qui ont étés percées. Oui, je fais partie de ces suicidaires perdus, de ces désespérés. Pourtant.. Je me suis levée ! Et.. Je suis là à vous dire ça. Donc.. Je ne me suis jamais perdue. Ou alors j'ère encore, me croyant retrouvée. Je regarde la rivière couler, forte et claire. L'eau a l'air si pure, mais il ne faut pas se fier aux apparences. Un valeureux père de famille peut battre sa fille, une innocente pomme peut-être véreuse, un simple thé peut être empoisonné, alors l'eau à l'apparence vierge va sans doute me geler. Ne pouvant me résoudre à me baigner, je regarde mon reflet. Ma peau d'albâtre et mon visage blanc, mes yeux d'onyx, ces deux pierres noires qui fixent et des regards tout aussi sombres. Ils peuvent aussi s'harmoniser avec un craquant sourire, ou pleurer, faire couler les larmes, impitoyables, comme l'eau de la rivière. J'accompagne de ces pensées ces mimiques quotidiennes que je n'ai aucun mal à reproduire. La joie, l'amour, le bonheur. Alors qu'au fond, tout est vide. Je n'ai aucun sentiments pour ces garçons que j'embrasse, aucune pitié pour les gens que j'aide. Je n'ai aucun bonheur à observer le soleil, et malgré ce que je crois, je n'ai pas froid. Je ne suis pas triste. Oh, je suis parfaitement heureuse à l'internat. mais on efface pas le passé. Et je n'ai jamais essayé de l'oublier. Je n'ai jamais pensé une seule seconde à tout gommer. J'aime détruire. Mais je laisse des trace, je brise comme on m'a brisée. C'est une vengeance. Il est facile, de vous demander de réparer. Alors, faîtes le ! Ramassez un par un les morceaux que j'ai éparpillé ! C'est difficile ? Alors imaginez, imaginez les années passées à brûler. Je suis un miroir, et je montre ce que vous voulez voir. Les gens qui me connaîtront verront le mal, la haine, la tristesse en moi. Et aussi cette satisfaction jouissive à me détruire, vous détruire, les détruire. J'ai besoin de braver les interdits. C'est pour ça que je fume, je bois, je baise, je casse, je crie, je hurle. C'est cette lueur dans mes yeux qui reflète ma réalité. Votre idéal n'est que sur mon visage. Mais on efface pas le passé. Comme je n'ai jamais gommé un dessin sur le papier, même raté. On vient. Des pas las sur le gel d'hiver.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
profil

MessageSujet: Re: Le visage est un mensonge. PV Eléo   Dim 3 Fév - 22:49
Qu'est vraiment le vent ?
Cette question résonna en elle, et tant qu'elle n'aura pas trouvé une réponse qui lui convienne, elle se la répétera en boucle.
Qu'est vraiment le vent ?
La réponse scientifique serait sans doute que ce sont des courants d'air chaud et d'air froid. Mais qui se satisferait de cette banale réponse ?
Les cheveux agités en tous sens dans son dos sous l'impulsion d'une brise audacieuse, retenus en arrière par un bandana d'un bleu assortit à ses yeux, perdus dans le vide, déconnectés de la réalité. Assise sur ses fesses, les jambes repliées vers elle, la tête posé dessus, ses iris sont rivés vers un point lointain. Le rocher sur lequel elle siégeait surplombait du vide; et plus bas, s'agitant paresseusement dans son lit, une rivière parcourait le paysage. Seul le glougloutement sourd de l'eau se faisait entendre par dessus le hurlement du vent. Celui ci s'infiltrait dans ses vêtements, et elle frissonna, tandis qu'un nuage blanc apparaissait et disparaissait au rythme de sa respiration.
Elle eut la réponse.
Le vent, c'est cet ami de toujours. Ou que tu aille, à moins d'être enfermée, il te suit. Il te murmure à l'oreille ce que tu veux entendre, il te rapporte ce qui est dit. Il t'entoure, te protège. Il s'impose à toi et te rappelle que tu n'es jamais vraiment seule.
Elle tira immédiatement un conclusion de cette réponse.
Le vent est un menteur. Il te dit que tu n'es pas seule, mis il y a seulement lui. Et le problème de lui c'est que, de la même manière qu'il te rapporte ce qu'il entend, il dévoilera forcément à autrui ce que tu lui dis.

Avec un air de défi, la centaur se leva. Perchée au dessus du vide, poussée dans tous les sens.
Vas y, précipite moi dans le vide si tu oses.
La pression s'accentua et elle dut redoubler d'efforts pour ne pas tomber. Comme si l'élément avait réellement lu dans ses pensées. Assez flippant, comme idée. Elle frissonna, autant de froid que d'une espèce de peur. Le fait qu'on puisse pénétrer ses pensées, que quelque chose de non vivant le puisse... La révulsait. Oui elle a des choses à cacher, et elle assume.
Elle leva la tête vers le ciel et écarta les bras.
- Fais tu partie de ces choses qui décident de la vie ou de la mort d'une personne ? Quelqu'un qui t'eut fais confiance ?
Cette fois ci, elle s'est exprimée à haute voix, hurlant presque pour s'entendre elle même tandis que les ondes sonores étaient dispersées d'une violente manière.
Répond moi...
Et tout à coup, tout redevint calme. Les arbres voisins cessèrent d'agiter leurs feuillages. La jeune fille écarquilla les yeux.
Il m'a.... écouté ?
Elle s'asseya en croisant le jambes. Le hasard fait bien les choses, non ?
Bien sûr que non. Mais là, on va dire que oui. Parce que les courants d'airs n'obéissent pas aux hommes. Sauf dans un rêve. Était elle en train de rêver ? Peut être, mais peut être pas. Allez savoir.
Elle lâcha un long soupir, avant de se relever et de frotter l'arrière de son pantalon, tandis que sa queue sembla... S'ébrouer ?
Elle redescendit sa pile de rochers, modeste trône de pierre. Arrivé au pied, elle pris forme équine et parcouru la berge au petit trot quelques minutes juste histoire de se dégourdir les membres. Le froid n'arrivait pas à percer son poil d'hiver et elle s'en félicita.
Progressivement, elle ralentit son allure. Au loin, elle crut distinguer une forme humaine. Un centième de seconde plus tard, l'adolescente avait remplacée le cheval, et elle s'approcha progressivement de la personne. Avant de frôler de se ramasser lamentablement sur le sol glacé. Ses pas se firent encore plus prudents.
Elle s'arrête à quelques mètres de l'humaine à queue et oreille de louve. Animalik.[/justify]


[Court. Pitoyable. Comme moi, suis assortie à mon RP, classe hein ? 8D /PAN/ Sorry pour les fautes :S]


[EDIT : Je viens de me relire.... GO SUICIDE]


Dernière édition par Eleonore Kayashi le Mer 6 Fév - 8:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
profil

MessageSujet: Re: Le visage est un mensonge. PV Eléo   Lun 4 Fév - 21:55
C'est quoi le vent ? Le vent. C'est une personne, loin dans l'espace, qui souffle, souffle toujours plus fort pour faire s'envoler les pétales des fleurs de cerisier. Sauf si on se dirige vers la science. La science à brisé beaucoup de rêves. Des rêves enfantins, innocents. Vous voyez, il se trouve que le coeur est un simple organe, qui recharge le sang en oxygène, histoire qu'on vive. Pas quelque chose qui bat lorsque l'on est prêt de la personne qu'on aime, ou qui fait mal quand on a envie de pleurer. Non, tout est une histoire de pression du sang, de tension, et d'un tas de vocabulaire incompréhensible. Je n'ai pas eu de rêves, lorsque j'étais enfant. En fait, je n'ai pas été enfant. Ou alors, pendant une très courte période. Je refuse d'y penser. Mais pourtant... Je ne veux pas oublier. Et même si je souffre à chaque fois que je vois ces cicatrices: brûlures, coupures, tous ces trucs en -ure qui font mal et rappellent les anciennes souffrance, je ne veux pas oublier. Jamais. Ce serait une autre Ever, une Ever sans histoire. Une Ever sans vie, sans soucis. Le vent, glacial, secoue mes longs cheveux. Ils semble énervé, comme si on l'irritait. Ah, mais j'oubliais. Le vent ne s'énerve pas. C'est une histoire de courants ascendants, descendants, chauds froids. Il s'arrête. D'un coup. Et ça, c'est quoi ? Un fait scientifique ? Expliquez moi, comment la science peut expliquer une chose aussi puissante que le vent ? Moi, je ne veux pas savoir. Pas ce qui me dépasse. Je ne cherche pas à comprendre ce qui est incompréhensible. Comme je ne veux pas voir ce qui est invisible. Tout en pensant, j'ai laissé la jeune fille approcher. Une queue et des oreilles d'équidés. Animalik. Autant faire la conversation. Me retournant, et laissant voir mon visage: un masque blanc encadré de longs cheveux noirs, je lui lance un regard percent, mais pas hostile. A quoi bon ? A près tout, elle ne me dérangeait pas.

"-Salut. Moi c'est Ever. Je t'ai jamais vu dans l'internat"



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
profil

MessageSujet: Re: Le visage est un mensonge. PV Eléo   Mar 5 Fév - 22:31
Les yeux des deux filles se rencontrèrent. Dans ceux de l'autre, une certaine passivité, neutralité. Difficile à décrire. Un peu comme un tempête d'émotions, mais silencieuse. Qui ne submerge pas, mais se contente d'être. Eleonore ne se noya pas dans ces yeux sombres. Elle flotta paisiblement à la surface.
Que pouvait bien voir Ever, cette wolve dont la centaur ne connaissait rien, dans les siens ? Y voyait elle son sentiment d'emprisonnement, dans ce système trop humain à son goût, dans lequel ça partie jument se sens terriblement opprimée ? Là où une horde galopait, désormais se dressent usines, routes. Là où l'air était pur partout, nuages de fumée désormais. Seules les montagnes ont été préservées. Mais ce n'est pas un endroit pour un équidé de cette sorte. Les plaines, donc, les villes. On lui balance quelqu'un sur le dos, il doit lui obéir. Ah, qu'est donc devenu ce fier animal, défiant à la course les éléments eux même ?
Mais si cet océan bleu trahissait douleur, souffrance, et solitude ? Alors autant les fermer. Il n'y a aucune utilité à salir le bonheur de autres. Et si désormais, ses pensées pouvaient être lues comme dans un livre ouvert ? Non non, ne pas songer à son passé. À ces heures douloureuses qu'on préfère oublier. Cette seconde où un cœur s'est brisé, et une vie effondrée. La mort n'est pas une chose horrible. C'est une fatalité. Son retentissement aux alentours de la personne concernée, ça, oui. L'attachement autre que pour la reproduction de son espèce, est une réaction typiquement humaine. Problème humain donc.
Battement de cils. Non. Il n'y a rien à lire dans ce bleu. Seule la couverture du livre est visible. Le reste est enfouit quelque part en dessous. Une couverture de vide. Sans indice sur le contenu. Une couverture bleu, un livre qui n'a que faire de l'océan.

La voix hésita. Qu'elle réponse est la plus appropriée ? La vrai. Celle qui ne cache rien, qui n'a rien à cacher. La vérité.

- Je me prénomme Eleonore. J'ai pour seule réponse à te donner que tu dois élargir ton champs de vision.

Le son ne fut plus qu'un souffle, qui se mêla a une brise, timide tentative de réapparition du vent.

- J'ai toujours été là où on oublie si facilement de regarder...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
profil

MessageSujet: Re: Le visage est un mensonge. PV Eléo   Mar 5 Fév - 23:15
Des yeux bleus. Des yeux qui ont pleuré. Oh, tant pleuré. J'ai souffert. Et je sais par dessus tout que la souffrance laisse des traces. Et que les cacher derrière un masque de fierté ou d'impassibilité ne sert à rien. Bien sur, le moral est attaqué. Mais le physique aussi. Je repense au cicatrices, indélébiles, qui parcourent mes avants bras. Ou encore les brûlures sur mon ventre, qu'on m'a infligées. Je me demande ce qu'elle a eu. A t-elle souffert à cause de la maladie ? La mort ? La mort. C'est pas horrible. Et si ça détruit, il faut avouer que sans elle la vie ne serait pas possible. Tous ces gens qui souhaitent être immortels... Comme je les plains... Nous naissons, vivons, mourrons. C'est tout. On ne ressuscite pas. Et si on ne vit pas, on survit. Telle est la chose. Et ça n'est pas aussi profond que ça en a l'air.
"- Je me prénomme Eleonore. J'ai pour seule réponse à te donner que tu dois élargir ton champs de vision."
Hum. Elle a le sens de l'humour en plus. Elle ajoute, tout bas:
"-J'ai toujours été là où on oublie si facilement de regarder..."
Humpf. Ca c'est ben parce qu'elle le veut. Etre vue par les autres m'indiffère. M'exposer aux regards ne me dérange pas. Je ne suis pas pudique, je n'ai honte ni de mon corps ni de mon caractère. Je ne me cacherais pas, je ne me planquerais pas. On est tous différents, et assumons-le bordel ! Les gens sont pas des miroirs. Ni des copies conformes. Je suis ce que je suis, et autant le supporter. De toute façon, on change pas. Même si on le veut.
"-Je pense qu'on ne te voit pas parce que tu ne veux pas être vue. Et je ne regarde que ce qui est susceptible d'être regardé. Alors, tes magnifiques yeux bleus en valent la peine. Explique moi, pourquoi je n'ai pas encore eu l'occasion de les voir ?"
J'ai dit ça d'une voix douce, sans vouloir la brusquer. Je ne vois pas l'intérêt. Pas aujourd'hui, pas cette fois.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
profil

MessageSujet: Re: Le visage est un mensonge. PV Eléo   Mer 6 Fév - 15:33
-Je pense qu'on ne te voit pas parce que tu ne veux pas être vue. Et je ne regarde que ce qui est susceptible d'être regardé. Alors, tes magnifiques yeux bleus en valent la peine. Explique moi, pourquoi je n'ai pas encore eu l'occasion de les voir ?

Pas de rire, pas de sourire, pas de larmes, pas de rictus. Son visage sembla juste s'assombrir, et il lui sembla que la température chuta aussi bas que son moral. Elle ne répondit pas de suite. Elle se tourna vers les méandres de l'eau, et ses yeux parurent devenir vides, effacés. Comme si derrière, il n'y avait plus rien pour les colorer. Son esprit s'évada, et durant un instant, elle ne songea à rien. Elle se contenta de sentir, sentir l'odeur de l'herbe mouillé, sentir l'air froid lui picoter la peau, sentir un arrière goût de dentifrice à la menthe dans la bouche. Entendre l'eau couler, les branches des arbres s'agiter, son propre pouls lent et régulier. Voir sans voir ses cheveux désordonnés qui s'agitent sous la force retrouvée du vent, les remous de la rivière, le ciel, les arbres. Une certaine nostalgie l'envahie. Nostalgie ? De quoi donc ? De rien. Plutôt un immense sentiment de vide qu'on sait qu'il fut un temps où il était comblé.
Mais on ne peux rien y faire. Quelques secondes pour être vidé, une vie entière pour remplir. Remplir quoi ? Son âme de faux sentiments, d'illusions, un voile de mensonge derrière lequel elle pourrait cacher toute la vérité ?
Non. Elle n'a rien a cacher, et ne cache rien. Seulement, le fait d'être elle même le fait à sa place.

Une voix douce s'éleva. Ni une question, ni une exclamation. Une simple constatation mêler à un soupçon de rancoeur.

- Je ne me cache de personne. Je n'aime juste pas mentir, et la vérité à toujours tenue les gens loin de moi... Je crois. Je ne me cacherais pas derrière des faux semblants pour leur paraître agréable. Je suis ce que je suis. Que ceux que ça embêtent restent loin de moi. Je suis mon chemin, et celui ci ne croisent pas ceux de beaucoup d'autres. Je pense que c'est mieux ainsi.

Je ne veux personne... J'ai toujours été seule, je le resterais. La solitude n'est pas à fuir. Elle m'a accepté en son sein, et à présent, je suis libre... Personne pour restreindre mes actes et mes gestes...

Personne sur qui compter non plus. Mais compter sur elle lui suffit. Pas de comptes à rendre. Et en vérité, partout où elle va, son pouvoir lui permet de ne jamais être vraiment seule. Peut être même que c'est pour ça qu'elle ne souffre pas de cette absence. Car elle n'est pas vraiment seule. Des centaines de petites voix chuchotent en permanence dans sa tête. Une musique de fond qui enveloppe ses sentiments dans un doux coton protecteur. Elle n'est pas seule, ne l'a jamais été, et ne le sera jamais. Jusqu'au moment où elle s'éteindra.

Je ne suis pas seule.

La couleur de ses iris reprirent couleurs. Elle tourna juste la tête, planta de nouveau son regard dans celui de la mi-louve.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
profil

MessageSujet: Re: Le visage est un mensonge. PV Eléo   Mer 13 Fév - 15:19
Sans réponse. Silencieuse. Sans un sourire, un rire, ou mêe un pleur. pas de réaction. Elle a tourné la tête et a regardé l'eau, l'eau qui clapotait gaiement, envoyant des gouttes aux reflets d'argent sur les galets gris. Gris. Tout était si gris. Ses yeux d'un bleu éclatant avaient perdu leur couleur, comme si on avait passé la scène en noir et blanc. Le vent souffle. Et comme si le monde avait décidé d'arrêter de tourner, les bruits se stoppent. Plus d'oiseaux, plus de vent. Plus d'eau sur les galets. Juste elle et moi. Deux silencieuses. Pourtant, le vent agite bien ses cheveux. Tout reprend. C'est comme si pendant un instant j'avais cessé de ressentir.
"-- Je ne me cache de personne. Je n'aime juste pas mentir, et la vérité à toujours tenue les gens loin de moi... Je crois. Je ne me cacherais pas derrière des faux semblants pour leur paraître agréable. Je suis ce que je suis. Que ceux que ça embêtent restent loin de moi. Je suis mon chemin, et celui ci ne croisent pas ceux de beaucoup d'autres. Je pense que c'est mieux ainsi.
-Il y a certaines vérités à ne pas dire. Et si tu ne veux pas menti, contente toi de faire semblant de sourire. Les cons insisteront, et les autres comprendront."

C'est ce que je fais. Un faible sourire, indiquant que je ne veux pas en parler. Un simple rictus, même forcé, qui me sauve d'une demie heure de "Oh ma pauvre ça devait être vraiment horrible". Naaaan, tu crois ? A ton avis, c'était fun de se faire battre et violer par son propre père ? Vus pouvez garder votre compassion. Moi je veux que les choses bouge. Et surtout qu'on arrête de me prendre en pitié. Je me suis vengée. Et tout ce que je répondrais à vos stupides "Ma pauvre..." ce sera "Je t'emmerde.". Ca peut paraître con. Et ça l'est. Mais je déteste la pitié.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
profil

MessageSujet: Re: Le visage est un mensonge. PV Eléo   Jeu 14 Fév - 22:23
-Il y a certaines vérités à ne pas dire. Et si tu ne veux pas menti, contente toi de faire semblant de sourire. Les cons insisteront, et les autres comprendront."

Son corps se figea, son regard se fit plus dur. Elle était à la limite de cracher dur cette réponse. Un goût amer lui envahit la bouche. Ce coup si, pas d'absence de réaction. Au contraire. Dégoût, colère, rancune peut être, elle les laissait transparaître.

- Me contenter de faire semblant ? Les autres comprendront ? Mais je les emmerde les autres. Je suis ce que je suis, si ça ne plaît pas à certains, qu'ils aillent se faire foutre. Comprendre... comprendre quoi ? Ce ne serait pas de la compréhension, mais de la pitié, envers moi, cette chose solitaire, abandonnée, sans rien ni personne. Je n'ai ni besoin de leurs beaux sentiments, ni de leur pitié, ni de leur compréhension, ni de quelqu'un. J'ai besoin de pouvoir être moi même sans contraintes. J'ai besoin de beaucoup de choses, mais pas de retourner en cage. Je veux être ce que je décide d'être. Ne pas laisser les autres choisir pour moi.

De nouveau, elle se perdit dans ses pensées. Comme si son esprit voulait justement sortir de la prison s'est sa tête. Elle s'imagina assise au milieu d'une falaise, sans un signe de vie à plusieurs kilomètres à la ronde. Les jambes pendue dans le vide, les vagues le chant le bord du pic sans réussir à l'atteindre. Le vent, les embruns contre son visage. La terre, l'air et l'eau. Juste pour elle.
Mais pourquoi fallait-il qu'à ce moment là, surgisse dans cette vision les hommes, la pollution, les villes. Son petit coin de tranquillité se transformant en d'immenses bâtisses. C'est à ce moment là qu'elle se vit s'écrouler à genoux, mourant avec la nature.

Elle fut ramené à la réalité. Même pas une seconde venait de se passer, et pourtant, elle avait l'impression inverse. Un frisson la parcouru. Rêver éveillée, est-ce bien normal ?
Bien sûr que non. Mais pour quelqu'un qui est fière d'être anormale, différente, qu'importe ? Elle espérait juste n'avoir jamais à vivre ces songes.

- Je veux être seul maître de ma destinée. Comprends tu ?

Ces mots furent murmuré, mais aucun doute qu'Ever les avaient entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
profil

MessageSujet: Re: Le visage est un mensonge. PV Eléo   Jeu 7 Mar - 11:22
Elle se fige, et son visage qui avait déjà pas mal perdu en couleur se fait dur. Ah, ma réponse lui avait pas plu. bah tant pis, je ferais avec. J'ai répondu ce que je pensais, c'est bien là le plus important. Le dégoût, la colère. Deux sentiments bien distinct qui pourtant s'alliait souvent. Le dégoût nous met en colère, et la haine nous dégoûte.
"- Me contenter de faire semblant ? Les autres comprendront ? Mais je les emmerde les autres. Je suis ce que je suis, si ça ne plaît pas à certains, qu'ils aillent se faire foutre. Comprendre... comprendre quoi ? Ce ne serait pas de la compréhension, mais de la pitié, envers moi, cette chose solitaire, abandonnée, sans rien ni personne. Je n'ai ni besoin de leurs beaux sentiments, ni de leur pitié, ni de leur compréhension, ni de quelqu'un. J'ai besoin de pouvoir être moi même sans contraintes. J'ai besoin de beaucoup de choses, mais pas de retourner en cage. Je veux être ce que je décide d'être. Ne pas laisser les autres choisir pour moi. "
Je ne réponds pas. Je la regarde redevenir calme, comme une vague qui se retire après avoir violemment frappé le sable de la plage dans des éclaboussures d'écumes tourbillonnantes et bouillonnantes. Comme si les éléments étaient en colère. Le vent qui souffle et soulève ce même sable qui frappe sans répit mes mollets déjà meurtris par les longues marches. Oui, je suis allée voir la mer. Quand j'étais enfant, une fois. Avec l'école. Ca avait été merveilleux. Et puis la semaine a passé, et nous avons du rentrer. C'est en pleurant que je suis monté dans le car qui allait nous ramener à la petite commune dans laquelle j'habitais. Et puis les emmerdes avaient recommencé. Je laisse divaguer mon esprit quelque secondes avant d'être brusquement ramenée à la réalité par la faible voix de la jeune fille qui se tenait devant moi.
"-Je veux être seul maître de ma destinée. Comprends tu ?"
Oh oui, comme je te comprends. J'aurais tellement aimé pouvoir choisir plus tôt. Je ferme les yeux un instant, pour empêcher mes vieux démons de trop remonter à la surface. Mon passé était si douloureux, que chaque matins, je redoutais le journée à venir. Cette perpétuelle peur d'avoir mal, de souffrir. Malgré tout ce que j'aimerais dire, je me contente d'acquiescer.
"Oui, je comprends."
Je me tourne vers l'eau. Le regard vague.


[faut peut-être considérer que c'est fini :v ?]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
profil

MessageSujet: Re: Le visage est un mensonge. PV Eléo   Dim 10 Mar - 12:24
[Tu veux que ça finisse ou si je trouve une retournement de situation c'est bon ? ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar
profil

MessageSujet: Re: Le visage est un mensonge. PV Eléo   Dim 10 Mar - 12:42
[comme tu veux x)]
Revenir en haut Aller en bas
Iori Anzu
The Princess of Nightmares

avatar
profil
Messages : 894
Date d'inscription : 25/09/2012
Sur l'avatar ? : rosie tupper.

Personnage
Age: 16 ans.
Pouvoir: Contrôle des Armes et des Armures [PP = 20]
Race précise: Harpie.

MessageSujet: Re: Le visage est un mensonge. PV Eléo   Jeu 25 Avr - 23:52
[Hum... Rp finis donc ?]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar
profil

MessageSujet: Re: Le visage est un mensonge. PV Eléo   Ven 26 Avr - 16:13
- Oui, je comprends.

La jeune Centaur se mura progressivement dans une sorte de silence, Ever à ses côtés. Elle se mit à réfléchir. A réfléchir à toutes ses choses. Toutes ses questions qu'elle ne se pose jamais. Elle les médita, les retourna dans tous leurs sens. Ses pupilles scintillèrent à mesure qu'elle prenait conscience de sa douleur. De ce tout petit pincement devenu étouffant. Cette souffrance causée par les autres, ces gens, humains, à qui elle n'avait rien fait. Ses seuls torts ont été de naître, d'exister, d'être ce qu'elle est, de vivre ce qu'elle vit. Puis elle prit conscience qu'elle avait été brisée par quelque chose de si insignifiant à l'échelle de cette planète. Mais tellement important pour elle. Dévorée par un souvenir à jamais inaccessible, ces rires oubliés, une confiance mutuelle éparpillée pour toujours.

" La mort n'est pas une chose horrible. C'est une fatalité. Son retentissement aux alentours de la personne concernée, ça, oui. L'attachement autre que pour la reproduction de son espèce, est une réaction typiquement humaine. Problème humain donc. "

N'était-ce pas ses propres pensées, celles là même qui lui avaient effleuré l'esprit quelques instants plus tôt. Sa conscience elle même lui jouait-elle des tours au point d'engendrer sa propre douleur ? Lui rappelant jusqu'où elle pouvait proche de ceux qu'elle accuse de tous ses maux. Lui rappelant qu'elle souffre inutilement. Lui faisant encore plus mal. L'idée même que cette souffrance n'est pas lieu d'exister ne devrait passer par la tête de personne.
Tant qu'à être humaine, autant en tirer profit un maximum. Elle avait donc parfaitement le droit de souffrir pour ça.
Découvrir à quel point la vie se joue de nous. Comprendre à quel point les sentiments sont des choses fragiles et incompréhensibles, indépendants de notre volonté. Toutes ces choses qui rendent chaque instant si meurtrier.
Chaque coup reçu est une nouvelle plaie béante impossible à panser. Un marquage à vie. Chaque stigmate témoignant de quelque chose de différent. De la plus petite à la plus grande. Chaque souvenir est une douleur qu'il fait terriblement mal de se remémorer, tandis que chaque jour fait en sorte que ce soit le cas. Mais une entaille, aussi grande soit-elle, finit toujours par cicatriser. Après le temps passé, ne devrait-elle pas commencer à oublier. Voulait-elle seulement oublier ? Ses émotions débordent souvent sur celles des autres; aussi les autres fuient-ils. N'est-ce pas tellement mieux ainsi ? Se murer dans cette douleur, ce chagrin ?

Elle prit une grande inspiration. L'air frais lui piqua la gorge, mais eut pour bénéfice de lui rappeler qu'elle était encore dans la réalité. Elle se leva, et sans un au revoir, prit la direction de l'internat. A quoi bon les formules de politesse ?



En fait, il était dans mes brouillons, j'ai juste modifié un ou deux trucs, j'avais oublié de le poster, vu que comme c'est la fin, c'est pas hyper urgent *Excuse à deux balles non acceptée - Shut up.*. A moins que tu veuilles vraiment répondre, je lock ? x)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


profil

MessageSujet: Re: Le visage est un mensonge. PV Eléo   
Revenir en haut Aller en bas
 

Le visage est un mensonge. PV Eléo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA
» peindre simplement visage avec tallarn flesh
» Ton visage
» l'endroit le plus enervant a peindre LE VISAGE
» Un sourire malicieux éclairant un visage ridé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Autres :: RP des Membres-