top school rpg
top all rpg
revelation top site
communaute des admins forum

Partagez | 
 

 Un jour on gagne, un jour on perd [ Iasmine Benedito ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Iasmine Benedito
P.U.N.C.H.

avatar
profil
Messages : 10
Date d'inscription : 06/03/2016

MessageSujet: Un jour on gagne, un jour on perd [ Iasmine Benedito ]   Lun 7 Mar - 18:49

« Citation ou phrase qui rend bien »

« FICHE D'IDENTITEY »
♦♦ NOM :: Benedito
♦♦ PRÉNOM :: Iasmine
♦♦ SURNOM :: Yaya ? 
♦♦ AGE :: 18 ans
♦♦ SEXE :: jeune femme à gros bras
♦♦ CLASSE / PROFESSION :: Première [redoublement+changement de pays] et future boxeuse
♦♦ RACE :: Panthère rose noire
♦♦ POUVOIR :: Peut utiliser ses capacités animale sans se transformer -enfin les dites capacités sont quand même plus pratique en version panthère- 
« DERRIERE L'ORDI »
♦♦ PRENOM :: Lise
♦♦ PRÉNOM / SURNOM :: La magni-ouais bon juste Lise quoi c:
♦♦ AGE :: 16 piges
♦♦ OU AS-TU CONNU LE FOW ? :: partenariaaat
♦♦ DES COMMENTAIRES ? :: J'aime ce perso
♦♦ CODES DES RÈGLEMENTS :: Validés par Laurie
♦♦ FEAT[Personnalité de l'avatar - Facultative] :: Marina Santana

« Je viens d'un pays ou l'argent ne fait pas le bonheur »



Le Brésil...C'est quoi pour vous ? Rio De Janeiro ? Du foot ? Une grande plage ? Des fêtes, de la musique, des hôtels, des femmes bronzées...Peut être que le Brésil se résume à ça dans votre esprit européen. Effectivement je suis née à Rio mais pas au milieu des touristes englués de crème solaire non. Ma ville a plusieurs visage, un masque d'hospitalité avenante pour vos culs blanc et un derrière de décor un peu plus dégueulasse pour les habitants.


Je suis née dans le décor de la grande scène qu'est Rio, au milieu des machinistes, presque dans la ruelle derrière le théâtre au milieu des poubelles, dans l’entrebâillement de la porte disons, profitant un peu du chauffage de l'intérieur tout en chopant les courants d'air -bien qu'à Rio l'image serait plus correcte avec la clim' a l'intérieur et l'insolation a l'extérieur-. Ma mère gagnait sa vie sur le trottoir comme bon nombre d'autres femmes ici, mais ma mère était différente. Elle ne faisait pas le trottoir crasseux du coin de la rue, stationnant entre deux pisses de chien en attendant que son cul plaise bien à quelqu'un. Non ma mère se tapait les riches de la ville juste parce qu'elle était belle, elle se tapait les touristes, les hommes d'affaires et le voisin de temps en temps.


Ma mère n'as pas vraiment eu d'éducation, elle aurait bien voulu faire autre chose de sa vie, comme quasiment toutes les brésiliennes des favelas... Elle n'as pas eu la chance d'avoir des parents attentionnés et elle décida de rattraper sa vie de débauche avec moi – oui parce qu'elle était croyante tout de même, ici on pense que les putes et les dealers ont droit au paradis pour pas le rendre complètement inaccessible-. Hein ? Mon père ? Aucune idée. Peut être le voisin , peut être un touriste... Vous savez les pères ça va, ça viens, rien de mieux qu'une mère. D'ailleurs mes oreilles n'ont jamais poser de problème a ma mère et les plus démunis ont tendance a plus facilement accepter la différence, après tout ils sont plus a ça de près, ils s’intéressent pas a ton coté animalik mais a si ils arriveront a bouffer ce soir. Je disais ?


Depuis toute petite je montre une certaine détermination a la frappe, sûrement a cause de ce film que j'ai vu a la télé sur...Rocky ? Je ne l'ai jamais revu. Enfin...Ça m'as convaincu que je pouvais tout faire rien qu'avec mes deux petits poings. Alors ma mère m'inscrit à des cours de différent combat, je changeais quasiment tout les ans m'éparpillant chaque année n'apprenant donc que les bases. Ca me plaisait comme ça... A l'époque j'ai jamais réfléchi a comment ma mère pouvait me payer tout ça, comment elle arrivait a nous faire vivre dans ce minuscule appartement en plein dans un quartier calme de retraité. J'devais le découvrir plus tard.


Puis un soir ma mère revint d'un examen médical, elle allait mourir. Elle avait le sida. En Europe on meurt pas forcément du sida, mais ici alors qu'on a pas d'argent c'est grillé, il reste plus qu'à garder des sous pour l'enterrement et c'est ce que fit ma mère. Elle économisa pour ses obséques. Je savais pas comment j'allais me débrouiller à sa mort, pas de famille, pas d'argent. J'allais peut être moi aussi finir sur le trottoir finalement.

Effectivement le destin poussa dans ce sens, dès le lendemain on défonça la porte de l'appartement que je devais quitter le jour même menacée par le proprio'. C'est con mais la première chose a laquelle j'ai pensée en voyant entrer les hommes du dealer local c'est que je pourrais rêver pour la caution. Enfait ma mère empruntait de l'argent à ses gars, vendaient pour eux des fois. Et il se trouve qu'elle a pas ramener l'argent de la dernière vente. Ma mère prostituée passe encore, mais elle était quasiment paranoïaque sur ma consommation imaginaire de drogue alors qu'elle en revendait elle même.


Sur le coup j'ai ressentis de la haine, et c'est surement ça qui m'as aidée a surmonter sa perte. Mais maintenant j'la comprends, si j'pouvais lui parler je la remercierais. Pour tout. 


Les mecs sont rentrés chez moi m'ont exposer les faits et ont dit qu'ils avaient besoin d'une fille de plus dans leur "rue", une fille un peu plus spéciale, histoire d'avoir..de la diversité ? C'est ce qu'ils ont dit je crois. J'avais pas le choix, j'ai juste hocher la tête en espérant qu'ils s'amusent pas a me frapper avant de dégager, mais non. Ils devaient se méfier de la bête au fond. Bien sur le lendemain je suis pas aller sur place, j'avais la trouille je me cachais sans vraiment trouver d'endroit idéal. Ils finirent bien entendu par me tomber dessus.


Il était tout seul. Une chance. Une petite frappe. Une deuxième chance. Guidé par sa proéminence masculine. Une troisième..."chance". J'me souviens de son regard lubrique, son petit sourire et ses paroles qui signifiait qu'il pourrait profiter de moi sans qu'on ne le lui reproche. J'ai réagit avant qu'il me touche un coup dans la mâchoire, genou entre les jambes et repousse d'un coup de pied. Mon pouvoir s'était déclencher rapidement répondant a un instinct de protection que je ne me connaissais pas. Une fois au sol je ne l'ai pas abandonné ici, non. J'étais en colère, je voulais l'entendre geindre le sentir faible et moi victorieuse, forte, inébranlable. Les coups de pieds s’enchaînaient dans son visage, son ventre et c'est là qu'arriva Armalio. J'entendis son rire avant de le voir, un rire un peu cruel. Il avait déjà les yeux rouges et un sourire un peu édenté. Il dégageait quand même un certain charme, ce charme de garçon dangereux qu'on a pas le droit d'avoir.

Il rit un long moment, sûrement pas seulement à cause de moi. Puis ma quatrième chance débarqua derrière lui, un mec. Grand, musclé. Le gros bras. "Calme la un peu Antonio, mais l’abîme pas trop..." Je lance un regard au mec et mes pupilles devinrent ambré. Une dizaine de minutes plus tard, le nez en sang je me retrouvais au dessus du mec. Armalio me lança un regard impressionné. 


Rapidement Armalio comprit l'attrait que je pouvais avoir, une jeune fille qui pouvait renverser des colosses. Il me prit sous son bras, j'avais...16 ans, lui dans les 20 ans et je lui plaisais. Ca se voyait dans son regard et je ne mis pas longtemps a le trouver plaisant. A trouver son argent plaisant, sa vie de fête rythmée par la vente et le vol. En tant que petite amie d'un des fils des chefs du réseau local j'avais des avantages. Je découvris les combats clandestins, avec des coqs, des chiens, mais aussi des humains. J'appris à perdre et à gagner, plus d'une fois je mordit la poussière mais j'étais combative. J'appris les règles inexistantes de ce jeu et devint la meilleure pour les coups de travers et exploitation -c'pascorrect- de point faible. Mes bleus ne déplaisait pas a Armalio, ce gars était timbré de toute façon il m'avait repérer uniquement pour ces combats au début. J'étais en quelque sorte un cheval de course élever a ses frais. Au fur et a mesure de notre bancale relation j'ai appris a m'absenter alors qu'il me touchait. Il me dégouttait de plus en plus, je ne ressentais plus son pseudo charme de gosse rebelle mais sentais son haleine de clope et d'alcool, sa transpiration fiévreuse et son air de dingue.

Son père m'appréciait pour mon pouvoir, sa mère me trouvait décente pas aussi vulgaire que les autres. Un jour sa cousine, Rosa, débarqua à Rio et s'installa chez son oncle. Du même age que moi on se lia facilement d'amitié. Elle était différente de tout l'univers qui gravitait autour de moi, à chaque fois que je revenais complètement détruite par un combat elle me soignait avec tout un tas de pansement inutile et de bétadine.  Un jour alors que je sortais du lit d'Amarlio je l'ai rejoins dans sa chambre. Ma mère me manquait et c'était la seule personne qui s'occupait réellement de moi.

Je me souviens plus vraiment comment on a pu se retrouver a s'embrasser, je crois qu'on avait fumée un peu. C'est là que j'ai découvert ce que c'était d'embrasser quelqu'un qu'on aime. C'est comme si une partie de tes organes vitaux prenait l'ascenseur pendant un instant et te laissait dans la vie réelle. Tout était doux, je ne connaissais pas vraiment ça avant. Juste après cet instant la on s'est regarder et on a su qu'on était dans la merde parce qu'on s'aimait. Mon existence devint beaucoup moins lourde depuis cette soirée là, le jour j'étais avec Armalio -je ne pouvais pas le quitter sinon je ne pouvais plus approcher Rosa- et la nuit avec elle. Il ne soupçonnait rien de toute façon, tout ça était beaucoup trop illogique. Avec Rosa je ré-appris a devenir une ado' normale avec ses angoisses et ses joies, tout devenait simple, facile et cela ne fit qu'augmenter mon aversion pour son cousin.

Rosa rêvait et comme je ne voulais pas m'éloigner d'elle je rêvais des mêmes choses. Elle voulait aller en France, vivre dans ce pays de liberté et de richesse. Devenir actrice. Toutes ces choses que l'on ne réussit jamais. Elle m'obligea a apprendre le français en attente du jour ou on partirait toute les deux. Je me débrouillais pas trop mal ayant déjà des bases. Puis un jour son père la contacta, il était français, et lui proposa de revenir. Elle jura qu'elle ne partirait pas sans mois et commença alors des mois de négociation, mais finalement son père me paya le voyage. On partit sans prévenir personne, de nuit. C'était stupidement romantique.

En France son père me dit gentiment comprendre qu'il s'occuperait pas de moi et que sa fille n'embrasserait plus d'autres filles. Bien sur j'ai pas écouté, j'suis restée dans le quartier, je la voyais en secret mais petit à petit notre relation se distendait. Nous n'étions plus "seules" contre tout le monde avec notre rêve commun. Notre histoire se termine un peu en queue de poisson. Comme j'avais atteint mes 18 ans je pouvais aller là ou je voulais. Je choisis un internat pour animalik ou je pourrais rattraper mes études et commencer mon nouveau rêve rien qu'à moi. La boxe.
« Un bleu sur ma joue, deux sur la tienne »


Fine, presque maigre. Ce corps semble constitué en grande partie de muscle et d'os sans pour autant manquer d'harmonie. Elle a ce charme sauvage et méfiant des prédateurs magnifiques. Sa pupille peut parfois un instant s'arrondir et prendre une couleur ambrée, celle ci scintille doucement dans le noir et des moustaches féline s'ajoute en dessous de son nez tandis que ses dents s'aiguise. Puis l'instant suivant son visage redevient "humain" et ourle un fin sourire en votre direction peut être légèrement honteuse de s'être fait prendre en pleine mini transformation.

Sa peau est doré, elle brunit un peu plus quand vient le soleil et ne subit jamais de coup de soleil -deux fois soleil ahahah osef de la prez physique-, elle porte des long cheveux bruns foncé qui détonne un peu avec son caractère mais elle y tient beaucoup à cause de Rosa. Elle disait tout le temps que c'était sa part de féminité et elle n'arrive pas a s'en détacher même si ils l'agacent tout le temps. Et pourtant c'est un peu minimaliste de résumer la féminité a des cheveux long non ? 

Elle déteste la marque puma.

Sinon elle porte souvent des vêtements sportifs ou quand il le faut de quoi mettre en valeur son corps qui manque un peu de forme au niveau de la poitrine quasiment inexistante. M'enfin c'est pas le plus important dans la vie les boobs.

Oui j'aime pas faire le physique ça se voit. 

« On ne pourra jamais m'abattre »



Iasmine se relève, un mince filet de sang coule de sa bouche. Des traces de larmes s'éparpille sur son visage et elle lâche un gémissement sourd. Derrière, les spectateurs gueulent, boivent, matent... Et elle est la, au milieu de tout ça. Pourquoi ? Parce qu'elle aime ça, se battre. L'adversaire s'approche, une grande black musclé qui dévoile ses dents en dessous d'une lèvre pulpeuse et fendue. 


Face à elle Iasmine se sent faible, elle estime toujours justement sa propre force et évalue rapidement celle des autres. Cette black a plus de punch qu'elle, de mordant. La foule est de son côté. Mais..alors ? Qu'est ce qui l'empêche de quand même continuer et de lui mettre un coup ? Puis deux...et trois. Elle bascule légèrement en arrière déstabilisée, c'est le moment. Son pouvoir se déclenche fait tressaillir tout ses muscles et en un instant elle se retrouve victorieuse.


Victoire....ictoire...ctoir...exécutoire ?


***


Iasmine n'est pas un roch inébranlable, plutôt ce genre de cailloux qu'on essaye de casser sans jamais y parvenir. On s'écorche un peu dessus avant de finalement le laisser sur le bord du chemin. Mais Iasmine n'est pas un cailloux, elle est attachante...attachante comme ce chaton joueur avec lequel on s'amuse jusqu'à qu'il vous griffe par mégarde...Non, Iasmine n'est pas un chaton. Elle ne veut pas blesser les gens, elle est protectrice. Protectrice comme ce chien qui vous suivra toute une vie sans jamais faillir. Mais non, pas encore Iasmine n'est pas autant fidèle elle sera plus du genre a se faufiler hors de la maison, comme ces papillons nuit resté coincé trop longtemps a l'intérieur.

Non. Finalement on ne peut pas trouver d'animal ou d'objet correspondant.

[Résumé caractère plus simple et...traditionnel /pan/]

Iasmine est du genre méfiante mais sans être une grande inaccessible, elle a une tendance a préférer les personnes un peu différente, qui sorte de la normalité. Avec ce genre de personne elle arrive a se sentir à sa place.  Elle a beaucoup de mal a se sentir réellement à l'aise quelque part étant loin de tout lieu et personne familière. Sans être complètement défaitiste elle peut avoir des attitudes maussades et poisseuse certain jour mais souvent sa motivation reprend le dessus. Elle peut se mettre en rogne très facilement et porte en elle un côté légèrement rancunier mais il lui en faut beaucoup pour qu'elle se sente blessée. Elle n'aime pas la solitude et cherchera toujours une quelconque compagnie sans devenir un fardeau pour qui que se soit, elle préfère être seule si c'est le cas.




C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rafael Wilheim
〚 BLONDIE 〛

avatar
profil
Messages : 56
Date d'inscription : 04/11/2015
Sur l'avatar ? : Xavier Samuel

Personnage
Age: 26
Pouvoir: Vecteurs
Race précise: Lyer

MessageSujet: Re: Un jour on gagne, un jour on perd [ Iasmine Benedito ]   Ven 11 Mar - 18:03
Validée, comme d'habitude! N'oublie pas de modifier ton post ici et de poster ici.


BLONDIE & DOUDOU
Words can lose their meaning once you walk away,
Promise me that you'll love me, watch me as I fade,
I'll give you all the things that these lions never gave
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar
profil

MessageSujet: Re: Un jour on gagne, un jour on perd [ Iasmine Benedito ]   Ven 11 Mar - 23:23
Voilà, j'ai lu é_è 

BIENVENUE à nouveau 8D T'es à comben de comptes là ? 4OO ? xD

Sinon, j'aime beaucoup Iasmine, elle s'entendra à merveille avec Jeremiah é_è Si tu veux es liens aussi ... :3
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


profil

MessageSujet: Re: Un jour on gagne, un jour on perd [ Iasmine Benedito ]   
Revenir en haut Aller en bas
 

Un jour on gagne, un jour on perd [ Iasmine Benedito ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le couple du jour
» Un séjour au Tartare (Premier Jour) [PV Hélène - Thanatos]
» UN jour de pluie, un jour maudit ~ ( Coeur de Braise )
» Jour 1 : Le grand jour
» I. Calliope Ieva ~un jour sombre en ce jour pluvieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Administration :: Présentation :: Personnage :: Présentations Validées-