top school rpg
top all rpg
revelation top site
communaute des admins forum

Partagez | 
 

 ain't it fun, living in the real world? [DOUDIE.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Lev Doubrovski
〚 DOUDOU 〛

avatar
profil
Messages : 28
Date d'inscription : 29/10/2015
Sur l'avatar ? : Jack Falahee

MessageSujet: ain't it fun, living in the real world? [DOUDIE.]   Dim 8 Nov - 16:15

       
You're not the big fish in the pond no more

       
Feat Lev & Rafael

       

Le froid s'installe dans la ville, Lev peut le sentir à travers le tissu fin de son manteau rapiécé. Il aimerait bien s'en racheter un, mais il attend encore l'argent que sa nièce lui a promis, sûr pourtant qu'il ne le recevra jamais. Comme si elle allait le financer d'une quelconque façon.
À la gare, tout le monde est sur son téléphone, certains attendent leur train, d'autres savourent juste le calme ambiant que Lev interprète plus comme une tension entre chaque individu présent ici. Tout le monde est sensiblement là pour la même chose, mais personne ne se parle. Aucune communication. Lev a toujours fait ça, aller parler aux gens. Il s'est déjà fait des amis, comme ça, mais souvent les gens sont déçus de voir que sa conduite après deux semaines de contacts réguliers n'est pas du tout la même que celle qu'il adopte lors de la première rencontre. Or, aujourd'hui, il n'a même pas envie d'aller parler à qui que ce soit. Aujourd'hui il retrouve Rafael, et il a comme le trac. Ça le rend fou, ces étirements que fait son estomac - il est censé être sûr de lui, comme il l'a toujours été avec les gens.
Le problème c'est qu'après ces quatre années passées en la compagnie de Rafael, il l'aime bien. Et il s'en veut presque de l'avoir dénoncé après le braquage. Pavel, les autres, il s'en fiche, si c'était à refaire il citerait à nouveau ces noms au commissariat, mais pas celui de Rafael. C'est un type bien, Rafael, et plus le temps passé derrière les barreaux s'écoulait, plus il en prenait conscience. Au bout d'un moment, il espérait que le jeune suédois n'apprendrait jamais l'identité de celui qui avait mouchardé - il semblerait que Pavel avait décidé de ne pas lui laisser ce luxe.

Peu importe. Deux ans sont passés depuis le jour où Rafael a agressé Lev avec sa fourchette (cette image le fait presque rire, maintenant), peut-être qu'il a eu le temps de se calmer, de réfléchir. Peut-être que finalement, il s'est dit que Lev avait eu raison de faire ça - ce n'était pas une bonne idée, toutes ces choses seraient allées trop loin. Et ces sept ans de détention les ont tous fait réfléchir, évidemment...

       
▬ Excusez-moi...

       Un vieil homme vient de bousculer Lev en trébuchant derrière lui. Le jeune russe lui adresse un sourire radieux pour lui exprimer que tout va bien, et juste après ça, il entend retentir l'étrange son de cloche qui indique qu'un train va bientôt arriver. Les barrières s'abaissent en bloquant le passage à niveaux, et un train arrive. Lev recule, passe une main dans ses cheveux et les rentre dans ses poches en se constituant un autre de ses magnifiques sourires. Charmeur, il étire les traits de son visage de façon très harmonieuse. Il n'essaie pas de cacher sa joie - la vérité est qu'il est véritablement ravi que Rafael soit enfin sorti de prison. Il est presque sûr qu'il a pris ce train, tout comme lui l'a fait deux ans auparavant.
Il ne craint même plus sa réaction ; dans sa tête, ils rentrent déjà ensemble, l'autre est ravi de le retrouver, et, ne gardant comme souvenir du passé que la cicatrice de Lev au-dessus de sa tempe, Rafael redevient Raf', l'ami qui se fait taquiner et charrier de diverses façons, attendrissantes et énervantes à la fois.

De toute façon, il ne va pas vraiment avoir le choix.
       
       
© MissKat pour Epicode

honnêtement je trouve ça pourri. En toute cordialité.


SO YOU GOTTA FIRE UP, YOU GOTTA LET GO
YOU'LL NEVER BE LOVED TILL YOU'VE MADE YOUR OWN
YOU GOTTA FACE UP, YOU GOTTA GET YOURS
YOU NEVER KNOW THE TOP TILL YOU GET TOO LOW
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rafael Wilheim
〚 BLONDIE 〛

avatar
profil
Messages : 56
Date d'inscription : 04/11/2015
Sur l'avatar ? : Xavier Samuel

Personnage
Age: 26
Pouvoir: Vecteurs
Race précise: Lyer

MessageSujet: Re: ain't it fun, living in the real world? [DOUDIE.]   Dim 15 Nov - 18:22

i'm a lion and i want to be free



Des minutes.. non, des secondes. Des secondes et quelques centimètres de béton se tenaient entre lui et la liberté. Le cri serein d'un garde, le grincement de l'énorme porte dans ses gonds.
Il en avait tellement rêvé de ce moment. Il faut dire qu'en sept ans de détention, il avait grandement eut le temps d'imaginer jusque dans les moindres détails ce que cela pouvait être.
Il en avait vu, des gens partir retrouver leur vie. Y compris Lev, son.. ami, qu'il n'avait pas revu depuis maintenant deux ans. Mais qui ne lui manquait pas, au vu des circonstances dans lesquelles ils s'étaient quittés. Car même si Rafael ne se sentait plus submergé par une rage sans nom à chaque fois qu'il repensait à la trahison qu'il avait subi, il n'empêchait qu'elle l'avait profondément marqué et qu'il s'était mis à développer, sans vraiment s'en rendre compte, d'étranges symptômes liés au manque de confiance en son entourage. Il s'arrangeait pour ne tourner le dos à personne, ne révélait plus rien de lui ou de son passé et préférait se détacher de toute chose de façon à ce que rien ni personne ne puisse plus lui faire de mal.
C'est à ces pensées qu'il vît les portes s'ouvrir, pour lui, cette fois, et qu'il les franchis. Il ne fit qu'un pas et lorsqu'il fut dehors, un étrange sentiment de doute l'envahit.

Et maintenant?

Certes, il était libre mais il n'avait nulle part où aller, rien à espérer et surtout, personne sur qui compter.
Il était hors de question qu'il rentre en Suède après tout ce qu'il c'était passé. Il ne voulait pas prendre le risque de décevoir ses parents et sa tante Linn, les seuls à ne lui avoir jamais failli. Il ne voulait pas prendre le risque que le reste de sa famille se retourne vers eux pour leur dire "on vous l'avait dit". Non. Il allait se débrouiller comme un grand garçon et n'impliquer personne.

C'est ce qu'il s'était dit. Mais maintenant qu'il se retrouvait sur la banquette d'un train un peu pourri qui n'allait nulle part, il n'était plus si confiant. Il n'avait nulle part où aller et avait dépensé le peu d'argent qu'il lui restait pour acheter un sweat-shirt, car il s'était dit que s'il devait dormir dehors, un vulgaire tee-shirt ne le préserverait pas du froid, par-dessus lequel il avait enfilé sa veste en cuir un peu usée. En dehors de ça, il avait  eut juste assez pour le billet de train. Le moins cher tout en ayant le terminus le plus éloigné de la prison - du moins d'après ses pauvres connaissances en géographie et le peu qu'il savait de la France.
Tout ce qu'il avait c'était un sac à dos en fin de vie, rempli de trucs un peu utiles comme un change, une brosse à dents, , son téléphone et un chargeur, un gel douche, un couteau suisse, des gâteaux secs, des sandwichs.. le kit du survivant, en somme. Il s'y accrochait comme si la lanière du bagage n'était en fait que le rallongement de son bras, comme si on risquait de le lui arracher à tout moment.
Une vue assez pitoyable d'un garçon au visage d'ado et au regard perdu dont on pourrait  questionner la présence ici. Une fugue? Non, probablement pas. Car, en l'observant de plus près et en y faisant bien attention, on peut débusquer une petite lueur brisée au coin de ses yeux. Il a certainement un peu plus que l'âge qu'on lui donnerait.

Soudain, le train s'ébranle et s'arrête. Une voix féminine annonce platement dans l'interphone le nom de l'arrêt suivi du mot fatal, le 'terminus'. Rafael empoigne son sac, qu'il ne porte pratiquement jamais sur ses épaules car la poche avant serait bien trop accessible à quiconque voudrait lui voler le peu qu'il possède. Il attend un peu que le monde descende pour éviter la moindre collision et sort à son tour du train. Il reste un instant bloqué sur le quai, devant l'immensité de la gare, se sentant plus petit et insignifiant que jamais. Il se fait légèrement poussé du passage et avance encore un peu, hésitant.

Personne ne sait ce qu'il fait là, pas même lui.


BLONDIE & DOUDOU
Words can lose their meaning once you walk away,
Promise me that you'll love me, watch me as I fade,
I'll give you all the things that these lions never gave


Dernière édition par Rafael Wilheim le Sam 26 Déc - 0:06, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lev Doubrovski
〚 DOUDOU 〛

avatar
profil
Messages : 28
Date d'inscription : 29/10/2015
Sur l'avatar ? : Jack Falahee

MessageSujet: Re: ain't it fun, living in the real world? [DOUDIE.]   Mer 18 Nov - 17:41

     
You're not the big fish in the pond no more

     
Feat Lev & Rafael

     

Les gens continuent de descendre du train tant bien que mal - les bousculades se font nombreuses, on en a marre, on a froid, on veut rentrer, et non pas se cogner contre l'un de nos congénères.
Les quelques passagers Animalik ont vite fait de se disperser, soulagés de quitter l'atmosphère oppressante des trajets passés avec des humains méprisants. Ceux-ci les regardent pourtant s'éloigner avec indifférence, alors que Lev commence à se demander si il va reconnaître Rafael.
Oui, pas de doute. Ce sera le cas. La bouille du petit suédois n'a certainement pas changé d'un trait. Il aura sûrement la même expression furieuse en revoyant Lev que lorsque celui-ci lui a offert son dernier sourire avant d'être libéré. Rien que cette pensée le fait sourire. Il a hâte de la voir, cette colère. Elle n'est même plus menaçante.

Et il le voit. Plus loin, c'est l'un des seuls Animaliks qui ne s'est pas précipité hors de la gare. Il marche on-ne-sait vers où, n'ayant sûrement aucune destination, et n'a pour bagage qu'un simple sac auquel il s'accroche avec le désespoir de celui qui a mis toute sa vie entre ces tirettes. Tout le restant de sa vie. Le reste, c'est bien Lev qui l'en a débarrassé. Mais il est trop heureux de revoir ces petites oreilles de lions accrochées à cette tête qu'il aime tant pour s'en vouloir.
Le russe s'avance discrètement et s'arrête à hauteur du jeune homme afin de laisser tomber son bras sur son épaule.

       
▬ Alors ! On a fait bon voyage ? Tu m'as manqué, dis.

       Un clin d'œil, un sourire, un regard ravi plein de charisme. Il est vraiment content de le revoir, il ne s'agit pas -que- de se moquer de lui. Il se moquera de sa réaction, sans doute, mais elle n'est pas encore là.

       
▬ Comment tu vas ? Ils les ont changé, finalement, les tables rongées du réfectoire de la prison ?
     
     
© MissKat pour Epicode


SO YOU GOTTA FIRE UP, YOU GOTTA LET GO
YOU'LL NEVER BE LOVED TILL YOU'VE MADE YOUR OWN
YOU GOTTA FACE UP, YOU GOTTA GET YOURS
YOU NEVER KNOW THE TOP TILL YOU GET TOO LOW
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rafael Wilheim
〚 BLONDIE 〛

avatar
profil
Messages : 56
Date d'inscription : 04/11/2015
Sur l'avatar ? : Xavier Samuel

Personnage
Age: 26
Pouvoir: Vecteurs
Race précise: Lyer

MessageSujet: Re: ain't it fun, living in the real world? [DOUDIE.]   Sam 28 Nov - 18:43

here's a story of everything we'll ever be




Rafael avance d'un pas qu'il veut confiant, le regard fixé sur la sortie - ou du moins ce qu'il croit l'être. Quand soudain..

▬ Alors ! On a fait bon voyage ? Tu m'as manqué, dis.

Il se fige un instant et espère que ce que la voix qu'il vient d'entendre n'est que le fruit d'un hallucination. Après tout, cela a parfois été le cas. Il lui été arrivé d'imaginer la voix de Lev le narguer alors qu'il n'était plus là pour le faire. Parfois, il sentait la froideur des menottes à ses poignets alors qu'il n'en portait pas ou l'odeur de la lessive de ses parents qu'il n'avait pourtant pas revu depuis plus de sept ans.

Oui, les sens de Rafael lui jouaient souvent des tours depuis qu'il avait été enfermé mais cette fois, ce n'était pas le cas car il pouvait sentir le bras de Lev nonchalamment posé sur son épaule tout comme il pouvait voir son sourire qui gardait cet aspect moqueur quoiqu'il arrive.

Rafael fronce d'abord les sourcils, confus. Manqué? Comme si c'était possible. Lev s'était bien amusé, s'était servi de lui comme il avait voulu pendant longtemps mais aujourd'hui c'était terminé. Il ne lui devait rien et n'avait plus envie d'avoir à faire avec lui.

▬ Comment tu vas ? Ils les ont changé, finalement, les tables rongées du réfectoire de la prison ?

Lorsqu'il entendit le mot "prison", la confusion de Rafael s'estompa pour immédiatement laisser place à une colère sèche et sans nom. Il se dégage de l'emprise de Lev et lui fait face, ne pouvant supporter une seconde de plus de l'avoir dans son dos et donc, d'être vulnérable.

Rafael fait encore un pas en arrière, histoire d'être sûr et lui lance un regard encore plus sombre que la nuit.

▬ J'vais bien et c'est certainement pas grâce à toi.

Il serait bien tenté de lui demande ce qu'il fait là mais après il aurait l'air de s'intéresser à la vie de Lev et il n'en a vraiment pas envie. Ce serait tendre la perche pour se faire battre car il ne manquerait pas de se moquer ou de faire son habituel petit sarcasme. Et Rafael n'a pas le temps. Il est trop occupé à être perdu dans sa vie.


BLONDIE & DOUDOU
Words can lose their meaning once you walk away,
Promise me that you'll love me, watch me as I fade,
I'll give you all the things that these lions never gave


Dernière édition par Rafael Wilheim le Sam 26 Déc - 0:13, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lev Doubrovski
〚 DOUDOU 〛

avatar
profil
Messages : 28
Date d'inscription : 29/10/2015
Sur l'avatar ? : Jack Falahee

MessageSujet: Re: ain't it fun, living in the real world? [DOUDIE.]   Dim 29 Nov - 15:57

     
some of us have to grow up sometimes

     
Feat Lev & Rafael

     

La réaction de Rafael ne manque pas de faire rire Lev. La colère qui se déclenche juste au bon moment, le ton sec, le regard glacial ; tout devient intéressant ! C'est exactement comme Doubrovski l'avait prévu. Et il sait aussi comment vont évoluer les choses. Il a passé... quoi, quatre ? cinq ans avec Rafael ? Presque six, même. Il sait comment il fonctionne, ce petit.
Cependant, il grimace.

▬ Eh bien... ce n'est pas une façon de s'adresser à son nouveau locataire, voyons !

Petit clin d'œil. Ce clin d'œil là, Rafael le connaît. C'est celui que Lev lui faisait en prison, quand ils étaient amis et qu'il faisait une mauvaise blague, ou le taquinait. À l'époque, c'était bien vu. Là ça va juste paraître déplacé.

▬ Oh, allez, me fais pas cette tête ! On sait très bien que tu ne vas pas tenir longtemps. Puis, faut que tu manges. T'es libre depuis combien de temps, hein ? Une heure, peut-être ?  Ça va, t'as eu le temps de profiter, et crois-moi tu survivrais pas aux deux semaines de rue que je me suis tapées avant de me trouver un appart digne de ce nom. Et puis, c'est plutôt ingrat comme réaction, tu ne trouves pas ? Moi qui ai toujours été là pour toi...

Son sourire passe de moqueur à gentil, puis de nouveau moqueur, et s'adoucit enfin.

▬ Tu sais quoi ? Je t'ai jamais menti. Je ne t'ai juste... rien dit. Se taire n'est pas mentir. Que je sache. Hm ? Je pensais que le tribunal t'avait mis au courant, moi !

Quoique. Il avait demandé à ne pas être cité, quand le juge avait parlé de témoin. Hm. Ou peut-être que si ? C'est pas très important, remarque.
Il s'approche de quelques pas de Rafael et se retient de justesse de poser une nouvelle main sur son épaule. Si il pense que c'est un jeu, qu'il se prépare à perdre.
Lev gagne toujours.
     
     
© MissKat pour Epicode


SO YOU GOTTA FIRE UP, YOU GOTTA LET GO
YOU'LL NEVER BE LOVED TILL YOU'VE MADE YOUR OWN
YOU GOTTA FACE UP, YOU GOTTA GET YOURS
YOU NEVER KNOW THE TOP TILL YOU GET TOO LOW
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rafael Wilheim
〚 BLONDIE 〛

avatar
profil
Messages : 56
Date d'inscription : 04/11/2015
Sur l'avatar ? : Xavier Samuel

Personnage
Age: 26
Pouvoir: Vecteurs
Race précise: Lyer

MessageSujet: Re: ain't it fun, living in the real world? [DOUDIE.]   Mer 9 Déc - 12:35

true friends stab you in the front



▬ Eh bien... ce n'est pas une façon de s'adresser à son nouveau locataire, voyons !

Rafael fronce légèrement les sourcils. Locataire? Quelles idioties Lev était-il encore en train de raconter.. C'est vrai que se dernier passait - passe toujours, apparemment - son temps à plaisanter. Blagues douteuses, moqueries, vannes incompréhensibles.. Cela lui attirait bien des mauvais regards mais Lev était persistent et il semblait même yprendre plaisir.

Bien lui en fasse. De toute façon, cela n'intéressait plus Rafael. Il ne voulait plus rien avoir à faire avec son ancien camarade.

Lev termine cependant sa remarque avec un clin d’œil qui exaspère Raf jusqu'au plus profond de lui mais le garde cependant de répliquer car il se dit que s'il ne dit rien, Lev se lassera peut-être.

Et aussi parce que Rafael n'a pas vraiment de réplique cinglante en tête alors mieux vaut ne rien dire.

▬ Oh, allez, me fais pas cette tête ! On sait très bien que tu ne vas pas tenir longtemps. Puis, faut que tu manges. T'es libre depuis combien de temps, hein ? Une heure, peut-être ?  Ça va, t'as eu le temps de profiter, et crois-moi tu survivrais pas aux deux semaines de rue que je me suis tapées avant de me trouver un appart digne de ce nom. Raf tend tout de suite une oreille plus intéressée. Ce que Lev dit ne manque pas de sens même s'il reste quand même sur ses gardes et assez réticent. Peut-être aussi que Lev reconnaît enfin son erreur et tente de se faire pardonner. Ça risque de prendre un temps fou mais s'il est prêt à faire l'effort.. Et puis, c'est plutôt ingrat comme réaction, tu ne trouves pas ? Moi qui ai toujours été là pour toi...

Finalement, non. Ça lui apprendra, à Rafael, de croire que les gens peuvent changer. Il faut qu'il se souvienne de ce qu'on lui a fait et qu'il imprime que quoiqu'il fasse, Lev restera fidèle à lui même. L'espace d'un instant, Raf a failli s'éloigner de cette idée. Penser, ne serait-ce qu'un instant qu'on puisse être sincère est une folie qu'il ne peut plus se permettre et surtout pas maintenant qu'il est seul et sans rien.

Puis ce sourire moqueur.. Rafael le lui ferait bien ravaler mais la dernière fois qu'il a eu recours à la violence il a rallongé sa peine de deux ans ce que ne manque pas de lui rappeler la légère cicatrice que Lev arbore à la tempe. Cette toute petite cicatrice lui a beaucoup coûté.. le jeune homme concentre son regard de nouveau dans celui de Lev pour éviter de la regarder.

▬ Tu sais quoi ? Je t'ai jamais menti. Je ne t'ai juste... rien dit. Se taire n'est pas mentir. Que je sache. Hm ? Je pensais que le tribunal t'avait mis au courant, moi !

Bien sur. Les tribunaux jetteraient quelqu'un en prison avec tous les autres qu'il a balancé, en tiendraient informé ces derniers puis attendraient qu'ils se tapent tous dessus. Comme si les choses marchaient ainsi.

Rafael exécute un petit pas en arrière lorsqu'il s'aperçoit que Lev se rapproche dangereusement et cette proximité le met assez mal à l'aise pour le faire reculer, pas assez cependant pour qu'il le montre puis lâche d'un ton sec:

▬ J'ai pas besoin de ta pitié. J'm'en sors très bien tout seul.

Plutôt retourner en prison que de vivre avec cette enflure. De toute façon, aux yeux de Rafael, cela revient au même. A peu de chose près qu'en prison, il n'aurait pas à supporter les lourdes plaisanteries de Lev.

Cependant, au fond de lui, le Lyer sait qu'il a tord. Il ne s'en sort clairement pas. Mais il ne l'admettrait pour rien au monde et accepterait encore moins l'aide d'un traître comme celui auquel il a à faire.



BLONDIE & DOUDOU
Words can lose their meaning once you walk away,
Promise me that you'll love me, watch me as I fade,
I'll give you all the things that these lions never gave


Dernière édition par Rafael Wilheim le Mer 6 Jan - 15:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lev Doubrovski
〚 DOUDOU 〛

avatar
profil
Messages : 28
Date d'inscription : 29/10/2015
Sur l'avatar ? : Jack Falahee

MessageSujet: Re: ain't it fun, living in the real world? [DOUDIE.]   Dim 13 Déc - 17:35

     
some of us have to grow up sometimes

     
Feat Lev & Rafael

     

▬ J'ai pas besoin de ta pitié. J'm'en sors très bien tout seul.

C'est tout ? C'est à ça qu'a droit Lev, après deux ans de séparation ? Hmf. Bon, c'est sûr, à sa place il serait en colère aussi. À sa place, il ne l'aurait même pas laissé sortir vivant de la prison... N'empêche, c'est Rafael, pas Lev dont on parle. Rafael c'est une petite chose mignonne, après tout ! Il n'a pas pu changer à ce point, si... ?

▬ Ma pitié ? Ma pitié ? Vraiment, Rafael ?

Il se permet de marquer une pause, comme pour donner à Raf la possibilité de répliquer. Mais finalement, il décide d'être -un peu- plus sérieux.

▬ Ma pitié tu l'as eue quand la seule arme que tu as trouvée pour m'agresser c'était une fourchette en plastique. Ma pitié tu l'as aussi eue quand tu avais l'air de pas mal flipper au tribunal. Mais là c'est pas de la pitié, c'est juste le fait de pas être aussi borné que toi et de vouloir t'aider. Tu veux quoi, crever dans la rue ? Tu sens le froid ? Le vent ? Tu veux vraiment vivre dans ces conditions ? Honnêtement, ça me ferait un peu mal.

Il lève un sourcil en conservant l'esquisse d'un sourire au coin des lèvres. Mais, vraiment, ça lui ferait mal au cœur. C'est son p'tit Raf, quand-même, il peut pas le laisser comme ça. Et Rafael a beau râler, ça reste un petit animal tout mignon au fond de lui, on le sait tous, hein.

▬ Tu peux venir chez moi et me cracher dessus tous les matins si ça te chante, mais reste pas dehors comme ça. Je doute que tu aies un endroit où aller, les hôtels sont tous miteux et chers dans cette ville. Et je n'ai pas assez confiance en tes techniques de drague pour te laisser compter sur ton succès auprès d'une dame généreuse pour te faire héberger.

Et puis, eh, ça fait deux ans, il le veut un peu pour lui avant de laisser une minette récupérer Raf.
     
     
© MissKat pour Epicode

ok c'est court mais AVOUE LA DERNIERE PHRASE FAIT TROP SOUS-ENTENDUS. DOUDIE. SHIP. ♥


SO YOU GOTTA FIRE UP, YOU GOTTA LET GO
YOU'LL NEVER BE LOVED TILL YOU'VE MADE YOUR OWN
YOU GOTTA FACE UP, YOU GOTTA GET YOURS
YOU NEVER KNOW THE TOP TILL YOU GET TOO LOW
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rafael Wilheim
〚 BLONDIE 〛

avatar
profil
Messages : 56
Date d'inscription : 04/11/2015
Sur l'avatar ? : Xavier Samuel

Personnage
Age: 26
Pouvoir: Vecteurs
Race précise: Lyer

MessageSujet: Re: ain't it fun, living in the real world? [DOUDIE.]   Dim 20 Déc - 22:59

such a bitter irony



▬ Ma pitié ? Ma pitié ? Vraiment, Rafael ?

Rafael lui lance un regard noir. Bien sûr qu'il est sérieux. Contrairement à Lev, qui a toujours l'air de tout prendre à la légère. Merde quoi, à cause de cet idiot de Doubrovski, il a passé 7 ans en prison - quoiqu'il est un peu responsable pour deux d'entres elles.

▬ Ma pitié tu l'as eue quand la seule arme que tu as trouvée pour m'agresser c'était une fourchette en plastique. Ma pitié tu l'as aussi eue quand tu avais l'air de pas mal flipper au tribunal. Mais là c'est pas de la pitié, c'est juste le fait de pas être aussi borné que toi et de vouloir t'aider. Tu veux quoi, crever dans la rue ? Tu sens le froid ? Le vent ? Tu veux vraiment vivre dans ces conditions ? Honnêtement, ça me ferait un peu mal.

Rafael grince des dents dès la première phrase et ce qui vient en suite ne manque pas de l'agacer plus encore. On dirait que le russe fait exprès de toucher aux souvenirs les plus douloureux du suédois. Ceux dont il a le plus honte.

Quoi qu'à bien y regarder, il n'a plus vraiment l'air d'y prendre du plaisir. Pour la première fois depuis le début de leur conversation, il semblerait presque.. sérieux? Rafael observe les moindres mouvements de Lev avec méfiance, tel un animal sauvage qu'on tenterait d'apprivoiser.

▬ Tu peux venir chez moi et me cracher dessus tous les matins si ça te chante, mais reste pas dehors comme ça. Je doute que tu aies un endroit où aller, les hôtels sont tous miteux et chers dans cette ville. Et je n'ai pas assez confiance en tes techniques de drague pour te laisser compter sur ton succès auprès d'une dame généreuse pour te faire héberger.

Le jeune lyer semble réfléchir un instant, comme si l'idée de cracher sur son ancien ami l'intéressait alors qu'en réalité, il examine plus sérieusement l'offre - sans même relever le trait d'humour pervers auquel il est maintenant habitué.
C'est vrai que l'hiver approche à grands pas.. mais peut il vraiment de nouveau faire confiance à Lev? Après tout, il l'a bien trahi une fois, pourquoi en serait-il autrement?

Il glisse une main dans sa poche, prend un ton sarcastique qu'il semble avoir emprunté à son interlocuteur et lance:

▬ Et je fais comment si j'ai pas confiance en toi et en tes qualités d'hôte? J'suis pratiquement sur que les sdf du coin sont de meilleure compagnie. Plus chaleureux que toi et tous les radiateurs du monde, même en hiver.

Il dit ça par réflexe mais en réalité, il se tâte vraiment à accepter. De toute façon, Lev aurait bien du mal à le trahir de nouveau. Encore moins si Rafael se débrouille pour avoir une longueur d'avance. Après tout, ne dit-on pas "garde tes amis près de toi et tes ennemis plus près encore"?


HRP: OUI. LE DOUDIE. LE DOUDIE PUTAIN. VAS-Y RAFAEL, TU SOÛLE, ACCEPTE LA.


BLONDIE & DOUDOU
Words can lose their meaning once you walk away,
Promise me that you'll love me, watch me as I fade,
I'll give you all the things that these lions never gave


Dernière édition par Rafael Wilheim le Sam 26 Déc - 0:14, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lev Doubrovski
〚 DOUDOU 〛

avatar
profil
Messages : 28
Date d'inscription : 29/10/2015
Sur l'avatar ? : Jack Falahee

MessageSujet: Re: ain't it fun, living in the real world? [DOUDIE.]   Jeu 24 Déc - 11:00

   
some of us have to grow up sometimes

   
Feat Lev & Rafael

   

Lev a toujours été habitué à ce que les gens lui tombent dans les bras - du coup, là, ça le frustre un peu. Il appréhende la réponse de Rafael ; il lui est impossible d'aller plus loin, si il insiste trop, il risque de dévoiler dans son intégralité toute l'affection qu'il porte encore à Rafael. Entre nous, les amis, Lev les compte sur les doigts d'une main gangrénée. Il a des fréquentations, des gens pour qui adresser un sourire n'a rien de déplacé, mais... de vrais amis ? Pas vraiment. Les deux dernières années ont pour lui été plutôt pauvres en relations amicales. Il ne se sent pas particulièrement seul ni triste, mais maintenant que Rafael est là, il n'a pas l'intention de rester seul à se morfondre dans son coin en attendant que l'autre refasse sa vie et lui pardonne, éventuellement.

▬ Et je fais comment si j'ai pas confiance en toi et en tes qualités d'hôte? J'suis pratiquement sur que les sdf du coin sont de meilleure compagnie. Plus chaleureux que toi et tous les radiateurs du monde, même en hiver.

Hm. C'est tout ? La rhétorique n'est visiblement pas le fort de Rafael. Il sait faire plein de choses (être mignon, sympathique, doué en informatique...) mais se disputer n'en fait pas partie. Cela arrache un petit sourire au russe, qui se force à ne pas répondre du tac au tac pour éviter à l'autre de se vexer. C'est pas un match de boxe, non plus.
Du coup, il en profite pour réfléchir. Qui a raison, dans l'histoire ? Ce qui est sûr, c'est que Rafael en fait trop. Beaucoup trop. Après, si il a raison sur le fond, c'est une autre histoire. Le fait est que Lev n'a jamais voulu lui pourrir la vie à lui personnellement, et alors que son ami subissait les taquineries de ses co-détenus, il le défendait toujours.
Finalement, il soupire et reprend avec un maximum de sérieux (puisque c'est ça qui rassure l'autre) :

▬ Dis-toi quelque chose. J'ai quoi... trois voire quatre ans de plus que toi ? J'ai l'expérience qui va avec. Quand tu as rejoint notre groupe, il y a 8 ans au moins, moi j'y étais déjà. C'est moi qui l'ai formé. Je connaissais ses membres. Et je savais que vous finiriez mal. J'ai réussi à garder les pieds sur terre, mais pas vous - pas eux. Si vous aviez braqué cette banque, ce soir-là, vous en seriez sortis avec argent et fierté. Et vous auriez continué. D'autres banques. D'autres villes. T'aurais fini en taule un jour ou l'autre. Mais pas pour cinq ans. Pour une bonne vingtaine d'années. C'est ce que tu m'as pas laissé t'expliquer. J'ai jamais pu ouvrir ma gueule pour t'expliquer mes raisons, et Dieu sait que j'en ai.

Bla, bla, bla. La vérité c'est que ses amis n'étaient pas stupides, ils auraient braqué une ou deux banques, puis ils auraient mis le cap sur l'Amérique pour ne plus courir aucun risque. Blanchiment d'argent, trafic, puis ils auraient tout arrêté pour faire leur vie chacun de leur côté. Tout est bien qui finit bien. Mais Lev n'en était alors pas totalement sûr. Qui dit que parmi tout leur groupe, il n'y aurait pas eu un ou deux trouble fête qui voudrait continuer l'aventure ? Hors de question. C'était trop risqué. Il sentait que le contrôle lui échappait, leurs petites affaires glissaient de la paume de sa main et il ne pouvait plus prendre aucune décision ; les autres étaient partis trop loin. Voilà ce que ça leur avait couté. Ils n'avaient qu'à écouter Lev.

Bien que celui-ci sache qu'il a encore de quoi rabattre le caquet de Rafael, il n'aime pas lui parler sur ce ton. Il s'avance donc d'un pas, esquisse un geste vers l'épaule de son ex-ami et futur ami et lui sourit.

▬ Surtout que j'en avais un peu rien à faire de te dénoncer toi, personnellement. J'ai balancé pour tout le monde. Sois pas égoïste. C'est avec toi que je me suis lié d'amitié, hm ? Ça a tenu combien, trois, quatre ans ? C'est bien qu'on est faits pour s'entendre.

Il ricane un peu, et se décide à poser sa main sur son épaule comme on veut vérifier si une plaque est encore brûlante ou pas.

▬ Tu vois une banque, quelque part ? Tu vois des sacs ? Des flingues ? Un juge ? Je crois pas. Si tu veux refaire ta vie pour effacer la tâche qu'est ton enfermement dans ton histoire, oublie toutes les conneries qui s'y rattachent. Sans moi, tu continuerais de braquer des banques. Ou tu serais en taule. Et tu aurais encore vingt ans à faire. Réfléchis. Nouveau sourire, plus taquin cette fois.Et fais pas semblant, je sais que tu adores ma compagnie.
   
   
© MissKat pour Epicode

j-je ship laurie
je ship


SO YOU GOTTA FIRE UP, YOU GOTTA LET GO
YOU'LL NEVER BE LOVED TILL YOU'VE MADE YOUR OWN
YOU GOTTA FACE UP, YOU GOTTA GET YOURS
YOU NEVER KNOW THE TOP TILL YOU GET TOO LOW
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rafael Wilheim
〚 BLONDIE 〛

avatar
profil
Messages : 56
Date d'inscription : 04/11/2015
Sur l'avatar ? : Xavier Samuel

Personnage
Age: 26
Pouvoir: Vecteurs
Race précise: Lyer

MessageSujet: Re: ain't it fun, living in the real world? [DOUDIE.]   Ven 25 Déc - 23:39

hate is gasoline



▬ Dis-toi quelque chose. J'ai quoi... trois voire quatre ans de plus que toi ? J'ai l'expérience qui va avec. Quand tu as rejoint notre groupe, il y a 8 ans au moins, moi j'y étais déjà. C'est moi qui l'ai formé. Je connaissais ses membres. Et je savais que vous finiriez mal. J'ai réussi à garder les pieds sur terre, mais pas vous - pas eux. A ce stade-là, Rafael failli demander si Lev attendait une récompense pour ses incroyables, que dis-je, miraculeux exploits. Mais il se résigna à laisser l'autre finir sa tirade. Après tout, si cela lui plaisait de radoter.. Si vous aviez braqué cette banque, ce soir-là, vous en seriez sortis avec argent et fierté. Et vous auriez continué. D'autres banques. D'autres villes. T'aurais fini en taule un jour ou l'autre. Mais pas pour cinq ans. Pour une bonne vingtaine d'années. C'est ce que tu m'as pas laissé t'expliquer. J'ai jamais pu ouvrir ma gueule pour t'expliquer mes raisons, et Dieu sait que j'en ai.

Malgré le fait que Lev ait fini de parler, l'écho de sa voix résonnait encore dans la tête du jeune Lyer et plus cela allait, plus ce dernier avait l'impression de se faire sermonner. Comme lorsqu'il était.. petit? Même si on ne peut pas encore le considérer de 'vieux'.. Toujours est-il que Rafael n'appréciait pas particulièrement ce ton mais, encore une fois, ne dit rien. Mieux valait faire profil bas s'il voulait dormir au chaud cet hiver.

Soudain, Lev semble lever la main vers Raf et les muscles de ce dernier se tendent, presque comme s'il s'attendait à se faire frapper.
Il était bien conscient que ce n'était pas le genre du russe, que celui-ci était plus adepte de la violence verbale que physique mais il ne pouvait s'empêcher de se méfier. Tout chez Doubrovski éveillait son instinct de survie, que ce soit ses yeux sombres, son sourire narquois ou la cicatrice qu'il lui avait lui-même faite avec une vulgaire fourchette en plastique. Lev avait ce physique du mec que l'ont veut se faire mais que l'on craint.

▬ Surtout que j'en avais un peu rien à faire de te dénoncer toi, personnellement. J'ai balancé pour tout le monde. Sois pas égoïste. C'est avec toi que je me suis lié d'amitié, hm ? Ça a tenu combien, trois, quatre ans ? C'est bien qu'on est faits pour s'entendre.

Un rire amer secoue intérieurement Rafael. Lev avait choisi de devenir ami avec lui plutôt qu'un autre tout simplement parce qu'il n'avait pas eu le choix. Le suédois était le seul à ne pas savoir qui les avait balancé. Forcément qu'il s'était laissé embobiner. Et c'est d'ailleurs pour cela qu'il avait été profondément blessé lorsqu'il avait appris la nouvelle. Car Lev avait largement eu la chance d'avouer sa faute mais il avait toujours choisi de ne rien dire. Pendant quatre ans, il avait gardé le silence.
Quatre années où l'on a regardé Rafael d'une bien étrange façon sans que celui-ci ne comprenne vraiment pourquoi. Maintenant qu'il savait, il ne pouvait s'empêcher de penser que les autres avait du bien se moquer de lui.

Mais ce qui était encore plus incroyable c'est que pendant quatre ans, il n'y avait pas eu une seule âme charitable pour tirer le Lyer de sa misère.
C'était à cause de personnes comme ça que Rafael fermait toujours tout à clef, qu'il ne laissait jamais personne dans son angle mort et ne dormait que d'un œil.

Alors quand Lev posa la main sur son épaule, il résista à l'envie de se dégager, il se laissa faire mais devait paraître un peu crispé. Comment ne pas l'être?

▬ Tu vois une banque, quelque part ? Tu vois des sacs ? Des flingues ? Un juge ? Je crois pas. Si tu veux refaire ta vie pour effacer la tâche qu'est ton enfermement dans ton histoire, oublie toutes les conneries qui s'y rattachent. Sans moi, tu continuerais de braquer des banques. Ou tu serais en taule. Et tu aurais encore vingt ans à faire. Réfléchis. Il ne faisait que ça, réfléchir. Et ça le tuait. Avant, il n'avait pas besoin de ça. Peut-être qu'il était trop naïf, qu'il faisait trop confiance à Lev mais c'était tout de même bien plus pratique. Sauf que les choses avaient changé et que Rafael ne pouvait plus se permettre de penser comme ainsi. Il devait devenir comme tous ceux qu'il méprisait, penser à ses intérêts personnels avant de parler. Et fais pas semblant, je sais que tu adores ma compagnie.

Oh oui, vraiment, la compagnie d'un gars que l'on a manqué d'étriper la dernière fois qu'on l'a vu et pour d'excellentes raisons qui plus est, que demander de mieux. Rafael ne pouvait s'empêcher de faire le parallèle entre la situation présente et sa relation passée avec Lev. Oui, avant, il appréciait sa compagnie. C'était lui qui faisait en sorte que son séjour en prison ne soit pas si pénible. Il en était venu à aimer Lev et à aimer passer ses journées avec. Et ce même si ce dernier les passait à taquiner Raf ou à dire n'importe quoi, de manière générale.
D'un côté, cela rendait le suédois un peu nostalgique mais de l'autre, il se demandait s'il cela valait le coup de vivre une belle amitié fondée sur un énorme mensonge.

Il devait donc réfléchir à une réponse crédible, qui ne laissait pas entendre que tout était oublié mais qui lui permettait de s'assurer un endroit où dormir.
Après tout, si Lev était prêt à l'héberger gratuitement, ce n'était pas le cas des hôtels ou des appartements. Il n'avait pas vraiment le choix..

▬ Tu as tord sur tellement de choses que j'ai la flemme de toutes les relever pour te contredire..Il soupire, passe la main sur son visage un instant, comme s'il pesait pour la énième fois le pour et le contre de la situation. Il relève le regard vers son ex-ami et dit, sans vraiment croire que ces mots sortent de sa bouche:C'est d'accord.. je suppose.. Mais au moindre truc louche, je me casse.

Rafael se fit la promesse de partir au premier souci mais il savait qu'il aurait bien du mal à la tenir car il était bien trop dépendant de la présence de quelqu'un et que même s'il partait, il aurait de nouveau nulle part d'autre où aller.. Il pourrait toujours piquer de l'argent à Lev avant de partir mais si ce dernier alertait la police, il retournerait en prison et de ça, il en était hors de question.
HRP: moi aussi, avec tellement de puissance omg


BLONDIE & DOUDOU
Words can lose their meaning once you walk away,
Promise me that you'll love me, watch me as I fade,
I'll give you all the things that these lions never gave
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lev Doubrovski
〚 DOUDOU 〛

avatar
profil
Messages : 28
Date d'inscription : 29/10/2015
Sur l'avatar ? : Jack Falahee

MessageSujet: Re: ain't it fun, living in the real world? [DOUDIE.]   Dim 3 Jan - 11:58

   
some of us have to grow up sometimes

   
Feat Lev & Rafael

   

Lev sent son ex-ami/futur ex-ennemi se crisper lorsqu'il pose sa main sur son épaule. Il la retire alors avec un petit sourire réconfortant dont il ne cherche même pas à savoir si il est sincère ou pas.

▬ Tu as tord sur tellement de choses que j'ai la flemme de toutes les relever pour te contredire...

Un ricanement secoue le jeune homme. Bien sûr. Ou alors il n'en a pas envie - parce que même s'il pouvait, il se refuserait sans doute à renforcer l'animosité entre eux. Animosité qui n'est même pas réciproque, puisque Lev n'éprouve aucun sentiment de rancune à l'égard du suédois. Et on a beau dire, il pourrait. Il s'est tout de même vu infliger une cicatrice à cause d'une fourchette en plastique. À cause d'une bêtise (oui, c'est une bêtise) qui remontait alors à quatre ans et qu'il n'avait même pas cherché à lui cacher. Rafael a vraiment exagéré pour le coup.

▬ C'est d'accord.. je suppose.. Mais au moindre truc louche, je me casse.

Nouveau rire. Il a vraiment l'air d'accepter à contrecœur. Lev ouvre grand les bras comme s'il avait l'intention de donner une accolade à Rafael, ce qui lui vaudrait sûrement une bonne claque dans la figure. Au lieu de ça, il les maintient en l'air en s'écriant :

▬ Bah voilà ! C'était pas si compliqué que ça, si ? Franchement j'vois mal quel truc "louche" je pourrais faire. J'ai plus les moyens de créer des embrouilles comme avant.

Il fait un clin d'œil à l'autre et laisse retomber ses bras, tout sourire. Puis il se penche et examine le sac de Rafael, comme si cet objet au vécu difficile méritait beaucoup d'attention.

▬ J't'accompagne ? Ou tu veux visiter la ville un peu ? Ton sac risque de pas tenir le coup. Au pire je te donne l'adresse, tu fais ta vie en ville, tu te prends un frappucino au Starbucks du coin et tu reviens quand ça te chante, hein. Mais évite de jouer les rebelles en jouant au clochard pour me montrer que toi aussi, tu peux me trahir ou je sais pas quoi.

Le russe regarde son ami (oui, c'est son ami maintenant. Si si.) avec méfiance l'espace d'un instant mais change son expression en un sourire chaleureux et sincère alors qu'il recule d'un pas comme pour donner plus d'espace au choix de Rafael.
   
   
© MissKat pour Epicode

c'est nul buhuhuhu D8 mais tu sais ce qui n'est pas nul ? Le Doudie.


SO YOU GOTTA FIRE UP, YOU GOTTA LET GO
YOU'LL NEVER BE LOVED TILL YOU'VE MADE YOUR OWN
YOU GOTTA FACE UP, YOU GOTTA GET YOURS
YOU NEVER KNOW THE TOP TILL YOU GET TOO LOW
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rafael Wilheim
〚 BLONDIE 〛

avatar
profil
Messages : 56
Date d'inscription : 04/11/2015
Sur l'avatar ? : Xavier Samuel

Personnage
Age: 26
Pouvoir: Vecteurs
Race précise: Lyer

MessageSujet: Re: ain't it fun, living in the real world? [DOUDIE.]   Mer 6 Jan - 15:14

god knows how hard we try



▬ Bah voilà ! C'était pas si compliqué que ça, si ? Franchement j'vois mal quel truc "louche" je pourrais faire. J'ai plus les moyens de créer des embrouilles comme avant.

Oh, on trouve toujours les moyens. Surtout lorsque l'on s'appelle Lev Doubrovski. Même si, pour s'attirer des ennuis, Rafael n'avait pas besoin de lui. Il y arrivait très bien tout seul et se trouvait souvent à comparer à un énorme aimant à problèmes. Partout où il allait, il semait le trouble et la terreur.. enfin, non, à moins d'être dans un western. En réalité, c'était bien plus subtil. Il n'avait pas de très gros problèmes - à part sa trahison, la prison et son problème de confiance, ce qui fait déjà beaucoup tout de même.. - mais la malchance semblait le coller comme des fringues trempées. Si quelque chose était posé en équilibre sur le rebord d'une fenêtre et qu'il passait à côté, vous pouviez être sûr qu'elle tombait. Ce genre d'incidents arrivaient régulièrement - une fois, une bouche d'incendie avait même explosée à son passage et il s'était enfui en courant par peur d'avoir encore des ennuis avec la police - particulièrement quand il était anxieux ou en colère. Peut-être que c'était le karma, que quand il ressentait des émotions négatives, il s'en prenait plein la gueule...? Plutôt injuste, ce karma.

▬ J't'accompagne ? Ou tu veux visiter la ville un peu ? Ton sac risque de pas tenir le coup. Au pire je te donne l'adresse, tu fais ta vie en ville, tu te prends un frappucino au Starbucks du coin et tu reviens quand ça te chante, hein. Mais évite de jouer les rebelles en jouant au clochard pour me montrer que toi aussi, tu peux me trahir ou je sais pas quoi.

Lev fit un pas en arrière, ce qui donna un peu plus d'espace vital à Rafael qui sembla se détendre légèrement et respirer. C'est en inspirant qu'il se rendit compte qu'avec Doubrovski si près, il avait presque retenu son souffle, tellement il était sur ses gardes.

Cependant, le suédois n'avait d'autre choix que de remarquer que Lev semblait faire de réels efforts. Il aurait eu maintes fois l'occasion de caser une pique ou de l'enlacer au lieu de simplement lever les bras - oui car Rafael y avait cru et avait très légèrement reculé mais heureusement pour lui et sa crédibilité, son faux mouvement était passé inaperçu.
Toujours était-il que Lev s'était bien gardé de le faire et qu'il lui en était silencieusement reconnaissant. Peut-être qu'il avait changé, après tout.. A voir. Wilheim roula des épaules pour s'étirer tandis qu'il réfléchissait. Aucune des options ne l'enchantait guère mais il n'avait pas vraiment le choix; il lui était inutile de faire un tour en ville seul puisqu'il ne la connaissait pas et qu'il n'avait pas un sous. Cependant, il n'avait pas non plus hâte de se retrouver chez Lev, seul avec lui.. Rien que d'y penser, Rafael senti son ventre se nouer. Tant pis, il n'avait qu'à faire ça et si cela se passait mal, il pourrait toujours vomir sur le russe.

▬ Je sais pas.. Montre moi juste où c'est et on verra après.

Ainsi, Rafael verrait les alentours de l'appartement de Lev et s'imprégner des lieux de façon à ne pas se perdre les prochaines fois. Puis, s'il se sentait mal, il aurait besoin de sortir prendre l'air alors autant savoir où aller.

En vérité, tout cela angoissait un peu Raf. Où Lev le ferait-il dormir? Est-ce-qu'il y avait de quoi manger pour eux deux? Et si, par malheur, il n'y avait pas de verrou à la porte de la chambre ou de la salle de bains?!

Mon dieu, dans quoi venait-il de s'embarquer..


HRP: les feels Youhouu


BLONDIE & DOUDOU
Words can lose their meaning once you walk away,
Promise me that you'll love me, watch me as I fade,
I'll give you all the things that these lions never gave
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lev Doubrovski
〚 DOUDOU 〛

avatar
profil
Messages : 28
Date d'inscription : 29/10/2015
Sur l'avatar ? : Jack Falahee

MessageSujet: Re: ain't it fun, living in the real world? [DOUDIE.]   Dim 17 Jan - 15:04

   
some of us have to grow up sometimes

   
Feat Lev & Rafael

   
Je sais pas.. Montre moi juste où c'est et on verra après.

Lev sourit. Rafael n'a pas l'air très ouvert à la conversation, mais c'est déjà mieux que rien. Au moins, il a accepté. Et par-dessus la satisfaction et l'orgueil d'avoir réussi à se le mettre dans la poche - du moins, il tient quelque chose, après il faudra voir comment leur relation évolue, évidemment. Par-dessus tout ça, il est sincèrement soulagé de savoir que Rafael trouvera un endroit où dormir et de quoi manger. (Il cuisine très bien, Lev :DD) Après tout, des deux, ç'a toujours été Raf le colérique, celui qui en veut et qui agresse. Lev, lui, reste calme. Il ne s'est jamais vraiment énervé après le suédois.

   
▬ Pas de souci.

Il tend la main vers le sac de Raf en demandant du regard s'il peut le prendre - il connaît la réponse, bien sûr, ce sera un "non" pur et simple. Mais peut-être que Raf s'attend à ce que tous les gestes et paroles de Lev soient mesurés, comme s'il mijotait quelque chose de malsain, à ce moment-là, il serait très vigilant. Mais la nonchalance et les questions polies que le russe pose trahissent une désinvolture plus qu'évidente, voyons. Enfin, tout ça, c'est dans le cerveau de Lev, aussi bien Rafael s'en fiche et va refuser de se faire tenir son sac parce que c'est le sien et qu'il n'a pas confiance en Lev. Ça irait aussi.

  
▬ Alors, qu'est-ce qui s'est passé après mon départ ? Ils ont fini par faire des fourchettes en polystyrène ?

Lev fait un clin d'œil à son ami et se remet en marche en s'attendant à être suivi par l'autre. Il commence à faire sombre et vraiment froid. Le russe glisse les mains dans les poches de son manteau, plus que ravi.
   
   
© MissKat pour Epicode

RAFAEL EST TROP KAWAII BUH ♥ par contre j'ai plus trop trop d'idée, tu clos ou ? D:


SO YOU GOTTA FIRE UP, YOU GOTTA LET GO
YOU'LL NEVER BE LOVED TILL YOU'VE MADE YOUR OWN
YOU GOTTA FACE UP, YOU GOTTA GET YOURS
YOU NEVER KNOW THE TOP TILL YOU GET TOO LOW
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rafael Wilheim
〚 BLONDIE 〛

avatar
profil
Messages : 56
Date d'inscription : 04/11/2015
Sur l'avatar ? : Xavier Samuel

Personnage
Age: 26
Pouvoir: Vecteurs
Race précise: Lyer

MessageSujet: Re: ain't it fun, living in the real world? [DOUDIE.]   Mar 26 Jan - 15:18

i'll forget but i'll never forgive



▬ Pas de souci.

Rafael observe la main tendue devant lui et semble hésiter un instant mais renonce. Il est trop tôt pour qu'il confie de nouveau quelque chose à Lev. Surtout pas le peu qu'il lui reste. Alors il jette un regard méfiant aux alentours avant d'enfiler son sac à dos, peu rassuré à l'idée de laisser la poche avant  si exposée même s'il essaye de se rassurer en se disant que ce n'est pas où sont rangés les biens les plus importants.

▬ Alors, qu'est-ce qui s'est passé après mon départ ? Ils ont fini par faire des fourchettes en polystyrène ?

Lev se met en marche et le Lyer le suit. La nuit commence à tomber et ce n'est pas pour rassurer ce dernier. Il se trouve en terres inconnues, accompagné de la mauvaise personne.

▬ Non. Mais ils m'ont séparé des autres pendant plusieurs jours, du coup.

Ces jours avaient été très éprouvants pour Rafael. Non seulement il avait été marqué par la trahison de son ami mais également par la honte d'avoir été berné si longtemps, le tout formant une plaie béante dans le cœur du jeune homme, plaie toujours en cours de guérison.
Mais oui, les premiers jours avaient été les plus douloureux, ceux où la blessure n'avait fait que de le ronger de l'intérieur, où il en avait voulu au monde entier mais surtout à lui-même parce qu'il avait été un idiot.

On pourrait dire qu'il n'y met pas du sien, qu'il devrait se concentrer sur les aspects positifs de son séjour en prison et se souvenir de ce qu'il y avait appris. Mais il trouvait ce concept stupide car, de toute évidence, il avait dicté par des personnes dont le seul souci était de savoir ce qu'ils allaient pouvoir porter le lendemain ou s'ils allaient avoir le temps de regarder le dernier épisode de Supernatural avant de tomber de sommeil.

Bien sûr, Rafael avait fait parti de ces gens. C'est d'ailleurs pour cela que le réveil fut brutal. Mais à présent, il devait à tout prix passer à autre chose, se convaincre qu'il n'avait plus rien à craindre alors autant se servir de Lev pour ça.

Le suédois soupire et tente de se décontracter le plus possible.

▬ On pourrait changer de sujet? La vie ne se résume pas à la prison, tu sais.



HRP: je pense qu'on peut clore :B


BLONDIE & DOUDOU
Words can lose their meaning once you walk away,
Promise me that you'll love me, watch me as I fade,
I'll give you all the things that these lions never gave
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


profil

MessageSujet: Re: ain't it fun, living in the real world? [DOUDIE.]   
Revenir en haut Aller en bas
 

ain't it fun, living in the real world? [DOUDIE.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ain't it fun, living in the real world? [DOUDIE.]
» real nan cho
» THE REAL PROBLEM WITH HAITI
» [Real Madrid] Riki Kaka'
» Real Life Bolter!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Autres :: RP des Membres-