top school rpg
top all rpg
revelation top site
communaute des admins forum

Partagez | 
 

 Saïd O. //are you deranged like me? are you strange like me?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Saïd Oseer
they say stay in your lane, boy;

avatar
profil
Messages : 10
Date d'inscription : 06/07/2015
Sur l'avatar ? : Rami Malek

MessageSujet: Saïd O. //are you deranged like me? are you strange like me?   Lun 14 Sep - 3:45
 
   
„ You're only happy when your sorry head is filled with dope ”
⭐ NOM — Oseer

   ⭐ PRÉNOM — Saïd Abraham

   ⭐ SURNOM — X

   ⭐ ÂGE — 20 ans

   ⭐ SEXE — Homme

   ⭐ ORIENTATION SEXUELLE — Bisexuel

   ⭐ POUVOIR — Ressentir les émotions des êtres vivants -incluant la nature-

   ⭐ RACE — Mizu - Poisson Bêta

   ⭐ RÉGION — Nationalité Française, Origine Égyptienne

   ⭐ FEAT — Rami Malek
   
 
everything is blue, his hands, his pills, his jeans, and now i'm covered in the colors pulled apart at the seams;
⭐ PHYSIQUE —

   Des yeux tristes, un peu perdu, mais surtout vides. La tristesse est souvent liée au vide de l’âme, de l’être. Saïd se croit guérit, alors qu’en fait il n’est que brisé. En milles morceaux. Ses grands yeux voient trop, et cela ne peut qu’endommager son état d’esprit. Mais Saïd a une beauté silencieuse, un regard qui gêne autant qu’il attire. Lorsqu’il pose ses yeux sur vous, on se sent magnétisé par ses grandes pupilles d’un brun sombre qui ne peut qu’éveiller les questions, les hypothèses, sur l’étrange personnage d’Oseer. Mâchoire carrée, lèvre assez bombée et nez arlequin, il a tout d’un physique pharaonien. Ses muscles sont découpés élégamment sur son corps, ses membres sont fins, le permettant de bouger gracieusement et à son aise. Les écailles parcourant sa nuque rajoutent de la distinction à son être. Sa silhouette svelte éveille l’envie et la jalousie, autant chez les femmes que chez les hommes. Sa peau basanée déborde de santé et est aussi lisse que de la soie. Ses cernes sous ses yeux ne peuvent lui rajouter que du charme : Saïd est bien singulier par son physique. Ses cheveux sont très minutieusement découpés, et met bien en valeur sa structure faciale.


   
⭐ CARACTÈRE —

   Anormal? Sûrement. Mais qu'est-ce qu'on considère de normal, dans ce monde pourtant si éclectique? Paradoxes et contradictions sont maîtres de la raison dans cet univers dilué de sens et de justice. Saïd, un simple garçon? Pas vraiment. Saïd sent tout, la colère des arbres, la douleur des insectes agonisant sur la route au êtres humains beaucoup trop euphoriques pour être conscient de la souffrance sévissant ce monde. Saïd sent trop, il aime trop, il haine trop, il souffre trop. Et ce, depuis son plus jeune âge. S'habituer? Impossible pour le jeune homme. Remède? La morphine. Aussi simple que ça. On considèrerait Saïd comme être faible dans certains pays, alors qu'on admirerait sa dévotion de l'autre côté du globe : et voilà notre théorie de monde éclectique qui vient de se solidifier. La Terre, c'est comme une maison d'une famille de trois générations, on y trouve de tout et de rien. C'est un monde fascinant dans lequel nous vivant, c'est un monde remplis de couleurs et de saveurs et d'odeurs mais de tant de malheurs. Mais on l'aime bien comme ça, notre petite Terre. C'est ce que Saïd se dit lorsqu'il ne sent plus rien, lorsqu'il est dans les nuages, lorsqu'il devient "aveugle", comme il dit. Lorsqu'il est normal, comme tout le monde. Saïd ne se considère pas comme étant un junkie, pour lui la morphine n'est qu'un simple remède à sa déviation intellectuelle -comme disait ses parents-. Cela lui permet d'avoir un petit repos dans sa vie bien agitée.

Saïd ne parle pas beaucoup, il garde sa salive pour ce qu'il considère important. Il ne va jamais donner des détails si ceux-ci ne sont pas demandés. On pourrait le considérer comme étant froid, voir même snob, mais c'est parce que Saïd à beaucoup de misère à communiquer avec les autres êtres humains, ce n'est pas parce qu'il est hautain. Il a juste énormément de difficulté, et ce petit problème n'est pas récent. C'est pour cela que ses amis sont peu nombreux mais qu'ils lui sont précieux. Grand penseur, Saïd erre souvent dans sa tête, se posant de multiples questions ou bien tout simplement en élaborant ses réponses dans sa tête et non à haute voix. Car Saïd aime bien réfléchir, les petits détails, mais pas comme un être humain normal.

Grand penseur, cela va de soit que Saïd soit un grand observateur, capable de deviner votre âge en observant vos traits physiques, de remarquer si vous avez eu une nuit blanche ou non. Bref, il fait très attention à ses petits détails qui peuvent décrire tout un personnage en un seul coup d'oeil.

   
everything is grey, his hair, his smoke, his dreams, and he's so devoid of color he don't know what it means; Halsey - Colors
   
„ I think there's a flaw in my code ”
Il aimait s’allumer une clope et regarder le tableau se trouvant au-dessus de son lit d’un air vide, d’un air libre. Il aimait regarder la fumée qui essayait de se trouver un espace dans ce tableau dénué de sens, sans pour autant y trouver sa place. Elle finissait alors par s’en aller brusquement, disparaissant alors à tout jamais. Il fumait la vie, l’envie, l’ennui, les amis et les ennemis. Il fumait la mort, les remords, les torts, l’or et les trésors et plus encore. Il se laissait porter par la forte odeur de nicotine qui remplissait ses petites narines. Il était bien. C’était étrange à dire, après tout, le jeune Égyptien ne l’avait pas eu facile. Mais il était là, vivant et heureux. Chose qui lui avait semblé impossible auparavant.

Sur cette pensée, il sorti son sachet de morphine et se mit à mouler les petites pilules, sentant qu’il commençait à ressentir de nouveau.

Saïd n’a jamais vraiment été un enfant modèle, il était trop ci, trop ça, trop cela. Aux yeux de ses parents, il n’était qu’un fardeau, puisque jamais il n’allait pouvoir reprendre le petit magasin familial. On l’avait su dès le début, lorsqu’on avait remarqué ses écailles microscopiques d’un bleu nuit envoutant. Il s’avérait que le jeune Oseer était un être singulier, une mutation de la race humaine résultant d’une union tout à fait banal. On blâma les dieux sans avoir vraiment de raisons valides autre que « il est différent ! ». Comme si c’était la pire chose qu’un être pouvait être. On le pointa du doigt, déclarant qu’il n’allait être que source de malheur dans la famille. Il faut dire qu’ils n’avaient pas totalement tord, mais il portait malheur pour d’autres raisons que sa condition physique.

Saïd voyait trop, il savait trop. Il posait trop de questions pour que cela soit considéré comme acceptable. Les professeurs le trouvaient vaniteux, les autres élèves ne l’aimaient pas car il ne parlait pas « normalement ». Il n’était pas comme les autres enfants, il avait ce petit quelque chose qui le mettait à côté de la plaque, dans son coin, singulier. Bizarrement, cela n’affectait pas vraiment le jeune animalik, qui était trop occupé à ressentir le mépris de sa famille sur sa personne pour avoir à se préoccuper des regards étrangers.

Ce mépris l’obsédait, le forçait à passer des nuits blanches à être paranoïde pour ses notes à l’école. Il devait être le meilleur possible. Cela se déroula très bien grâce à son QI très élevé, jusqu’au collège. Il découvrit toute sorte de chose : nicotine, morphine, les drogues dures et encore. Il n’avait aucune gêne à se créer un personnage pour pouvoir obtenir ses biens, qui lui permettait d’oublier pendant quelques heures. D’arrêter de ressentir, de souffrir, de mourir lentement pour des émotions qui n’étaient pas les siennes. Car, que vous le vouliez ou non, quand notre pouvoir est de ressentir les émotions, il n’y a pas de bouton « off », il faut carrément bloquer ses sens. Et c’est ce que Saïd faisait, il était constamment sous l’effet de drogues, l’empêchant de se concentrer sur ses études. Ses notes baissaient drastiquement et il ne pouvait rien faire d’autre qu’observer cet effet papillon de ses pupilles dilatées, vides de vie.

Ses parents n’en pouvant plus, ils décidèrent de l’envoyer dans une maison pour jeunes ayant des troubles par rapport à l’addiction. Il faut dire que c’était tout de même approprié. Un seul problème : Saïd n’avait aucune envie d’être en désintoxe, car sans sa morphine, il allait se remettre à avoir mal et à être paranoïaque. Certes, il avait encore mal et était parfois paranoïaque mais moins que lorsqu’il n’utilisait pas. Pour lui, la drogue se fut une bénédiction. Étrange à dire, car la drogue est loin d’être un bénéfice pour notre santé, mais pour la santé à Saïd, elle l’était, bénéfique. Il resta dans cette maison pendant quelques mois, il arrête d’aller à l’école pendant ce temps-là, étant incapable de continuer ses études. Grâce au psychologue, il fut capable de se reprendre en main. Il quitta le foyer familial pour terminer ses études en France.

Il n’arrêta pas de consommer pour autant, mais il ne consommait plus autant qu’avant, juste assez pour étouffer son pouvoir, mais pas assez pour étouffer ses émotions à lui. Cela dura jusqu’à la fin de ses études, par la suite il fut incapable de continuer et le revoilà prit dans ce cercle vicieux. Il est capable de payer son appartement et quelques dépenses mais s’il continue comme cela on va faire que d’une bouchée de lui.


   
© Jibunnie pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nélyss Thurman
if these wings could fly;

avatar
profil
Messages : 79
Date d'inscription : 18/07/2015
Sur l'avatar ? : Àstrid Bergès-Frisbey

Personnage
Age: 18
Pouvoir: Contrôle des sens
Race précise: Harpie

MessageSujet: Re: Saïd O. //are you deranged like me? are you strange like me?   Lun 2 Nov - 18:41
Oopsie, on avait pas vu celui-là, vraiment désolée.
Je suppose qu'on peut valider, mieux vaut tard que jamais?
Sérieux, j'suis désolée.

BISOUS, JE T'AIME ♥♥♥

ps; la morphine, c'est le mal et j'espère pour ton perso qu'il n'est pas sensible à des effets secondaires parce que c'est pas fun



you wake every morning
to fight the same demons that left you so tired the night before and that, my love, is bravery.

codage par whatsername.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Saïd O. //are you deranged like me? are you strange like me?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 07. Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde
» Ces vérités étranges qui parfois vous traversent l'esprit
» The strange country ! [Pv Eleven ]
» You met me at a very strange time of my life. |-| w/ Harley Teller
» Weird Pension

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Administration :: Présentation :: Personnage :: Présentations Validées-