top school rpg
top all rpg
revelation top site
communaute des admins forum

Partagez | 
 

 Regroupement. [EVENT I] [OUVERT A TOUS LES MEMBRES]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Compte Fondateur
x Compte Fondateur x

avatar
profil
Messages : 1653
Date d'inscription : 27/05/2012

MessageSujet: Regroupement. [EVENT I] [OUVERT A TOUS LES MEMBRES]   Sam 28 Fév - 22:24



Regroupement.


Fuir n'est pas la solution.

Tout le monde en est conscient. Cliché ou réalité, il est de fait reconnu que la plupart des Animaliks sont dotés d'une force de caractère plutôt admirable. Et ce soir,tout le monde compte sur eux pour en faire preuve. Eux-mêmes, certains humains qui se battent contre leur propre espèce... Et lorsqu'ils ne sont pas surveillés par l'étrange nouveau directeur, l'administration et tout le personnel même de l'internat prient pour que leurs élèves et leurs congénères réussissent à repousser cette force humaine. Cet internat a été créé pour accueillir les Animaliks, afin qu'ils trouvent enfin un lieu de refuge sûr et chaleureux. Et si cette sécurité est menacée par les humains, cette majorité d'oppression, il ne fait aucun doute que tous ces jeunes gens, internés ou non, courageux ou non, parviendront à les repousser et retrouver leur paix d'antan. Celle qui s'était doucement installée dans la ville en même temps que tous les individus concernés.

Mais pour l'heure, il faut s'organiser. Se réunir. Et discuter. Le directeur n'a pas pointé son nez à l'internat ce jour-ci, l'on estime par conséquent qu'il ne viendra pas cette nuit. Cela fait quelques jours que l'on parle de se réunir en invitant les élèves à venir à l'internat pour participer à cette grande concertation, mais c'est la C.P.E, crainte et admirée de tous, qui a décidé que cela se ferait. Elle a ordonné de pousser les casiers dans les coins du hall, les bancs, et d'installer une estrade au fond du hall, ainsi qu'un micro qui permettrait à chacun de s'exprimer clairement, sans avoir à s'égosiller pour couvrir le bruit de la foule qui, sans doute aucun, sera agitée. En premier lieu, cette décision a étonné le personnel, qui connaissait la dame respectueuse des règles et des principes. Mais elle-même a dû comprendre que dans l'ambiance sombre et oppressante de la ville, les règles n'avaient plus lieu d'être. Elles avaient déjà été brisées par les mains dures et glaciales du nouveau directeur. Aussi, pour le bien des élèves et même de tous les Animaliks de la ville, personne n'a hésité à participer à l'organisation de cet événement dans le dos du directeur.

Les yeux du jeune Lainks se lèvent sur la grande horloge accrochée au mur. Minuit a sonné depuis seize minutes, et les premiers groupes ne devraient pas tarder à affluer. Ce soir, personne ou presque ne risque de venir seul ; les Animaliks ont pris l'habitude de se déplacer en groupes, plus qu'auparavant. C'est plus sûr, évidemment.
Le jeune surveillant, tremblant d'appréhension et d'excitation, fait quelques derniers pas dans l'immense hall, effectue un dernier test sur le micro et quitte enfin la salle. Il a vérifié toutes les entrées : celle à l'arrière du réfectoire, par le parking des professeurs... toutes les portes susceptibles d'être empruntées par les habitués qui n'ont normalement pas le droit de pénétrer dans l'enceinte de l'internat ; mais qui ne se gênent jamais !

Il regarde une dernière fois la scène devant lui, là où, bientôt, des tas d'Animaliks afflueront pour s'exprimer et prendre une décision collective sur l'attitude à adopter.
Puis il part, laissant la place à tous ses congénères.

Et bien peu de temps après, ils arrivent. Par petits groupes pour les plus vigilants, seuls pour les plus audacieux, certains descendent seulement de leurs dortoirs. Tous excités, déterminés, effrayés, hésitants, ou même résignés. Tous, ils ont quelque chose à dire. Élèves ou pas, majeurs ou pas, ils ont tous leur mot à dire, parce que ce soir, c'est une partie de leur avenir qui est en jeu. De leur avenir à tous.

[Voilà ! Les réponses sont ouvertes, à vous de jouer !]



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://internat-animalik.forums-rpg.com
Crow Reenson
Pyromane

avatar
profil
Messages : 136
Date d'inscription : 18/10/2013

Personnage
Age: 21 ans
Pouvoir: Feu
Race précise: Baggera

MessageSujet: Re: Regroupement. [EVENT I] [OUVERT A TOUS LES MEMBRES]   Dim 1 Mar - 19:46



Oh dear, we are in trouble...


Presque tout l'Internat était rassemblé, ce soir. Il leur avait suffit de descendre dans le hall. Des personnes extérieures étaient présentes aussi : d'anciens élèves, de simples résidents, des professeurs... tous Aniamliks, bien entendu. Aucun humain n'aurait été toléré, et lorsque quelqu'un n'avait pas des particularités physique animales assez prononcées, il se faisait regarder en chien de fusil.
Heureusement, Crow était parfaitement reconnaissable, dévoilant pour une fois sans crainte ses oreilles touffues, et cette longues queue caractéristique des léopards des neiges. De toute façon, on ne se méfiait pas de lui. Il avait été élève seulement quelques mois à l'Internat, mais la plupart de ses connaissances ne l'avaient pas oublié.
Venir assister au rassemblement lui était apparu comme une évidence. Le problème des humains était passé au niveau supérieur, et dans certains quartiers, ça tournait carrément aux guerres de gang. Il craignait pour sa vie, celles de ses rares amis ; pire, pour celle de Ryan. D'une manière ou d'une autre, il voulait agir. Rétablir la paix qui régnait dans cette ville, il y a encore un an, lorsqu'il était venu s'installer ici.
Ryan était venu avec lui. Ils étaient passés par une entrée discrète, comme les autres. La porte principale, qui donnait sur la rue, était close pour la nuit. Ce rassemblement était censé être discret, se faire entièrement dans le dos de possibles éléments perturbateurs. Il suffirait à un groupe agressif de remarquer le manège qui se jouait derrière les murs protecteurs de l'établissement pour débarquer, armés, et faire un massacre. Donc les volets étaient baissés, et les seules manières d'entrer était de connaître les failles de l'école, ses petits passages secrets. Les anciens élèves les connaissaient tous par le bouche à oreille. Les autres n'auraient qu'à suivre.

Le couple était arrivé dans le hall, donc, plein de jeunes gens. Peu d'adultes étaient présents : il s'agissait surtout de professeurs, des CPE, etc. Il reconnut de vieilles connaissances ; la silhouette massive de Ed, celle plus frêle de Roméo, les cheveux rouges de Telkah... Uniquement des présences rassurantes. Il fut heureux de les savoir en bonne santé. On avait déjà déploré les agressions, voire les meurtres, de nombre d'élèves. Il fut plus surpris de voir un haut-de-forme fendre la foule, véritable anachronisme qui dominait tout le monde d'une tête.
D'abord agrippé à Ryan, Crow fut séparé de lui lorsqu'ils s'approchèrent trop de la foule. Il le perdit de vue dans la masse. Bah, il saurait se débrouiller tout seul, et ils se retrouveraient plus tard. Il se tourna vers les coursives, qui courraient au première étage du hall. Elles donnaient sur les dortoirs. Il trouva un escalier et y monta. Il se souvenait parfaitement du plan de l'Internat, même si il n'y était resté qu'une courte période. En haut, accoudé au garde-fou, il eut tout le loisir de contempler la salle.

En fait, il n'y avait pas tant de monde que ça. L'effectif était même beaucoup plus réduit que ce à quoi il s'attendait. Il comprit avec frayeur que, terrifiés par la situation et le danger qui les guettait, beaucoup d'élèves avaient fuit l'école pour aller retrouver leurs familles, ailleurs dans le pays ou dans le monde. Ceux qui étaient restés étaient ceux qui n'avaient nulle part où aller, ou ceux qui n'avaient pas peur. Ou juste ceux qui s'amusaient de la situation. Il parcourut l'assemblée de ses yeux outremer, jusqu'à repérer avec soulagement Ryan. Il ne s'inquiétait pas pour lui, et puis ici, ils étaient en sécurité et entourés d'amis pour la première fois depuis longtemps.

« Reenson. »

L’intéressé sursauta. Ludwig l'avait rejoint sur la coursive, en l'apostrophant d'une voix presque trop calme pour une situation aussi exaltante, teintée d'un accent irlandais presque comique comparé au charisme qui se dégageait de sa personne. Crow ne l'aimait pas. Il détestait ses manières orgueilleuses et bourgeoises, et cette capacité à être assez égocentrique pour ignorer magnifiquement la souffrance d'autrui. En retour, Ludwig ne se gênait pas pour se moquer des origines un peu redneck de l'américain. Et puis il n'aimait personne, de toute manière, sauf lui-même.
Pourtant, pour une fois, la présence de l'irlandais ne le dérangea pas. Il était temps que tous les Animaliks apprennent à s'entraider, au lieu de s'entretuer en profitant de leurs pouvoirs.

« Tu es venu faire profiter le bas peuple de ta présence ? » ironisa-t-il en réponse.
Ludwig retira son haut de forme et passa une main dans ses mèches dorées. Malgré tout ce qui les opposait, et tout ce qui le repoussait chez l'irlandais, Crow n'avait jamais pu ignorer la noblesse qui se dégageait de lui. Malgré sa personnalité ignoble.
« Je suis surtout venu voir si Eleonor est en sécurité en restant dans cette ville. Si tout le monde ici continue à se faire marcher sur les pieds, nous partirons. C'est plus sûr. »

Il avait raison, Crow le savait. Il se demandait aussi si Ryan et lui ne feraient pas mieux de s'enfuir. Ce n'était pas lâche, ils joueraient la carte de la sécurité. Après tout, rien ne les rattachait à cette ville.
Sans répondre, il s'appuya à la rambarde et baissa à nouveau les yeux vers le hall, en dessous. Une estrade et un micro attendaient qu'on les enflamme.

« Maintenant... » reprit Ludwig, « Voyons quel divertissement ils nous préparent. »
Il souriait méchamment.





Dernière édition par Crow Reenson le Dim 1 Mar - 21:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Telkah Doubrovski
~ Cracheuse de venin ~

avatar
profil
Messages : 167
Date d'inscription : 18/10/2013
Sur l'avatar ? : Kathryn Prescott

Personnage
Age: 18
Pouvoir: Venimeuse
Race précise: Chamael

MessageSujet: Re: Regroupement. [EVENT I] [OUVERT A TOUS LES MEMBRES]   Dim 1 Mar - 20:38



Alone together against the world


Tout le monde est là. Et moi aussi. Mes yeux parcourent la scène avec une excitation empreinte de curiosité. Les gens se bousculent, discutent, toutes oreilles sorties. Une fille mal assurée vient de passer derrière le micro. Elle a parlé de proposer un arrangement aux humains, promettant de ne plus user de nos pouvoirs et nous transformer sans y être obligés... et évidemment, tout le monde l'a huée ; moi comprise ! Elle est rapidement descendue de l'estrade, écarlate, et avait fui aux côtés de son amie au visage visiblement exaspéré. Je lui lance un regard plein de mépris. Quelle abrutie... Ce n'est pas en distribuant des cookies et en se couchant que les choses s'arrangeront pour nous !

C'était la première fille à être venue, mais personne n'a suivi. Les gens continuent d'arriver. Certains répètent le discours qu'ils vont sûrement prononcer ce soir, sans avoir l'intelligence de se dire que ce ne sont pas les beaux speech préparés deux jours à l'avance qui vont nous aider et convaincre le public. Ce soir, ce sera la détermination, la logique et la fermeté. Tout ce dont je peux approximativement faire preuve. Je sais ce que j'ai à dire, et je le dirai avec plaisir si besoin est. Mais avant, laissons parler les autres, ceux en qui nous mettons nous nos espoirs.

Je reconnais tout le monde, évidemment. Enfin, tous les élèves de l'internat. Certains camarades, d'anciennes victimes, les gens que je n'aime pas - ou plutôt qui me craignent... Mais aussi les anciens, ainsi que ceux qui n'ont jamais mis le pied à l'internat et qui ont décidé de remédier à ça ce soir même, et cette fois ci pour la bonne cause.

Je suis partie un peu en avance, en demandant (un peu fermement peut-être) à Fred de me rejoindre avec Lena. On ne pouvait pas la laisser à la maison, puisque personne ne pouvait la garder, et que cette petite énergumène d'un an et demi ne peut pas rester une soirée toute seule. Cela dit, je n'ai pas spécialement envie de me la coltiner tout au long de la soirée. Je ne veux pas me pointer sur l'estrade en gentille maman responsable qui tient sa petite louloute dans ses bras.
J'ai reconnu une silhouette, celle de Crow, flanquée de son grand blond de copain. Ils ont vite fait de se séparer, et quand l'autre, Bryan, Ryan, un type avec un prénom de merde, passe devant moi, je lui fais un croche pied avec un grand sourire. Il me jette un regard glacial en marmonnant un « pouffiasse » à peine étouffé. Je fais un pas en lui souriant et crie à moitié pour couvrir le bruit des conversations qui s'animent autour de nous :

« Si Winnie n'est pas content, il ferait mieux de s'en aller. Ton avis de pseudo-brute défenseur de chatons ne nous sera d'aucune aide... »

Il recule et écrase mon pied avec ses grandes paluches qui doivent approcher le zéro absolu.

« Et je suppose que toi tu nous seras utile, tu dois en connaître un rayon sur ce qui est susceptible de se produire sur les trottoirs, hmm ? »

Je ricane et m'écarte. Si lui est sérieux, moi je m'amuse bien. Mais il attendra quelques heures de plus avant de se faire offrir sa stérilisation. Pour l'heure, il faut prendre des décisions. Sérieuses, je l'espère. De nouvelles personnes débarquent de partout, en passant d'un roux à l'air blasé à l'amoureux-chéri d'Adeline qui débarque tout droit de sa petite résidence à l'écart de l'internat.
Mais personne ne passe devant. C'est peut-être un peu tôt, mais ma patience a des limites qui sont très, très faciles à atteindre. Et elles ont été franchies. Voilà. Je décide enfin de faire claquer les talons quasi plats de mes bottes cloutées jusqu'à l'estrade, sans ressentir la moindre once de gêne ou d'appréhension face à tout ce beau monde. Je croise le regard d'un prof de physique qui ne peut absolument pas me blairer, et je lui fais un petit clin d'œil, narquoise. Il n'a jamais apprécié que je me moque de ses oreilles de Bouvier Bernois.

Je reporte mon regard perçant sur tout le reste de la salle, sans prendre la peine de me tenir particulièrement droite. Jambes et bras croisés, debout, j'élève ma voix qui, pour mon plus grand plaisir, est amplifiée par le son puissant du micro.

« Bon. Après la fifille pacifiste de tout à l'heure, je me permets aussi de donner mon avis, hmm ? J'ai pas d'idée précise, ou même de programme établi, d'ailleurs je pense que personne n'en a, ou ne peut se permettre d'en avoir. Tout ce que j'ai à dire c'est que ça fait suffisamment longtemps qu'on se fait martyriser. Et qu'il est temps de renverser la balance. C'est notre ville. Notre internat. Notre liberté. »

Je renifle et hausse les épaules, comme si tout ça m'était bien égal. Le fait est que ça ne l'est pas, mais je ne suis pas non plus particulièrement effrayée. J'ai appris par des sources sûres que les gens n'aimaient pas trop qu'on plaisante quand il s'agit de mort, de destin tragique et de carnage. Je ne comprends pas vraiment pourquoi, mais parfois, il vaut mieux s'arranger pour rentrer dans le moule.





aren't u tired of always being mad at the world?
won't u just admit u don't care?
telkah e doubrovski


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Holiday Kingsley
Timide

avatar
profil
Messages : 3
Date d'inscription : 21/05/2014

Personnage
Age: 22ans
Pouvoir: guérison
Race précise: Kitsune

MessageSujet: Re: Regroupement. [EVENT I] [OUVERT A TOUS LES MEMBRES]   Mer 4 Mar - 14:53
Si mourir ou tuer étaient les deux seules solutions?







J'entre dans le hall bondé d'élèves. C'est sûrement la première fois que je vois autant d'animaliks en fait. Mais je ne me sens pas forcément plus a l'aise que quand je suis au milieu des humains. Là j'ai juste moins peur de me faire attacher... J'ai juste moins peur qu'on me remarque et qu'on me fasse du mal. J'enlève doucement ma capuche et ouvre mon manteau, dévoilant mon ventre de femme enceinte et mon visage, cerné et pâle. J'accouche dans quelques semaines si tout se passe bien. Et tout se passera bien qu'on soit bien d'accord. Ma grossesse arrivera a terme. Et j'élèverai mes enfants. Seule. Mais je serai avec eux alors c'est le plus important.
Royals, mon compagnon, sort la tête de mon sac a main. Il est encore petit alors il peu encore y loger. Plus pour longtemps je pense. De toute façon je ne voulais pas le laisser tout seul a la maison, je préfère le savoir près de moi.
Je me cale dans un coin, n'ayant pas particulièrement envie de me mettre au milieu de tous ses adolescents excités et énervés. J'aperçois Ryan au loin... Lui ne me voit certainement pas. De toute façon même s'il me voyait il ne viendrait pas me voir. J'ai cru comprendre que le peu d'amitié entre nous était bel et bien terminé. Je ne suis même pas sûre qu'il viendrait me voir pour que je soigne s'il avait une blessure quelconque. Je suis redevenue, pour lui, une inconnue. Une femme qu'il a tout simplement oublier.
De toute façon qui suis je pour me plaindre. La pauvre petite Holiday Kingsley qui n'a pas d'amis ?
Les animaliks sont attaqués de partout. Les humains sont déchaînés. Ils sont... Juste plus dangereux.
Si je suis ici c'est simplement pour proposer mon aide en temps que médecin. Je ne serais pas utile pour autres choses. Mais si quelque chose se prépare, si les animaliks ripostent, ils auront besoin de moi ici. Et je veux aider a ma manière.
Je serai aussi d'une certaine façon, plus en sécurité que seule chez moi. Oui je l'avoue c'est un raisonnement bien ...hypocrite et tout. Mais bon. Je suis sûre que beaucoup de personnes pensent comme moi alors bon...
Les gens défilent sur l'estrade avec des idées plus ou moins bonnes. Je ne me prononcerai pas... Je suis pas faite pour ça. Je caresse doucement la tête de Royals en regardant un peu tout le monde autour de moi.
Mes yeux se posent sur un mec pas bien vieux avec un air pas très rassuré. Pire que moi. Il a deux bois sur la tête. Le pauvre. En plus il est plutôt grand... Le genre de mec qu'on ne peux pas ignorer. Il marche en essayant de ne toucher personne, tache plutôt compliquée : la masse mouvante adolescents est assez compacte. Au bout d'un moment il s'arrête. Près d'une fille aux cheveux rouge. Il la regarde avec un petit sourire gêné qui me fais sourire a mon tour.
Je tourne la tête de l'autre côté. Une fille … Très rousse se tortille pour arriver de l'autre côté de la salle. Elle a l'air de chercher quelqu'un... Ah tiens. Ed'. Lui je le connais par contre. La fille tend la main vers lui comme pour l'attraper. Elle porte une moue inquiète sur son visage.
C'est compréhensible. Qui n'est pas inquiet ici ? Juste les gens le font passer par des manières différentes. Certains pleurent. D'autres se mette en colère... On réagit tous de façon différentes.
Je suis impressionnée... Quand j'ai entendu dire qu'il y avait une réunion qui se préparait... Je n'aurai jamais imaginé qu'autant de personnes viendraient.




















Fiche by Pandawan, d'Epicode


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edwar Voralberg
Epanoui

avatar
profil
Messages : 272
Date d'inscription : 11/01/2013

Personnage
Age:
Pouvoir: Cogiste [PP = 30]
Race précise:

MessageSujet: Re: Regroupement. [EVENT I] [OUVERT A TOUS LES MEMBRES]   Mer 4 Mar - 18:15
FIGHT FOR LIBERTY AND BEER
and family

Ed lança un regard sur l'ensemble de la salle déjà pleine, il ne sera jamais a l'heure. Même pour les choses importantes de sa vie, il se voit bien arriver en retard a son propre mariage, si un jour il se marie et c'est pas demain la veille. Mais actuellement il ne pense pas a tout ça.

Actuellement Voralberg pousse des épaules en guise de bonjour et étale son grand sourire optimiste devant qui veut le voir mais il n'as pas d'optimisme de paix ou ce genre de chose. Il veut détruire tout ça. Détruire cette haine qu'on éprouve pour eux mais plus que tout détruire ceux qui font du mal a tout ces gens devant lui.

Il connait beaucoup de personne ici, il en apprécie plus d'une aussi accordant son amitié a n'importe quel personne qui le croisait dans un couloir. Et il ne supporte pas qu'on fasse du mal a sa famille. Tout ces gens ici, c'est comme sa famille et personne n'arrivera a les détruire tant qu'il sera la.

Pas qu'il aime particulièrement l'internat en sois. Mais c'est plutôt l'idée qu'il représente. Ce foyer pour tous ou personne ne vous regarde de travers a cause de vos ailes, oreilles, écailles... Il est unique et personne ne le reprendra.
Il sentit une main dans son dos et se retourna vers sa soeur. Roxy. Une colére sourde remonta encore dans sa gorge mais il lui sourit.

Si quelqu'un ose encore lui faire du mal il se jure de lui enfoncer ce qu'il lui reste de cerveau dans le trottoirs avant d'écraser son corps une ou deux fois avec sa bagnole d'occasion vieille comme le monde. Il s'apprête a lui parler mais il se tourne vers l'estrade en reconnaissant la voix de Telkah -chic fille celle la-

« Bon. Après la fifille pacifiste de tout à l'heure, je me permets aussi de donner mon avis, hmm ? J'ai pas d'idée précise, ou même de programme établi, d'ailleurs je pense que personne n'en a, ou ne peut se permettre d'en avoir. Tout ce que j'ai à dire c'est que ça fait suffisamment longtemps qu'on se fait martyriser. Et qu'il est temps de renverser la balance. C'est notre ville. Notre internat. Notre liberté. »

Ed fut partie des gens qui gueulèrent pour l'approuver. Ce n'est pas avec des paroles qu'on vas arriver a faire quelque chose et surtout protéger les gens qu'on aime.

<< Non ! >>

Ed fronça les sourcils en aperçevant le curé alias petit-ami de Tsume qui se retrouve sur scéne a coté de Telkah visiblement a moitié desesperé. Personne ne l'améliorera lui.

<< Non ! -il a de la voix quand il veut et même sans micro on l'écouta un minimum surtout que la déclaration de Telkah a quand même attirer plus d'attention que la jeune fille précédente- On ne peut pas continuer comme ça. Répondre a la violence par la violence ! Vous voulez qu'on nous traite de monstre ? Si nous répondons en attaquant se sera toujours nous les méchants dans l'histoire. Les monstres. Il...Il faut leur prouver qu'on est des humains comme eux. Il faut qu'on puisse vivre ensemble et que notre liberté ne soit pas juste la notre mais aussi la leur ! >>

Un concert de protestation suivit la déclaration de Roméo qui resta insensible et continua son discours que l'on entendait plus.

Arriveraient ils seulement a un semblant d'organisation ?


-c'est Roméo qui parle donc hein pas ed désolée si c'est pas clair ;w;-


FICHE PAR DITA | EPICODE



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylnodel Aerin
WATCHDOG;

avatar
profil
Messages : 1627
Date d'inscription : 13/10/2012
Sur l'avatar ? : Ashley Benson

Personnage
Age: 19
Pouvoir: Capacités Physiques Sur-développées.
Race précise: Wolve

MessageSujet: Re: Regroupement. [EVENT I] [OUVERT A TOUS LES MEMBRES]   Mer 4 Mar - 19:34



tonight, the foxes hunt the hounds

It's all over now; Before it has begun; We've already won


Tout le monde était là. Et tout le monde, ça fait beaucoup. Enfin, il devait bien y avoir certaines personnes un peu hyper-laxistes d'absents mais ils devaient être bien peu nombreux en comparaison à la masse d'hybrides qui ne cessait de s'accroître et de remplir la salle. Eren s'en rendit compte depuis un bout de temps, déjà. Depuis qu'il était entré dans la salle. Car il avait pris l'habitude de se balader en "humain" à cause des récents événements et avait malencontreusement oublié de se métamorphoser en arrivant. Beaucoup de gens l'avaient foudroyé du regard et lorsqu'il comprit quel était le problème, il le régla immédiatement. Au moins, il avait fait une entrée remarquée et théâtrale.

Puis, de plus en plus d'Animaliks débarquaient et c'était de plus en plus le bordel. Mais à situation désespérée, solution désespérée et l'internat avait bien besoin d'un remède miracle. Trop d'entres eux avaient été attaqués, moralement et physiquement. Ils ne pouvaient tout simplement pas rester assis les bras croisés.
Alors il y eût des discours, de brefs prises de paroles. Certains voulaient agir et d'autres attendre. Mais au moins, tous étaient d'accord sur un point: rester soudés.

Cela faisait un moment que Sly était là, adossée contre un mur, dans un coin de la salle. Elle avait écouté d'une oreille distraite un peu tout le monde mais ce qui l’intéressait vraiment c'était de sonder la foule et d'y trouver les personnes les plus importantes à ses yeux. Ce qui n'était pas une tâche facile car tout le monde ne cessait de gigoter dans tous les sens. Elle savait qu'Alexandre était hors de danger car il était allé aider son père, où qu'il soit, et Sylnodel lui avait envoyé un message en lui expliquant la situation et en lui demandant de ne pas revenir à l'internat pour le moment. Elle avait même passé sous silence son agression.
Il y avait également Tsume, elle l'avait croisée mais celle-ci était partie dans son coin fumer ou quoi. Mais la blondinette n'avait pas encore vu ni son meilleur ami, ni ses petits protégés et ça l’inquiétait beaucoup. Le brouhaha ambiant commençait déjà à l'énerver. Tout ce qu'elle voulait, c'était attraper les gens qu'elle aime, les foutre dans sa poche et se barrer avec jusqu'à ce que ça aille mieux.
Soudain, quelqu'un lui rentra dedans et elle manqua de tomber. Elle se redressa en grognant. Comment pouvait-on se cogner contre quelqu'un qui était dans le coin d'une pièce sans le vouloir ? Mais Sly resta calme. C'était une situation d'urgence et si elle commençait à se battre maintenant avec ce gars, d'autres pourraient se pendre des coups et vouloir en distribuer. Résultat: bagarre générale, plus d'internat, pas de plan, bye les Animaliks.

━ Fais gaffe.

En regardant derrière le garçon qui l'avait poussée, elle cru reconnaître quelqu'un. Plutôt grand, cheveux de jais. Elle s'approcha de lui en jouant des coudes pour l'atteindre.

━ Grey ?

L'intéressé se retourna vivement. Il fut d'abord surpris puis fronça les sourcils, comme s'il ne se souvenait plus de la Wolve. Sylnodel soupira.

━ C'est Sly, une amie de Lya. Tu l'as vue ?

Il baissa le regard un instant avant de le reporter sur la fille-loup. Elle comprit tout de suite que son amie n'était pas ici. Elle se demanda seulement si elle était en sécurité là où elle était et le garçon du le comprendre car il répondit faiblement:

━ Elle est à l'hôpital. Dans le coma.

Sylnodel aurait bien dit quelque chose. Mais elle savait que cela n'aiderait pas alors elle préféra ne rien dire. Elle avait toujours trouvé que des excuses n'étaient pas appropriées dans ce genre de situation. Et puis elle ne pouvait pas non plus prétendre comprendre sa douleur. Même si elle aussi plusieurs fois avait failli perdre un être très cher ( à vrai dire, c'était même arrivé, apparemment ) et elle avait détesté que les gens prétendent la comprendre. Elle hocha donc la tête et regarda Grey s'éloigner vers une autre fille, qui elle aussi était familière à Sylnodel. Une brune aux grands yeux bleus et clairs, une amie de Lya, sûrement..
Quand une voix qu'elle connaissait pris la parole. Une amie de Tsume. Elle se retourna vers l'estrade mais on lui bloquait la vue. Un petit blond, à peine plus grand qu'elle. Les cheveux ébouriffés du garçon et les oreilles rondes qui en dépassaient l'empêchaient de voir. Elle essaya de se mettre sur la pointe des pieds mais cette position était inconfortable et plutôt dure à tenir au milieu d'une si vaste foule alors elle se mis juste à côté de lui. Il lui semblait l'avoir déjà croisé mais elle ne lui avait jamais parlé. Elle fronça les sourcils en tentant de se rappeler où elle l'avait vu mais il remarqua qu'elle le regardait et il lui sourit narquoisement. Sylnodel détourna le regard sur la scène. Elle reconnu immédiatement celle qui s'y tenait à son allure nonchalante mais également et surtout, à ses cheveux rouges. Sly l'avait croisée à plusieurs reprises à l'internat et même en compagnie de sa sœur et elle lui avait toujours trouvé une certaine.. classe ? Ouais. Mais à cause du Pandi, elle avait loupé la moitié du speech.
Mais le peu qu'elle avait entendu l'intéressa vivement. Un peu par désir de vengeance, sûrement. Mais de ça, la Wolve n'en avait pas conscience. Cependant elle ne cria pas avec les autres, observant l'estrade avec attention. Elle se demandait qui "oserait" prendre la parole avec tant d'exclamations enthousiastes. Il faudrait un minimum de coura-...

━ Non !

Sylnodel sourit, elle avait trouvé Roméo. Elle l'écouta. Beaucoup se mirent à protester mais elle poussa tout le monde pour pouvoir entendre car les oreilles de loup sont certes, plus utiles que celles des humains mais à force d'entendre les gens brailler, ça devient fatiguant. Elle se rapprocha donc suffisamment de la scène pour pouvoir entendre tout ce que son meilleur ami disait et aussi pour qu'il l'aperçoive.
En fait, ça l'agaçait fortement que les gens aient aussi peu de respect. Pourtant, c'est elle qui a été élevée par les loups. Mais le fait que ce soit la parole de Roméo que l'on coupe doit y être pour quelque chose. Elle avait fortement envie de monter sur l'estrade et de dire à tout le monde de fermer sa gueule, qu'on puisse s'entendre penser mais elle se retint.
Mais elle se jura que si ce foutoir continuait, elle interviendrait. Après tout, on est pas à la foire à la saucisse, à la base on essaye de sauver notre peau alors ce serait bien de coexister en s'écoutant les uns les autres. Même dans sa meute, ils le faisaient.






codage de whatsername.





she's the girl with a fairytale face but her mouth screams like a wolf's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian Bovero
killer

avatar
profil
Messages : 169
Date d'inscription : 22/06/2014
Sur l'avatar ? : Gaspard Ulliel

Personnage
Age: 26
Pouvoir: Contrôle des sensations
Race précise: Vampyr

MessageSujet: Re: Regroupement. [EVENT I] [OUVERT A TOUS LES MEMBRES]   Jeu 5 Mar - 12:41



We are the poisoned youth


Il y a trop de monde. Bien trop de monde. Non pas trop de monde pour qu'il ne se sente pas en sécurité, mais trop de monde pour qu'Adrian puisse correctement se concentrer.
Pourtant, il n'y a pas grand chose à méditer, dans toute cette foule et ce brouhaha constant. Tout ce qu'on dit sur les Animaliks ne sont pas qu'idées reçues et clichés. C'est vrai. Alors que les plus vieux sont enfin soulagés d'avoir passé la période dure que pourrait être appelée "l'adolescence Animalik" et ne veulent plus aider les plus jeunes, ces derniers sont totalement désorganisés, et les seuls qui pourraient les aider semblent être les humains qui eux sont en position supérieure par rapport aux hybrides. C'est vraiment déplorable, d'imaginer un groupe minoritaire être gouverné par une force d'oppression bien plus importante, mais... que faire d'autre ? Non, les Animaliks ne gagneront pas forcément. Et ça, Adrian s'en contrefout. Il a dix ans de plus que la plupart d'entre eux, et se fiche totalement de leur sort.

Il a cependant tenu à être là. Non seulement pour s'informer de ce que les Animaliks vont faire, mais également... trouver un ou deux hybrides extrémistes qui ne demanderaient qu'une chose ; la mort des humains. Et d'humains précis, peut-être. Il pourrait en profiter, transformer cette rage en billets. Gagner de l'argent en échange d'un meurtre. N'est-ce pas la chose la plus rentable du monde ?
Il entend une fille faire un discours franchement ridicule, et ricane en traversant les rangs, détendu comme jamais. Un autre lui répond par la négative, il y a des acclamations... il lève alors la tête, tout de même curieux de ce qui se passe.
Un jeune homme, qui a l'air sorti tout droit d'une église fait un caprice par rapport aux humains, blabla, à ce qu'on doit faire, blabla. Encore un partisan de la paix. C'est ce genre de personnes qu'on m'aurait fait tuer si Konrad n'avait pas fait n'importe quoi... Il repense avec amertume à ce qu'a fait l'autre, et décide de passer à autre chose. Ce n'est pas le moment.
Il continue de déambuler, se frayant sans mal un chemin entre les élèves révoltés et les professeurs engagés. Sa carrure aide beaucoup, c'est sûr.

« Mais bon sang, Roméo ! » entend-il la fille s'agacer. « Ils nous traitent déjà de monstres, et je doute qu'agiter un mouchoir de soie blanche sous leur nez les convaincra de nous laisser tranquilles. La liberté s'arrête là où commence celle des autres, ai-je entendu dire. Où tu vois notre liberté ? On ne peut pas se promener oreilles découvertes, nos ailes et nos écailles doivent être camouflées, il faut qu'on se déplace en groupe pour être tranquilles, et encore... Ils ont trop longtemps eu la liberté d'écraser la nôtre, et ça suffit. »

Adrian soupire de nouveau. Faites donc taire cette stupide fille, tout le monde sait que pour gagner il va falloir exterminer tous les humains nuisibles, c'est-à-dire beaucoup. Sauf que personne n'est capable de ça, parce que la plupart s'évanouissent à la moindre vue du sang. Les yeux clairs du tueur se lèvent sur la fille aux cheveux rouges. Il a déjà entendu parler d'elle, il faut dire que lui non plus n'a pas forcément de bonnes fréquentations. Ce qui est compréhensible, vu son travail. Et cette fille c'est typiquement le genre qu'on pourrait lui demander de tuer un jour ou l'autre. Elle n'est pas totalement innocente dans ce domaine-là non plus. Sauf qu'elle n'a pas l'air bien agressive quand, voyant un petit blond (un Shika, en tout cas) la regardant en dessous de l'estrade, elle le saisit et le fait monter dessus avec elle.
Un type passe à côté de lui, assez petit, des oreilles d'ocelot à moitié cachées entre deux mèches de cheveux brunes. Il se précipite vers une fille blonde, qu'il reconnaît comme la sœur d'une certaine Tsume, fauteuse de troubles assez comique à son goût (il sait se renseigner Adrian). Le jeune ocelot tape sur l'épaule de la blonde en lançant de sa voix douce :

« Eh, Sly ! T'aurais pas vu Adeline ? Et toi, ça va ? C'est le bordel. Cette fille dit n'importe quoi... »

Même avec le bruit qui recouvre ses paroles, Adrian sent l'amertume et un certain mépris dans sa voix. Il ne doit pas beaucoup aimer la rouge. Boarf. Histoires d'adolescents capricieux.
Il lève les yeux vers les coursives, plus haut, pour constater avec agacement que deux personnes y sont déjà. Foutus asociaux qui ont peur de se mêler à la foule, à leurs semblables.
Or, lui aussi commence à être lassé de tous ces inconnus qui laissent libre cours à leur excitation, guidés par l'ambiance générale, et qui n'hésitent pas à le bousculer. Il fait agir son pouvoir sur un ou deux d'entre eux, en croise un troisième qu'il reconnaît pour son arrogance, ses affreux cheveux blonds et surtout son regard moqueur aux nuances bleu claires. Il l'a déjà vu, lui. Ça remonte à plus d'un an, mais il se souvient parfaitement de sa petite personne. Il bouscule le Kuma, et se rend jusqu'au seul coin vide de la salle. Qui ne l'est en fait plus, puisqu'un autre type en manteau l'a rejoint, avec une expression au moins aussi méprisante. Il s'écarte un maximum de lui, et échange un regard méprisant. Jusqu'à ce que l'autre tourne la tête vers l'estrade, marmonnant :

« Pauvre, pauvre Roméo. Il devrait éviter de s'opposer à cette abrutie semblables à tous les autres. Ces saloperies d'Animaliks n'ont plus que quelques semaines à vivre... qu'ils meurent tous. »

Cette phrase n'était pas destinée à engager une conversation, mais simplement faire part de son mépris - et sûrement de son agacement à se retrouver à côté d'une autre personne. Adrian l'examine en détails du coin de l'œil. Neko, oreilles noires, grand manteau, yeux perçants, regardant la salle comme s'il leur était tous supérieur et qu'il avait simplement voulu se mettre à leur niveau pour qu'ils le voient passer et se rendent compte de leur petitesse.

Et après un énième coup d'œil jeté à la foule, Adrian se surprend à penser la même chose que ce type. Il ne leur reste plus beaucoup de temps à vivre, à ces hybrides.





Let's raise a glass or two to all the things i've

Lost On You





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crow Reenson
Pyromane

avatar
profil
Messages : 136
Date d'inscription : 18/10/2013

Personnage
Age: 21 ans
Pouvoir: Feu
Race précise: Baggera

MessageSujet: Re: Regroupement. [EVENT I] [OUVERT A TOUS LES MEMBRES]   Jeu 5 Mar - 14:12



It's who we are


Ça y est, ça a commencé. Tout le monde s'agite et donne son avis. Chaque proposition est suivie soit de cris d'approbation, soit de huées. Ils agissent tous comme des animaux. Mais après tout, n'est-ce pas ce que les humains les poussent à faire ? Ils les chassent, les traquent, les poussent dans leurs derniers retranchements.
Telkah a prit la parole, montant sur l'estrade énonçant un discours court mais galvaniseur. On gueule en réponse, on lève les mains, on applaudit. Elle a bien lancé le débat. Perché sur la coursive, Crow l'a écoutée en grinçant des dents. Bien sûr, il est d'accord avec Telkah. Il y a déjà eu trop de pertes, il est grand temps que les Animaliks réagissent pour que cette ville redevienne leur ville. Mais il ne peut s'empêcher d'être méfiant. Sans connaître parfaitement Telkah, il a, comme tout le monde, entendu nombre de rumeurs sur elle, et se doute que la plupart sont vraies. Elle n'est pas une enfant de cœur, à l'image d'énormément d'élèves ici présents. Sa proposition de riposte est certes aguicheuse, mais comment prévoit-elle que cela se passe ? Dans le sang et la terreur, comme chaque révolution, chaque soulèvement ? Ça ne la dérangerait sans doute pas, de même que beaucoup de monde. Parmi les personnes à avoir approuvé son discours, nombre doivent être ceux qui sont venus ici pour une seule chose : se venger par le sang.

Quelqu'un intervient, et Crow reconnaît la voix de Roméo. Il ne pensait pas que le jeune homme était capable de s'exprimer avec autant d'assurance. Son speech est prometteur, mais trop pacifiste. Il est mal accueilli. Crow s'agite, angoissé par la tournure que risquent de prendre les choses. Roméo a raison, la violence n'est pas une réponse si appropriée que ça. Même si il est nécessaire de se défendre, passer à l'offensive de manière trop violente n'est pas une bonne chose. La paix qu'il propose peut être bénéfique et sage.
Mais, comme toujours dans l'Histoire, la guerre est toujours préférée au calme. Les hommes aiment la violence. Ça leur fait du bien.
Telkah reprend le micro.
« Où tu vois notre liberté ? On ne peut pas se promener oreilles découvertes, nos ailes et nos écailles doivent être camouflées, il faut qu'on se déplace en groupe pour être tranquilles, et encore... Ils ont trop longtemps eu la liberté d'écraser la nôtre, et ça suffit. »
Toujours hostile à l'agressivité, Crow doit pourtant admettre qu'elle a raison. Mais il ne veut pas laisser une guerre civile se produire. Il a vu suffisamment de haine et de violence dans sa vie. Dès son plus jeune âge, au mains d'un père alcoolique et stupide ; dans les guerres de gang dans plus bas quartiers aux États-Unis, jusqu'aux souvenirs de ses deux années passées en prison, qu'il aimerait effacer de sa mémoire. Il l'a vu, la brutalité, même si elle se solde parfois par la paix, requiert beaucoup trop de sacrifices.
Il serre les mains, et se décide à prendre la parole à son tour.
« Combien de proches veux tu perdre pour une liberté acquise dans le sang ? »
Sa voix, portée par la hauteur de sa position, se répercute sur les murs du hall, de la même manière que celle d'un ténor dans un opéra. On se tourne vers lui, et le poids de tous ces regards mi-accusateurs, mi-désespérés lui coupe la respiration l'espace d'une seconde. Il se reprend, tentant d'ignorer également les yeux perçants de Ludwig sur sa nuque, qu'il devine illuminés par un sourire amusé.
« Réfléchissez ! On doit reprendre la ville, c'est vrai, mais pas en tranchant des têtes sur notre passage ! Il faut qu'on s'organise pour se défendre, qu'on s'unisse et qu'on devienne inébranlables. A partir de là, on pourra les chasser. On ne peut pas décider de faire un carnage dès que ça nous chante ! Roméo a raison, vous voulez qu'on nous traite encore comme des bêtes sanguinaires ? »
Il s'interrompt pour reprendre son souffle. Il entend son cœur battre dans sa poitrine, dans son crâne, tremblant devant les réactions de son public improvisé : des huées, certes, mais aussi quelques applaudissements, des « il a raison ! ». C'est mieux que ce à quoi il s'attendait.
« Je suppose que certains d'entre vous ont déjà perdu des amis à cause de ces gangs, ou en ont même été victimes. Vous avez souffert, on a tous souffert de ça. Mais il faut comprendre que si on part sur le chemin de la guerre, ce sera encore pire ! On enterrera plus de nos proches chaque jour ! C'est réellement ce que vous voulez ? »
Des non ! encourageants lui répondent, mais beaucoup restent silencieux. Il soupire longuement. Voila, il a parlé. Plus que ce qu'il n'espérait.
Tout ce qu'il espère, c'est que ça aura un effet, même infime.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsume Aerin
Please touche me so I don't feel goddam empty

avatar
profil
Messages : 1009
Date d'inscription : 08/06/2012
Sur l'avatar ? : Anna Speckhart

Personnage
Age: 16
Pouvoir: Cogiste [PP = 30]
Race précise: Wolve

MessageSujet: Re: Regroupement. [EVENT I] [OUVERT A TOUS LES MEMBRES]   Jeu 5 Mar - 21:19




we're searching for a
« breath of life »


Les mains dans les poches, elle inspire profondément, jusqu'à que le trop plein d'air dans ses poumons la force à tout souffler hors de sa bouche, créant devant ses lèvres pâles un petit nuage de buée, bien que le temps deviennent plus clément, le froid ne s'en ira pas d'un coup. C'est à quoi pense la jeune fille, lorsqu'elle place une cigarette entre ses lèvres, et l'allume dans un claquement sec. Une main placée devant le bout incandescent de la cigarette, elle inspire cette fumée, cancérigène, sombre, comme un poison qui parcours sont corps. Elle pense à cette panique qui les secoue tous, cette panique froide et sombre, comme la fumée de sa cigarette, elle regarde le papier brûler, les cendres blanches tombant sur son bras croisé sur son ventre. Lorsqu'il ne reste que le filtre, ce petit bout jauni, elle l'écrase contre le mur, laissant une trace de suie sur le crépit blanc. C'est ce qu'il va arriver, si personne ne réagit. Les Animaliks vont tous s'éteindre, un par un, et si ils ne le font pas, ils seront forcés. Mais quoi qu'il arrive, les Animaliks laisseront une trace dans le mur, une trace dans cette ville, dans cette vie. Bien quelle soit noire et sale, ils laisseront une trace. Tsume regarde une dernière fois devant elle, puis fait demi tour, pousse les portes du hall, pénétrant dans cet amas d'hybrides, un amas compact, ou il faut jouer des coudes pour progresser. Ça a débuté.

Les premières personnes qu'elle reconnaît sont sa soeur et Roméo. Un Roméo qui est monté devant tout le monde, et qui à prit la parole. Et là, là, dans le brouhara, elle n'a jamais senti des Animaliks aussi solidaires. Une voix bien familière lui fait lever la tête.

« Combien de proches veux tu perdre pour une liberté acquise dans le sang ? »

Tsume se retourne pour voir d'où vient la voix. Elle serre les dents, prête à écouter. Bien que partisante de la violence, Tsume n'est pas pour le fait qu'une guerre éclate entre leurs deux peuples. Mais l'animosité des humains accroît de jours en jours. En atteste les bleus qui courent du haut de sa mâchoire, à sa pommette, qui descendent le long de son menton. Les humains montrent les dents, quoi de plus normal que de leur montrer les leurs, même si il s'agit de crocs.

« Réfléchissez ! On doit reprendre la ville, c'est vrai, mais pas en tranchant des têtes sur notre passage ! Il faut qu'on s'organise pour se défendre, qu'on s'unisse et qu'on devienne inébranlables. A partir de là, on pourra les chasser. On ne peut pas décider de faire un carnage dès que ça nous chante ! Roméo a raison, vous voulez qu'on nous traite encore comme des bêtes sanguinaires ? »

La jeune fille fait crisser ses crocs. Quelle que soit la décision, elle fera bloc, pour se défendre, elle, sa sœur, Roméo, n'importe qui en danger, il s'agit de la seule famille qu'elle a, son appartenance toute entière se définit dans ces êtres. La panique semble s'être étouffée, laissant place à un calme froid et plat, un calme ou tout le monde semble réfléchir.


« Je suppose que certains d'entre vous ont déjà perdu des amis à cause de ces gangs, ou en ont même été victimes. Vous avez souffert, on a tous souffert de ça. Mais il faut comprendre que si on part sur le chemin de la guerre, ce sera encore pire ! On enterrera plus de nos proches chaque jour ! C'est réellement ce que vous voulez ? »

Tsume regarde autour d'elle, tout le monde est attentif. Ses bras tatoués sont nus, son débardeur noir ne la couvre certes pas du froid, mais qu'importe. Sa voix tranche les protestations et acclamations autour d'elle. Bien qu'elle ne soit pas réputé pour être respectable, Tsume est connue dans l'Internat, pas d'une bonne façon, mais de façon à que les gens ne la hue pas comme la jeune fille pacifique du début. Elle pense à Telkah, et ce qu'elle aurait dit à sa place. Mais Telkah s'échappe de ses pensées lorsque les gens se retourne sur elle. La pression lui ferait monter le sang aux joues si il ne s'agissait pas d'un sujet aussi sérieux.

« Il a raison. Peut importe qui commencera à faire couler le sang, l'autre le fera couler aussi. Ils sont beaucoup plus nombreux que nous, on ne peut pas se permettre de foncer tête baissée, les pertes seraient énormes. Et je ne suis pas certaine que tout les pouvoirs d'Animalik permettent de survivre à une balle dans la tête. Ici, la solution n'est pas un bain de sang, il faut réfléchir intelligemment et surtout être vigilant. »

Elle n'attend même pas la réaction des autres autour d'elle, tout semble n'être que du bruit, elle se fraie un passage dans la foule, pour arriver près de sa soeur. Elle attrape le poignet de la jeune femme blonde, qui se tient debout près de l'estrade non loin de Roméo.

« C'est quoi ce bordel ? »


© Kibara sur Epicode..


la dispute





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adeline Connors
Bouquineuse à lunettes

avatar
profil
Messages : 168
Date d'inscription : 08/03/2013

Personnage
Age:
Pouvoir: Intelligence surdéveleoppée [PP = 40]
Race précise:

MessageSujet: Re: Regroupement. [EVENT I] [OUVERT A TOUS LES MEMBRES]   Sam 14 Mar - 16:42

I'm affraid



Adeline se trouver vers le fond de la salle, trop prudente pour essayer de s'approcher de la " scéne ", il y a beaucoup trop de bousculade pour la demie-colombe et elle s'imagine bien mourir piétiner avec Telkah qui gueule en fond agressant une personne innocente dans l'histoire mais qu'elle croit coupable. Donc elle reste dans le fond du hall en se mâchouillant le bout des ongles, elle n'as pas pris son appareil photo exceptionnellement et elle se sent inutile au milieu de tout ce monde. Elle n'as pas vraiment de "bord" étant pacifique mais ne voulant quand même pas se laisser faire et refusant tout simplement de voir mourir des gens. Elle connait les noms de tout le monde ici et la plupart de leur histoire aussi, grâce a ses petites enquêtes discrètes réduisant la vie privé a....sa vie privé a elle aussi. Elle sait beaucoup de chose mais ne les révèlent pas forcément, gardant pour elle ce qui lui semble bon de garder et racontant les autres plus futile ou qui dénonce certain mensonge. 

Elle règle son pouvoir de façon a ne pas se péter les tympans -ça a faillis lui arriver pas mal de fois et quand elle est fatiguée ou malade il arrive que son pouvoir se déclenche tout seul et le moindre bruit lui donne un mal de crane horrible- mais aussi pouvoir entendre les différents discours. Elle reste plus silencieuse que la moyenne sachant que son cris ne changera rien parmi la foule animale qui donne son avis actuellement, chaque parole diverse de la première dans une triste cacophonie et on se sent aussi impuissant qu'imbattable. Adeline soupire en sondant la foule du regard repérant les figures "phare"
de l'internat et les personnes plus discrètes. Dann ne doit pas être très loin


« Mais bon sang, Roméo ! » Telkah sans aucun doute. « Ils nous traitent déjà de monstres, et je doute qu'agiter un mouchoir de soie blanche sous leur nez les convaincra de nous laisser tranquilles. La liberté s'arrête là où commence celle des autres, ai-je entendu dire. Où tu vois notre liberté ? On ne peut pas se promener oreilles découvertes, nos ailes et nos écailles doivent être camouflées, il faut qu'on se déplace en groupe pour être tranquilles, et encore... Ils ont trop longtemps eu la liberté d'écraser la nôtre, et ça suffit. »

Elle a totalement raison, ils ne peuvent continuer de vivre dans cette menace inquiétante mais ils ne peuvent pas attaquer les humains non plus, ils sont beaucoup trop nombreux et puissant pour cela. Ils attendent peut être ça aussi, une attaque des animaliks pour pouvoir ensuite les supprimer définitivement ? Un frisson traverse les ailes d'Adeline qui croise les bras en mâchouillant ensuite sa lèvres.

« Combien de proches veux tu perdre pour une liberté acquise dans le sang ? »

Adeline imagina un instant Dann gisant a terre dans une rue de la ville au milieu d'Animaliks et d'humain se massacrant, scéne peut être un peu apocalyptique pour qu'elle puisse arriver mais cela la terrorisa et elle secoua vivement la tête se refusant a devoir perdre des gens....Même pour la liberté....

« Réfléchissez ! On doit reprendre la ville, c'est vrai, mais pas en tranchant des têtes sur notre passage ! Il faut qu'on s'organise pour se défendre, qu'on s'unisse et qu'on devienne inébranlables. A partir de là, on pourra les chasser. On ne peut pas décider de faire un carnage dès que ça nous chante ! Roméo a raison, vous voulez qu'on nous traite encore comme des bêtes sanguinaires ? 
Je suppose que certains d'entre vous ont déjà perdu des amis à cause de ces gangs, ou en ont même été victimes. Vous avez souffert, on a tous souffert de ça. Mais il faut comprendre que si on part sur le chemin de la guerre, ce sera encore pire ! On enterrera plus de nos proches chaque jour ! C'est réellement ce que vous voulez ? »

Elle voudrait juste pouvoir fermer les yeux et voir tout ses problèmes disparaitre, se blottir dans les bras de Dann et être en sécurité. Mais personne n'est en sécurité et ils ne peuvent vivre en cherchant toujours a savoir si ils vont être la victime d'humain ce soir. Surtout qu'a coté d'animalik comme les sœurs Aerin, Telkah ou Edwar, il y a des petits animaliks faible et peureux qui ne pourront pas se défendre seul. Des animaliks un peu comme elle...
                      

« Il a raison. Peut importe qui commencera à faire couler le sang, l'autre le fera couler aussi. Ils sont beaucoup plus nombreux que nous, on ne peut pas se permettre de foncer tête baissée, les pertes seraient énormes. Et je ne suis pas certaine que tout les pouvoirs d'Animalik permettent de survivre à une balle dans la tête. Ici, la solution n'est pas un bain de sang, il faut réfléchir intelligemment et surtout être vigilant. »

Adeline suivit du regard Roméo qui rejoigna sa petite amie pour froncer les sourcils devant ses cicatrices et surement s'inquiéter pour elle. Elle fit ensuite un signe a Dann qui regardait dans sa direction et elle s'avança vers lui pour se glisser dans ses bras.  



<< J'ai peur Dann....J'ai si peur.... >>


La voix d'Edwar domina ensuite l'assemblée

<< OK. OK. OK. ECOUTEZ MOI. On vas pas se laisser faire et on vas pas buter tout les humains même si se serait la solution la plus simple. Notre but a tous c'est quoi hein ? Rester en vie et protéger les gens qu'on aiment. Il faut qu'on puisse d'abord arriver a faire ces deux choses et après faudra faire un truc pour tout ce bordel. Y a des animaliks qui peuvent pas se protéger tout seul c'est évident et nous on a l'internat. Ils ont pas encore oser toucher l'internat alors on vas le garder cet internat. On attaque pas. Mais si des humains s'approche de l'internat. On attaque. On reste ensemble et on se protége mutuellement. La on arrivera peut être a quelque chose. Et il faut aussi trouver d'ou viens ce bordel ! Ca fait plus de deux ans que je suis ici et j'ai jamais vu ça. Y a forcément eu un truc déclencheur.>>



© Nye-Hael sur Epicode


AdelineConnors


♥Dadeline♥




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roxy Voralberg
Timide

avatar
profil
Messages : 33
Date d'inscription : 06/11/2013

Personnage
Age: 15
Pouvoir: métamorphose
Race précise: écureuil

MessageSujet: Re: Regroupement. [EVENT I] [OUVERT A TOUS LES MEMBRES]   Dim 22 Mar - 18:44


La haine


Ne se résout pas


par la haine



Il y a vraiment trop de bruit autour de moi et je dois me battre contre moi pour ne pas me retrouver sous ma forme animale dans un coin très très reclus de tout ce monde. Les gens sont tous énervés e la plupart n'essaient même pas d'envisager toutes les solutions. Je me suis rapproché d'Ed quand je l'ai vu, histoire de me calmer un peu. Plusieurs personnes ont défiler pour faire leurs petits discours... Et j'aurais bien des choses a dire mais... Je n'ose pas. Je n'ai jamais osé prendre la parole devant autant de personnes. Et puis personne ne m'écoutera de toute façon. Qu'est ce qu'on en a a faire de la petite intello rousse. Je suis même pas certaine qu'un quart des ados ici connaissent au moins mon nom. Et ça ne me dérange pas plus que ça. Je préfère rester discrète.
Je ne pense pas que ça soit vraiment une bonne idée de déclarer une guerre civil. Les humains sont plus nombreux et déterminés, ils ont pas mal d'armes a leur disposition... Autrement dit il ne leur faudrait que quelques minutes pour nous faire sauter la cervelle. Mais bon de notre côté on a des Animaliks eux aussi déterminés et avec des capacité surnaturelles. Je ne suis pas sûre que quelqu'un puisse sérieusement avoir un avantage dans cet bataille... Par contre je suis persuadée qu'il y aura un gros carnage.
Papa m'a appelé hier. Il est au courant de se qu'il se passe ici. Il veut qu'on retourne chez lui, Ed et moi, le temps que le jeu se calme un peu. Mais Ed voudra pas. Et moi je le laisserai pas tout seul ici. Je sais bien qu'il est puissant et même dangereux s'il en a envie mais... Il est ma famille. Logan aussi . Sans eux je retourne a mon état d'animal anorexique et dépressif.
Cette situation me fait vraiment mal au ventre... Ici on était censé être tous a l'abri. C'était un refuge pour ceux qui en avait besoin. Une école avec de bons profs... on s'y sentait a l'aise. Ici on pouvait imaginer oublier notre passé et commencer quelque chose de nouveau … de meilleur. Mais maintenant, c'est totalement différents. Les profs sont en grève, les élèves sont stressés. Déprimés et agressif. Enfin beaucoup plus qu'en temps normal .
Il faut que je dise quelque chose. Même si … Je peux pas faire grand chose, moi Roxy Voralberg avec mes quarante cinq kilos et mon mètre cinquante sept. Mais... Si on a le droit de parler et que... Certains prennent la peine de m'écouter peut être que je pourrais sortir de cette bulle d'inutilité.
Mon cœur commence a battre plus vite quand mes pieds décident de me porter jusqu'à l'estrade. Je sens mon pouls dans mes tempes et ma vision se brouille légèrement. Je peux le faire. Je dois le faire. Je n'ai pas du tout l'habitude de m'afficher en publique... Ça me fait juste peur. Si Mère me voyait... J'ai peur qu'on se moque de moi ou … Je sais pas. De toute façon je ne pourrais pas me sentir plus mal...Si ?
Je m'approche du petit micro, en toussotant légèrement :
«  … Bonsoir tous le monde.... »
Je cherche Logan des yeux. Je veux croiser les siens. Croiser un regard rassurant et encourageant.
« … Oui donc heu... Je me disais que... »
Aller Roxy... Vas y tu peux le faire. Détends toi. Ca va ok ?
«  Je ne suis pas vraiment pour l'idée qu'on se batte... Mais de toute façon vu la situation ça va sûrement se finir comme ça... Je pense que le plus important est qu'on se serre les coudes... Qu'on se répartisse des rôles ou quelque chose dans le genre... On devrait accueillir les animaliks de la ville qui le souhaite et... Qu'on apprenne a se défendre... Enfin pour ceux qui ne savent pas le faire... »
Je ne suis même pas sûre d'avoir le droit de dire ça. C'est la direction qui doit en décider... Mais la direction n'est pas là et ce ne sont que des suppositions.
«  Il faut qu'on essaient de rester soudés... Qu'on oublie, l'espace d'un instant nos conflits... Pour rester fixés sur … le problème principal et... »
Mes phrases s'embrouillent dans ma tête. Qu'est ce que je fais ici. Pourquoi... J'ai eu un instant l'audace de me pointer ici... Pour exposer mes idéals.
«  Et... Et... voilà »
Cette fois c'est trop. Mon pouvoir prends le dessus de ma logique. Je ne suis plus qu'une petite souris blanche, tremblante, au milieu de tous ses ados énervés... Je cours me cacher dans un coin.


[url=%C2%A9]http://cityofpub.forumactif.org/]© Codage By FreeSpirit[/url]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylnodel Aerin
WATCHDOG;

avatar
profil
Messages : 1627
Date d'inscription : 13/10/2012
Sur l'avatar ? : Ashley Benson

Personnage
Age: 19
Pouvoir: Capacités Physiques Sur-développées.
Race précise: Wolve

MessageSujet: Re: Regroupement. [EVENT I] [OUVERT A TOUS LES MEMBRES]   Lun 23 Mar - 20:26



don't you steal my lines

of all the motherfuckers you're the motherfuckest


- Eh, Sly ! T'aurais pas vu Adeline ? Et toi, ça va ? C'est le bordel. Cette fille dit n'importe quoi...

S'il y avait bien un point sur lequel on pouvait être d'accord avec ce qu'avait dit Dann, c'était que c'était l'anarchie.

- Pas pour l'instant. Je pensais qu'elle était avec toi. Mais apparemment je me trompais. Je t'appelle au micro si je la vois.

Sylnodel soupira. Personne ne trouvait personne dans la foule. Ils devraient pas faire l'appel. Et puis ça rassurerait des tas de gens.

- Mais à part, ça, je vais bien. Et toi ? Je suppose que t'iras mieux quand t'auras retrouver ta petite chérie.

Malgré la gravité de la situation, la jeune wolve ne pu s'empêcher de sourire. Ces deux-là étaient définitivement trop mignons.

Puis, Crow prit la parole et coupa Sylnodel dans sa conversation.

- Combien de proches veux tu perdre pour une liberté acquise dans le sang ?

Des mots violents auxquels tout le monde pouvait s'identifier. Même ceux qui n'avaient pas de proche à qui tenir devaient au moins penser à eux-mêmes. Un silence paralysant tomba sur la salle. Les gens étaient sûrement en train de s'imaginer la scène en ce moment. Crow choisissait bien ses mots.

- Réfléchissez ! On doit reprendre la ville, c'est vrai, mais pas en tranchant des têtes sur notre passage ! Il faut qu'on s'organise pour se défendre, qu'on s'unisse et qu'on devienne inébranlables. A partir de là, on pourra les chasser. On ne peut pas décider de faire un carnage dès que ça nous chante ! Roméo a raison, vous voulez qu'on nous traite encore comme des bêtes sanguinaires ? Je suppose que certains d'entre vous ont déjà perdu des amis à cause de ces gangs, ou en ont même été victimes. Vous avez souffert, on a tous souffert de ça. Mais il faut comprendre que si on part sur le chemin de la guerre, ce sera encore pire ! On enterrera plus de nos proches chaque jour ! C'est réellement ce que vous voulez ?

Des protestations fusèrent alors de tous les sens. Bien sûr que non, les animaliks ne voulaient pas mourir. Mais ils ne voulaient pas non plus se laisser faire. Et c'était dans ce dilemme qu'ils étaient pris au piège. C'était précisément pour ça qu'ils devaient faire un mélange des deux.

Ainsi, beaucoup d'animaliks se rendirent compte qu'il avait raison et cela fit plaisir à Sly. Tout le monde ici avait ses motivations et elles étaient bien souvent justifiées. Beaucoup d'entre eux avaient perdu un proche ou s'étaient fait battre. Mais comme l'avait si bien dit Crow, que valait une liberté acquise par le sang ? Si les animaliks étaient capables de tuer par vengeance ou par haine, valaient-ils vraiment mieux que les humains ? Pourtant c'était ce qu'ils avaient toujours prétendu.

Une voix sortit soudain Sylnodel de ses pensées et elle se fit plus attentive qu'elle ne l'avait jamais été. Tsume.

- Il a raison. Peu importe qui commencera à faire couler le sang, l'autre le fera couler aussi.

Sylnodel eut une pensée amère à propos du sang qu'avait déjà fait couler sa soeur mais elle s'en défit aussitôt en se rappelant qu'elle ne recommencerait plus. Tout de même, la voir ici parler de paix après tout ce qu'elles avaient vécu semblait irréel.

- Ils sont beaucoup plus nombreux que nous, on ne peut pas se permettre de foncer tête baissée, les pertes seraient énormes. Et je ne suis pas certaine que tout les pouvoirs d'Animalik permettent de survivre à une balle dans la tête. Ici, la solution n'est pas un bain de sang, il faut réfléchir intelligemment et surtout être vigilant.

Heureusement que des animaliks aussi sages étaient parmi eux sinon qui d'autres les empêcherait de tuer ?

Tsume descendit de l'estrade et attrapa la wolve blonde par le poignet.

- C'est quoi ce bordel ?

Sly ne répondit pas car elle ne savait pas de quoi Tsume voulait parler mais la présence de sa sœur à ses côtés la rassurait et savoir que tous les gens qu'elle aimait étaient en sûreté la rendait plus forte. Elle avait l'impression de pouvoir prendre ce micro et balancer à la foule un discours digne de film. Elle se serait d'ailleurs lancée si quelqu'un d'autre n'avait pas déjà pris la parole. Quelqu'un qu'elle reconnu comme Edwar.

- OK. OK. OK. ECOUTEZ MOI. On vas pas se laisser faire et on vas pas buter tout les humains même si se serait la solution la plus simple. Notre but a tous c'est quoi hein ? Rester en vie et protéger les gens qu'on aiment. Il faut qu'on puisse d'abord arriver a faire ces deux choses et après faudra faire un truc pour tout ce bordel. Y a des animaliks qui peuvent pas se protéger tout seul c'est évident et nous on a l'internat. Ils ont pas encore oser toucher l'internat alors on vas le garder cet internat. On attaque pas. Mais si des humains s'approche de l'internat. On attaque. On reste ensemble et on se protége mutuellement. La on arrivera peut être a quelque chose. Et il faut aussi trouver d'ou viens ce bordel ! Ca fait plus de deux ans que je suis ici et j'ai jamais vu ça. Y a forcément eu un truc déclencheur.

Sylnodel n'en revenait pas. On l'avait devancé. C'était presque exactement ce qu'elle voulait dire. Elle grogna un peu mais ne dit rien car elle n'allait tout de même pas en faire tout une histoire. Ils avaient des problèmes autrement plus importants.

Et puis, elle pouvait toujours se rattraper maintenant. Elle amorça un pas vers le micro mais vit une autre fille déjà sur l'estrade. Elle n'allait quand même pas la pousser. Et puis, elle l'avait souvent vue en compagnie de son ami Ed. Or, elle avait appris que les amis de ses amis étaient aussi ses amis. Donc elle prit son mal en patience et écouta attentivement car les mots de cette jeune fille aux airs timides valaient sûrement autant que d'autres.

- … Bonsoir tous le monde....

Sylnodel sourit. Pas le genre de sourire moqueur. Elle savait à quel point cela pouvait être effrayant au début de se lancer comme ça. Mais elle approuvait l'essai. Alors elle se mis à penser que le premier qui lancerait une remarque déplaisante s'en prendrait une.

... Il fallait vraiment qu'elle arrête de vouloir protéger tout l'internat.

-  … Oui donc heu... Je me disais que... Je ne suis pas vraiment pour l'idée qu'on se batte... Mais de toute façon vu la situation ça va sûrement se finir comme ça... Je pense que le plus important est qu'on se serre les coudes... Qu'on se répartisse des rôles ou quelque chose dans le genre... On devrait accueillir les animaliks de la ville qui le souhaite et... Qu'on apprenne a se défendre... Enfin pour ceux qui ne savent pas le faire...

Message approuvé par l'aînée des Aerin, continue sur ta lancée petite.

- Il faut qu'on essaient de rester soudés... Qu'on oublie, l'espace d'un instant nos conflits... Pour rester fixés sur … le problème principal et... Et... Et... voilà.

Puis elle se transforma en souris et disparu dans la foule. Alors Sylnodel prit ça comme le signe qu'elle pouvait monter sur l'estrade. Le problème, c'est qu'une fois qu'elle était dessus, elle n'avait plus grand chose à dire. Ce qui était quand même gênant. Mais la règle numéro un que l'on doit absolument suivre si l'on veut survivre lorsque l'on parle à des centaines de personnes à la fois c'est d'avoir l'air confiant. Alors c'est ce qu'elle fit.

- Un point pour la fille qui m'a précédé, quelque soit ton nom et si tu peux m'entendre. Je vais avoir l'air d'une grosse pacifiste mais tant pis, je vous le dis quand même: chaque animalik est précieux, quel que soit son pouvoir. Vous vous pensez inutile ? Vous avez tort. Vous pouvez tous aider à votre façon. Que ce soit pour infiltrer la ville avec vos dons de métamorphose, de discrétion, d'invisibilité ou simplement grâce à votre forme animale; pour guérir les blessés si vous possédez le pouvoir de contrôler le corps ou de guérison. Je sais ce que ça fait de se sentir impuissant. On se croit plus faible que les autres, on pense ne rien pouvoir changer à la situation. Alors on se dit "à quoi bon faire des efforts". Mais le problème, c'est que si on se permet de penser comme ça, si on se laisser aller comme ça, on est fichu. On a besoin les uns des autres pour survivre c'est évident. Depuis toujours, les espèces en infériorité numérique se sont unies pour faire face à un prédateur trop puissant pour un seul d'entre eux. C'est ce qu'il nous faut faire aujourd'hui et c'est ce qu'il nous faudra faire demain si cet enfer recommence. Mais il serait absurde de se rendre dans un endroit infesté d'humains à moins de souhaiter mourir. Comme l'ont dit ceux qui ont parlé juste avant moi, on doit s'organiser. Si nous ne sortons pas, ils viendront nous chercher. Et à ce moment-là, nous serons prêts. Et si ces putains d'enflures viennent nous chercher jusque chez nous, nous serons là pour les accueillir chaleureusement. déclara-t-elle en souriant, canines découvertes.

Puis elle se rend compte du petit discours qu'elle vient de faire et se dit que ça fait quand même pas mal pour une fille qui parle pas tant que ça devant le grand public. Elle rit doucement pour se détendre un peu et termine :

- Et je crois que je vais m'arrêter là parce que j'suis pas là pour vous faire un exposé non plus. Oh, et j'me porte volontaire pour faire partie de la première ligne, si y'a besoin. termine-t-elle en s'étirant.

Même si Tsume va sûrement désapprouver. Sly est d'accord sur le fait qu'il ne faut pas chercher à se venger. Mais à un moment donné, si ces enflures viennent la chercher jusque chez elle, elle sera une des premières à leur souhaiter la bienvenue. Et vu ce qu'ils lui ont fait, ils vont passer un sale quart d'heure.







codage de whatsername.




dios mios je vais prendre une fiche plus
large, ça fait un long post pour pas tant
que ça



she's the girl with a fairytale face but her mouth screams like a wolf's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dann Wheeler
Quand il te grogne après, ça fait ronron.

avatar
profil
Messages : 50
Date d'inscription : 28/09/2013
Sur l'avatar ? : Andrew Garfield

Personnage
Age: 16
Pouvoir: Invisibilité.
Race précise: Oceley.

MessageSujet: Re: Regroupement. [EVENT I] [OUVERT A TOUS LES MEMBRES]   Mar 24 Mar - 17:54



In poisoned places we are anti-venom


« Pas pour l'instant. Je pensais qu'elle était avec toi. Mais apparemment je me trompais. Je t'appelle au micro si je la vois. »

Une vague de pur égoïsme m'atteint et sur le moment je me fiche totalement de qui fait quoi, quel petit 2nde se fait écraser par les plus grands, et ma seule préoccupation devient : retrouver Adeline. Je sais qu'elle est grande et qu'elle sait se débrouiller mais l'idée de la perdre dans cette foule ne me plaît pas tant que ça...
C'est si mal organisé ! Bon, après tout, qu'attendions-nous de la part de quelques adultes effrénés et d'adolescents qui ne valent pas mieux ?

« Mais à part, ça, je vais bien. Et toi ? Je suppose que t'iras mieux quand t'auras retrouvé ta petite chérie. »

Sylnodel me sourit, gentillesse que je lui rends avec naturel. Dans toutes les situations, elle reste adorable. C'est ce genre de personne que j'apprécie.
Mais ce que j'apprécierais plus encore, c'est de retrouver Adeline. Je la cherche du regard, tandis que des gens passent et parlent, s'énervent et débattent. Je ne les écoute que d'une oreille mais peux déjà constater avec plaisir que personne ne veut de carnage et de guerre. Si on oublie l'amie d'Adeline, la mère de sa filleule évidemment.

« Ça va, ça va... enfin tu as raison. Je vais la chercher, à toute à l'heure sûrement ! »

Je lui adresse un signe de la main et m'éloigne avec un petit sourire, en quête de la Harpie que j'aime tant. Un type que j'ai déjà croisé et qui n'est, je crois, plus à l'internat engueule gentiment Telkah (à mon plus grand plaisir), sa voix nous dominant depuis le haut de la salle, sans que je ne comprenne vraiment où il se trouve - sans que je n'en aie quelque chose à faire cela dit. Lui aussi revendique la paix et l'organisation, alors que je devine sans mal aucun que Telkah ne veut que la guerre et le sang. Ça ne m'étonne même pas... Elle se fiche sûrement de savoir qui meurt, tant que son petit-ami, sa fille et Adeline reste en vie - et moi aussi, histoire de ne pas rendre Adeline malheureuse. Bon, ça fait quand-même quatre personnes à protéger, mais le reste, je sais qu'elle s'en contrefiche.
Après le discours en hauteur fait par le type, c'est une autre qui prend la relève, la sœur de Sylnodel, Tsume.

« Réfléchissez ! On doit reprendre la ville, c'est vrai, mais pas en tranchant des têtes sur notre passage ! »

Je n'écoute guère la suite, intéressé par l'idée générale d'une organisation bien concrète et de cette hypothétique paix, bien moins par ce que chacun dit. Je suis cependant étonné par les propos de Tsume, plutôt connue pour avoir... un sacré caractère, de sacrés manières et sacrément peu de principes. Je ne juge pas cependant - on est comme on est, et je suis tout de même préférable de voir cette jeune fille scander qu'il ne faut pas déclencher une guerre que de la voir hurler des propos appelant à la haine et au massacre. Je prends le temps de m'étonner de la connaître plus ou moins grâce à mes propres fréquentations - sa sœur, Sylnodel, est mon amie, je peux très bien lui demander de ses nouvelles et comment elle se débrouille dans la vie. Aussi, l'amie d'Adeline, cette Telkah, la connaît. Mais je n'irai pas parler à Telkah malgré ça.
Peu importe.

Trouver Adeline.
Cette fois c'est Edwar qui prend la parole, juste quand je repère Adeline plus loin. Elle me remarque aussi, et vient à ma rencontre pour se caler contre moi. Automatiquement, et comme si j'avais peur qu'elle s'enfuie à nouveau -ce qui est en partie le cas-, je referme mes bras autour d'elle et embrasse son front.

« J'ai peur Dann... J'ai si peur... »

Je secoue doucement la tête, grandement soulagé. Mais bien vite, c'est la pression et l'angoisse de cette situation qui me gagne. Je préfère cependant ce malaise à celui de ne pas retrouver Adeline, ça on l'aura compris.

« Bien sûr que non, enfin. »

Je m'écarte un peu et lui souris. Bien que l'idée de la contredire ne me plaît guère, j'apprécie le fait de pouvoir affirmer ça non pas parce que je préfère me convaincre qu'elle n'a pas peur puisque je ne pourrai dans ce cas rien y faire, mais plutôt parce que je suis moi-même quasi certain qu'il n'y a aucune raison d'avoir peur de la sorte. Les Animaliks s'en sont toujours sortis. Je refuse de croire qu'on ne s'en sortira pas cette fois.

« Je ne vois pas pourquoi tu aurais peur : tu n'as aucune raison d'avoir peur. Il ne t'arrivera rien. »

Je l'embrasse tendrement mais rapidement et lui souris à nouveau. Dire ça, et dire ça sans en douter une seconde me rassure grandement.

« Quant aux autres... regarde-les ! Pacifistes ou violents, ceux qui sont là sont ceux qui ont survécu à l'oppression qu'ils subissent depuis leur plus tendre enfance pour certains, physique et morale, on... on saura se débrouiller. »

Je m'en veux presque de m'adresser à elle comme si elle était stupide, ce qui n'est absolument pas ce que je pense, mais je suppose qu'il est... normal que dans telle situation, chaque émotion soit amplifiée, et je me sens plus que jamais le besoin de la protéger - que ce soit légitime ou pas.
Je prends sa main et l'entraîne doucement avec moi à travers la foule, alors que déjà, c'est une petite rousse qui semble être... Roxy qui passe sur scène, à mon plus grand étonnement - si je ne la connaissais pas vaguement, je pourrais quand-même voir à son visage qu'elle n'est pas du genre à monter souvent sur scène pour faire de grands discours. Elle semble chercher un regard rassurant et le trouve dans les yeux d'un type bien moins roux qu'elle (mais roux quand-même) qui la regarde avec amour et encouragement. Il n'a pas l'air à l'aise dans la foule, mais soucieux de pouvoir veiller sur Roxy. Même si il n'a pas l'air d'en être bien capable. J'espère que tous les timides de son genre ne se retrouvent pas seuls...

«  Je ne suis pas vraiment pour l'idée qu'on se batte... Mais de toute façon vu la situation ça va sûrement se finir comme ça... Je pense que le plus important est qu'on se serre les coudes... Qu'on se répartisse des rôles ou quelque chose dans le genre... On devrait accueillir les Animaliks de la ville qui le souhaite et... Qu'on apprenne a se défendre... Enfin pour ceux qui ne savent pas le faire...  Il faut qu'on essaient de rester soudés... Qu'on oublie, l'espace d'un instant nos conflits... Pour rester fixés sur… le problème principal et... »

Elle ne prend même pas le temps d'écouter certaines approbations, amusées ou féroces, des gens de la foule car elle se transforme en souris pour fuir vers un coin de la salle. Anxieux pour elle, je jette un regard pressant à son petit-ami qui se lance déjà à sa poursuite, emmenant le petit rongeur dans un coin de la salle pour lui dire des mots d'une voix douce que je ne perçois évidemment pas d'ici.

« Un point pour la fille qui m'a précédé, quelque soit ton nom et si tu peux m'entendre. Cette fois, c'est Sylnodel qui parle, à ma plus grande surprise et à mon plus grand plaisir. Je vais avoir l'air d'une grosse pacifiste mais tant pis, je vous le dis quand même: chaque animalik est précieux, quel que soit son pouvoir. Vous vous pensez inutile ? Vous avez tort. Vous pouvez tous aider à votre façon. Que ce soit pour infiltrer la ville avec vos dons de métamorphose, de discrétion, d'invisibilité ou simplement grâce à votre forme animale; pour guérir les blessés si vous possédez le pouvoir de contrôler le corps ou de guérison. Je sais ce que ça fait de se sentir impuissant. On se croit plus faible que les autres, on pense ne rien pouvoir changer à la situation. Alors on se dit "à quoi bon faire des efforts". Mais le problème, c'est que si on se permet de penser comme ça, si on se laisser aller comme ça, on est fichu. On a besoin les uns des autres pour survivre c'est évident. Depuis toujours, les espèces en infériorité numérique se sont unies pour faire face à un prédateur trop puissant pour un seul d'entre eux. C'est ce qu'il nous faut faire aujourd'hui et c'est ce qu'il nous faudra faire demain si cet enfer recommence. Mais il serait absurde de se rendre dans un endroit infesté d'humains à moins de souhaiter mourir. Comme l'ont dit ceux qui ont parlé juste avant moi, on doit s'organiser. Si nous ne sortons pas, ils viendront nous chercher. Et à ce moment-là, nous serons prêts. Et si ces putains d'enflures viennent nous chercher jusque chez nous, nous serons là pour les accueillir chaleureusement. Elle rit doucement, et conclut : Et je crois que je vais m'arrêter là parce que j'suis pas là pour vous faire un exposé non plus. Oh, et j'me porte volontaire pour faire partie de la première ligne, si y'a besoin. »

De nouvelles approbations fusent, quelques applaudissements même, plutôt pour conclure toute cette suite de prises de paroles plus intelligentes les unes que les autres, revendiquant toujours la même idée : vaincre la pression, sans guerre, sans trop de violence. Hésitant, j'entraîne Adeline un peu plus près de l'estrade avec moi, en lançant à l'intention de Sylnodel et même de tout le monde, pas trop fort cela dit :

« Non, il faut éviter de se battre, mais... on ne va pas réagir de façon totalement inoffensive, si ? Il faut limiter les pertes, mais aller trop loin dans le pacifisme nous en créerait des nouvelles... il ne faut tomber dans aucun extrême... »

Je regarde mon amie de façon quelque peu insistante, espérant éventuellement qu'elle reprendra ma réponse pour ajouter quelque chose. Moi je ne monterai pas sur scène. Je recule un peu, et passe un bras autour des épaules d'Adeline pour la rapprocher de moi, plus paisible.







She's the tear in my heart, I'm alive;
She's the tear in my heart, I'm on fire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Williams
Timide

avatar
profil
Messages : 39
Date d'inscription : 09/06/2014

Personnage
Age: 17
Pouvoir: Torve-esprit
Race précise: Wolve

MessageSujet: Re: Regroupement. [EVENT I] [OUVERT A TOUS LES MEMBRES]   Jeu 26 Mar - 22:53






Time for a soufflé !



De retour des tréfonds de l'oubli !





Les discours défilent sur l’estrade et tous se ressemblent un peu, on vacille dans les deux extrêmes avec parfois quelques personnes douées d’un brin de sagesse pour calmer la situation. Dans tous les cas, les idées sont intéressantes, pourquoi ne pas perpétrer une extermination de masse pour enfin avoir la paix, montrer que les animaux qu’on maltraite trop peuvent tout aussi bien se rebeller, mais ce serait alors céder à la panique et montrer le pire de nous-même, ou bien simplement libérer notre partie humaine ? Hola. Où est-ce que tu vas mon petit Jack, tu t’étais promit de ne pas faire de mal tu te souviens, hein ? Mais face à cet excès de violence…

Je me tire de mon coin sombre pour rejoindre Minoreva, qui s’est isolée avec son père, oui ce n’est pas très logique mais c’est bel et bien ça, en hauteur. Celui qu’on désigne comme étant un gentleman ne se gêne absolument pas pour poser son doux fessier sur le garde-fou, balancer ses jambes dans le vide et faire peur en permanence à sa fille qui est bien sûr là pour le rattraper en cas de chute. Ou bien la masse d’animaliks en dessous. Je pose un baiser sur la joue de ma petite Gloran, parce que le maître de ma petite amie n’appréciait guère me voir la charmer sous ses yeux. Et j’aime bien le faire chier. Elle ne me murmura que ces quelques mots à l’oreille avant de se pencher sur la foule :

« C’est la guerre… »

En balayant la salle du regard, j’aperçu quelques personnes que je connaissais, Ryan, Holy, quelques autres aussi.. Peut-être m’avaient-ils oublié ? Enfin, pas facile quand on se balade avec un bandage qui prend la moitié du visage, des cheveux soyeux comme les miens et le condensé de talent dont je suis le propriétaire… Mhn. J’hésitais à aller voir Holly, la personne avec laquelle j’avais le plus de lien en fait. Ce n’est pas tout le monde qui vous accueille une nuit sur deux alors que vous avez un duo terrible à l’intérieur du bide.
Je pris le temps de descendre avant de me hisser sur l’estrade, me saisissant du micro et observant la foule. On aurait presque dit une scène d’histoire qu’on voit souvent dans les livres où les grands dirigeants se préparent à annoncer des textes miraculeux à des foules déchaînées, sauf que dans l’histoire il n’y a pas eu que de bonnes fins. En fait elles étaient presque toutes mauvaises. Je pris mes tripes à pleines mains avant de me lancer.

« On a pu entendre plus tôt les avis de certains, d’un côté la guerre totale, à en entendre certains on devrait creuser des tranchées devant l’internat et préparer les fusils.. Et de l’autre la pacification au risque de se prendre un bulldozer en pleine gueule. D’autres vacillent entre les deux, c’est un peu plus sage mais plus fou aussi, ne pas savoir de quel côté se mettre c’est à nos risques et périls. Il ne faut pas perdre de l’esprit que nous sommes différents, nous aurons beau essayer nous adapter ce sera en vain. Autant oublier qui nous sommes. »

Je marque une pause, reprenant mon souffle. J’espère ne pas passer pour un abruti devant cette assemblée, ça serait bête. Mais au pire, je ne risque pas grand-chose, c’est des animaliks.

« Il faut qu’on s’organise.. Qu’on ne laisse personne céder à la panique, notre plus grand risque à l’heure actuelle c’est que deux ou trois éléments volatils s’en prennent à des anti-animaliks, que la bagarre, voire la tuerie lance une montée de haine et que les quelques personnes qui nous servent de médecins, de protecteurs, nos faibles... soient tués les premiers. On aura notre vengeance, mais pas en tuant n’importe qui et n’importe comment. »

Viens-je de dire que nous tuerons quelqu’un ? Ce n’est pas une chose nouvelle pour moi, mais il y a sans doute de nombreuses personnes dans cette salle qui n’ont pas gouté à ce frisson, et qui je l’espère ne le feront jamais. Ce serait affligeant de voir se transformer les mignonnes créatures que j’ai sous les yeux en de monstres sadiques assoiffés de tripes.

« Tuer sera chose difficile. Et pour une fois, je suis partisan de la loi du talion. Mais les bonnes personnes doivent payer… Pas les innocents. »

Je termine mon oratoire qui je trouve complétait bien la dernière personne ayant haussé la voix et repose le micro, signant ma prestation par un petit sourire, retournant auprès de Minoreva.
 







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grey Anderson
Ice Ice Baby

avatar
profil
Messages : 321
Date d'inscription : 30/10/2012
Sur l'avatar ? : Jeremy Irvine

Personnage
Age: 22
Pouvoir: Maîtrise de la Glace
Race précise: Baggera

MessageSujet: Re: Regroupement. [EVENT I] [OUVERT A TOUS LES MEMBRES]   Jeu 9 Avr - 17:42



... d'accord mais c'est de la triche

motherlode motherlode motherlode mot-oops


Sly devait admettre qu'elle était plutôt fière d'elle, pour le coup. Takeshi, lui, approuvait totalement. L'idée folle que ces humains aient pu être de même origine que ceux de l'attenta qui a tué Arya ou celui qui a failli prendre la vie de son cousin ne voulait pas le quitter. Alors il se disait qu'il ferait ce qu'il faudrait pour savoir.
Ces quelques années passées à l'internat l'avaient indéniablement fait grandir. Plus qu'il ne l'aurait voulu, sans doute. Mais on ne retourne pas en arrière aussi aisément.
Grey, quant à lui et de son côté de la salle n'avait saisi que quelques bribes du discours mais à en juger par les réactions; c'était pas de la pure connerie. Enfin, les déclarations théâtrales s'enchaînaient mais personne ne bougeait et il se disait que les humains avaient tout le temps de rappliquer avant que les Animaliks ne passent à l'action. Pour résumer: il s'ennuyait ferme. De toute façon, il n'avait pas grand-monde ici à qui il tenait et/ou ils étaient tous en sécurité. Pour l'instant. Mais il s'appliquerait à ce que cela reste le cas, cela ne faisait aucun pli.
Sylnodel était descendue de l'estrade et se frottait les mains comme pour dire "une bonne chose de faite". Ce n'était pas tant qu'elle adorait être sous les feux des projecteurs mais plutôt qu'elle ait dit ce qu'elle pensait et qu'elle n'avait donc rien à se reprocher. Cependant, Dann surgit de la foule.

- Non, il faut éviter de se battre, mais... on ne va pas réagir de façon totalement inoffensive, si ? Il faut limiter les pertes, mais aller trop loin dans le pacifisme nous en créerait des nouvelles... il ne faut tomber dans aucun extrême...

Elle ne comprit pas tout de suite pourquoi il lui disait ça et crut d'abord qu'il avait deviné ses intentions. Mais le regard se fit plus insistant et elle su qu'il lui demandait de retourner sur scène pour calmer un peu les ardeurs vengeresses des gens. Elle soutint son regard quelques secondes l'air de dire "vas-y toi-même" mais elle ne pu résister bien longtemps. Comment refuser quelque chose à quelqu'un d'aussi gentil? Sly ne trouvait pas cela très juste mais elle ne pouvait rien y faire alors elle soupira avant de se diriger de nouveau vers l'estrade.

Mais encore une fois, elle fut devancée. Ce qui la fit pousser un encore plus long soupir que le précédent. Sérieusement, ça tournait au ridicule. Pourtant, elle attendit patiemment. Elle écouta ce que le garçon avait à dire attentivement car si tous se donnaient la peine de passer devant tout le monde, c'était pour être entendu. Et puis, ça ne servait à rien de passer derrière quelqu'un pour dire soit la même chose soit des trucs qui n'ont aucun rapport.

- On a pu entendre plus tôt les avis de certains, d’un côté la guerre totale, à en entendre certains on devrait creuser des tranchées devant l’internat et préparer les fusils.. Et de l’autre la pacification au risque de se prendre un bulldozer en pleine gueule. D’autres vacillent entre les deux, c’est un peu plus sage mais plus fou aussi, ne pas savoir de quel côté se mettre c’est à nos risques et périls. Il ne faut pas perdre de l’esprit que nous sommes différents, nous aurons beau essayer nous adapter ce sera en vain. Autant oublier qui nous sommes.

La philosophie de la chose fit sourire Sylnodel. C'était si joliment dit et pourtant si frappant de réalité.

- Il faut qu’on s’organise.. Qu’on ne laisse personne céder à la panique, notre plus grand risque à l’heure actuelle c’est que deux ou trois éléments volatils s’en prennent à des anti-animaliks, que la bagarre, voire la tuerie lance une montée de haine et que les quelques personnes qui nous servent de médecins, de protecteurs, nos faibles... soient tués les premiers. On aura notre vengeance, mais pas en tuant n’importe qui et n’importe comment.

Une fois de plus, Takeshi approuvait. Il ne savait pas qu'il y avait autant de sages dans cet établissement.. Lui-même se sentit bien puéril en comparaison.

- Tuer sera chose difficile. Et pour une fois, je suis partisan de la loi du talion. Mais les bonnes personnes doivent payer… Pas les innocents.

Sly fronça les sourcils lorsqu'elle entendit le mot "talion". Les lois, les règles, les expressions.. Tout ça, c'était pas trop son truc. Mais elle estima que ça ne devait pas être très important et que le gros du message avait été reçu. Elle se retourna vers Dann, tout sourire, pour lui donner une tape amicale sur l'épaule.

- Eh bien! On dirait qu'il t'a entendu!

Maintenant que toutes ces belles paroles ont été versées et bues, les animaliks allaient pouvoir passer aux choses sérieuses. Ils devraient peut-être recenser les pouvoirs et les trier par catégories mais Sylnodel voyait mal comment on pouvait organiser cela. Surtout qu'à la moindre prise d'initiative des uns, d'autres pourraient se rebeller en demandant d'où ils se permettaient de donner des ordres, etc. Et ça pourrait vite tourner au vinaigre. Même si Sly, elle, savait parfaitement comment elle répondrait si on lui faisait ce genre de remarque. Car elle comptait bien aider.







codage de whatsername.




Tout l'hiver va rentrer dans mon être : colère,
Haine, frissons, horreur, labeur dur et forcé,
Et, comme le soleil dans son enfer polaire,
Mon coeur ne sera plus qu'un bloc rouge et glacé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


profil

MessageSujet: Re: Regroupement. [EVENT I] [OUVERT A TOUS LES MEMBRES]   
Revenir en haut Aller en bas
 

Regroupement. [EVENT I] [OUVERT A TOUS LES MEMBRES]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Regroupement. [EVENT I] [OUVERT A TOUS LES MEMBRES]
» Un gros merci à tous les membres!
» Bataille Ombre - Vent [Event 2013 - Ouvert à tous]
» Bataille Tonnerre VS Ombre - Event 2013 [Ouvert à tous]
» Cours de Philosophie (Ouvert à toutes et à tous !)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Autres :: RP Evènements-