top school rpg
top all rpg
revelation top site
communaute des admins forum

Partagez | 
 

 • Une mère à la mer... de Tequila [pv Envahisseuses]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Donghae Lawn
Assidu

avatar
profil
Messages : 410
Date d'inscription : 12/05/2014
Sur l'avatar ? : Lee Donghae

Personnage
Age: 18 ans
Pouvoir: Manipule l'esprit des gens
Race précise: Siren

MessageSujet: • Une mère à la mer... de Tequila [pv Envahisseuses]   Ven 24 Oct - 21:04
 
Une Mère à la Mer... de Tequila
♦ Donghae Lawn feat Eunhyuk Won ♦












18 ans. Une grand étape non ? C'est là que l'on devient adulte. Enfin qu'on est censé devenir adulte. J'ai beau les adorer, toutes les personnes qui m'entourent ne font pas forcément très adultes. Enfin ça dépend quand. Et ça dépend qui. Mais de manière générale, je dirais qu'ils sont tous encore un peu gamin dans leurs têtes. Ce qui, vous me direz, est plutôt une bonne chose. C'est mieux que d'être sérieux 24h sur 24, on finirait par s'ennuyer sérieusement. Enfin sauf Sungmin, lui il a le droit il a encore 17 ans. Plus pour longtemps mais il les a encore. Leeteuk était probablement le plus responsable d'entre nous, quoi que ça dépend vraiment des jours en fait. Mais bon. Quoi qu'il en soit, aujourd'hui, c'est à mon tour de devenir adulte. Je dois avouer que ça ne m'enchante pas franchement. Je suis encore trop gentil pour affronter les durs lois de la vie en solitaire. Je me ferais écraser en peu de temps. Et puis je sais pas, j'ai l'impression de devenir vieux d'un coup. Mais ça c'est plus psychologique qu'autre chose donc c'est pas bien grave. 
Hormis le fait qu'aujourd'hui était mon anniversaire, cela faisait un peu moins d'un mois qu'Eunhyuk m'avait avoué ses sentiments. Du moins, à sa manière. Cela avait au moins eu le mérite d'être direct, mais c'est ce qui avait brisé mon couple. Et ce n'est pas moi qui y avait mis fin. Yesung m'avait dit qu'il ne voulait pas m'obliger à choisir, et mieux valait qu'on reste amis lui et moi. Je n'avais pas vraiment eu mon mot à dire sur la question. Et depuis, lui et moi sommes amis. Tout simplement. Mais je ne peux pas m'empêcher d'être presque gêné à chaque fois qu'il me prend la main ou qu'il me sert dans ses bras. Avec Eunhyuk c'est différent. Ou presque. Ces gestes là n'avaient jamais eu un autre sens que celui de l'amitié pour moi, et la gêne que je ressentais à présent était toute autre que celle vis-à-vis de Yesung. Je ne saurais pas vraiment mettre de mot, ni sur l'une ni sur l'autre, mais elles étaient là. 
Aujourd'hui, avec le recul, je me demande si le choix de Yesung était finalement le bon. Sur le coup, il m'avait semblé évident que non. Mais maintenant, je n'étais plus sûr de rien. La situation était... compliqué, si bien que je savais plus vraiment quoi penser. Ne pas sortir avce l'un pour ne pas faire souffrir l'autre. Comme ça ça semble si facile... Dans le fond ça l'était. Les règles du jeux étaient simples. Mais sans arrêt, l'envie de tricher était là. Seulement, je me contentais de faire avec, ne pouvant décidément pas faire de choix. 
Mais malgré l'ambiance festive qui se préparait et toute cette histoire, je n'étais pas avec eux en ce moment. J'étais plein coeur de la ville, à la salle. J'étais venu en vitesse jusqu'à la salle de musique car j'y avais laissé mon pull HBA -oui j'y tiens donc je vais le chercher- cet après midi en y allant avec Yesung. Et puis ça me donnait une excuse pour m'eclipser. Je devais avouer qu'en ce moment, toutes les excuses étaient bonnes. Je me sentais dans le besoin de me retrouver seul. Avec eux deux dans la même pièce, dans cette situation, je n'y arrivais plus. Ma situation avait franchement quelque chose de pathétique, mais pour moi c'était amplement suffisant pour me mettre dans les vappes. 
Je dois dire que je l'ai cherché un peu partout -le pull-, ne me souvenant plus exactement où je l'avais laissé. J'en suis venu à chercher dans des endroits improbables jusqu'à le trouver sur la table. Je devais vraiment être bouché pour pas l'avoir vu en rentrant. Je me suis donc dirigé vers la table et m'en suis emparé avant de le mettre, parce qu'il faisait froid et que j'étais quand même en débardeur -enfin pour moi il fait froid-. J'ai sorti mon téléphone de ma poche, mais rien ne s'affichait sur l'écran. Faudrait que je demande à Siwon de le rendre vivant, ce serait plus simple. Il me dirait quand quelqu'un m'aime au moins -pleurt-, au lieu de me faire des fausses joies. Bref. J'ai rangé mon téléphone et me suis dirigé en direction de la sortie avant de me retourner, la main sur la poignée, et de regarder le canapé. Beaucoup de souvenir me revenaient, d'un coup, ce qui au fond était parfaitement normal. Je soupirais avant de sortir et de fermer à clé derrière moi. 
Je claquais la portière de la voiture avant de m'attacher et de m'apprêter à démarrer, avant de me rendre compte que sans les clés ça allait être difficile. Non, décidément, j'avais l'air d'un véritable drogué. Ou alors je deviens sénile mais à 18 ans ça fait un peu peur quand même. Enfin bref. Après avoir trouvé les clés au fin fond de ma poche, j'ai enfin pu démarrer et quitter ce parking.
Mais à peine avais-je pris la route que mon téléphone se mit à sonner. Toujours au mauvais moment, sinon c'est pas drôle. Alors comme je suis un gentil garçon, je me suis garé devant un bar, parce que téléphoner au volant c'est mal, avant de sortir mon  téléphone de ma poche. J'appuyais sur le téléphone vert avant de tomber sur une voix qui m'étais très vaguement familière. Mais je ne retrouvais cependant pas la personne à qui elle appartenait avant que cette dernière ne se présente. Il s'agissait du médecin en charge de ma mère. Pourquoi m'appelait-il ? Et puis il avait cette voix que prennent les médecins dans les films et séries quand il faut annoncer une mauvaise nouvelle. Il lui était arrivée quelque chose ? Par ma faute ? Je ne lui posais cependant aucune question, me contentant d'écouter ce qu'il avait à me dire.
Cela faisait à peu près un quart d'heure que j'étais dans la voiture, sans rien dire. La nuit commençait même à tomber. Aucun bruit ne venait troubler ce silence qui s'était installé. Mon regard était dans le vague, et je ne saurais dire quelles émotions me traversaient en ce moment même. La haine. Le regret. La tristesse. La colère. Je n'en savais rien. Mais tous ce que je savais c'était que ce qui est arrivé est arrivé par ma faute. Pour un anniversaire on imaginerait meilleur cadeau que de la culpabilité. 
Je relevais mes yeux vers le bar, et mon regard s'attacha sur l'enseigne lumineuse qui clignotait à moitié. Je ne savais pas grand chose mais j'étais au moins sûr d'une chose : je ne voulais pas rentrer. Pas maintenant. Et je ne voulais pas non plus rester dans ma voiture. Je suis donc sorti de ma voiture, claquant la portière derrière moi avant de me diriger vers le bar en question. J'hésitais un instant devant la porte. Je n'avais jamais essayé ça comme traitement, mais de ce qu'on dit l'alcool est un remède efficace. Du moins sur le coup. J'en étais pas très convaincu, mais ça valait le coup d'essayer. Je ne voulais pas parler. Je ne voulais pas rentrer. Je ne savais même pas ce que je voulais. Oublier ? Peut être. 
Après être entré, je n'ai pas cherché très longtemps où m'asseoir et j'ai posé mes fesses sur le premier tabouret au comptoir que j'ai trouvé. Le barman s'est directement tourné vers moi en me demandant ce que je voulais. J'ai hésité un instant avant de lui répondre :

- Tequila.


J'en avais jamais bu de ma vie. Je savais pas quel goût ça avait. Je savais pas non plus si c'était bon. Mais tout ce que je savais, là, maintenant, c'était que j'avais cruellement besoin d'un verre, quitte à le regretter plus tard. 
Le verre n'a pas tardé à arriver, mais autre chose est arrivé en même temps. Ou devrais-je plutôt dire quelqu’un, parce qu'Eunhyuk n'est pas encore un objet à ce que je sache. Il s'était accoudé au comptoir juste à côté de moi, à ma droite. Ça faisait très scène de film, la meuf qui se fait aborder par le beau gosse débauché dans un bar. Mais on va changer un peu les rôles parce que voilà. Je suis pas encore une fille et lui n'est pas un débauché. Enfin je crois pas. Beau gosse si, mais débauché non. J'espère. 
Je ne savais même pas si je devais être content de le voir ou si je devais être énervé. Ça avait pas bien grande importance au fond, parce que qu'il soit là ou non ça n'allait pas changer grand chose au plan de cette soirée -ou pas-. J'ai tourné la tête vers lui alors qu'il me disait :

- Hey Hae, ça va ?

Le genre de question bête. Mais bon, j'étais pas en larmes donc je considérais qu'en fait la question était pas si bête. Ou pas. Bref. J'ai pris mon verre et l'ai bu d'un coup après lui avoir répondu :

- Tu m'as souvent vu dans un bar ?

Je grimaçais à moitié après avoir vidé le contenu du verre. Je saurais pas vraiment dire si c'était bon ou pas, mais c'était fort en tout cas. Et j'étais comme qui dirait pas vraiment habitué en tant que partisan de l'eau. 

- Tu as raison...
 
J'ai tourné la tête vers lui au moment où il prit place sur le siège vide à côté de moi, avant qu'il n'enchaîne :

- Qu'est-ce qu'il y a ?


J'étais censé lui balancer le truc comme ça, direct ? Je ne savais pas vraiment. En fait ce soir je sais pas grand chose. Le barman est revenu vers moi et je lui ai fais comprendre d'un signe de tête qu'il pouvait me resservir avant de pousser un long soupir. Je n'avais pas envie d'en parler. Pas maintenant. Mais c'était peut être plus simple d'en parler, avec lui... Je tournais la tête vers lui, plongeant mon regard dans le sien quelques instants avant de le détourner sur mon verre. Je le pris d'une main et me mis à faire des cercles dans le vide, observant le liquide qui bougeait dans le verre au même rythme, alors que je me demandais si je devais lui en parler ou non. Du moins, si c'était un genre de solution. 
.


©Saphirielle de Tatati


" Donghae Lawn - NEMO ♪ "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EunHyuk Won
Assidu

avatar
profil
Messages : 326
Date d'inscription : 01/09/2014
Sur l'avatar ? : Lee Hyukjae

Personnage
Age: 18
Pouvoir: Transformer ce qui est vivant en ce qu'il veut
Race précise: Monky

MessageSujet: Re: • Une mère à la mer... de Tequila [pv Envahisseuses]   Dim 26 Oct - 22:01
Une mère à la Mer… de Tequila

EunHae powaa ~



Ce soir, c’est l’anniversaire de Donghae. 18 ans. C’était plutôt the âge à fêter quand il faut en choisir un et on s’était tous mis d’accord pour lui faire une soirée digne de ce nom. Je me souviens très bien du mien, il y a six mois. Une soirée plus que troublée pour notre anniversaire commun, Hyukjae et moi. Il était sorti acheter un cadeau et le gâteau pendant que moi, je faisais un semblant de décoration à l’appartement. Et puis, il m’avait appelé et quand j’avais décroché, il n’avait rien dit. Grâce à un bidouillage sur son téléphone, je pouvais savoir où il était à tout moment et c’est là que j’avais rencontré le salaud qui voulait lui faire du mal. J’avais failli le tuer mais je ne pouvais pas m’y résoudre devant mon frère, pas alors qu’il avait donné tout son temps pour me faire changer. Et quand l’occasion s’était présentée une deuxième fois, il y a un peu moins d’un mois, c’est Donghae qui m’en avait empêché. Et ça c’était mal fini. J’aurais pu dire en queue de poisson mais ça ne ferait rire personne. J’avais fait l’erreur de lui faire comprendre que j’avais des sentiments pour lui et ça avait ruiné son couple. De tous les crimes et de tous les meurtres que j’ai commis, je n’ai qu’un vague souvenir, comme si c’était insignifiant et pourtant, le peu que j’avais entendu de leur rupture et les discussions qui s’en suivirent, elles, sont restées gravées dans ma mémoire. Remuer le couteau dans la plaie. C’est l’impression que j’avais chaque fois que YeSung lui prenait la main ou l’enlaçait. Et pourtant, Donghae agissait pareil avec moi. Il faut croire que nous étions tous les trois les meilleurs amis du monde mais même si YeSung et Donghae conservaient leur complicité d’avant, en apparence, et que moi je m’étais rapproché de Donghae, il n’en était rien de YeSung et moi. Au fond, c’était compréhensible, puisque j’ai ruiné son couple mais bon… Ce n’est pas ce que je cherchais. Enfin bref.
 
Il avait été convenu que YeSung dérangerait Donghae lorsqu’ils quitteraient la salle de musique pour qu’il y oublie son pull préféré et qu’il ait besoin d’aller le chercher, pendant qu’on serait en théorie tous occupés. De toute façon, en ce moment, il aimait bien se retrouver seul. Je suppose qu’il n’avait toujours pas digéré sa rupture. Et peut-être même qu’il m’en voulait un peu… Enfin, dès qu’il fut parti, tous se mirent à s’activer pour préparer tout ce dont on avait besoin pour la fête d’anniversaire du poisson et j’avais été élu volontaire désigné d’office pour le suivre. Tu es le plus doué pour ça Nhyukie, tu as fait ça pendant quatre ans sans jamais te faire attraper. Ah Hyukjae, un jour je te pendrai. Ou pas. Enfin bref. Le fait est qu’il avait raison et que j’étais le mieux placé pour le filer sans qu’il s’en rendre compte. Les laissant à leurs tâches, je m’éclipsai discrètement à la suite de Donghae pour être sur qu’il ne rentre pas trop tôt. Si jamais il retournait à l’internat, soit je devais l’en empêcher par tous les moyens – sauf ceux-là avait précisé Leeteuk – soit je devais les prévenir le plus vite possible pour qu’ils aient le temps de tout cacher.
 
Il a pris sa voiture et ça n’a pas été évident pour moi de le suivre en marchant donc, j’ai fait ce que je déteste faire, non pas par honte mais plutôt parce que je me sens toujours un peu stupide sous forme animale, et je suis passé par les arbres sur le bord de la route. En faisant des « acrobaties », je vais plus vite que la normale et ça m’a permis d’arriver à la salle de musique avant lui ayant évité les embouteillages. J’ai pu reprendre forme humaine et me planquer dans son coffre pendant qu’il allait chercher son pull. C’est moi ou il met quinze plombes pour le récupérer ? Ah bah c’est pas trop tôt. Il a claqué la portière et j’ai entendu la ceinture s’enclencher mais il n’a toujours pas démarré. Me dites pas qu’il a paumé ses clés parce que sinon, je suis dans la merde totale. Et bah enfin. Avis à tous ceux qui seraient tentés de faire comme moi : cachez-vous sous les fauteuils, dans le coffre, les secousses c’est la galère ! Heureusement, au bout de quelques secondes, il s’est à nouveau arrêté mais ne s’est même pas détaché. Qu’est-ce qu’il fout bordel ? Non pas que je n’étais pas content que les cahots s’arrêtent mais s’il ouvrait son coffre avant que j’ai pu descendre… je vais mourir. Je crois l’entendre parler mais je ne comprends pas vraiment ce qu’il dit. Est-ce qu’il parle tout seul ? Ou à quelqu’un ? au téléphone ou par la vitre ? Et si un flic l’avait arrêté et lui demandait d’ouvrir son coffre pour vérifier que c’était pas un trafiquant ? Ouille… Je vais vraiment mourir alors… Ah bah non, il semble pas bouger pour venir.
 
Ça fait un moment que je n’entends plus rien mais je suis prêt à parier sur ma vie et sur celle de mon frère qu’il n’a pas bougé de sa voiture, c’est un fait assuré. Alors qu’est-ce qu’il fait ? Je ne distingue presque plus rien à travers la jointure du coffre. Il fait déjà nuit ? Je suis censé le ramener pour 23h mais je doute que surgir de son coffre pour le convaincre de se bouger de rentrer serait la meilleure solution si jamais on s’éternisait ici. Inutile de préciser que « ici » je ne sais pas où c’est, vous l’aviez probablement compris. Non, je me fais encore des films pour rien, il sort comme un grand de la voiture et il claque la portière. Mais elle lui a rien fait la portière ! C’est pas son genre de claquer les portes comme ça, on dirait qu’il est arrivé quelque chose… Un coup de fil désagréable ? Probablement. Il fallait que je sorte pour en savoir plus. Ouvrant doucement le coffre, en prenant garde de ne pas faire de bruit, je le vis hésiter devant la porte vitrée du bar avant qu’il n’entre. Je pus alors sortir de son coffre sans risquer qu’il me voie. Qu’est-ce qu’il va foutre dans un bar alors qu’il ne boit pas et ne tient pas l’alcool ?
 
J’ai hésité une seconde avant d’entrer et en une seconde à peine, il était déjà assis au bar et je l’entendis demander une Tequila. Et mais c’est super fort comme truc ! Il supporte pas une coupe de champagne et il commande une Tequila ! Ce mec veut mourir ou quoi ? Comment ça se passe, je le laisse faire ou je vais le voir comme si de rien n’était. Pas le choix, j’y vais. Je suis pas censé me montrer mais là, c’est un cas d’urgence. Ou au pire j’appelle Leeteuk… Non, Donghae se ferait engueuler à tous les coups. Autant se renseigner d’abord…
 
- Hey Hae, ça va ?
 
Pas cul-sec ! Trop tard. Ça va lui arracher la gueule, le pauvre !
 
- Tu m'as souvent vu dans un bar ?
 
Non, et si tu étais un habitué, de un tu ne boirais pas une Tequila cul-sec et en plus, si tu l’avais fait, tu serais pas entrain de faire la grimace du siècle parce que bien sur, sans en avoir l’habitude, ça déchire sa race. Espérant – ou pas – lui faire plaisir et renoncer aux verres, je lui dis la seule phrase qui pourrait le faire sourire à coup sur, en temps normal…
 
- Tu as raison…
 
Allez, là, t’es censé me regarder et sourire avant qu’on prenne le chemin de l’internat pour la super soirée organisée par nos amis, ou du moins les tiens… Sauf que t’as pas l’air bien donc je suppose que même admettre que t’as raison, ça fera rien… Mais qu’est-ce que je vais faire moi ? Autant être un minimum direct. Sans lui dire que j’étais dans son coffre et tout ira bien.
 
- Qu’est-ce qu’il y a ?
 
Non, monsieur le serveur, tu t’en vas avant que… trop tard, il en a déjà demandé un deuxième et aussitôt demandé aussitôt servi, le voilà avec une deuxième Tequila. Même moi, j’ai commencé avec moins que ça. Et pourtant, j’étais pas dans un milieu où on s’épargne une gueule bois bien hard… Me regarde pas comme ça, j’ai envie de t’embrasser pauvre tâche. Ouais, c’est ça, fait-la tourner. N’empêche que vu la couleur ça doit pas être une petite daube… Si c’est bien ce que je crois vu la bouteille, une Tesoro Azteca Extra Añejo, ça pourrait me le faire rouler par terre à peine il aurait fini ce verre. Sauf qu’à force de réfléchir, je me suis même pas rendu compte qu’il avait déjà bu d’un trait son verre. Et qu’il en a redemandé encore un.
 
- La même chose s’il vous plait.
 
On va rentrer en rampant à ce rythme-là. Bon, l’avantage c’est que, grâce à certaines connaissances, je tiens extraordinairement bien l’alcool et qu’avant que je roule sous la table, Donghae serait probablement mort. Donc, l’un comme l’autre n’arrivera pas. Garder un esprit lucide est le plus important pour moi. Une petite gorgée seulement. Et une deuxième après avoir avalé la première. C’est tout ce qui est nécessaire pour ne pas être submergé. Sauf que je ne veux pas que Donghae perde la boule avant que je sache ce qu’il y a. Je lui ai retiré son verre alors qu’il le portait à ses lèvres et il m’a regardé comme si je l’avais volé. C’est pas possible, ça ne peut pas l’atteindre aussi vite ! Il faut un minimum de temps avant que l’alcool n’attaque le cerveau en temps normal… En même temps deux Tequilas cul-sec, ça accélère peut-être les choses, qui sait.
 
- Eh ! Rend-le moi, j’ai soif !
 
Il essaya de prendre mon verre mais quelqu’un qui commence à être paf et bien moins réactif et rapide que quelqu’un de sobre donc j’ai pu le repousser avant qu’il ne l’attrape.
 
- T’as qu’à demander un jus d’orange ou de l’eau.
- T’es pas ma mère d’abord. Je fais ce que je veux.
 
Cette moue boudeuse. OMG ! Il veut quoi, que je me jette sur lui, là maintenant ou quoi ? Il m’a regardé en faisant semblant de faire la tête et puis il m’a fait un grand sourire. L’alcool adoucit les mœurs à ce qu’il parait mais là il est complètement pété mon pauvre chéri. Euh non, mon pauvre Donghae, ce n’est malheureusement pas mon chéri. Enfin bref. Oubliez ce que je viens de dire.
 
- Et qu’est-ce qu’elle dirait ta mère si elle était là, hein ?
- Est-ce que les morts parlent ?
- Euh… non.
- Bon bah, elle dira rien alors vu qu’elle est morte cette nuit.
- Hae, dis pas n’importe quoi, c’est sérieux là.
- Je dis pas n’importe quoi d’abord. Et en plus, c’est ma faute.
 
Il est soudainement redevenu bizarre, un mélange entre bourré prêt à mourir noyé dans l’alcool et nostalgique. Il avait ce caractère enfantin qui ressortait à cause des effets de l’alcool et en même temps, je ne pensais pas qu’il disait ça de manière totalement anodine…
 
- Pourquoi tu dis ça ?
- Bah tu vois l’alcool ça agit dans la tête et moi… je fais pareil ! Et puis quand y a trop d’alcool tu fais « tchic paf » et t’es mort. Et bah moi, j’ai du louper un truc et elle a fait « tchic paf » : dépression et suicide.
- T’as manipulé le cerveau de ta mère ? Mais pourquoi t’as fait ça ?
- Mon père est parti faire joujou avec les anges et je suppose qu’il en a découpé quelques uns vu qu’à chaque fois qu’on disait « un ange passe » il disait « qu’on le découpe » et puis il a du nous envoyer Teukie je suppose.
- Hae, on parle de ta mère.
- Ah oui, elle, j’espère que c’est pas devenu un ange, ce serait bête que mon père la découpe…
 
Alléluia ! Pendant un instant j’ai bien cru qu’il allait me sortir qu’il en parlait comme il parlait de Leeteuk mais non, il ne peut même plus réfléchir jusque là… Faut vraiment pas qu’il recommence à boire parce que si ça arrive un jour où il est tout seul, qui sait ce qui pourrait lui arriver.
 
- Donghae !
- Oui oui oui… Bah elle était triste et j’ai bidouillé dans sa tête pour qu’elle oublie sa tristesse, tu vois, genre « pouffff » je suis mère, je suis la vierge, l’immaculée conception et tout, genre en mode « j’ai pas eu de mari il est pas mort il découpe pas des anges et je suis pas triste » sauf que c’était le début de mon don et que j’ai du me rater quelque part, si bien qu’elle a complètement pété les plombs et qu’elle est partie en dépression en me laissant tout seul. Et puis, y a eu YeSung et j’ai complètement zappé d’aller la voir. Ça l’a probablement pas arrangée psychlo… lo… logiquement… euh… psy-cho-lo-gi-que-ment et hier elle s’est suicidée. Alors oui on peut dire que c’est ma faute, je crois. Allez rend-moi mon boire, je veux verre… ou l’inverse, j’en sais rien…
 
Je réitère mes conseils silencieux. Si tu bois alors qu’il n’y a personne, tu vas vraiment finir pas te faire tuer.
 
- Donghae, tu dis n’importe quoi, t’es déjà complètement shooté faut pas que tu continues à boire.
- Mais moi, je veux. Et puis, c’est pas un poison, euh, un poisson, qui risque de se noyer. Ehéh…
- Donghae, on va rentrer, je vais conduire et tu vas dormir d’accord ?
- Non, je vais rester là je vais continuer de boire ce truc dégueulasse et tu rouleras sous la table avant moi.
- T’as bu deux verres et t’es complètement paf, comment veux-tu que je roule avant toi ?
- Barman ! Trois Tequilas pour mon ami siouplait !
- Mais…
- Et cul-sec !
- Bon d’accord…
 
Sur ce, pour ne pas le faire bouder et risquer de me jeter sur lui tellement j’adore quand il fait cette tête et puis parce que j’ai un certain gout du défi, j’ai attrapé les verres un par un et je les ai bu cul-sec, en prenant garde de les avaler le plus lentement possible pour limiter les effets de l’alcool.
 
- Ça te va ?
- Vou-i ! Mais j’en veux aussi !
- Non, deux ça te suffit, tu vas vraiment être mal après.
- Pff… Et toi, ça te fera rien tu vas me dire !
- Non, parce que moi, j’ai l’habitude, contrairement à toi. Bon aller, viens on rentre.
- Ze… *hips* veux pas. *hips*
 
Si il commence à avoir le hoquet, c’est vraiment qu’il est atteint, faut que je le ramène coute que coute. J’ai laissé un « gros billet » au barman en lui disant de garder la monnaie et j’ai attrapé Donghae, que j’ai fait passé au-dessus de mon épaule droite en le maintenant au niveau des genoux pour pas qu’il tombe. Si j’avais pu prévoir qu’il allait en profiter pour me peloter, je l’aurais probablement transformé pour le trimballer plus facilement. Sauf que… bah… j’avais pas envie. Et puis, comment dire, ça ne me gênait pas vraiment… C’était Donghae, pas n’importe qui, après tout. Mais bon, je me dois de faire l’indigné…
 
- Eh !
- Vas-y crie mon *hips* nom, ce sera marrant.
- J’ai pas crié Hae, j’ai fait « Eh ».
- C’est pareil.
- Non dans un cas ça veut dire que je t’appelle dans l’autre ça veut dire « vire tes pattes ».
- Tu dis ça mais *hips* tu le penses pas. Allez lâche-moi.
 
Beuh… Pourquoi la seule capacité qu’il garde en étant bourré, c’est lire en moi, hein ? Bon… peut-être que je pourrais céder et en profiter… Et puis, il en aura peut-être aucun souvenir comme le jour de ma première cuite. Trois meurtres dont je ne me souviens pas… Euh… Evitons ce sujet. C’est Donghae, je ne peux pas abuser de son état. Je veux pas avoir à me sentir coupable toute la fin de ma vie. Déjà que j’arrive pas à me sortir de ce sentiment d’avoir ruiné son couple… Courage et résistance. Si je perds la bataille, au moins je me serai battu. (Non Demy’ je ne fais pas allusion aux cartes, pas du tout du tout.)
 
- Nan, je te ramène à l’internat.
- Mais je veux *hips* pas. En plus, Teukie *hips* va me gronder si je rentre *hips* comme ça.
- Peut-être mais ce sera bien fait. Allez hop, monte dans la voiture.
- Na.
- Donghae.
 
J’avais essayé de faire un semblant de « gros yeux » mais il m’avait vu dans le reflet de la vitre et il m’imitait en se foutant ouvertement de ma gueule.
 
- Na. Tu me fais pas peur.
- Donghae, tu vas poser tes fesses de bourré dans cette foutue bagnole et on rentre.
- Na. Na. Et na.
- Alors je te poserai pas.
- Pas grave, je suis bien là.
- Tu vas voir quand tu auras la tête en bas trop longtemps avec l’effet de l’alcool, tu seras moins bien.
- Bon, d’accord.
- T’es sur ? Pas de coup foireux, hein ?
- Nan, nan…
- Hae, j’aime pas le ton que tu prends.
- Je suis pas un thon, je suis un poisson clown d’abord !
- Ok, ok…
 
Eh mais ! Espèce de vicieux ! Je me suis retrouvé allongé sur lui en un rien de temps. Je vous explique. Je l’ai posé devant moi à côté du fauteuil. J’ai ouvert la portière avant, je suis pas bête et jusque là tout va bien. Sauf qu’en s’asseyant, il m’a ramené contre lui et a fermé la porte avec son pied. Oui avec son pied ! Et en plus il m’a embrassé. Alors autant vous dire, que même si j’avais triché, la bataille était perdu – ou gagné – pour moi mais je me devais de résister encore un peu. C’était un peu ma conscience qui me le disait vous voyez ? Déjà qu’elle a jamais été très bavarde pendant que j’étais dans la mafia alors là j’avais décidé de l’écouter un minimum.
 
- Hae !
- Bah quoi ?
- Arrête.
- Pourquoi ?
- Euh…
- Bon alors je continue.
- Non, arrête. C’est… il faut pas.
- Mais pourquoi-euh ?
- Parce que t’as pas conscience de ce que tu fais, t’es complètement soul.
 
C’était vrai. Je ne voulais pas qu’il regrette ce qu’il pouvait se passer…
 
- Oui, je suis sous toi… Et si t’es pas d’accord, je vais voir la madame là-bas… ou le monsieur… ou le chien. En fait, je sais pas ce que c’est mais ça fera l’affaire. Ou…
- Ou quoi ?
- Ou je fais ça tout seul et tu regardes.
 
Mais il est complètement fou ce mec ! L’alcool c’est pire que tout ! Donghae qui boit c’est pire qu’un mec qui se shooterait à l’ecstasy !!
 
- Donghae !
- Bah quoi, me dis pas que tu vas rougir et faire genre t’es choqué ?
- C’est pas ça mais… je veux pas que tu regrettes après…
- Donc t’as envie mais mes deux verres de Tequila te font peur ?
- Bah… on peut résumer ça comme ça…
- L’alcool c’est vraiment de la merde… Mais faut pas t’en faire, je regretterai pas.
- Hae…
- Allez banane, mmh banane, oups… je veux dire, embrasse-moi.
- Mais…
- Oh putain, t’es chiant…
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Donghae Lawn
Assidu

avatar
profil
Messages : 410
Date d'inscription : 12/05/2014
Sur l'avatar ? : Lee Donghae

Personnage
Age: 18 ans
Pouvoir: Manipule l'esprit des gens
Race précise: Siren

MessageSujet: Re: • Une mère à la mer... de Tequila [pv Envahisseuses]   Jeu 6 Nov - 18:02

~ Ride Me ~
♦ Donghae Lawn feat Eunhyuk Won so EunHae Powa' ~ ♦












J'ai fini par boire mon second verre, en ayant assez de le regarder. Si je l'avais pris c'était pas pour le reluquer mais pour l'avaler -parler d'Eunhyuk en ces termes pourait être comique je crois-. 

- La même chose s’il vous plait.

Je suis pas sûr que ce soit la meilleur idée que j'ai eu, étant donné que petit un, je n'aime pas l'alcool, petit deux ce truc là est particulièrement fort et pas bon, petit trois je ne tiens pas l'alcool, et petit quatre euh... nan, y a pas de petit quatre en fait. Sorry Sorry.
Je tirais encore la gueule due au deuxième verre, parce que c'était pas bon. Et puis cul sec c'est encore moins bon. C'est là que le troisième verre est arrivé, tout seul, comme un grand, avec ses titites papatounettes, mettant fin à mes réflexions philogosique. Nan euh... philosophoque. Phique. Bref. T'as compris. Enfin tout ça pour dire que si je cherche à m'arracher le truc qui ressemble à un malabar-chamallow qui est à l'intérieur de ma tête j'ai qu'à faire comme dans les films, ça ira plus vite. Avec un zeste de sel et un soupçon de citrouille. Nan pas citrouille. Citron. Et puis y a autre chose qui allait pas dans ma phrase mais je sais plus ce que c'est. Mais oh mon dieu, je suis déja bourré. Ca agit vite. C'est cool en fait, je devrais essayer plus souvent. 
J'allais -où ça je sais pas- pour boire mon troisième verre mais le monsieur assit à côté de moi il me l'a pris. Vilain méchant... putin t'es trop beau -bave-. Voleur de verre. Et puis rend-le moi d'abord, c'est mon préééécieux. 

- Eh ! Rend-le moi, j’ai soif !

J'ai essayé de lui reprendre -je sais pas trop pourquoi d'ailleurs puisque c'est pas bon- mais j'ai comme qui dirait la rapidité d'une limace moche -pléonasme- et lui la lenteur d'une fusée. C'est logique ce que je dis ou pas ? Je me rend pas compte.

- T’as qu’à demander un jus d’orange ou de l’eau.

Si je voulais du jus d'orange je serais aller voir mon opérateur de téléphone je suis pas con à ce point d'abord. Et puis de l'O. Ca se boit ça ? J'en demanderais au SHUPER Market demain. Ou à Spider Women Sungminnie.

- T’es pas ma mère d’abord. Je fais ce que je veux.

Je lui ai tiré une tête -faudrait que j'essaye d'en mettre une dans un flingue pour voir si ça marche- trop chou boudeuse, qui ferait craquer un dromadaire en Alaska pris dans un ouragan de patate -on dit des teterres d'abord-.
Et puis après je lui ai souris. Pourquoi faire ? Y a pas de souris ici, y a que des rats d'abord. J'en ai pas vu en fait, donc je peux pas affirmer, mais je décidé, en tant que dieu suprême des euh... des Poissons Clônes que y a des rates. 

- Et qu’est-ce qu’elle dirait ta mère si elle était là, hein ?

Bonne question. Maman ? Mamaaan ? Oh tu m'écoute espèce de morue ? Nan mais quelle ingratitude je vous jure. Les gens meurent et après c'est bon, ils passent sur messagerie. Mais au fait, t'es capable de parler ou pas ? Good question. 

- Est-ce que les morts parlent ?

Attention, roulement de bamtour...

- Euh… non.

Bon bah je saurais jamais ce qu'elle aurait dit maman. Quand on devient un sac d'arête on pourait apprendre à parler hein. Bande de vilains.

- Bon bah, elle dira rien alors vu qu’elle est morte cette nuit.

Aha, tu t'y attendais pas hein ? T'es quécho hein ? Vas y avoue que t'es quécho. 

- Hae, dis pas n’importe quoi, c’est sérieux là.

Eh mais il me croît pas en plus le primate. Mais c'est quoi ça ? Donghae ne ment jamais. Parce qu'il sait pas mentir en fait.

- Je dis pas n’importe quoi d’abord. Et en plus, c’est ma faute.

Ah oui c'est vrai, c'est ma faute. J'avais oublié un court instant. M'enfin du coup ma geule de bourré a fait un mix avec une tête de nostalgique, donc tu prends les deux, tu mets dans une casserolle à feu doudou et tu fais revenir dans les boulettes d'oignons, et après t'obtiens ma tête. Magique la cuisine. 

 - Pourquoi tu dis ça ?

Eh m'engueule pas hein, c'est toi qui m'a demandé alors je te répond. Bah voilà, moi je parle et tout, je me confie, j'ouvre mon petit boum boum tout rouge pour lui et résultat je suis un menteur. Snif. T'es qu'un vilain. T'es toujours aussi bavant mais voilà. T'es méchant. 

- Bah tu vois l’alcool ça agit dans la tête et moi… je fais pareil ! Et puis quand y a trop d’alcool tu fais « tchic paf » et t’es mort. Et bah moi, j’ai du louper un truc et elle a fait « tchic paf » : dépression et suicide. 

Ca doit être marrant de faire tchic paf. Je peux essayer ? Hein Nhyunhyuk, je peu t'essayer ? Je suis sûr ça va être drôle, comme les bonbons au coca dans la bouteille de mentos. Ca va faire paf ! Ou pouf ! Ou peut être pif. Comme le pif de Pluto. Pourquoi plutôt pif que paf ? Oulalah, c'est compliqué ces histoires de pouf. A BOIRE TAVERNIER ! Je veux du jus d'orange alcololisé, et si vous me le donnez pas je vais aller boire du jus SFR.

- T’as manipulé le cerveau de ta mère ? Mais pourquoi t’as fait ça ?

Pour faire des ixpériences, parce que c'est drôle, héhéhé *rire sadique*. Je suis l'Heimmerdinger de la vrai vie, le savant fou, hahaha *rire à la Kyuhyun*. Enfin en fait non. C'était pour une raison beaucoup moins marrante vu que y a pas eu de mort. Ah si. Ah bah en fait c'est marrant *rire de psychopathe*.

- Mon père est parti faire joujou avec les anges et je suppose qu’il en a découpé quelques uns vu qu’à chaque fois qu’on disait « un ange passe » il disait « qu’on le découpe » et puis il a du nous envoyer Teukie je suppose. 

Pourquoi que Teukie il est pas découpé ? Vous croyez que je peux essayer ? Ah mais non je peux pas, c'est le namoureux à mon Nhyunhyukiki donc je vais pas le découper. Mais alors qu'est-ce qu'il fait là Hyukjae hein ? Je lui ai rien demandé et je le connais pas d'abord. Ouste. Du vent l'orang-outan ! Ah mais non, lui il est pas là. Il est en train de faire des galipettes avec truc. Et du coup là c'est Eunhyuk. Mouais. Ca doit être ça. Enfin je m'en fous en fait puisque l'un est tout aussi bavard, euh bavant, que l'autre.

- Hae, on parle de ta mère. 

Bah quoi, c'est pas ce que j'ai dit ? J'ai pas parlé de notre momo à tout les deux ? Quoi que non toi en fait c'est plus ton beau frère du coup. Ou ta belle-soeur par transititivité de euh... j'ai oublié. Syrro cirrhooooose !

- Ah oui, elle, j’espère que c’est pas devenu un ange, ce serait bête que mon père la découpe…

Remarque non, ce serait nutritif. Parce que, réfléchissons bien, si c'est une morue, on la découpe, et après je trouve de la purée en mixant euh.. Siwon par exemple, et après on a de la brandade de morue pour le dîner. C'est cool la vie nan ? Et économique en plus. 

- Donghae !

Oui, c'est mon nom. Enfin je crois. Tu veux quoi mon chouchou ? Ah oui, c'est à moi de parler. Ma maman. Passons en mode plein le vif sujet -what ?-.

- Oui oui oui… Bah elle était triste et j’ai bidouillé dans sa tête pour qu’elle oublie sa tristesse, tu vois, genre « pouffff » je suis mère, je suis la vierge, l’immaculée conception et tout, genre en mode « j’ai pas eu de mari il est pas mort il découpe pas des anges et je suis pas triste » sauf que c’était le début de mon don et que j’ai du me rater quelque part...

Maintenant que j'y repense j'ai peut être pas mis un boulon où il falait. Et donc ma mère elle a pêté un bouloooon -sort-.

- ...si bien qu’elle a complètement pété les plombs et qu’elle est partie en dépression en me laissant tout seul. Et puis, y a eu YeSung et j’ai complètement zappé d’aller la voir. Ça l’a probablement pas arrangée psychlo… lo… logiquement… euh… 

C'est quoi ce mot hein ? Les personnes qui font des né...no...logo...gisme devraient penser aux gens mentalement handicapés momentanément comme moi et devraient inventer des mots moins compliqués.

- ... psy-cho-lo-gi-que-ment et hier elle s’est suicidée. Alors oui on peut dire que c’est ma faute, je crois. Allez rend-moi mon boire, je veux verre… ou l’inverse, j’en sais rien…

Boudiou, l'alcool donne des problèmes de langue. Quoique nan en fait, ma langue va bien, mais pour être sûr faudrais qu'il me dise. Vous croyez qu'il va vouloir ? Je lui demande pas son avis en faite, tu mange et tu te tais.

 - Donghae, tu dis n’importe quoi, t’es déjà complètement shooté faut pas que tu continues à boire.

Et voilà. That is the fatality of Eunhyuk. T'as voulu savoir, je t'ai dit, et maintenant je suis qu'un bourré qui dit n'importe quoi. Ok je suis allumé, mais je sais ce que je ne re le se pe de ze te dit d'abord, donc voilà. Ze boude.

- Mais moi, je veux. Et puis, c’est pas un poison, euh, un poisson, qui risque de se noyer. Ehéh…

Et si je vous dis que je sais pas nager vous me croyez ? Bah vous devriez pas, parce que je sais nager. Hé, si je suis un poisson, je peux respirer sous l'eau vous croyez ? Je vais essayer euh... un jour. Le jour où Teukie ne me surveillera pas à distance inter-télépathologiquative. Non, là, moi non plus, je sais plus. 

- Donghae, on va rentrer, je vais conduire et tu vas dormir d’accord ?

Ca dépend comment je rentre, qu'est-ce qu'on fait en conduisant et comment et avec qui que je dors. Mais bon, ze suis bien là moi. 

- Non, je vais rester là je vais continuer de boire ce truc dégueulasse et tu rouleras sous la table avant moi.

En fait y a pas de table vu qu'on est au comptoir. SAUCADE !

- T’as bu deux verres et t’es complètement paf, comment veux-tu que je roule avant toi ?

C'est un adjectif valable ça, être paf ? Ca se fait ? Je veux n'essayer. Parce que là moi je me sens pouf. Non je suis pas une pouf, je suis un pouf. Le truc sur lequel on s'asseoit. Enfin du coup j'ai envie de dire que je suis une pouf sodomite mais à part ça, no problemo.
Enfin bref, si je pouf, tu pouf aussi. Donc on va poufer ensemble.

- Barman ! Trois Tequilas pour mon ami siouplait !

Pas juste, moi j'ai eu le droit qu'a deux d'abord. Je m'auto-puni, comme la voiture de papa.

- Mais…

Taratata, y a pas de mais. Avale et tais toi. . . . Faîtes moi penser à ressortir cette phrase dans un contexte différent. 


- Et cul-sec !

Ouais mais cul mouillé c'est plus simple d'abord. Euh.. oups. Pardon. Je m'égare.

- Bon d’accord…

Alala, si tu pouvais lire dans ma tête... Je serais mort de honte je crois en fait.
Alors Monsieur Nhyunhyu a joué les gror dus et a pris les verres un par un -nan pas comme ça d'abord, y a que moi qui n'a le droit de subir ce traitement particulier de sa part- avant de les glouglouter jusqu'à la dernière de chez dernière goutte. Pffff... frimeur. 

- Ça te va ?

Ouais, mais je voulais que tu sois ausis bouché que moi d'abord. Pas juste. 

- Vou-i ! Mais j’en veux aussi ! 
- Non, deux ça te suffit, tu vas vraiment être mal après.

T'es qu'un égoïste d'abord. Ta jumelle elle t'a pas appris à partager ? 

- Pff… Et toi, ça te fera rien tu vas me dire !
- Non, parce que moi, j’ai l’habitude, contrairement à toi. Bon aller, viens on rentre. 

Bon bah faut que je m'habitude comme ça on poura revenir glouglouter sans que je touille dans la cervelle qui me sert de semoule. 

- Ze… *hips* veux pas. *hips*

Ah naaaaah ! Z'ai le n'hoquet. Castacouette alors. J'étais déjà pas très crédible en parlant mais alors là... crédibilité hoquéteuse. 
Mon Eunhyuk -oui c'est le mien, pas touche minouche, touche à ta couche- a sorti un gros billet et l'a donné au barman et lui a dit de garder la monnaie. Pf. Petit joueur. Il laisse la monnaie quoi. Nan mais je vous jure. Les macaques de nos jours, des dépendants de la banane. Sauf que après il s'est levé, et il m'a attrapé. Mais euh, t'es pas drôle. Y me laisse même pas le temps d'aller me cacher et il me prend par surprise en plus. Vilain grand méchant loup toujours aussi gah. Mais en plus, après m'avoir attrappé, il m'a foutu sur son épaule droite, me portant comme un sac à patate. Eh, j'ai dit que la patate c'était Siwon. Enfin passons, parce que du coup la vue que j'avais devenait intéréssante. Donc par conséquent, j'en ai profité pour foutre mes mains dessus. Oh, that agréabilité.

- Eh ! 

Eh c'est bon fais pas l'indigné hein, je suis sûr que ça te gêne pas donc chut mon chou. Sauf que non en fait, continue. C'est classe.

- Vas-y crie mon *hips* nom, ce sera marrant.
- J’ai pas crié Hae, j’ai fait « Eh ».

Monsieur chipolata. Alala. En jour je vais le tarter, comme ça après je pourrais le manger avec une raison valable plutôt que celle qui dit " il donne faim ".

- C’est pareil.
- Non dans un cas ça veut dire que je t’appelle dans l’autre ça veut dire « vire tes pattes ».

Hein ? Quoi ? J'ai des pattes ? Comme un con j'ai regardé mes mains en mode " bah non j'ai pas de poils, pas de griffes, pas de coussinets ". Et puis outre le fait que j'ai pas de papattes, pas de pattounes, ni de pattounettes, mes mains elles sont très biens là où elles sont et je suis sûr qu'il a pas envie que je les bouge. Avoue que tu profites en fait. Bah oui je fais ça bien, t'as cru quoi toi. Amateur. 

- Tu dis ça mais *hips* tu le penses pas. Allez lâche-moi.

Si tu me lâches je pourrais mettre mes mains ailleurs. Nan parce que pour les mettres là bas, ou même là hein, c'est encore un peu compliqué. Mais allez, arrête de réfléchir et saute moi ! Faut que je te supplie ? Que je me mette à genoux ? Nan pas à genoux, je serais tenté de faire autre chose. Euh... Faut que je te dise un truc peu têtre ? Allez mon Eunhyuk, pose moi et prend moi comme t'as pris le verre, c'est pas compliqué. Je t'en voudrais pas. Je m'en voudrais pas non plus. Là j'ai juste envie de toi. Ou au pire, si je m'en veux, ce sera demain. On avisera à ce moment là.

- Nan, je te ramène à l’internat.

Nan mais nan, pas à l'internat, là bas on poura pas... Ou alors si mais dans un placard, ce qui est pas cool en fait. Ah ouais mais nan, si on rentre je vais me faire engueler par Péteur Panpan et en plus c'est quand même mon ordinateur, euh anniversaire -j'ai marqué ça sans faire exprès en plus- donc ce serait mieux pour ma dignité que je ne rentre pas ce soir. Nan parce que là je me rend pas encore bien compte de toute ce que je balance en fait. Mais c'est pas grave, on verra demain. 

- Mais je veux *hips* pas. En plus, Teukie *hips* va me gronder si je rentre *hips* comme ça.

Hae ! Nan euh... Eh ! -je vous avais dit que c'était pareil- T'es qu'un vilain ! Je vais me faire grondé parce que t'es qu'un méchant qui refuse une gâterie. Babo.

- Peut-être mais ce sera bien fait. Allez hop, monte dans la voiture.

Beuh.... *ouin* T'es méchant, je te parle plus jamais. Mais jamais s'arrête maintenant.

- Na. 

Nan mais attendez j'ai pas envie de monter dans la voiture, y a rien d'intéréssant dedans. Remarquez si je monte dedans y a forcément quelque chose d'intéréssant. Mais bon. Nan.

- Donghae.

Quoi ? Tu crois que c'est en me faisant des yeux de gros poisson que tu vas me faire peur ? Donghae n'a et n'aura jamais peur de ses semblables d'abord. Tu me fais pas peur le primate écaillé. Et ecore moins dans le réflexe d'une vitre. En revanche, comme se foutre de toi c'est toute ma vie, particulièrement en tant que vengeance après bizutage, et bah je vais me foutre de toi alors. Te foutre en moi -dans tous les sens du terme- c'est la prochaine étape, chaque chose en son temps. Mais donc là c'est vengeance avant bizutage. Enfin si tu te décide à me bizuter, sinon je vais devoir finir par te bouger un peu parce qu'on a pas toute la nuit non plus hein. Ah si. Bon bah bouge toi quand même parce que ça devient vraiment une obsession.

- Na. Tu me fais pas peur.

Enfin si, y me fait un peu peur quand même. Enfin pas là, mais bon, y peut être dangereux le bestiaux expert en KUNG FU AYA ! Enfin là ce qui m'intéresse c'est son talent avec une lame. Non pas celle là. Sisisi, celle-ci.

- Donghae, tu vas poser tes fesses de bourré dans cette foutue bagnole et on rentre.

Monte dans la voiture et je poserai mes fesses sur toi. 

- Na. Na. Et na.
- Alors je te poserai pas.

SAUCADE !

- Pas grave, je suis bien là. 

Bah quoi c'est vrai, j'ai une vue absolument imprenable sur son arrière tchoutchou. Et en plus j'ai une main dessus, et puis bon, dans la théorie je suis quand même sur lui. Je vous avouerez que c'est pas forcément la meilleur position mais elle permet deux trois trucs intéréssants quand même.

- Tu vas voir quand tu auras la tête en bas trop longtemps avec l’effet de l’alcool, tu seras moins bien.

Ah ouais, merde. Moins drôle. Mais je vais me démerder pour te faire monter tu vas voir. 

- Bon, d’accord.
- T’es sur ? Pas de coup foireux, hein ?

Héhéhé, si tu savais mon petit ce que je te réserve... Tu me mettrais dans la voiture de force.

- Nan, nan…

Ouh... Le menteur... Ca mérite une punition ça. Viens Nhyunhyuk I'm waiting for you, come on for give me my punishment ~

- Hae, j’aime pas le ton que tu prends.

Hae ! Le gibon cohérent je te permets pas !

- Je suis pas un thon, je suis un poisson clown d’abord !

Nan mais oh, moi, un thon quoi. Y A PAS PLUS BEAU QUE MOI SUR TERRE OK ?! Et si t'es pas d'accord va te pendre dans la poubelle.

- Ok, ok…

Quoi ? Qué qui y a toi, t'es pas content ? Fais gaffe, je suis le roi des menaces en l'air. 
Bref. Il a ouvert la portière à l'arrière -y fait chier moi je voulais rouler sur les gens là- et m'a reposé au soleil. Nan, au sol. Bref. Là je devais m'asseoir du coup. Donc je me suis assis. Mais, aha, bah oui parce que je suis toujours plein de suprises d'abord, je l'ai en même temps attrappé -chacun son tour- pour le ramener contre moi avant de fermer la portière avec mon pied -ouais, j'ai développé des talents de shuper ninja-. Et accessoirement, ouch. Oui parce que outre le fait que j'ai faillit lui arracher la tête contre le toit de la voiture parce que je l'ai attrappé un peu violement et que du coup il s'est retrouvé allongé sur moi, et bah justement, il est allongé sur moins. Et ça s'est fait un peu brutalement. Donc ouch, parce que il est quand même un chouia lourd. Enfin non, mais si. Bref. C'est moi qui décide. Mais peu imprte, il est très bien là où il est d'abord. Et du coup, profitons-en hein. C'est pas tous les jours que y a buffet gratuit à volonté.
Donc, pour ceux qui n'ont pas compris, je l'ai pas embrassé. Euh si, justement. Je l'ai embrassé. Va pas commencer à t'imaginer des trucs bizarres, ça c'est pour après.

 - Hae ! 

Il s'était redressé tout en restant allongé au dessus de moi. En gros il est appuyé sur ses mains, les bras tendus. Comme quand on fait des pompes. Mais alors justement, en parlant de ça, là c'est le moment ou tu dois descendre et aller pomper ce qui te fera plaisirs mais redescend au moins sur moi t'es gentil. Là t'es trop loin.

- Bah quoi ?
- Arrête.

Alors déjà tu m'as fait arrêter tout seul, et en plus tu veux pas que j'arrête alors donne moi une raison valable sinon je te chut.

- Pourquoi ?
- Euh…

Euh... J'ai dis une raison valable. Même moi en tant que bourré je suis capable de faire mieux que ça.
 
- Bon alors je continue.

Mais ni mes mains ni mes lèvres n'ont eu le loisir fou de pouvoir se poser sur lui, parce que The God of Me a parlé. 

- Non, arrête. C’est… il faut pas.

Mais si il faut, alors tu fais pas chier et tu me laisses faire. On oublit demain matin où je dirais je sais pas quoi, là on est ce soir. Et là maintenant j'ai juste envie de toi.

- Mais pourquoi-euh ?
- Parce que t’as pas conscience de ce que tu fais, t’es complètement soul.

Mais si je sais ce que je fais. J'en ai parfaitement conscience et j'en ai parfaitemet envie. C'est pas parce que j'ai bu de la tequila que je suis plus capable de savoir t'es qui là -aha- et ce que je veux faire de toi. Ou plutôt avec toi. 
M'enfin bon, je vais pas le violer non plus. Surtout que j'en ai pas les moyens physiques je pense. Alternative euh... C'est là que mes yeux se sont posés sur la chose sur le trottoir.

 - Oui, je suis sous toi… Et si t’es pas d’accord, je vais voir la madame là-bas… ou le monsieur… ou le chien. En fait, je sais pas ce que c’est mais ça fera l’affaire. Ou…

En fait c'est peut être une bestiole crevée, qui sait... Bref. On s'en fout royalement.

- Ou quoi ?

Ah ça t'intéresse tout de suite hein ? Pitit pervers.

- Ou je fais ça tout seul et tu regardes.

Ou tu regardes pas au pire hein, mais bon, si je m'excite à l'arrière de la voiture alors que tu conduis je suis pas sûr que tu reste impassible. Peut être même que tu viendras te joindre à moi. Héhéhé.

 - Donghae ! 

Nanana truc nanananana... SAY MY NAME ! Ce sont les seules paroles de chanson que j'ai retenu. 

- Bah quoi, me dis pas que tu vas rougir et faire genre t’es choqué ?

Oh remarque si vas y, tu serais so cuuuuuute.

- C’est pas ça mais… je veux pas que tu regrettes après…

On verra demain pour ça. Chaque chose en son temps ~

- Donc t’as envie mais mes deux verres de Tequila te font peur ?
- Bah… on peut résumer ça comme ça…

Ok, donc tout ce que je retiens c'est que t'as envie. Donc si je te force je vais pas te forcer très longtemps. Mouais, bon plan. 

- L’alcool c’est vraiment de la merde… Mais faut pas t’en faire, je regretterai pas. 
- Hae…
- Allez banane, mmh banane, oups… je veux dire, embrasse-moi.

Oui bah ça va hein, j'ai le droit d'avoir des idées bizarres en tête. Je fais ce que je veux je suis un grand garçon maintenant.


- Mais…

Tu commences vraiment  me casser les nageoires à dire non alors que tu veux. Prend ce que je te donne melon de cacahuète, c'est gratuit.

- Oh putain, t’es chiant…

Et donc là j'ai fais quelque chose. Aha, t'aimerais biens avoir quoi hein ? Ou pas. Mais je suis pas un égoïste donc je te fais partager ami de la vie.
Attention, les scènes qui vont suivre peuvent être violentes. Ou mignones. Ou normales. En fiat je sais pas, mais moi je dis vas y avoir du citron dans l'air.
Je me suis redressé sur mes coudes, avant de prendre appuis sur un coude et de passer mon autre bras autour de son cou pour lui faire perdre les siens. Il est donc " tomber " sur moi -ouch- et c'est là que j'ai eu le loisir de pouvoir plaquer mes lèvres contre les siennes. Vous savez les mecs qui auraient mieux fait de la fermer ? Bah lui il pouvait l'ouvrir hein, mais non. Il avait pas envie. Il boude. Il est chiant hein. Quoi, c'est parce que moi je l'ai pas ouvert y a un mois ? Ahlala, si j'avais su. 
Enfin bref. N'ayant aucune réaction de sa part, si ce n'est que je suis sûr qu'il devait se battre contre lui même dans sa tête pour pas me violer, j'ai t'enté de faire pression sur sa nuque avec ma main mais rien à faire. Il voulait vraiment pas. Petit joueur. Ca va pas duré. Tu va craqué my little boy.
J'abandonnais donc ses lèvres à leurs tristes sort -les pauvres- et le regardais à présent dans les yeux, penchant légèrement la tête avant de prendre un air boudeur. Non, je ne cherche pas du tout à le faire craquer, vous me prenez pour qui là, voyons. Un peu de respect envers ma personne. Nah mais. Et puis après je lui ai souris, parce que en tant que bourré je change assez vite d'état psy-clo-lo-gi-cal-euh. Meuh oui t'es trop chou comme ça mon Nhyukie. Tu sais pas quoi faire hein ? Héhé. T'inquiète pas je me débrouille. 
J'ai enlevé ma main de derrière sa nuque et l'ai laissé glissé le long de son torse, me laissant imaginer ce qui se passait sous son tee-shirt -même si je sais très bien ce qui se passe dessous parce que je sais pas combien de fois mes yeux se sont attardés dessus parce qu'il dort sans tee-shirt la nuit-. J'ai arrêté ma main au niveau de sa ceinture, le regardant droit dans les yeux. Je voyais bien qu'il cherchait à trouver la force de m'interrompre, mais il y arrivera pas mon chéri. Héhé. 
J'ai commencé à glisser ma main sous son tee-shirt, et c'est là qu'il a retrouvé ses esprits perdus dans le placard et a essayé de me dire :

- Donghae... ne... mmh...

Voilà, c'est ça, ne finis pas ta phrase, c'est bien comme ça. T'es mignon les yeux fermés mais c'est mieux quand ils sont ouverts tu sais. Enfin bref. Je m'explique. Avant de savoir ce qu'il se cachait derrière le "ne", j'ai descendu ma main plus au shud -comme diraient les chtis- afin de faire agréablement pression sur son entrejambe, lui décrochant ce gémissement de plaisir bestial. J'ai approché mon visage de son cou avant de l'embrasser doucement et de lui dire, en mode moqueur, continuant de faire pression là bas -un jour mon prince viendra, il m'emmènera là bas *sort*- :

- Tu disais ?
- Oubli...

Han, que j'aime t'entendre parler en soupirant. Faut que tu recommence plus souvent. Enfin du coup, satisfait, j'ai déposé une ligne de baiser le long de sa mâchoire qui, soit dit en passant, a une forme à faire baver. Ca y est, il se laisse faire et aime en plus de ça. Victoire mes seigneurs ~
EunHae Yaoi Powa' ~:
 

Enfin du coup on a fini il était allongé sur moi, haletant. Alors là la situation était comme dans Titanic. Y avait de la buée sur les vitres et nous on était trempés -non y a pas la marque à la main de Rose, j'ai la flemme de tendre le bras-. M'enfin j'ai trouvé le moyen d'inverser nos positions, me retrouvant à nouveau sur lui. Je me suis quand même foutu à moitié sur lui et pas entièrement, histoire de pas l'écraser. J'enserrais son torse de mes bras, comme s'il s'agissait de ma peluche ou de mon oreiller, et posais ma tête au niveau de son coeur. Il battait vite. C'est normal vous me direz. Je sentais ses bras se refermer autour de moi alors que je fermais les yeux, épuisé. Et j'ai d'ailleurs pas tardé à faire dodo après ça.
.


©Saphirielle de Tatati


" Donghae Lawn - NEMO ♪ "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EunHyuk Won
Assidu

avatar
profil
Messages : 326
Date d'inscription : 01/09/2014
Sur l'avatar ? : Lee Hyukjae

Personnage
Age: 18
Pouvoir: Transformer ce qui est vivant en ce qu'il veut
Race précise: Monky

MessageSujet: Re: • Une mère à la mer... de Tequila [pv Envahisseuses]   Mar 11 Nov - 17:32
Gueule de bois ~

Donghae & Eunhyuk



- Oh putain t’es chiant…
 
Je sais pas pourquoi mais je le sentais pas vraiment en fait. Et j’avais raison. Non pas que le fait qu’il m’embrasse – enfin – me dérange mais comment dire, il m’avait fait perdre mes appuis d’un coup si bien que je me suis littéralement écrasé sur lui et contre ses lèvres, à peu près en même temps. Mais je savais que le fait qu’il soit complètement explosé jouait sur le fait qu’il soit « excité » et je ne voulais pas céder. Je préférais regretter moi de ne pas en avoir profité plutôt que lui regrette d’avoir fait quelque chose qu’il ne voulait pas vraiment, ou pas du tout. Sauf que ce mec, quand il est bourré, c’est le diable en personne. Plus débauché et aguicheur, tu fais pas. Il m’a regardé d’un air boudeur qui aurait pu me faire craquer s’il ne l’avait pas remplacé par un sourire, me rappelant qu’il était ivre et que je ne pouvais pas céder puisqu’il changeait d’état tout le temps. Et pourquoi d’avis en même temps ?
 
 Il a laissé sa main sur mon torse, me faisant frissonner légèrement, si légèrement qu’il ne devait pas le percevoir, surtout vu l’état probable de sa persuasion… Sauf qu’il a commencé à passer sa main sous mon tee-shirt et après les frissons qui m’ont complètement fait perdre le nord, j’ai repris conscience et j’ai voulu l’arrêter, à mes risques et périls…
 
- Donghae… ne… mmh…
 
Dégage ta main ou je te mange ! Je vous laisse deviner où il a mis sa main, c’est pas bien dur – ou si ça va pas tarder en fait – à trouver. Il m’a fait un étonnement doux baiser dans le cou avant de me demander, avec un air moqueur à faire craquer n’importe quel truc avec ou sans cœur.
 
- Tu disais ?
- Oublie…
 
Je ne suis pas bourré et pourtant, je n’ai moi-même pas compris comment il avait fait pour se mettre sur moi et m’enlever mon tee-shirt. Le fait est que ça y est, je me retrouve shirtless face à un Donghae qui était visiblement bien décidé à ne pas me laisser le ramener. Tant qu’à faire, autant ne pas rester passif. Au pire, il me fera la gueule un moment mais c’est pas ma faute alors… Bref. J’ai laissé errer mes mains sur ses cuisses avant de les poser sur ses hanches. Assis presque contre lui, j’embrassais chaque parcelle de son cou découvert qu’il m’offrait tandis qu’il continuait de laisser aller ses mains sur ma peau. J’ai fini par baisser les deux fermetures de son pull, sans me soucier outre mesure du débardeur qui persistait à être un obstacle et sans arrêter mes baisers successifs sur son cou. Puis j’ai passé mes mains sous le débardeur, mes mains entrant en contact avec sa peau, une peau que j’avais tant désirée et qu’il m’offrait à présent. Mes lèvres s’attardèrent partout où elles le pouvaient, sa tête rejetée en arrière m’offrant à chaque instant un peu plus d’espace. Au bout d’un petit moment que je ne saurais pas déterminer précisément, il commença à ondoyer du bassin ayant pour conséquence de faire monter le désir un peu plus.
 
Finissant par nous rallonger, chacun de nous finit par se retrouver fringuesless, parce que oui c’est mieux quand il y a plus rien. Donghae m’embrassa tout en remontant vers mes clavicules et je m’attendais à ce qu’il scelle nos lèvres mais il n’en fit rien. Au contraire, c’était beaucoup beaucoup moins cute…
 
- Aïe.
 
Mais c’est un malade ! Je sais que les gens bourrés ont pas de patience mais de là à ce qu’il se laisse tomber sur moi, il y avait quand même des limites ! Enfin, le fait est que moi c’était loin de m’avoir fait du mal, et ça c’était entendu sauf que lui, ce qu’on avait entendu – ou en tout cas moi – était un mélange entre souffrance intense et plaisir. Je ne voulais quand même pas faire genre je m’en fous, parce que un ce n’était pas le cas et deux c’était pas gentil.
 
- Hae ! Mais t’es fou ou quoi ?
- Oui je suis fou de ça…
 
Il avait pris une voix que je ne le soupçonnais même pas capable d’avoir en remuant une première fois le bassin, m’arrachant un gémissement de plaisir. Peut-être bien le premier que je n’avais pas pu retenir…
 
- Et de toi aussi…
 
Putain qu’est-ce que je l’aime ce con-là ! Sauf que grisé par l’alcool, il devait avoir un ressenti de la douleur bien inférieur à la normale ce qui a fait qu’il a voulu faire trois tours en tout. Honnêtement, même si j’étais pas puceau et compagnie, je ne crois pas avoir atteint un plaisir aussi vrai et malgré tout pur. C’était pas du cul pour du cul, c’était vraiment sincère. Je crois… Je saurais à son réveil… Si je ne me prenais pas une baffe…
 
De nouveau sur moi, il m’enlaça tendrement et ne tarda pas à s’endormir alors que je le serrais contre moi. Oui, je crois que je l’aime et j’ai de plus en plus envie de croire que c’est réciproque. Je m’endormis assez rapidement, et je souriais en fermant les yeux, chose qui ne m’était pas arrivé depuis très longtemps… Je ne me souvenais même pas que ça est pu arriver en fait…
 
Ce fut sa voix qui me réveilla mais il ne dit pas ce que je pensais entendre…
 
- Yesungie ? Pourquoi t’es bien foutu et froid ?
 
Comment je suis censé réagir moi ? Il me prend pour YeSung… Vous me direz, c’est normal, d’habitude, c’est dans ses bras à lui qu’il se réveille et pas dans les miens. Et YeSung est un dragoon donc il a l’option radiateur alors que moi, j’ai juste quelques abdos qu’il n’a pas. Mieux vaut faire semblant de dormir. Quand il réalisera, je risque de ne pas rester endormi très longtemps… Mais je l’aime. Alors, on peut espérer que lui aussi non ? Mais je crois que ce n’est pas pour maintenant, il a resserré son étreinte autour de moi et son souffle est à nouveau régulier, il doit s’être rendormi. Pas moi. J’ai attendu son deuxième réveil, toujours les yeux clos. J’ai senti la pression sur moi s’estomper puis il s’est récrasé sur moi en disant :
 
- Oh putain… Ça tourne…
 
Il a à nouveau essayé de se relever mais sans plus de succès… Et moi, je me retenais de rire et j’étais en même temps super mal pour lui…
 
- Et en plus, j’ai mal...
 
Et il s’est rendormi encore une fois. J’avais toujours beaucoup d’appréhension pour le réveil définitif mais bon… Je caressais ses cheveux, le faisant resserrer un peu plus son emprise sur moi, et embrassais le sommet de son crâne avant de me rendormir à mon tour.
 
Ce fut cette fois son « cri » si l’on peut dire ça qui me réveilla :
 
- Ah ! Eunhyuk ! Mais qu’est-ce que… Oh ma tête… Ça tourne…
 
Il s’était redressé brutalement et avait grimacé – probablement la douleur de la veille – avant de commencer à crier puis d’avoir surement très très mal au crâne et de se masser les yeux avec la main gauche.
 
- Hae…
 
Je ne sais pas si je peux vraiment vous décrire comment je l’ai dit mais je suis sur que vous pourriez deviner. Vous savez le genre de truc qu’on dit en allongeant très exagérément une seule syllabe genre Haaaaaaaaeeeeee comme ça pour faire durer un peu en se disant plus je le dirai lentement moins il aura de temps pour me frapper ? Et bah, c’était un peu – et même carrément – ça.
 
- Que… C’est… Attends. Oh-pu-tain.
 
Je vais mourir. S’il regrette, je vais m’en vouloir malgré le fait que j’y sois pour rien ou presque. Rallongé, ou plutôt écrasé, sur mon bras, je ne me suis pas laissé aller à l’audace de dire quoi que ce soit. Il avait probablement plus mal que moi.
 
- Je t’avais dit que…
- Qu’il fallait pas ?
 
Il tourna la tête vers moi et plongea son regard dans le mien. Je me sentais fondre et en même temps, j’avais peur de sa réaction.
 
- Oui…
 
Je ne pouvais décemment pas soutenir son regard. Même si je l’aimais du fond du cœur, et pas que du fond, j’avais la sensation qu’il allait regretter, peut-être à tort.
 
- Et bah t’avais tort.
- Mais…
- Y a pas de mais qui tienne.
 
Etait-ce lui qui pensait ça ? Ou la Tequila l’aidait-elle encore à faire des choix ? Je voulais croire de toute mon âme et de tout mon corps que c’était sincère et qu’il ne regrettait vraiment pas cette nuit. Mais bon, je ne peux pas savoir, je ne suis après tout pas dans sa tête et tant qu’il n’a pas dit ces mots-là…
 
- Je t’aime Hyuk.
 
Ok. Cette fois, il l’a dit. Je suis censé faire quoi moi ? En plus, il m’a donné un surnom, le truc genre qu’on donne qu’aux personnes super proches. Si j’ai compris le principe. Il a dit qu’il m’aimait ? Vous avez entendu la même chose que moi ? Ah mais je suis con, je suis tout seul et personne ne peut me dire si je rêve ou pas… Punaise… Je comprends plus rien…
 
- Ok…
 
Hein ? Il a parlé ? Je n’entends plus rien. Pourquoi j’ai l’impression d’avoir de la guimauve jusque dans les oreilles ? Le cœur au bord de l’implosion et les yeux dans le brouillard, j’éprouvais quelque chose que je n’avais jamais ressenti avec autant de force, sauf quand j’avais sauvé Hyukjae mais c’était pas la même sorte, de la joie. Une joie intense et immense que je savais ne pas pouvoir contenir si je disais un seul mot. Et en plus, pour ne pas me déstabiliser un peu plus, il s’était redressé sur un coude, le droit je crois, et me regardait dans les yeux avec tellement de tendresse et d’innocence, comme si c’était normal, que j’avais envie de le manger tout cru, là maintenant. Mais je devais d’abord reprendre le contrôle de moi-même. Et le ramener. Pas question de grignoter maintenant. Et puis, ce serait pas mignon.
 
- T’as bugué ou quoi ?
- Hein ah euh, pardon… Oui, euh, moi aussi… Mais t’es sur que t’as évacué toute la Tequila ?
 
Je suis presque sur que l’alcool a encore de l’emprise sur lui mais comment en être sur ? Même en lui demandant directement comme ça, je ne pouvais pas être sur de sa réponse… Et pourtant, je voulais croire que ce n’était pas le cas et qu’il m’aimait vraiment mais je ne pouvais pas en être sur. Je ne pouvais être sur de rien. Et j’avais horreur de ça.
 
- Evacué quoi ? Ah ! Oui oui, ça va aller…
- Tu te fous pas de moi ?
- Bah non, pourquoi ?
- T’es pas… comment dire ? … sobre. Et j’ai peur que tu dises ça parce que t’as pas toutes tes idées…
- Eh ! Je vais très bien Yesungie… euh… Eunhyuk, pardon…
 
Je crois que je n’ai jamais autant écarquillé les yeux de toute ma vie. Il venait de m’appeler YeSung en me donnant son surnom ! Cette fois, c’était sur, l’alcool était encore maitresse de lui-même. Mais est-ce que du coup, il pense qu’il a passé la nuit avec YeSung ? Est-ce que ça veut dire qu’il disait qu’il aimait YeSung ? Est-ce qu’il s’est trompé sur la personne avec qui il était toute la nuit ? Est-ce qu’il avait seulement conscience de là où nous étions ?
 
- Tu vois, t’as pas les idées claires, je suis même pas sur que tu saches où t’es…
- Dans ma voiture. Ah tiens oui, qu’est-ce que je fous là ?
 
J’haussais les sourcils, lui signifiant qu’il n’avait en effet pas toute sa tête. Il ne se souvenait pas d’être venu, peut-être avait-il même oublié qu’il avait pris la mort de sa mère… Et il n’avait pourtant pas l’air d’avoir oublié ce qu’on avait fait, la seule chose qu’il pouvait regretter…
 
- Ah oui… c’est vrai… L’alcool c’est de la merde. Rappelle-le-moi si un jour je veux reprendre une cuite.
 
Ce jour n’arrivera pas donc je vais éviter de rebondir sur cette phrase et plutôt essayer d’obtenir des réponses, tu veux bien ? Même si c’est pas le cas, c’est comme ça que ça va se passer…
 
- Tu l’aurais fait sans être bourré ?
- Je… je… je sais pas… Probablement, mais ça aurait pris beaucoup plus longtemps. Je crois.
 
Il commença par détourner le regard, probablement plus gêné que je ne pouvais l’être, mais finit par me regarder droit dans les yeux et c’est là que j’ai compris que l’alcool n’avait fait qu’accélérer un processus qui aurait fini par s’accomplir et précipiter un évènement qui aurait fini par arriver.
 
- Alors, c’est peut-être qu’il faut qu’on prenne notre temps, non ?
 
Oui, l’alcool me fait encore douter, même si tout autour me crie que c’est pur, sincère, honnête et compagnie.
 
- Je… Tu… veux pas ?
- Je ne veux surtout pas que tu souffres Hae…
- Alors me laisse pas, s’il te plait.
- J’en avais pas l’intention…
- Serre-moi dans tes bras dans ce cas… s’il te plait…
 
A ce moment-là, Donghae se rallongea entre mes bras et je ne pus m’empêcher de le serrer comme si le monde en dépendait.
 
- Tout ce que tu voudras…
 
Il glissa lentement pour se retrouver sur moi et posa sa main sur mon cœur qui battait de plus en plus vite à mesure que son regard plongeait plus profondément dans mon âme. Je sentais le sang battre à mes tempes et dans chacune de mes veines plus fort que ça n’avait jamais été le cas et son visage se rapprocha doucement du mien. Je sentais son souffle qui s’égarait dans mon cou et je sentais son odeur qui imprégnait peu à peu l’air autour de moi. Ses lèvres s’étiraient en un magnifique sourire à mesure qu’elles s’approchaient des miennes avant d’y déposer un tendre baiser. Je me sentais plonger dans un autre monde, un univers parallèle où il n’y avait plus que lui et moi, où tous les autres avaient été effacés avec les problèmes et tout ce qui aurait pu s’opposer à nous. Je me sentais revivre, je me sentais puissant, comme si à nous deux, nous pouvions tout affronter, peu importe la nature des épreuves. Je savais qu’il m’aimait et c’était tout ce qui comptait.
 
Il passa ses bras autour de mon cou pour appuyer un peu plus la pression de ses lèvres sur les miennes avant de caresser ces dernières avec sa langue, quémandant un baiser plus passionné. Je ne pouvais rien lui refuser et je ne pourrais surement rien lui refuser à l’avenir. Et je ne le voulais de toute façon pas. Entrouvrant légèrement les lèvres, il partit à la découverte de chaque recoin de me bouche avant d’entamer une danse sensuelle avec ma propre langue. Je n’avais jamais rien ressenti d’aussi fort. Rien de l’amour et de la tendresse, pas de violence, pas d’agressivité, pas de vice. Que des émotions positives.
 
Quelques instants de pur bonheur passèrent et nous dûmes nous séparer pour reprendre notre souffle. Nous sourions l’un à l’autre, heureux et comme des idiots. Il se cala à nouveau contre moi, mon bras autour de lui, et il posa sa tête sur mon cœur. Il lui appartenait. Il me l’aurait arraché que ça n’aurait rien changé, il aurait continué à battre pour lui et à travers lui. Le silence n’était perturbé que par le bruit de nos deux respirations, jusqu’à ce qu’il décide de le briser.
 
- Il va falloir qu’on rentre je crois…
- T’es sur ?
 
Je ne voulais vraiment mais alors vraiment pas rentrer maintenant. J’avais peur qu’en voyant YeSung, il revienne à d’anciens choix qui signifierait d’immenses regrets pour lui. C’était une angoisse probablement très lisible dans mon regard mais il me fixait toujours et semblait déterminé.
 
- On a pas le choix, ils vont finir par s’inquiéter et je pense que de toute façon on peut pas s’enfuir tous les deux…
 
Chacun de nous deux sourit, mais au fond, ni lui ni moi n’avions envie d’affronter les autres. Car oui, ce serait les affronter étant donné qu’on risquait d’apparaître comme le seul couple « illégitime » si je peux dire…
 
- Mais j’ai pas envie…
- Je sais, je suis pas vraiment rassuré non plus…
- Qu’est-ce qu’on va leur dire ?
 
A ce moment-là, aucun de nous ne pensait plus à faire un câlin à l’autre mais juste au poids du regard des autres. Toujours ces autres. Du coup, d’allongés, nous sommes passés assis, côte à côte, sur la banquette arrière.
 
- Toi rien, je vais me débrouiller, ça sert à rien que tu te fasses engueuler… C’est un peu ma faute quand même… et celle de la Tequila…
 
C’était si cute la façon dont il avait fini en marmonnant, un peu gêné et quelque peu coupable aussi peut-être… Mais moi, je ne pensais qu’à une chose : YeSung. Comment allait-il faire pour lui dire ? Et comment ce dernier allait-il réagir ? Il fallait que je sache. Ou que j’essaye de savoir.
 
- Et pour YeSung ?
- Ça, ça va tout de suite être plus délicat…
 
Toujours à sa droite, il posa sa tête sur mon épaule mais ça ne me suffisait pas comme réponse. Ou ce n’était en tout cas pas celle à laquelle je m’attendais…
                                                     
- On peut aussi ne rien leur dire, non ?
 
Je pensais vraiment que ça pouvait être la bonne et unique solution pour que personne ne vienne nous juger et nous embêter par la suite. Et surtout, la seule façon de ne blesser personne dans l’immédiat…
 
- Si on fait ça et que quelqu’un le découvre au final, ce sera pire.
 
J’ai dit dans l’immédiat, c’est déjà ça non ? Moi, je ne veux pas qu’il y ait la merde entre nous, déjà que ça pas été facile de se mettre ensemble, si c’est pour que ça s’arrête au bout d’une nuit, même pas normale parce qu’il était complètement soul… Franchement, ne pas en parler est ce qu’il fallait. S’il te plait Fishy essaye de comprendre…
 
- Mais…
- Je le dirai à YeSung et pour les autres on verra…
 
Non, il est têtu et plus têtu que lui c’est impossible. Quand il a une idée en tête, c’est vraiment impossible de le faire changer d’avis… Mais je me devais d’essayer encore une fois et quand je serai à court d’arguments, je déclarerai forfait mais ça n’est pas le cas.
 
- Je ne suis vraiment pas sur qu’il le faille…
- Eunhyuk, je tiens à lui autant qu’à toi, et je n’en perdrai pas un des deux. Si on ne dit rien, je vous perdrai probablement tous les deux et après t’auras mon suicide sur la conscience et ça va faire se suicider trop de monde et ce sera la merde totale.
 
Un nouvel argument ! Il ne peut rien leur dire tant qu’il a pas évacué tout l’alcool et vu ce qu’il vient de me balancer, je suis presque certain que ce n’est pas le cas.
 
- T’es sur que dans ton état c’est bien conseillé ?
- Quoi mon état ? Qu’est-ce qu’il a mon état ?
 
Ok, maintenant, j’en suis sur, il n’est pas sobre. Il ne pourra rien dire qui tient debout et il me suffira de dire qu’on a un peu arrosé son anniversaire pour le faire patienter jusqu’à la fête dont il n’avait pas connaissance, mais qu’il a très mal tenu l’alcool et que, ne sachant pas conduire, on s’est retrouvé à dormir dans la voiture… Pas besoin de s’étaler sur le sujet je pense…
 
- Il est noyé de Tequila.
- Même pas vrai d’abord.
 
Il se redressa et plongea son regard dans le mien, avec un air boudeur trop craquant mais je ne devais pas céder maintenant. Il fallait qu’on rentre certes mais qu’on ne dise rien. Seulement, il accepta de retourner à l’internat à la seule et unique condition que je le laisse parler à YeSung en premier et ce, au prix de nombreux compromis évoqués… Tous sans effet. J’ai perdu, j’abandonne, il a gagné, il parlera à YeSung. L’angoisse fait partie de mon quotidien, je survivrai jusqu’à ce qu’ils reviennent…
 
Malgré le fait que Donghae était apparemment encore sous l’emprise de l’alcool, il tenait à prendre lui-même le volant et je n’avais aucune raison de refuser parce qu’entre quelqu’un d’encore un peu paf mais qui sait conduire et quelqu’un de sobre qui a quasiment jamais conduit de sa vie, ça reste le bourré le moins dangereux. M’enfin. Le trajet me parut étonnamment court, surement parce que je ne voulais pas rentrer… Mais c’était trop tard, il m’entrainait déjà vers la porte de notre chambre et avant même que je puisse dire quoi que ce soit, il avait ouvert la porte.
 
Un rapide coup d’œil pour constater que YeSung n’était pas là et Donghae se mit déjà à dire des conneries… L’alcool, c’est la merde.
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Donghae Lawn
Assidu

avatar
profil
Messages : 410
Date d'inscription : 12/05/2014
Sur l'avatar ? : Lee Donghae

Personnage
Age: 18 ans
Pouvoir: Manipule l'esprit des gens
Race précise: Siren

MessageSujet: Re: • Une mère à la mer... de Tequila [pv Envahisseuses]   Mer 26 Nov - 20:38

Une Mère à la Mer ~
♦ Donghae Lawn feat Eunhyuk Lawn & Other Korean People ♦












Je me réveillais péniblement ce euh... matin ? Je sais pas quand est-ce qu'on est en fait. Matin, midi, après-midi, soirée, ou même la nuit, j'en sais juste rien. Pour éliminer des hypothèses, je pourrai ouvrir les yeux, mais j'ai pas envie. J'ai juste envie de rester coucher, là. Même si accessoirement là je ne sais pas où c'est non plus, mais ça non plus c'est pas grave. 
Je me remettais correctement, me calant plus confortablement sur euh... sur je sais pas quoi en fait. Quelque chose de confortable en tout cas. Enfin je devrais peut être plutôt dire quelqu'un à la place de quelque chose, parce que ça respire.
- Yesungie ?
Ca me semblait l'hypothèse la plus plausible en fait, mais j'en savais strictement rien.
- Pourquoi t’es bien foutu et froid ?
Ok, y a une faille dans le système là. Je laissai glisser ma main sur cette peau froide -elle l'est pas mais comparé à ce dont j'ai l'habitude-, et constatai un à un ses muscles. Mais je suis comme qui dirait fatigué, alors osef -je dois vraiment être sonné pour dire ça-.
Je me suis recalé correctement, le serrant dans mes bras pour plus de confort -ou autre chose, allez savoir-, avant de me rendormir. 
Après avoir rêvé d'un castor mutant géant qui attaquait mon pull HBA pour le transformer en sabre laser, je me suis re-réveillé. J'avais pas bougé d'un poil depuis tout à l'heure. Alors tout à l'heure, je n'ai absolument aucune idée de à quand ça remonte hein, mais c'est pas grave -rien est grave aujourd'hui en fait, je pourais me faire faire violer que ce serait pas grave limite-.
Mais, comme j'ai un minimum de motivation, j'ai essayé de me redresse. Mais comment dire euh... je me suis fail, comme une grosse merde, et je suis retombée, comme euh... bah justement, une grosse merde. 
- Oh putain… Ça tourne…
Ah oui parce qu'en plus, rien que ça, ça m'a provoqué un de ces putin de mal de tête, j'ai jamais vu ça de ma vie -en même temps un mal de tête ne se voit pas-. J'avais l'impression qu'on m'avait foutu dans une boîte à chaussure et qu'on la secouait, c'était juste affreux. Le mal de mer puissance infini. Mais je décidais de ne pas me montrer faible.
Tentativé numéro 2.
Echec numéro 2.
Ok on s'arrête là pour mainteant -voir même aujourd'hui-. En plus, le fait de bouger m'a donné une punaise de douleur vilaine méchante dans le bas du dos, c'était juste affreux. 
- Et en plus, j’ai mal...
Oui, je me sentais obliger de faire la remarque. Enfin bref. Dodo.
Je me réveillais une autre fois, cette fois-ci sans avoir rêver de rien pendant la phase sommeil. Je sais toujours pas où je suis, je sais toujours pas pourquoi, je sais même pas sur qui je suis non plus en fait. J'avais bien une idée mais elle marche pas. Allez, c'est le moment de prendre son courage à deux mains et d'ouvrir le syeux, affrontant la vilaine lumière qui s'est dit qu'elle n'avait que ça à foutre que de me faire chier. Bref. 
J'ai ouvert le syeux, j'ai relevé la tête, et là... -non pas protéine, ou Josette ou je sais pas quoi encore- ... et bah je te laisse deviner, parce que t'es grand.
- Ah ! Eunhyuk ! Mais qu’est-ce que… 
Je me redressai brutalement, en oubliant un seul petit détail ~
- Oh ma tête… Ça tourne…
J'ai grimacé très profondément -je sais pas si ça se fait- avant de porter ma main à ma tête. Mon dieu que ça fait mal. 
- Hae…
Hein ? Ah oui, c'est vrai t'es là toi. Qu'est-ce que tu fais là toi ? 
Remémorisation en cours. Veuillez patienter le temps que l'information soit traité.
Ah oui. Hier. Mon anniversaire. Ma mère est morte, je me suis bourré la gueule, il était là, j'ai du lui balancer un nombre incalculable de conneries, et j'ai couché avec lui après lui avoir un peu forcé la main -quoique nan, sa main a trouvé son chemin toute seule [oui je vais prendre la porte (non pas comme ça)]-. 
- Que… C’est… Attends. Oh-pu-tain.
Je me suis refoutu sur lui, n'aimant pas la position où il faut faire un effort pour rester redressé -pas bizarre comme phrase-.
Alors, this is the moment où je dois réfléchir. Sachant que j'ai une punaise de gueule de bois -ça ressemble à quoi à votre avis une gueule de bois [oui je sais la porte]-, on va tenter de réflexionner simplement. Allons à l'essentiel. J'ai couché avec lui. Je regrette ? Non. Je l'aime ? Je sais pas, probablement, en fait si. Enfin faut dire après ce qu'on a fait... Ca rapproche ce genre de chose. Bon bah voilà, la réflexion est fini. Tentons de retrouver un minimum de lucidité pour tenter de dialoguer normalement.
- Je t’avais dit que…
- Qu’il fallait pas ? le coupais-je.
Je tournai la tête vers lui, laissant mon regard retrouver le sien. Je saurais pas dire ce qu'il se passait dans sa petite tête à lui mais ça lui donnait un air bizarre. 
- Et bah t’avais tort.
- Mais…
- Y a pas de mais qui tienne. 
Ou comment dire ta gueule de manière élégante. 
Enfin il avait pa sl'air de me croire en fait. Enfin c'était pa svraiment ça, mais il avait l'air douteux. Ok, c'est probablement à cause du fait que je me suis enfilé des tequilas la veille en sa compagnie, mais je vous jure je vais bien. Faut juste pas me demander de compter jusqu'à dix, je serais capable de fair eune boullette.
Mais bon, en attendant, y a plus important. Comme par exemple lui faire comprendre que je déconne complet mais pas là maintenant tout de suite alors que je lui parle. 
- Je t’aime Hyuk.
Ok. Eunhyuk a planté. Il est en cours de réparation. Allons passer la défragmentation pour qu'elle remette ses idées en place avec des petits carrés de couleurs -oui je m'emmerde suffisament dans ma vie pour regarder ma déffragmentation-.
- Ok…
Quoi qu'est-ce qu'il y a, t'es pas content ? Faut que je passe CCleaner et Malwarebytes peut être. Et pourquoi pas Spybot -sait on jamais- ? Allez, je vais me taire, parce que je dis trop de conneries dans ma tête en fait.  
Je me suis redressé sur mon avant bras droit, histoire de me retrouver plus ou moins au-dessus de lui, en face. Je me contentais de le regarder tendrement, mais je faisais visiblement pas passer assez de sentiment pour le faire réagir. 
Je vous annonce que le programme Eunhyuk a officiellement planté -des carottes [laporte]-.
- T’as bugué ou quoi ?
- Hein ah euh, pardon… Oui, euh, moi aussi… Mais t’es sur que t’as évacué toute la Tequila ?
Roh mais zut euh, je te donne ce que t'attend depuis je sais pas combien de temps et tu râles. T'es pas possible hein. Accepte et tais-toi. 
- Evacué quoi ? Ah ! Oui oui, ça va aller…
- Tu te fous pas de moi ?
Quoi ? Y a un fou ici ? Ah non pardon, c'est moi, je suis explosé. Tout va bien -enfin si on veut-. En fait, ne faîtes plus attention à moi. Je sers à rien là. je dis que des conneries.
- Bah non, pourquoi ?
- T’es pas… comment dire ? … sobre. Et j’ai peur que tu dises ça parce que t’as pas toutes tes idées…
- Eh ! Je vais très bien Yesungie… euh… Eunhyuk, pardon…
Toute ma crédibilié vient de s'évanouir là. Mais j'ai pas fais exprès en plus hein. 
Enfin du coup il m' a regardé ave des yeux grand comme des nounours -je ne sais pas pourquoi des nounours-, et je suis presque sûr qu'il ets en train de se poser un milliard de question juste parce qu ej'ai fait une boullette. ca va, je l'ai appelé Yesungie au lieu de Eunhyuk, c'est pas comme si je l'avais cofondu avec un dromadaire -remarquez, les dromadaires ont une bosse [laporteuneénièmefois]-.
- Tu vois, t’as pas les idées claires, je suis même pas sur que tu saches où t’es…
- Dans ma voiture. Ah tiens oui, qu’est-ce que je fous là ?
Voilà. J'ai eu l'air crédible deux secondes avant de passer à nouveau pour un bourré; Enfin la vérité est quand même que je ne sais pas ce que je fais là. On aurait pu faire ça ailleurs franchement. Dans ma voiture y a pas assez de place.
Quoi, t'es pas content, t'hausse les sourcils ? Eh si c'est ça je m'en vais moi hein, si monsieur râle que je me souviens que des choses importantes -bah oui au fond où je suis on s'en fout-.
Et mais je suis un grand garçon, j'ai retrouvé tout seul.
- Ah oui… c’est vrai… L’alcool c’est de la merde. Rappelle-le-moi si un jour je veux reprendre une cuite.
- Tu l’aurais fait sans être bourré ?
Comment qu'il a switché de sujet là. Na mais oh. J'étais à fond là, il casse tout.
Mais sa question est un peu plus intéréssante que mes histoires de voiture. 
- Je… je… je sais pas… Probablement, mais ça aurait pris beaucoup plus longtemps. Je crois.
Enfin non. J'en suis presque sûr en fait. Ok, j'en suis conscient depuis hier soir, mais on va dire que ça passe. 
J'ai cependant détourné le regard. Nan parce que bon, c'est pas jojo quand même ce que j'ai, enfin on mais c'est surtout ma faute, fais hier soir. Je regrette pas certes, et puis ça a ouvert de sportes que je croyais fermées, mais ça aurait peut être pu se passer autrement. genr eun peu plus en douceur -et dans mon cas moins bourré-. Mais bon. Miantenant c'est fait. On peut pas revenir en arrière. 
- Alors, c’est peut-être qu’il faut qu’on prenne notre temps, non ?
Cette phrase était sans doute valable avant. Maintenant c'est un peu tard je crois.
- Je… Tu… veux pas ?
- Je ne veux surtout pas que tu souffres Hae…
Mon dieu. Eunhyuk est en train de devenir la personne la plus cute que je connaisse -ou pas mais vous avez compris ce que je veux dire-. Il est passé du tueur psychopathe au presque mec parfait -oui presque parce que le mec parfait c'est moi d'abord [sort]-.
- Alors me laisse pas, s’il te plait.
Mon mode d'emploi en une phrase. Ou bien " Donghae pour les nuls ". Mais ça résumé bien ce qu'il faut faire et ne pas faire.
- J’en avais pas l’intention…
So cute.
- Serre-moi dans tes bras dans ce cas… s’il te plait…
Je me rallongeais sur lui, dans ses bra sprotecteurs, avant même de connaître la réponse. Mais c'était inutile, car j'ai des super pouvoir de devin et que j'aurais pu parié ce qu'il allait me dire -" comment casser l'ambiance en dix leçons ", écrit par Donghae bourré et Luhan-.
- Tout ce que tu voudras…
A ces mots, il me serra d'avantage contre lui.
-Je passe en mode mignon là, j'ai pas le choix-.
Je me redressai légèrement pour pouvoir le regarder à nouveau. Mais dans mon regard, il n'y avait plus de doutes. Ils avaient disparru avec cette inquiétude, qui n'avait cessé de me hanter depuis le moment où il m'a avoué ses sentiments. Seuls régnaient amour et tendresse en ce moment même. 
Je laissai ma main remonter sur son torse pour finalement s'arrêter au niveau de son coeur. Je le sentais battre sous mes doigts, comme si j'en étais le seul et unique maître. Il battait vite, peut être trop vite. Je ne saurais dire. J'ai lentement approché mon visage du sien, me stoppant à quelques centimètres seulement. Eunhyuk n'avait pas bougé, mais ne m'avait pa spour autant lâcher des yeux. Cette expression sur son visage m'était inconnu, et je pouvais sentir son souffle lent et brûlant se heurter sur ma peau. Je n'ai pas pu m'empêcher de lui sourire, aussi tendrement que je le pouvais, avant de franchir les quelques centimètres qui séparaient mes lèvres des siennes et de l'embrasser. 
Ce baiser n'était pas le premier que nous échangions. Le premier remontait à il y a un mois, dans une ruelle, un baiser que je n'avais pas voulu. Mais je ne l'avais pas rejeté pour autant. Le second datait de la veille, mais cette fois-ci, nous avions échangé les rôles. Et il y en avait eu un autre, mais il me semblait aussi amer et vide que le précdent. Mais en cet instant, les choses étaient différentes. Il n'y avait aucune réticence, aucun doute. Il n'y avait que ce besoin de partager un instant avec l'autre.
Je passai mes bras derrière sa nuque, resserant notre étreinte tout en appuyant ce baiser que nous partagions tout deux. Mais en cet instant, j'en voulais plus. Je voulais que ce moment avec lui, que ces quelques secondes devinnent uniques. Je penchai légèrement la tête à droite et caressai doucement ses lèvres avec ma langue, quémandant l'accés à un baiser plus passionné que nous avions tout deux reffusé autrefois. Mais aujourd'hui, les conséquences furent différentes. 
Il ne tarda pas à entrouvrir ses lèvres et sa langue rejoignit la mienne, s'engageant dans une valse que nous seuls pouvions apprécier. Je le laissai prendre le contrôle de ce baiser alors que mes doigts glissèrent doucement dans ses cheveux, appuyant encore un peu plus cet échange qui nous liait en cet instant.
Mais il fallut cependant nous séparer, arrivant tout deux à cours d'oxygène. Je rouvrais les yeux et tombait dans son regard noisette. Je n'ai rien dit, me contentant de lui sourire. Heureux. Nous l'étions. C'était tout ce qui comptait en cet instant. 
Je me calai à nouveau sur lui, posant ma tête sur son coeur alors que son bras se resserait autour de moi. Je fermai les yeux et laissai ce son, ce doux battement m'envahir. J'aurais pu rester ainsi des heures sans jamais m'en lasser, mais je me devais de redescendre sur terre et d'affronter les choses en face.
- Il va falloir qu’on rentre je crois…
Je ne voulais pas, bien au contraire. J'étais bien là. Mais je devais rentrer pour le lui dire. Dur dur la vie. 
- T’es sur ?
Je me redressai pour pouvoir le regarder ; dans ses yeux pouvait se lire une profonde angoisse que je ne pouvais que trop bien comprendre. 
- On a pas le choix, ils vont finir par s’inquiéter et je pense que de toute façon on peut pas s’enfuir tous les deux…
Ce serait pourtant bien. Nous contre euh... contre rien du tout, puisque rien en se dresse contre nous -mise à part ça-. Le seul obstacle à cette histoire c'était les autres, qui risquait de ne pas voir les choses du même point de vue que nous. Et plus particulièrement Yesung, qui soit dit en passant m'a quand même largué pour que je n'ai pas à choisir entre lui et Eunhyuk. Mais lui et moi étions fait pour être ami alors... alors je sai spas en fait. Bref. C'est pas ça la question. On est dans la merde.
- Mais j’ai pas envie…
Moi non plus. T'es confortable et je suis très bien ici. Mais j'ai pas le choix. 
- Je sais, je suis pas vraiment rassuré non plus…
- Qu’est-ce qu’on va leur dire ?
Très bonne question. Sans parler du fait que j'ai pas encore toute les idées en place dans ma tête donc il y a de fortes chances pour que je dise absolument n'importe quoi. Y a plus qu'à croiser des doigts -à quoi ça sert en fait ?- pour que ça ne soit pas le cas.
M'enfin du coup on s'était redressé, se retrouvant assi l'un contre l'autre. Et là, je cris que c'est à moi de parler.
- Toi rien, je vais me débrouiller, ça sert à rien que tu te fasses engueuler… C’est un peu ma faute quand même… et celle de la Tequila…
J'ai un peu fini ma phrase en marmonant, parce que j'ai genre pas vraiment de quoi être fier. Mais bon. Pas grave.
- Et pour YeSung ?
Fallait qu'on le remette sur le tapis lui -et au pire il dégage, c'ets mon tapis, ouste-. Enfin on l'avait pas encore incorporé -SVT poa'- dans la conversation donc en fait on l'a pas remit, on l'a seulement mit. Bref.
- Ça, ça va tout de suite être plus délicat…
En fait j'en sais rien, mais ça passe mieux de dire ça que " je sais pas ".
Je calai ma tête sur son épaule, espérant qu'il ne reviendrait pas sur Yeusng -chelou-. Mais Eunhyuk est têtu, donc voilà.
- On peut aussi ne rien leur dire, non ?
J'ai envie de dire oui mais en fait non. Ce serait une possiibilité temporaire mais comment dire euh... juste impossible. Premièrement parce que je sais pa smentir. Deuxièmement parce que maintenant que je suis en couple avec lui je veux dormir avec lui parce que c'est mon nouveau doudou mobile. Et troisièmement parce qu'il ne faut pa soublier le fait que je suis bourré, donc autrement dit, que je balance n'importe quoi à tout bout de champ. Donc en conclusion, non, cette hypothèse est pas possible. 
- Si on fait ça et que quelqu’un le découvre au final, ce sera pire.
C'est plus simple de dire ça comme ça. Mais je savais qu'il était toujours pas convaincu. C'est têtu ces bêtes là vous savez. 
- Mais…
- Je le dirai à YeSung et pour les autres on verra…
En fait le vrai truc, dans ma tête, c'est on va rentrer à l'internat, et on verra ce que je balance en premier.
- Je ne suis vraiment pas sur qu’il le faille…
Roh mais il me casse les pieds -aïe- lui. Tais-toi et écoute.
- Eunhyuk, je tiens à lui autant qu’à toi, et je n’en perdrai pas un des deux. Si on ne dit rien, je vous perdrai probablement tous les deux et après t’auras mon suicide sur la conscience et ça va faire se suicider trop de monde et ce sera la merde totale.
Voilà, je me remet à dire n'importe quoi. Tout va bien. 
- T’es sur que dans ton état c’est bien conseillé ?
En fait t'étais mieux en tantq ue programme bugué hein. Au moins tu te taisais -sisi je t'aime quand même-.
- Quoi mon état ? Qu’est-ce qu’il a mon état ?
- Il est noyé de Tequila.
Ca peut se noyer un état . Faudrait que j'essaye avec les Etats-Unis -sort-, comme ça je ferais des Etat-tricides -laporte-.
- Même pas vrai d’abord.
Je tentais de l'amadouer avec un regard trop craquant et boudeur mais nan. Triste la vie. 
Après avoir insisté pendant dix bonne sminutes de me laisser parler à Yesung en premier, j'ai fini par obtenir ce que je voulais avec la lourde conséquence de le voir bouder. So cute. J'avais absolment aucune idée de ce que j'allais bien pouvoir lui dire mais je crois que l'improvisation va devenir ma pire ennemie, parce que je risque de balancer une très grosse connerie. Bref. Nous verrons cela plus tard.
Après nous être rhabillés, parce qu'on est pas encore des nudistes, j'ai insisté à nouveau, mais cette fois-ci pour prendre le volant. Etant bourré, c'était pas franchement l'idée du siècle. Mais sachant que lui ne conduit pas, je dis que je reste le plus responsable -lol-.
On arriva rapidement à destination, malhereusement -ou pas je en sais pas en fait-. Je suis sorti de la voiture en évitant de dire aïe -parce que oui ça fait encore très mal de marcher et même de bouger-. Eunhyuk a rapidement fait le tour de la voiture pour me rejoindre, mais il a même pas eu le temps de s'arrêter devant moi que je lui prenais déjà la main pour le traîner jusqu'à la porte de notre chambre -non y a rien de cute-.
Arrivé devant la porte, je le lâchai et ne lui laissai même pas le temps de dire quoi que ce soit avant d'ouvrir et d'entrer. 
Toutes les têtes se sont levées vers moi comme si j'étais The Star du moment, mais y avait pas la tête que je cherchais. Peut être elle est restée dans le placard, faudra que j'aille voir. 
- Hi ~
Ils se sont presque tous levés, avec des têtes bizarres. A croire qu'ils regardaient un revenant -ce que je ne suis pas, j'en ai une affreuse phobie en plus-.
- Donghae ! Mais t'étais où ?
J'ai une réponse toute faite mais si j'ose la dire y en a un -voir même plusieurs- qui risque de me frapper. Et puis euh... il a à moitié crié. Aïe la tête. J'ai même porté ma main à mon front en mode " Aïe ". Mais sinon, le ton maman paniqué c'était mignon.
Hein ? Maman ? Little problème.
- T'es pas morte toi ?
Il -ou elle du coup- m'a regardé avec des grands yeux, cherchant visiblement a comprendre et analyser ce que je venais de lui dire. 
- Gné ?
Eunhyuk tu m'as menti, je croyais que le smorts ne parlaient pas. Ah mais oui mais non en fait. Je me tais dans ma tête.
 - Ah non, oui, c'est l'autre c'est vrai...
Eh, me regardez pas avec ces têtes là, je ne fais que vous apprendre la vérité. Ok, j'avoue, c'est pas très clair, mais avec un minimum de volonté on comprend facilement moi je dis. 
Eunhyuk il ets trop fort en fait Il a réussi à ce téléporter devant moi sans que je le vois. Sauf qu'il me regardait bizarrement quand même. 
- J'étais avec lui.
J'ai dit ça comme si c'était une fierté nationale avant de m'approcher de lui et de le prendre dans mes bras -ouais il me manque déjà-. Enfin j'avais juste pas prévu le fait qu'il serait en mode choqued de la vie et qu'il garderait les bras levés genre " j'ai pas envie de te faire un câlin et vire moi tes pattes de là ". 
- EH mais tu ralais pas tout à l'heure...
Et en plus il se racle la gorge. Ok, d'accord. Je boude. Je m'écartai de lui et presque aussitôt, Leeteuk arriva derrière lui avant de passer son bras autour de ce dernier et de le ramener contre lui, genre " c'est mon mien pas touche ". Teukie ma volé mon Hyuk. A moins que que je sois vraiment bourré. Au même moment, la porte se referma. Je me suis retourné, et j'ai du tirer la tête la plus bizarre de toute ma vie avant de me rappeler que dans cet internat, Eunhyuk existait en double. Donc je m'étais probablement trompé. Shit.
- Ahhhh ! Oups, c'était pas toi, c'était lui.
Je parlais surtout pour moi même en fait, mais c'est pas grave. 
- Eunhyuk ! Mais qu'est-ce que vous avez foutu ?
C'est lequel qui a parlé entre les deux ? Théoriquement c'est Hyukjae vu qu'il a dit EUnhyuk -trop de logique en moi avouez-.
- Euh...
Tu pourrais lui répondre hein. Ah oui mais non, je t'ai dit de rien dire. Donc c'est bien en fait, tu te mute. God -nan good- boy.
La porte s'est à nouveau ouverte sur la dernière tête que je cherchais. Mais j'ai même pas eu le temps de dire quoi que ce soit qu'il l'a ouverte avant moi :
- Donghae !! Mais t'étais où ?
- Pourquoi tout le monde demande ça ? Je fais ce que je veux, je suis un grand garçon d'abord. Nan mais.
Ma voix était à la limite de la gaminerie et du mec blasé. Faut faire un mélange quoi. Mais c'est vrai à la fin. Laissez-moi tranquille, je suis quelqu'un de responsable d'abord -ou pas-.
- Sauf que je sais pas si tu sais mais hier c'était ton anniversaire et on t'attendait tous... Toi et... Eunhyuk.
Ah oui c'est vrai, c'était mon anniversaire hier. J'ai eu quel âge déjà ? Ah ouais, 18 ans. Bah justement, je suis un adulte maintenant, alors lâchez moi la grappe [laporte]. Et puis si vous m'attendiez fallait peut être me le dire hein. Je me serait bougé -ou pas-.
- Ah oui... Eunhyuk... C'est pour ça que je suis là, faut que je m'enfuis.
- Hein ?
Oui nan, moi non plus je sais plus. Et j'osais même pa sregarder la tête désespérée que devait tirer Eunhyuk et les têtes choqued que devaient tirer les autres. 
- Viens là toi, faut qu'on discute tous les deux.
Je l'attrapai en même temps par le poignet avant de le tirer avec le peu de force et de crédibilité qu'il me restait avant de sortir. 
- Euh... D'acc...cord.
En même temps je lui laissai pas vraiment le choix. Quoiqu'il avait juste à tirer un mini chouilla sur mon bras te je tombai à la renverse en faisant un très gros " putin de merde ça fait mal ". 
Il ferma la porte derrière nous deux alors que je tentais d'aligner deux mots dans ma tête à lui dire. Sans grand succès. 
.


©Saphirielle de Tatati


" Donghae Lawn - NEMO ♪ "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EunHyuk Won
Assidu

avatar
profil
Messages : 326
Date d'inscription : 01/09/2014
Sur l'avatar ? : Lee Hyukjae

Personnage
Age: 18
Pouvoir: Transformer ce qui est vivant en ce qu'il veut
Race précise: Monky

MessageSujet: Re: • Une mère à la mer... de Tequila [pv Envahisseuses]   Jeu 27 Nov - 22:02



«Seul ~»
“Eunhyuk Won & Sa family”

- Hi ~
 
Petit un, Donghae est tout enjoué alors qu’il vient de rater sa fête d’anniversaire. Il est censé être désolé et tout mais non, lui, il fait celui qui est content. Peut-être parce qu’il l’est d’ailleurs. Ou pas. En fait, j’en sais rien. L’action de la Tequila pourrait le faire dire et penser n’importe quoi alors… Tout le monde le regardait fixement comme si c’était un fantôme et Leeteuk prit la parole en premier. Il avait presque crié et Donghae avait aussitôt porté la main à son front. Gueule de bois.
 
- Donghae ! Mais t’étais où ?
- T’es pas morte toi ?
 
Donghae, mon dieu Donghae, un jour il faudra que je t’apprenne à te mettre tout seul en mute parce que là, c’est incroyable ce que tu peux dire comme connerie.
 
- Gné ?
 
Mon pauvre Leeteuk… Toi qui n’a fait que vouloir son bonheur, voilà qu’il te croit mort(e). Quelle déception ! Non, je rigole, ce n’est pas vraiment à Leeteuk que je pense mais plutôt à la dignité plus que mise en cause de Donghae et accessoirement à ma survie que je crois tout aussi menacée…
 
- Ah non, oui, c’est l’autre c’est vrai…
 
Je ne sais pas si vous arrivez à vous imaginer la tête que tirait chacune des personnes présentes. La seule personne qui semblait assez indifférente à ce qu’il pouvait raconter – maintenant qu’il était rentré – c’était Siwon. Il avait du s’inquiéter comme les autres mais dès qu’il a du le voir, plus rien. Je ne comprendrai probablement jamais comment il fonctionne mais il n’est pas normal. Encore moins que moi je pense. Un peu moins meurtrier mais pas plus normal. Il est trop compliqué ou au contraire trop simple ce qui le rend compliqué. Enfin bref. On s’en fout.
 
- J’étais avec lui.
 
Si j’avais pu, je me serais instantanément fait disparaître pour ne pas voir ça. Mon pauvre Hyukjae ! Il déteste le contact et voilà que Donghae annonce tout fièrement qu’il a passé la nuit avec « lui » tout en le prenant dans ses bras. Je ne l’ai jamais vu aussi blanc de toute ma vie. Sauf ce jour-là mais parlons d’autre chose.
 
- Eh ! Mais tu râlais pas tout à l’heure…
 
Je vais mourir. Il vient de signer à l’encre de Tequila ma condamnation à mort. Hyukjae se racla la gorge en cherchant du regard une aide bienveillante que Leeteuk lui apporta rapidement en l’éloignant de Donghae et en le prenant lui dans ses bras. Pitié, Donghae, ne fais pas une crise de jalousie… J’essayai de lui faire remarquer ma présence en refermant la porte et cela eut l’effet escompté, il se retourna et tira une tête genre « qu’est-ce que tu fous là » mais il lui fallut moins d’une dizaine de secondes pour réaliser.
 
- Ahhhh ! Oups, c’était pas toi, c’était lui.
- Eunhyuk ! Mais qu'est-ce que vous avez foutu ?
 
Hyukjae… Je t’en prie, ne me tue pas mais… Ok, c’est une très mauvaise façon d’aborder les choses alors du coup c’est un pathétique « Euh… » avant de voir la porte s’ouvrir. Il ne manquait plus que lui…
 
- Donghae !! Mais t'étais où ?
- Pourquoi tout le monde demande ça ? Je fais ce que je veux, je suis un grand garçon d'abord. Nan mais.

 
Non Donghae, c’est pas ça que t’es censé dire… En plus, YeSung a vraiment l’air de s’être inquiété. Il me parait très fatigué, il faudrait peut-être que tu le rassures autrement qu’en lui montrant que t’es fin bourré…
 
- Sauf que je sais pas si tu sais mais hier c'était ton anniversaire et on t'attendait tous... Toi et... Eunhyuk.
 
Ah oui c’est vrai ! J’y pensais même plus ! On aurait peut-être du s’enfuir tous les deux finalement parce que vu l’hésitation qu’il avait marqué avant de dire mon nom, je doutais fort que ce que Donghae avait à dire passe comme une lettre à la poste – Eunhae *sors* –…
 
- Ah oui... Eunhyuk... C'est pour ça que je suis là, faut que je m'enfuis.
- Hein ?

 
Donghae, j’adore qu’on soit sur la même longueur d’onde – dégage lambda – mais là le pauvre YeSung doit déjà être paumed et t’es censé en venir à lui expliquer ce qu’il s’est passé sans le déprimer à mort… Je doute que tu en sois capable vu ton état.
 
- Viens là toi, faut qu'on discute tous les deux.
 
Oui, c’est beaucoup mieux de l’attraper comme ça par le poignet pour l’emmener ailleurs, même si ça laisse une tribu de coréen-chinois perplexe.
 
- Euh... D'acc...cord.
 
YeSung, tu as l’air d’avoir autant de motivation et de volonté qu’un homard à de la volonté de faire un plongeon dans une casserole d’eau bouillante. Ce fut lui qui, devancé par Donghae, ferma la porte sur eux deux. A présent, je devais mourir.
 
- Eunhyuk, tu vas finir par t’expliquer ou comment ça se passe ?
 
Je… En fait, non. J’ai pas tellement envie… Mais même ça je n’eus pas le temps de le dire que Chen, toujours aussi curieux, coupait mon frère.
 
- Oui on voudrait savoir ce qu’il s’est passé pour que tu ne nous préviennes pas et qu’il revienne dans cet état.
 
Après un regard plus que noir de Hyukjae, tout le monde comprit que ça allait se jouer entre lui et moi et qu’eux ne seraient que les spectateurs de ma dégringolade…
 
- Alors ?
- Ben…
 
Comment on est censé entamer une conversation où on est supposé dire qu’on a couché avec son meilleur ami alors qu’il était bourré et n’avait pas forcément toute sa conscience ?
 
- Va droit au but je t’en prie.
- C’est compliqué…
 
Hyukie, je sais que tu as autant de patience que moi mais là, va falloir te débrouiller parce que j’y arrive pas. Aucun mot, aucune phrase, ne vient. C’est le vide dans ma tête, je n’arrive pas à m’ôter certaines images et j’ai autant envie de sourire que de disparaitre.
 
- Tu l’as suivi pour le surveiller avant la fête ?
- Oui mais…
 
S’il m’interrompt toutes les deux secondes, je sens que je vais m’énerver. Il devrait le savoir mieux que personne et pourtant…
 
- Je suppose que tu l’as raté quand il est allé dans le bar ?
- Non j’étais là mais le temps que j’arrive, il avait déjà bu deux tequilas !
 
Je tombai à la renverse et m’assis sur le lit comme je pus pour ne pas finir par terre. Je ne voulais surtout pas que Donghae se fasse engueuler mais je n’avais pas le choix ; il fallait que je trouve un moyen de minimiser ma faute au moins un chouia.
 
- Il boit pas. Pourquoi là, il aurait bu ?
- Attends, tu ne crois pas que je l’ai forcé ?
 
Euh ? Hyukie ? Tu n’es pas entrain d’insinuer que je pourrais lui avoir fait faire des choses qu’il ne voulait pas ? Parce que si c’est le cas, t’es à coté de la plaque, c’est lui qui m’a forcé – pas longtemps – même si j’ai cédé, c’est moi la « victime ».
 
- Bien sur que non mais tu dois savoir pourquoi il s’est saoulé ?
- Euh…
 
Est-ce que j’ai vraiment le droit de le dire ? C’est quand même sa vie et ses problèmes et pour le coup c’est pas rien, il pourrait ne pas vouloir le partager avec eux, même si ça m’étonnerait…
 
- Allez dis-moi, j’ai, on a le droit de savoir.
- Sa mère est…
 
Il me reste un mot à dire mais ça a toujours été difficile. Je l’ai donné tellement de fois que je n’ose même plus prononcé ce mot.
 
- Morte ?
- Oui.
 
Voilà c’est fait. S’il te plait Donghae ne me déteste pas quand tu le sauras. Je ne t’ai pas trahi, j’essaye de t’aider, maladroitement, mais j’essaye.
 
- C’est pour ça qu’il a demandé à Leeteuk pourquoi il était pas mort ?
- Je suppose.
 
J’ai des limites et me mettre dans la tête de Donghae ne fait pas partie de mes capacités, je suis désolé. Je voyais Chen, Luhan, Siwon, Hyukjae et bien sur, Leeteuk qui me regardait comme si j’étais parole d’évangiles et ça me mettait mal à l’aise. Pour une des premières fois, si ce n’est la première, je me sentais piégé, observé et décortiqué ; j’avais horreur de ça. Le regard de Leeteuk était sombre mais je ne savais pas pourquoi. Il ne pouvait rien faire de toute façon.
 
- Et pourquoi se saouler ? Il pouvait pas juste parler ?
- Je crois qu’il se sent coupable mais il était déjà allumé et j’ai pas bien pu en apprendre plus…
 
En théorie, toutes ces infos leurs suffisent pour être tristes pour leur ami et ils n’ont pas besoin du « reste ». Mais mon frère me connait.
 
- Et après ?
- Après rien. Il a dormi dans sa voiture parce qu’il ne pouvait pas conduire et moi je ne sais pas conduire alors c’était trop dangereux pour rentrer.
 
J’aurais du me trouver une discussion et des excuses toutes faites avant qu’on rentre parce que là… Je suis profondément dans de beaux draps.
 
- Pourquoi t’as pas appelé ?
- Euh… Comment dire… ?
 
Rappelez-moi de tuer tout ceux qui veulent faire progresser ou ont fait progresser la technologie. Sans portable, je n’aurais eu aucun problème mais là…
 
- Eunhyuk, tu vas dire ce qu’il s’est passé sinon je te jure que tu vas avoir une vie impossible.
- Mais… je ne sais pas… Il était bourré et je ne sais pas s’il va regretter, si ça voulait dire quelque chose, si… Oh et puis merde ! Je sais pas vraiment si ce qui s’est passé aura de l’impact alors autant ne rien dire, ça évitera au moins une ou deux emmerdes.
 
Et sur ce, je me jetai en travers de mon lit, qui risquait de ne pas le rester, sous réserve que Donghae ne retombe pas dans les bras d’un YeSung larmoyant, et cachai mon visage dans l’oreiller sous les regards effarés de mes colocataires.
 
Hyukjae semblait essayait de réconforter Leeteuk contre un mal que je ne comprenais pas. Il n’avait perdu personne et tout le monde allait à peu près bien alors pourquoi ? Je ressassais ce qu’il s’était passé sans cesse mais je ne parvenais pas à trouver un mot ou un geste qui aurait pu trahie de réels sentiments, plus forts que la Tequila. J’avais terriblement peur qu’il regrette. Quant aux autres, je sentais leurs regards qui pesaient sur mes épaules et qui cherchaient à comprendre sans savoir pourquoi ils tenaient tous tellement à connaître les détails. D’accord, ce que je n’avais pas dit était loin d’être un détail mais je n’avais aucune envie de mourir alors autant taire ce moment, aussi long et agréable fut-il.
 
~
 
La porte finit par se rouvrir au bout d’un certain temps et Donghae entra, le pas plus lourd que celui d’un éléphant obèse, avant de s’écraser littéralement sur son lit, sans fermer la porte.
 
- Mal…
 
Comment devais-je comprendre ça ? Il avait mal au crâne ? Mal ailleurs ? Ça s’était mal passé avec YeSung ? Ou les trois ? J’étais à peu près sur des trois options puisque bon voilà, la nuit a été… agitée, et en plus YeSung n’est pas revenu à sa suite.
 
- Où est YeSung ?
 
Revoilà maman Teukie qui veut tout savoir sur ses petits et j’espérais sincèrement pour Donghae qu’il avait une réponse parce que se faire engueuler alors qu’il avait mal au crâne, ça ne serait pas très agréable.
 
- Parti dans les bois, pas content… Mais maintenant dodo.
 
Doutes effacés. Ça s’est mal passé et il a mal partout… Plus jamais on fait ça. Enfin « ça » pourquoi pas, mais pas après une cuite. Leeteuk écarquilla les yeux grands comme des souc… non c’est encore trop petit, enfin bref.
 
- Et tu l’as pas suivi ?!
 
Mais trop tard, Donghae s’était déjà endormi.
 
- Je vais le chercher. Vous, occupez-vous de lui.
 
Hein ? Siwon s’est réveillé ? Il se préoccupe de quelqu’un ? LoL, j’attends de voir la suite, il va faire quoi ? Le ramener de force ? Ça m’étonnerait. Et lui parler ? Non, Siwon ne sait pas parler. Enfin, tant qu’à faire, autant que quelqu’un aille le chercher. Après avoir reçu l’approbation de toutes les personnes dont il avait besoin, c’est-à-dire Leeteuk, il partit, en laissant son téléphone sur le lit à côté de moi.
 
Fiche crée par Thundy sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Donghae Lawn
Assidu

avatar
profil
Messages : 410
Date d'inscription : 12/05/2014
Sur l'avatar ? : Lee Donghae

Personnage
Age: 18 ans
Pouvoir: Manipule l'esprit des gens
Race précise: Siren

MessageSujet: Re: • Une mère à la mer... de Tequila [pv Envahisseuses]   Mar 2 Déc - 22:15

Une Mère à la Mer ~
♦ Donghae Lawn feat Yesung Minh & Other People ♦












Nous étions à présent dans le couloir, et la porte était fermée. Donc c'ets bon, je pouvais parler en paix. Suaf que c'est bien beau de dire ça mais je lui dit ça comment moi ? Ca va lui tomber dessus comme un navet dans un soupe, ça va faire plouf et je vais m'en prendre une. Ou plutôt Eunhyuk va s'en prendre une. 
- Qu'est-ce qu'il y a ? 
Je sais pas moi, t'es drôle. Quoique si peut être en fait, mais je sais toujours pas comment te le dire. Et puis c'est pas important comme information en plus -ou pas-.
- Rien de grave ne t'inquiète pas. Enfin, ça dépend...
Je m'enfonce tout seul en plus -bah ouais comme un grand, je sais faire tout seul maintenant, on m'a appris /LAPORTE/-.
J'ai genre eu un rire nerveux incontrôlé -bah oui sinon il serait pas nerveux-. Je sais pas pourquoi d'ailleurs -probablement parce que je suis bourré et que c'est nerveux, donc voilà, c'est nerveux-. Bref. 
- Euh, t'es sur ?
En fait je sais pas. Et j'ai genre zéro crédibilité donc c'est dur de tout savoir. 
- Ouais ouais... Enfin non mais on verra.
Plus clair que moi on fait pas.
- Bon vas-y explique-moi, je comprends pas bien...
Ah bon, tu comprend pas ? Ah mais c'est pourtant clair ! -référence La Grande Vadrouille, on l'a on comprend, on l'a pas on comprend pas-.
- Mon père est mort.
Musique dramatique, les violons on et tout le bordel -ou pas-. Je viens de faire la révélation de l'année -sisi je vous jure-.
- Ça, ça fait un moment que je le sais Hae...
Mais il me prend pour un con en plus. On se tait et on écoute.
- Attends ! Ecoute-moi tout part de là.
Bah ouais tu vois, c'est comme les flux en géographie. Mon père il était au milieu, et puis il est mort, et puis t'as des pitites flèches rouges qui sont parties de ce point et puis elles se sont retrouvés hier et elles ont fait la merde les vilaines. 
- Ça fait trois ans ! Comment c'est possible ?
Bah écoute je sais pas moi, fallait demander aux flèches de se bouger la pointe ou souffler pour qu'elles aillent plus vite -sort-.
Sauf que j'en ai marre que tu me coupes sans cesse alors je boude. Na. Ca t'apprendra à pas m'écouter quand je parle.
- Hae... Désolé... Je t'écoute, vas-y.
Trop mignon.
Je me tournai à nouveau vers lui avant de reprendre là où je m'étais arrêté, et probablement perdu parce que j'ai oublié e prendre la carte en partant.
- Ma mère est partie en dépression mais ça tu le sais aussi, n'est-ce pas...
Le petit " n'est-ce pas " à la fin, je trouve ça fait très vieux philosophique pervers qui traîne dans les rayons de la bibliothèque où y a des bouquins vieux de 500 ans. Mais après c'est moi qui ai de l'imagination donc faites pas attention à mon avis. 
Enfin c'est bien, Yesung a compris, il a acqiescé sans me ocuper et tout. Brave garçon.
- C'est la première fois que j'ai utilisé mon don et ça l'a déglinguée et hier j'ai appris qu'elle s'était suicidée et...
- Oh mon Dieu ! 
Eh ! J'ai dit sans me couper d'abord. 
- Hae, je suis désolé si j'avais su... Tu aurais du m'appeler ! Venir me parler ! Je sais pas moi, tu aurais du me...
- J'ai couché avec Eunhyuk.
Fallait me laisser finir tout à l'heure, je te l'aurais proablement pas balancé comme ça. Sauf que si je te balance ça comme ça, ça t'évite de te culpabiliser avec un milliard de phrase, surtout que j'ai déjà mal à la tête donc j'ai pas besoin de ça. 
Enfin j'avoue que c'ets un peu violent comme annonce. Surtout vu l'annonce. Il vient de se prendre une de ces claque le pauvre... Sauf que je suis bourré -du moins post bourré-, et même si j'en suis parfaitement conscient, c'est pas pour autant que je fais et dit ce qu'il faut. Faudra reprendre cette conversation un autre jour parce que là j'ai l'impression que je vais dégueuler -rien de plus classe alors que l'instant est dramatique-.
- Désolé...
Je sais pas vraiment s'il fallait que je m'excuse. Mais comme je sais pas franchement quoi dire, ni quoi faire, bah j'ai tenté le truc bâteau. 
- Que... C'est... Je... 
Mais le bâteau n'est pas passé, il était tros gros -j'ai le don pour pêter l'ambiance c'est un truc de fou-.
Le temps que je capte qu'il fallait que je le rattrappe, il était déjà sorti de mon champ de vision. J'ai tenté de le suivre, du moins de le retrouver avant toute chose, mais après m'être presque cassé la gueule dans les escaliers, je l'ai vu sortir et aller en courant en direction des bois. Je suppose donc qu'il y est allé, et euh.. et c'est tout.
Je suis resté quelques instants dans les escaliers, assi sur une marche, avant de ma rappeler que j'avais vraiment mal à la tête et que j'avais juste envie de vomir. Et de dormir. Je me suis relevé, me choppant un mal de crâne encore plus intense, avant de remonter les marches, de traverser le couloir comme un zombi, et de m'arrêter devant la porte de notre chambre. 

Je refermai même pas la porte derrière moi après être entré -bah oui, si je la pseudo ferme avant ça sert à rien- et je me suis instinctivement et directement dirigé vers mon lit, m'écrasant dessus dès que je fus à sa hauteur.
- Mal…
Plus jamais je me bourre la gueule. C'est fini. 
- Où est YeSung ?
Mamant Teukie en alerte. Au secours. Tant qu'il saura pas ce qu'il s'est passé, il me lâchera pas. Leeteuk, dans ces moments là, je te hais. Profondément. 
- Parti dans les bois, pas content… Mais maintenant dodo.
Je prenais mon oreiller dans mes bras, plongeant ma tête dedans, avant de laisser un long soupir m'échapper. Eunhyuk serait quand même mieux que l'oreiller, mais je suis suffisament lucide -ou pas- pour savoir que ce serait déplacé. Et puis il boude -ou pas j'en sais rien-.
J'ai vaguement entendu Leeteuk parlé, mais j'ai pas compris ce qu'il a dit, parce que je dormais déjà à moitié en fait. Comme un bébé. 

Sauf que ça aurait été trop beau de me laisser dormir. Et oui, Leeteuk m'a sorti de mon pseudo-dodo.
- Donghae mais t'es pas bien !
Ah non je te confirme que je suis pas bien. Et c'est pas en hurlant à travers tout la chambre que tu va faire avancer positivement les choses. 
J'avais l'impression qu'une balle de tennis rebondissait dans ma tête, mélangé avec un mal de mer affreux. Si jamais je vomis, j'espère avoir le temps d'atteindre la salle de bain. 
- Teukie crie pas j'ai mal à la tête...
Je doute qu'il en ait quelque chose à faire, parce que ok je suis un de ses protégés, mais l'avenir d'un autre de ses protégés est en jeux donc voilà, faut faire moitié moitié. Donc je souffre de la tête pour que... pour rien en fait, puisque je lui ai déjà dit où il était.  
- La prochaine fois viens me parler au lieu de prendre une cuite espèce d'idiot !
Aïe. Ma tête. Pitié Teukie. 
Je gigotais plus ou moins dans mon lit, cherchant une position plus confortable, et un coup d'oeil vite fait me sufit pour constater que Siwon était plus là. C'est marrant, j'aurais juré qu'il était là tout à l'heure. Boh, c'est pas grave. On le retrouvera peut être dans un trou la semaine prochaine -cette hypothèse est presque assurée /LAPORTE/-.
- Y aura pas de prochaine fois. Et je suis pas un idiot...
Enfin quoique là euh... ouais, je suis peut être idiot. J'avoue. Mais voilà quoi. C'est pas gentil de me le dire.
- Hae s'il te plaît, arrête de dire des conneries et remets-toi les idées en place...
- Elles sont en place mes idées namého. Demande à Eunhyuk.
Je n'ai même pas osé jeter un regard à Eunhyuk, me rendant compte que je l'avais pseudo foutu dans la merde. M'enfin, il me pardonnera -j'espère-, parce que là j'ai vraiment besoin de dormir. 
.


©Saphirielle de Tatati


" Donghae Lawn - NEMO ♪ "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EunHyuk Won
Assidu

avatar
profil
Messages : 326
Date d'inscription : 01/09/2014
Sur l'avatar ? : Lee Hyukjae

Personnage
Age: 18
Pouvoir: Transformer ce qui est vivant en ce qu'il veut
Race précise: Monky

MessageSujet: Re: • Une mère à la mer... de Tequila [pv Envahisseuses]   Lun 8 Déc - 21:46

"Shit ~  "
“EunHyuk & Family ~ ”



Une fois Siwon parti, je pus lire dans les yeux de Leeteuk que ça n’allait pas se passer comme ça. Tant que Donghae n’expliquait pas trop ce qu’il s’était passé tout irait bien pour moi, pour lui, pour nous. Sauf que vu son état, je doute de ses capacités d’analyse et de résistance à la pression de Leeteuk. Chen et Luhan étaient toujours sur leur propre lit, attentif à tout ce qu’il se passait mais ans dire un mot. Je les en remerciai et en même temps, j’aurais voulu que Luhan m’aide à m’en sortir. Mais bon, il avait le droit et même le devoir de rester en dehors de mes histoires pour ne pas finir écartelé entre Leeteuk et moi. Oui, nous sommes souvent en opposition mais je l’aime bien quand même hein, faut pas croire. Je pense que j’ai fini par accepter qu’il soit la « maman » et qu’il sorte avec mon frère.
 
- Donghae mais t’es pas bien !
 
Voilà. Il avait suffi que Leeteuk ouvre la bouche pour que mes doutes se confirment. S’il criait, Donghae – avec son mal de tête – essaierait d’évacuer le problème, à mes risques et périls.
 
- Teukie crie pas j’ai mal à la tête…
 
Donghae ne parlait pas vraiment. Il… marmonnait plutôt et dans sa voix on entendait encore les verres de Tequila qui s’entrechoquait, l’empêchant de voir clair au milieu de tout ce qu’il devait y avoir dans sa tête. Leeteuk me semblait plutôt calme vu la situation même si on commençait à discerner un léger soupçon d’un début d’impatience dans son regard, que Hyukjae avait probablement remarqué puisqu’il le prit par les épaules pour le calmer d’un geste, en une seconde. Je ne comprenais pas vraiment pourquoi mais Chen souriait à Luhan qui le lui rendait bien. J’espérais qu’ils ne riaient pas de la situation parce qu’elle n’avait vraiment rien de comique. Puis, en voyant Chen embrasser tendrement Luhan sur la joue, je compris qu’ils étaient juste dans leur monde. C’était normal. Personne ne leur demandait leur avis et ils ne nous le donnaient pas non plus. Alors après tout pourquoi n’en profiteraient-ils pas ? Enfin bref.
 
- La prochaine fois viens me parler au lieu de prendre une cuite, espèce d’idiot !
 
Je connaissais cette sensation de gueule de bois plutôt violente et j’entendais dans la façon que Donghae avait de se remuer dans son lit qu’il avait non seulement mal au crâne mais terriblement envie de dormir. Encore. Se retrouvant sur le dos, une fois les effets de la Tequila dispersés, je doute malheureusement qu’il puisse se remettre sur le dos – sors – il regarda plus ou moins Leeteuk, en faisant semblant de bouder :
 
- Y aura pas de prochaine fois. Et je suis pas un idiot…
 
Leeteuk se rapprocha du lit où étaient les restes de Donghae et s’assit à côté de lui. Comme une maman l’aurait fait, il a posé sa main sur la tête de Donghae avant de la passer dans ses cheveux dans un geste purement maternel et amical, tout en lui disant, sur un ton tout à fait radouci :
 
- Hae s’il te plaît, arrête de dire des conneries et remets-toi les idées en place…
- Elles sont en place mes idées namého. Demande à Eunhyuk.
 
Mon Dieu ! Ça y est, je suis fichu – pas comme les écharpes sauf si elle sert à m’étrangler – et tout ça parce qu’il a de la Tequila dans le sang qui lui donne envie de dormir et qui fait que du coup il expédie tous les problèmes rapidement quitte à ce que je me retrouve, comme maintenant, dans une merde innommable. Hyukjae me fixait avec un air accusateur, se doutant que j’avais omis au moins un petit détail dans mon explication de tout à l’heure et Leeteuk s’était relevé pour venir se poster à côté de mon frère. J’entendais les questions qui fusaient alors même qu’ils n’avaient pas ouvert la bouche.
 
Etre direct ? La jouer fine ? Subtile ? Ou plutôt du genre brute violente et spontanée ? L’un comme l’autre, j’allais de toute façon me faire engueuler alors qu’à la base, je n’y étais pour rien. Enfin à la base de la base si, mais là pour hier soir, non. Enfin…Attendons de voir qui me jette la première pierre avant de réfléchir à qui me coulera en plein. Ce sera d’ailleurs surement les deux en même temps m’enfin bon…
 
- EunHyuk ? Qu’est-ce que tu ne nous as pas dit ?
 
J’aurais du parier sur mon frère. J’aurais pu gagner gros tellement j’étais sur que c’allait être lui. Enfin… Le tout est que je ne sais toujours pas comment amener le truc et que je n’ai plus quinze ans devant moi pour lui répondre donc laissons le Eunhyuk de base parler, c’est-à-dire, soyons direct et avisons par la suite.
 
- On… euh… on…
 
Bon ok, j’ai du mal à être direct mais vu ce qu’il faut que je leur dise, c’est le plus clair que je puisse faire. Donghae, si tu m’aimes ne serait-ce qu’un petit peu, sors-moi de là, je t’en prie.
 
- On a couché ensemble.
 
Que… que… que… What ?! Et mais Dieu tu me hais donc à ce point ? Oui j’ai dit à Donghae – dans ma tête – de me sortir de là s’il m’aimait mais je ne m’attendais pas à ce qu’il se réveille et leur dise ça cash comme ça. Ça s’appelle pas m’aider, ça s’appelle signer mon arrêt de mort pour acte stupide et inconsidéré dont mon frère va forcément faire la critique et qui va probablement plonger Leeteuk dans une sorte de monde parallèle où il devra se battre pour savoir s’il me tue ou me laisse vivre. Et mais… je comprends mieux ! S’il lui a sorti ça comme ça, c’est normal que YeSung ait pété un plomb. Oh mon dieu, le pauvre… J’aimerais pas être à sa place en ce moment… Et je ne voulais pas non plus que ça se passe aussi brutalement pour qui que ce soit, y compris pour Donghae lui-même *sors*.
 
Hyukjae et Leeteuk avait tourné brutalement la tête vers Donghae qui s’était déjà rendormi avant de rediriger leur regard vers moi, beaucoup plus lentement. Ou peut-être était-ce moi qui voulais croire que c’était lent ? Et vous vous souvenez de Chen et Luhan, entrain de se bécoter sur leur lit ? Et bien les quelques mots de Donghae leur firent relever la tête à tous les deux, en même temps et je me suis retrouvé avec quatre regards fixes posés sur moi. Pour le coup, j’aurais voulu détester Donghae pour pouvoir l’étriper mais je ne sais pas pourquoi – ou peut-être que si – mais je n’y arrive pas.
 
- Nhyukie, je t’en prie, dis-moi que c’est pas vrai, qu’il délire encore.
 
Et ça va Hyukie, j’ai rien fait de mal d’abord. Nan mais oh ! On a l’impression que je suis un méchant cruel mais dans l’histoire je suis la victime – ou pas –. Enfin, le fait est que je suis royalement mal barré parce qu’il va falloir que je justifie à la fois ce qu’on a fait et à la fois le fait de ne pas leur avoir dit plus tôt…
 
- Euh…
 
Est-ce que Donghae avait fait de moi un néandertalien ? Plus capable d’aligner trois mots dès qu’il s’agissait de nous ? J’avais pourtant l’habitude d’être direct et froid, aux tendances presqu’agressives mais là… Mon dieu, j’y arrive pas.
 
- Eunhyuk ? Tu l’as pas forcé ?
- Non mais ça va pas !
 
Il suffit de m’énerver pour que ça sorte finalement. Leeteuk, tu ne pouvais rien insinuer de plus stupide que ça…
 
- Alors vous êtes officiellement en couple ?
 
Mon dieu, merci Chen d’éclairer toutes les personnes présentes de cette remarque dont personne ne se doutait.
 
- Oui. Je crois, du moins…
 
C’est vrai quoi… Si demain il se réveillait sans aucun souvenir de la nuit et qu’il ne voulait plus de moi ? Je crois bien que je serais obligé de partir parce que pour la première fois depuis longtemps, je serais celui qui souffre et non le bourreau qui prend plaisir à faire souffrir. Hae m’a transformé. De loup meurtrier, je suis passé agneau colérique aux tendances malgré tout assassines…
 
Pendant plusieurs heures, j’ai eu le droit aux questions plus ou moins indiscrètes de Leeteuk et de mon frère, sans oublier les quelques rares interventions entre deux baisers de Chen et Luhan, qui semblait heureux. Mais bon, ils paraissaient tous le temps joyeux depuis que leur histoire roulait et comme je ne les ai jamais connu autrement, je suppose qu’ils sont heureux, tout simplement. Puis, le silence est venu, comme ça, un peu bizarrement mais d’un coup, tout le monde s’est tu et mon frère et Leeteuk se sont couchés tandis que le ChuHan finissait de se faire des câlins avant de s’endormir à son tour. Seul restait le lit vide de Siwon et YeSung et moi. Je ne comprenais d’ailleurs pas pourquoi ils n’étaient toujours pas rentrés, il était après tout presque 23h30… Quelques minutes de silence passèrent de nouveau avant que la porte ne s’ouvre sur les deux retardataires. J’étais alors assis sur la chaise de bureau, l’ambigüité était possible avec les lits et je voulais voir la réaction de YeSung plus que de lui imposer une place. Aucun regard ne fut échangé, que ce soit entre Siwon et moi ou YeSung et moi ou même entre YeSung et Siwon. Ils allèrent se coucher sans  un mot, Siwon à sa place et YeSung à la mienne. Je ne comprenais pas bien pourquoi il en avait pris la décision mais loin de m’embêter, elle me satisfaisait même si pour l’instant j’étais plus que gêné de dormir avec Donghae. Il me semblait que c’était une situation plutôt interdite et je m’allongeai, une fois les deux derniers arrivés endormis, à côté de lui, le plus loin possible pour éviter un mouvement ou une caresse malvenue.
 
Donghae se tourna dans son sommeil, qui n’en était pas vraiment un, puisqu’il me dit, une fois face à moi :
 
- Eunhyuk ?
 
Son visage était à nouveau serein, il avait décuvé à coup sûr mais je n’en étais pas plus rassuré pour autant. Ma respiration bloquée, j’attendais de voir sa réaction, espérant qu’il se rendorme avant de les voir gâchés quand il s’est rapproché de moi. J’aurais voulu fuir, disparaître pour ne pas lui parler maintenant, alors qu’il y avait tout le monde autour de nous, bien qu’ils soient endormis.
 
- Je suis désolé Eunhyuk…
 
Il ne croira jamais que je dors, surtout les yeux ouverts alors autant lui répondre. J’ai légèrement tourné la tête vers lui, assez pour qu’il voit que je le regardais mais pas assez pour croiser complètement son regard.
 
- C’est pas grave, il fallait bien qu’ils le sachent.
 
Je lui souriais et avec les mots qui se délayaient, j’avais pu retrouver ses yeux que j’aimais tant et je n’en souriais qu’un peu plus. Je pensais qu’à présent, nous dormirions mais non, il ne semblait pas avoir fini.
 
- Je ne parlais pas de ça…
 
Mon sourire s’effaça instantanément et mes yeux se mouillèrent de larmes. J’aurais du le prévoir, j’aurais du m’en douter. C’était impossible que ce soit réel et possible. Et maintenant, YeSung souffrait probablement pour rien, et lui devait s’en vouloir. Me tournant dans l’autre sens pour me lever, je laissais les larmes couler encore et encore, assis au bord du lit, la vision trop brouillée pour me lever. Puis, je sentis sa main se poser sur mon bras et je frôlai la syncope en sentant son souffle qui se rapprochait.
 
- Attends, ce n’est pas ce que je voulais dire.
 
Il était juste là, derrière moi. Il ne parlait pas fort et pourtant je l’entendais distinctement. Dans d’autres circonstances, j’aurais cru qu’il me susurrait quelques mots doux mais il n’en était rien. Sa main était sur mon bras et mon dos était presque plaqué contre lui mais je me devais de ne pas réagir. On souffrirait tous. Je ne parvenais pas vraiment à articuler quoi que ce soit. Je me sentais pris au piège. Comment réagir ? Que dire ? Et même que penser ? Tout m’échappait et même mes larmes refusaient d’arrêter de brûler mes joues.
 
- Hyuk… Je voulais juste que ça se passe autrement… en douceur… Je ne regrette que mon état, rien d’autre…
 
Etait-il seulement possible ? Comment je pouvais penser que j’étais en passe de vraiment devenir heureux ? J’étais toujours immobile, paralysé par je ne sais quels sentiments qui se disputaient le pouvoir en moi…
 
- Hyuk… Regarde-moi…
 
Je pleurais comme je n’avais jamais pleuré depuis le jour où j’avais été séparé de Hyukjae et me voilà face à un Donghae souriant. Etait-il à ce point heureux ? Etait-il vraiment possible qu’on puisse l’être malgré la présence des autres ? Sauf que là, tout de suite, je pleure et il ne m’a jamais vu pleurer avant. J’aurais préféré que ça reste comme ça d’ailleurs…
 
- Eh… Te mets pas dans cet état…
- M… Mais…
- Chut…
 
Je me retournai, étonné, et il en profita pour déposer un baiser sur mes deux joues d’abord puis sur mes lèvres. Je ne savais pas vraiment quoi faire, s’il fallait que j’y réponde ou que je me laisse faire… Il appuya de lui-même le baiser et me poussa pour me forcer à me rallonger. Le paradis ? Non. C’était bien réel, ici, sur Terre, dans le même monde que celui qui m’avait transformé une première fois, un ange était venu me secourir. En le serrant dans mes bras, sa tête posée là où mon cœur battait d’un souffle tout nouveau, je retrouvai celui que j’avais toujours été, celui qui avait été surpassé par l’assassin. Je cohabitais maintenant avec moi-même, toutes mes facettes étaient réconciliées grâce aux efforts de mes deux amours : mon frère et Donghae. Sans eux, qui sait ce que je serais devenu… Ma main parcourait ses cheveux et je me régalais de ce moment pur, un moment que je n’avais jamais connu, une sensation de bien-être que Hyukjae n’avait jamais pu m’offrir malgré ses efforts acharnés : l’amour charnel et physique, pas fraternel.
 
- Je t’aime.
 
Ces quelques mots déclenchèrent en moi tout un déluge de sentiments tout aussi différents les uns que les autres mais qui ne purent pas prendre le dessus, créant juste une sorte de « bug » général. Je ne pouvais plus rien faire, plus rien dire et plus rien penser. Ma main arrêta de caresser les cheveux de Donghae et je ne respirais presque plus.
 
- Hyuk ?...
- Je m’y ferai jamais…
- Va falloir parce que c’est pas demain la veille que je vais arrêter.
 
Je lui souriais et il me le rendait aussitôt. Je ne voulais évidemment pas qu’il arrête et encore moins m’y habituer parce que rien de tel que d’être surpris à chaque fois. Renouveler la surprise. Ça me semble essentiel. Après je n’y connais pas grand-chose donc on verra bien. Donghae ne tarda pas à fermer les yeux, plongeant probablement dans un monde de rêves où je ne tarderais pas à le rejoindre.
 
- Je t’aime.
 
Il fallait que je lui dise, même s’il ne m’entendait pas, tant pis. Un jour, je saurais lui dire en face et quand il serait réveillé et complètement conscient… Je poussai un soupir puis me crispai en entendant sa voix. Je devais être plus rouge qu’une pivoine…
 
- Je sais.
 
Fiche crée par Thundy sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siwon A. Ahn Jr
Co - Fonda ~ Graphiste à la Cacahuète ♪

avatar
profil
Messages : 836
Date d'inscription : 03/06/2012
Sur l'avatar ? : Kim Jong Hyun - JR

Personnage
Age: 18 ans
Pouvoir: Peut rendre vivant l'inerte
Race précise: Wolve

MessageSujet: Re: • Une mère à la mer... de Tequila [pv Envahisseuses]   Lun 15 Déc - 20:32

Une Mère à la Mer ~
♦ Siwon Aaron Ahn Jr feat Yesung Minh & All The Family ♦












Je m'emmerdais royalement. Je crois que pour la première fois de ma vie je n'avais juste rien à faire. D'habitude quand j'avais rien à faire je dormais, donc automatiquement je faisais quelque chose. Mais là, j'avais tout sauf envie de dormir. Enfin à vrai dire j'avais envie de rien mais dormir encore moins. J'étais pourtant bien, allongé dans mon lit, la tête sur l'oreiller, mais j'avais pas envie de fermer l'oeil. 
Je me tournais vers le reste de la chambre et m'attardais sur ce que faisait chacun de mes colocataires et amis, dans l'espoir de trouver quelque chose à faire ou quelqu'un à embêter, mais nan. Ils étaient chacun dans leur monde, un monde qu'il partageait à deux, avec l'autre. Et rien ne semblait pouvoir les en sortir. 
Chen et Luhan étaient allongés l'un en face de l'autre. Leurs jambes étaient entrelacées et ils semblaient se parler l'un l'autre, seulement je n'arrivais pas à entendre ce qu'ils se disaient. Mais à voir le sourire niais sur le visage de Luhan, je n'osais même pas imaginer les paroles mielleuses que devait lui murmurer Fleur Bleue. De temps à autres, les murmures cessaient pour laisser place à des baisers tout aussi guimauve que ce que devait raconter Chen au Prince de Lu. Enfin en gros, pas des choses très passionnantes pour mon âme d'anti romantiques. 
Du côté de Leeteuk et Hyukjae, c'était tout aussi mignon et donc, pour moi, ennuyant. Ils étaient tout les deux allongés, l'un contre l'autre. Leeteuk était contre Hyukjae, dos contre torse, et l'entourait de ses bras. Il tenait dans une main son téléphone et tout deux semblaient captivés parce qu'il y avait sur l'écran, souriant de temps à autres. J'ignorais ce qu'ils regardaient et au fond je m'en fichais un peu en fait. Ce n'était pas une information capitale pour la suite de ma vie donc. 
Et pour finir il y avait Eunhyuk et Donghae, le dernier couple formé. Cela faisait déjà un peu plus d'un mois que c'était fait, mais j'avais personnellement toujours du mal à m'y faire. Donghae était allongé sur le côté, ses lunettes sur le nez, un livre ouvert à la main, et Eunhyuk était allongé dans son dos tout contre lui. Mais contrairement à son frère, qui lui regardait quelque chose avec Leeteuk, je doutais fortement que lui soit en train de lire ce que lisait Donghae. Eunhyuk n'était pas vraiment ce qu'on pouvait appeler un littéraire. Il avait ses bras ressérés autour de lui et la tête niché dans son cou. Tantôt il se contentait de ne rien faire, tantôt il laissait ses lèvres s'égarer sur sa peau, faisant parfois frissoner et sourire Donghae. Je n'arrivais même pas à croire en ce qu'était devenu Eunhyuk à son contact. Cette personne qui avait menacé de me tuer la première fois qu'il m'avait vu, pour ensuite me prendre sauvagement la nuit tombée, et a continué de le faire pas mal de temps après ça, et qui pour finir a sombré dans la romance. Si quelqu'un m'avait dit un jour qu'Eunhyuk se transformerait en... en ça, je lui aurai probablement ris au nez. Mais bon... j'allais pas être triste pour lui, c'était plutôt une bonne chose au fond. 
Enfin du coup, tout ça pour dire que parce qu'Eunhyuk est tombé amoureux, et bah maintenant je dors plus avec lui, mais par conséquent avec Yesung, parce que Super Monky avait finalement réussit à les faire rompre et, plus tard, à se mettre en couple avec Donghae. J'ai jamais réussit à savoir s'il avait été content de les faire rompre ou pas, mais je suppose que maintenant il doit l'être parce que je l'ai jamais vu aussi heureux depuis que je le connais. Enfin bref. Là n'est pas la question. 
Les conséquences de leur mise ensemble avaient été... bénéfiques, pour moi. Enfin en fait j'en sais absolument rien, mais je ne pouvais pas le démentir, ce jour-là j'ai personnellement passé une bonne journée, bien qu'étrange certes. Yesung et moi en avions jamais parlé d'ailleurs, et c'était peut être mieux ainsi. Mais je sais pas, je me sentais... étrange depuis ce jour-là. Enfin du moins vis-à-vis de lui. Je savais pas vraiment dire pourquoi mais c'était un fait. Peut être que lui savait pourquoi... Mais je me voyais mal aller lui poser la question à vrai dire. Si on en a pas reparler c'est qu'il doit bien y avoir une raison. Cette raison je sais pas ce que c'est mais on ne fait pas les choses sans raison, donc c'est qu'il y en a bien une.
Enfin bref. Du coup, à penser à Yesung, je me refait la remarque qu'il n'est pas là, et c'est à croire que Leeteuk à le don de lire dans ma tête parfois. 
Alors que je me contorsionnais plus ou moins pour essayer de lire le titre du livre qu'était en train de lire Donghae, n'ayant rien trouvé de plus passionnant à faire, Leeteuk prit appui sur un coude, se redressant légèrement avant de me demander :
- Siwon, tu sais où est Yesung ?
Je me redressais à mon tour, lui faisant face dans un position à peu près potable alors que tout le monde dans la chambre semblait se stopper dans leurs occupations palpitantes pour écouter ce qu'il avait à dire. Enfin non, pas tout le monde, étant donné que Donghae avait l'air d'avoir raté la phrase de Leeteuk puisqu'il lisait toujours. 
Je lui répondais après un temps :
- Non, et vous ?
Je doutais fortement que quelqu'un détienne la réponse, mise à part peut être Donghae, mais vu qu'il ne semblait pas plus passionné que ça par le devenir de son meilleur ami, je doutais qu'il ne réponde.
- Bah non, c'est bizarre, il était pas censé avoir de rendez-vous ce matin.
Il avait suffit qu'Eunhyuk parle pour qu'il réagisse enfin que le monde continuait de tourner autour de lui, et je me doutais qu'il avait du rapidement comprendre que nous parlions de Yesung. J'étais surpris que ce soit Eunhyuk qui dise ça. Bah oui, je veux dire, c'est pas comme si entre lui et Yesung c'était le grand amour. La raison se tenait dans ses bras d'ailleurs. Mais la raison en question ne semblait pas surprise et ne semblait pas en savoir plus sur le sujet non plus. 
- T'inquiète pas il est grand il peut se débrouiller.
C'était un fait que venait de souligner justement Little Monkey, mais même si ce que lui disait Hyukjae parvenait aux oreilles de Leeteuk comme une parole d'évangile en temps normal, quand un de ses protégés était en mode " Wanted ", y avait rien à faire. Il était aussi têtu qu'une moule -oui c'est volontaire-.
- Ouais mais bon... On sait jamais il...
-  ...pourrait lui arriver quelque chose, on sait.
Chen n'était pas du genre à se moquer de lui en temps normal. D'ordinnaire, ça, c'était le rôle de Luhan ou de Hyukjae. Mais bon, tout le monde à le droit d'essayer de faire chier Maman, je vous y encourage même. 
- Ah. Ah. Ah.
Mais Chen se fichait royalement de Leeteuk, préférant retourner à Luhan. A vrai dire, tout le monde était retourné à ses occupations, que ce soit picorage de son chéri ou lecture. Et ce fut du coup au tour de Hyukjae de se ficher de lui.
- B.B.B. 
Little Monkey embrassa sa tempe aussitôt qu'il avait fini de parler, mais ne réussit cependant pas à faire sourire Leeteuk par ce geste parce qu'il tirait une tête bizarre.
- Bébé ?
Un jour Leeteuk me tura de désespoir. 
- Euh ouais mais non, on va avoir du mal.
Oui, je suis d'accord. Et allez savor pourquoi, j'en viens à me demander comment est-ce qu'ils vont faire le jour où l'un d'entre eux va vouloir une de ces choses insupportables que l'on appelle plus communément enfant. Ce jour là sera marrant je pense, mais j'espère qu'il n'arrivera jamais. Sous aucun prétexte je n'aceppterai un jour qu'un mioche m'appelle Tonton Siwon.
- On peut toujours essayer...
Ca deviendrait presque intéréssant, surtout vu la tête que lui tirait Hyukjae. Mais Donghae, qui je le rappelle n'a pas réagit quand il s'agissait de Yesung, a relevé la tête pour leur dire -comme quoi chacun a ses priorités dans la vie hein, les bébés sont plus importants que Yesung pour Donghae- :
- Eh ! Y a des endroits pour ça nan mais oh !
Leeteuk et Hyukjae se sont mit à rire quelques instants avant de reprendre leur visionnage alors qu'Eunhyuk, amusé, embrassa doucement la joue de Donghae, avant que ce dernier ne tourne la tête vers lui pour déposer un baiser sur ses lèvres. Cependant, il ne s'attarda pas et replongea dans sa lecture, alors qu'Eunhyuk le serrait d'avantage contre lui tout en laissant ses lèvres retrouver la peau de son cou.
La vie autour de moi est guimauve. C'en est presque déprimant de se dire que je suis le seul qui a envie de vomir quand on lui parle de romance et d'amour pour la vie.  
Avant, c'est à dire y a pas si longtemps en fait, on était deux. Ouais, deux. Parce qu'Eunhyuk, à part l'amour inconditionel qu'il porte à son frère, il aimait personne d'autres. Et puis voilà, il nous a rencontré, il s'est attaché, et maintenant il fait partie des mollusques amoureux. Et tout ça à cause de Donghae. Enfin si on veut, je suis pas sûr qu'il y soit pour grand chose au fond, mais il me faut un coupable donc voilà. Donghae. 
Enfin bref. Tout ça pour dire que je suis seul dans mon monde moi -inutile de pleurer pour moi, ça va aller *sort*-.
Alors comme je ne comptais pas me tordre toute la fin de la journée dans l'espoir de voir ce que lisait Beau Gosse Fautif, je me suis levé. Mais comme en me levant je n'ai pas eu la révélation de ce que j'allais faire de ma journée, je me suis du coup dirigé vers la porte. J'abaissais la poignée avant d'ouvrir puis de sortir, refermant ensuite derrière moi. 
J'étais surpris de ne pas subir l'interrogatoire habituel de Maman, voulant toujours savoir où je suis, avec qui, quand, jusqu'à quand & compagnie. Je crois que ce qui m'amusait le plus c'était qu'il continuait de me poser les questions alors que les réponses ne lui plaisait jamais. Il pérsitstait. Mais, pas aujourd'hui. Aujourd'hui je pourais bien aller violer un chameau chez sa cousine qu'il en aurait rien à faire. 
Je sais pas si glander dans les couloirs était la solution pour remédier à mon ennui, j'étais même presque sûr que non, mais j'avais pas d'autres idées à vrai dire. 
Mais, le couloir s'est avéré plein de surprise -ou pas-. Enfin y a eu une surprise quoi. Yesung. On va dire que je m'attendais pas vraiment à le voir rentrer maintenant. 
Je l'ai regardé, il m'a regardé, je me suis arrêté, il s'est arrêté. 
Dramatique -ou pas-.
- T'étais où ?
Je sais pas si j'en ai grand chose à faire en fait, mais je sais pas, j'avais envie de poser la question.
- A la bibli pour ramener le bouquin qu'on a vu en français mais là faut que j'y aille.
Il a commencé à vouloir s'en aller, mais dans la chambre. J'ai probablement râté un épisode mais quand on s'en va c'est dehors. Pas dedans. Et comme je veux tout savoir -mais pas pour les mêmes raisons que Leeteuk, moi j'harcèle pas d'abord-, je lui ai demandé, avant qu'il s'en aille dans le mauvais sens :
- Attends, tu vas où ?
- Prendre mon téléphone, je l'ai oublié et ensuite j'ai rendez-vous avec l'agence.
Ah, bah tout s'explique. Vous me direz ça semblait logique, puisque c'est là bas qu'il est presque tous le temps ces derniers jours. Mais bon. Je perd de mon intelligence naturelle ces derniers temps. Je me transforme en mollusque moi aussi, mais pas amoureux. 
- Euh... J'allais justement en ville. Je peux t'accompagner ?
Oui je sais, c'est pas bien de mentir. Enfin glander en ville ou glander dans les couloirs, ça revient globalement au même. Y a peut être plus de cons en ville vous me direz, mais je préfère les cons de là bas que les cons d'ici. 
- Euh... Ouais, si tu veux attends moi, je reviens tout de suite.
Nan, je vais me barrer tout seul dans mon coin, parce que tout le monde sait que le principe d'accompagner c'est s'en aller tout seul. 
- D'acc.
Bref. Je l'ai donc attendu le temps qu'il revienne, et je trouvais qu'il mettait du temps. Mais après c'est peut être moi qui psychote.
Bizarrement ces derniers temps, je passais de plus en plus de temps avec Yesung. Alors une fois de plus, c'est la faute de Donghae. Je m'explique. Le week-end, presque tout le monde reste avec son chéri. Donc forcément, avant, vu que Donghae était avec Yesung, et bah je restais avec Eunhyuk -parfois c'était regrettable niveau courbature /BUS/-. Mais, vu que maintenant c'est Donghae et Eunhyuk, et bah celui qui reste c'est Yesung. Donc forcément bah voilà. Enfin y a ça et y a probablement le fait que depuis ce jour, on s'est comme qui dirait rapproché. Et puis j'avoue que la proximité due au fait qu'on dort maintenant dans le même lit -à cause de Donghae- doit aider. Ouais, en gros c'est tout la faute à Donghae. Vilain garçon. 
Bref. Yesung est enfin revenu, et nous sommes donc parti. 
On est plus ou moins rapidement arrivé à destinnation pour son rendez-vous, c'était le moment de la séparation. Snif. /BUS/.
- Bon bah je te laisse. Je devrais en avoir pour deux heures à peu près. Si tu veux on se retrouve après et on va manger un truc...
Deux heures à glander tout seul comme un solitaire sans ami, chouette. 
- Ouais pourquoi pas. 
Il me tourna le dos avant de commencer à s'éloigner pour entrer dans le bâtiment mais, pris d'un intérêt soudain pour ce qu'il faisait, je lui demandais :
- Yesung ?
Oui je sais que je lui demande rien là, mais voilà, chut.
Il se retourna avant de me répondre :
- Oui ?
- C'est quoi comme rendez-vous aujourd'hui ?
Cetet question n'avait pas beaucoup de sens dans ma bouche. A vrai dire, j'avais pas franchement suivit l'affaire qui le concernait lui et son album, donc le " aujourd'hui " doit faire un peu bizarre. Je crois que y a que Donghae qui doit être calé sur le sujet -pourquoi est-ce que j'en viens toujours à parler de lui moi hein, c'est une maladie c'est pas possible-.
- Un sujet délicat... J'attends une réponse plutôt importante d'un sponsor et si je ne l'ai pas, bybye l'album. J'ai 1h pour le convaincre et une heure à attendre sa réponse en bossant danse et chant.
Alors s'il y a un truc que j'ai retenu le concernant, c'est que le chant pas de problème, mais la danse c'est déjà plus délicat. Il a probablement dut demander de l'aide à Donghae, du moins j'espère pour lui qu'il l'a fait, ça peut que lui être bénéfique -c'est pas possible hein, je suis DonghaePathe-.
- Fighting !
J'accompagnais cet encouragement avec le geste adéquat et un sourire, bizarrement. 
- Merci. 
- A tout à l'heure.
- A tout.
Il avait l'air plutôt calme et serein malgré l'enjeu, je trouvais ça étrange. Mais bon, je supposais qu'il savait ce qu'il faisait, et puis il semblait sûr de lui. Tant mieux pour lui. J'espérais qu'il allait y arriver, sincèrement.
Et comme en fait je n'ai absolument rien d'autre à faire si ce n'est l'attendre, et bah je vais l'attendre, ici, et glander, encore.
 
.


©Saphirielle de Tatati


" Siwon Aaron Ahn Junior "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
YeSung Minh
Assidu

avatar
profil
Messages : 319
Date d'inscription : 15/05/2014
Sur l'avatar ? : Kim Jong-Woon (Yesung SUJU)

Personnage
Age: 18
Pouvoir: Bouclier
Race précise: Dragoon

MessageSujet: Re: • Une mère à la mer... de Tequila [pv Envahisseuses]   Lun 15 Déc - 22:15

"Verdict ~  "
“Siwon blabla Jr & Yesung Minh  ~ ”



Ce matin, j’ai peut-être le rendez-vous ultime à ne pas manquer de toute la réalisation de mon album et comment dire ? Même si je voulais faire genre c’était pas le cas, je stressais à mort. Réveillé à 6 heures du matin, bien sur personne ne me vit me lever trop occupés à dormir, tous autant qu’ils sont, dans les bras de leurs chéris respectifs. Je jetai un regard à Donghae et Eunhyuk mais je n’étais même plus gêné. Il faut dire qu’en un mois, j’avais fini par m’y faire. Donghae et moi étions redevenus les frères d’avant et ils étaient heureux tous les deux alors pourquoi leur en vouloir ? Et puis, ça m’avait permis de me rapprocher de Siwon. De manière étrange, certes, mais rapprocher quand même. Enfin bref. Tout ça pour dire que personne n’est levé et qu’en temps que stressé, je me suis bougé et j’ai trouvé une excuse pour sortir : Huis clos. Le bouquin qu’on a étudié en Français et que je devais ramener la semaine dernière. Ce serait l’occasion de lui rendre, en espérant qu’elle soit là à 8 heures. Oui, déjà deux heures que je cherche. Heureusement que l’idée a fini par venir…
 
Me levant doucement et une fois préparé dans le plus grand silence et le plus grand calme, je sortis en prenant soin de refermer délicatement la porte afin de ne perturber aucun de mes amis encore endormis. Je peux vous assurer qu’ils sont mignons, tous autant qu’ils sont, quand ils dorment. Enfin. Je marchais droit dans les couloirs, prêt à affronter les sermons de la CDIère. Déjà la dernière fois que j’avais pris un livre, je l’avais rendu en retard et ça m’avait valu une bonne demi-heure de remarques alors là… Bref. J’entrai silencieusement et déposai furtivement le livre sur la pile des livres rendus. Je voulus faire demi-tour quand elle m’accosta.
 
- Monsieur Binh.
 
Elle s’entêtait à m’appeler comme ça alors que je lui avais répété maintes et maintes fois que c’était Minh. Une fois de plus ne ferait pas de mal à ce que je vois…
 
- C’est Minh…
- Peu importe. Vous avez encore eu du retard.
 
Et la politesse, vous connaissez ? Ah ! Ce qu’elle peut m’énerver avec ses grands airs et sa soi-disant culture générale surdéveloppée ! Mais aujourd’hui, ce n’est pas le jour alors pour une fois, ne se laissons pas marcher dessus. Il faut juste faire attention à ne pas être collé aujourd’hui c’est tout…
 
- Au pire, bonjour déjà et oui je l’ai rendu en retard parce qu’on avait pas fini de bosser dessus et que je ferai, comme toujours, passer mes cours avant vos délais qui ne servent à rien puisque personne n’emprunte vos bouquins. Sur ce, bonne journée et au plus tard possible.
 
Sur ses belles paroles, aussi sincères que finement prononcées, je tournai les talons et me redirigeai vers la porte.
 
- Monsieur Minh ?
 
Juste l’ignorer, c’était tout ce que j’avais à faire. L’ignorer et sortir. Rien de plus simple.
 
- Monsieur Minh, revenez immédiatement !
 
Cause toujours tu m’intéresses. La porte claqua cette fois derrière moi et j’entendis les pas furibonds de la mégère enbouquinée s’éloigner. Je ne l’avais jamais vu hors de son précieux antre et ce n’était pas aujourd’hui que ça changerait. Gueuler, ça détend. Mais l’effet est provisoire et même éphémère. Me revoilà, avec mon angoisse et mon appréhension. Garder la tête froide et haute. Une règle que j’ai suivi depuis tout petit et ce n’est pas aujourd’hui que je l’abandonnerais. Sauf que là, je manque d’air et j’étouffe légèrement… Me dirigeant à grands pas vers la sortie, ignorant les quelques âmes mal réveillées qui somnolaient plus ou moins dans les couloirs, j’ouvris grand la porte et déployai presqu’aussitôt le nez dehors mes ailes de chaque côté. Je pris appui et ça y est, me voilà parti. Rien de tel que de pouvoir voler quand le monde est trop oppressant. J’ignorais depuis combien de temps je volais mais je sentais quelque peu la fatigue qui s’insinuait entre mes écailles et je fis alors demi-tour pour rentrer. Sérénité. Calme. Apaisement. Le vent et l’air autour de moi, c’est la seule valeur sûre pour me garantir une attitude correcte au rendez-vous. Le rendez-vous ! J’avais complètement oublié !
 
Filant entre les élèves, cette fois bel et bien réveillés, je pris les escaliers qui menaient à la chambre en prenant garde de ne pas tomber et m’arrêtai néanmoins quand je vis Siwon à contre-sens. Echange de regard, perte de temps, mais voilà qu’il me parle. Pour la première fois depuis un mois, j’avais envie qu’il me laisse. Sa présence était devenue un réconfort mais là, je risquais d’être en retard et je ne pouvais pas me le permettre.
 
- T’étais où ?
- A la bibli pour ramener le bouquin qu'on a vu en français mais là faut que j'y aille.
 
J’espérais avoir été assez concis et convaincant pour qu’il me laisse mais il s’avéra que non. A peine avais-je repris mon chemin qu’il m’arrêta. Je me retournai pour lui faire face.
 
- Attends, tu vas où ?
- Prendre mon téléphone, je l'ai oublié et ensuite j'ai rendez-vous avec l'agence.

 
En même temps, j’avoue que c’était logique qu’il m’arrête vu que je lui avais dit que je partais et qu’actuellement j’allais vers notre chambre. Enfin bref. Là n’est pas la question, il fallait que je me bouge…
 
- Euh... J'allais justement en ville. Je peux t'accompagner ?
- Euh... Ouais, si tu veux attends moi, je reviens tout de suite.
 
J’avais dit oui sans vraiment réfléchir, juste pressé et s’il m’avait répondu par la suite, je n’avais pas compris quoi, ayant repris ma course vers la chambre. J’entrai en furie, attrapai mon téléphone sous les yeux éberlués de toute ma family et repartis en sens inverse alors que Leeteuk s’apprêtait surement à dire quelque chose.
 
- Pas le temps. Rendez-vous important. A tout.
 
YeSung ou comment couper court aux discussions qui n’ont pas commencées ? J’ai rejoins Siwon et en croisant son regard, je me suis posé des questions, des tas de questions qui m’ont occupées tout le trajet en plus de ma discussion avec lui. Pourquoi on avait fait ça ? Pourquoi ne pas en avoir reparlé ? Pourquoi je m’étais vraiment rapproché de lui par la suite ? Et des tas d’autres trucs comme ça. Je pensais que j’aurais bientôt la réponse mais j’en doutais un peu plus chaque jour. Il me semblait que nous devenions de bons amis et c’était très bien comme ça. Je n’avais pas envie de tout gâcher avec lui comme je l’avais fait avec Donghae, en reparlant de cette fameuse après-midi…
 
Presque sans que je m’en rende compte, nous étions déjà devant le bâtiment de l’agence. Au moins, le stress ne m’aura pas trop tracassé sur la route.
 
- Bon bah je te laisse. Je devrais en avoir pour deux heures à peu près. Si tu veux on se retrouve après et on va manger un truc...
 
Je savais pas trop pourquoi je lui avais proposé mais le fait est que ça me ferait plaisir qu’il accepte quoi. Pourquoi ? J’en sais trop rien. C’est une question de plus à ajouter à la liste…
 
- Ouais pourquoi pas. 
 
Nickel. Bon maintenant, j’y vais. C’est pas le moment de relâcher la pression. Ça a toujours été un moyen d’avancer donc je ne m’arrête pas. Sauf si Siwon a décidé d’être curieux aujourd’hui. Ce qui est – malheureusement – le cas.
 
- Yesung ?
- Oui ?
- C'est quoi comme rendez-vous aujourd'hui ?

 
Il s’en fout de ma vie d’habitude. Enfin, un peu moins ces derniers temps mais quand même quoi.
 
- Un sujet délicat... J'attends une réponse plutôt importante d'un sponsor et si je ne l'ai pas, bybye l'album. J'ai 1h pour le convaincre et une heure à attendre sa réponse en bossant danse et chant.
- Fighting !
 
Je crois qu’il est malade. Il faudra que je l’emmène voir un médecin. Je n’ai pas l’habitude de l’entendre encourager quelqu’un…
 
- Merci. 
- A tout à l'heure.
- A tout.

 
Et sans me retourner une fois de plus, j’entrai dans le bâtiment. Je montai les escaliers qui m’étaient désormais familier avec une angoisse que je n’avais pas ressentie depuis longtemps déjà…
 
~
 
Je descendis la volée de marches sans me soucier du risque du chute ou d’autre chose. J’ouvris la porte avec plus de brutalité que je l’aurais voulu et je vis Siwon se relever de sur le muret, probablement surpris de me voir surgir comme ça. Je n’avais pas arrêté de penser à lui et je lui sautai dans les bras. Il ne resserra pas son étreinte mais peu importe, j’avais mon sponsor, mon album allait se faire et je voulais remercier le monde entier de m’offrir cela. Je m’écartai doucement de lui, surement rouge jusqu’aux oreilles avant de lui dire :
 
- Siwon ?
- Oui c’est moi.
 
D’accord ok. Ça va pas être facile tout ça… Je tordais mes doigts dans tous les sens, cherchant mes mots, pesant le poids de chaque phrase qui me venait. Je savais comment faire la suite mais les premiers mots me manquaient. Pourquoi fallait-il toujours que ce soit ceux-là qui fassent défaut ? Un simple mot. Ça engagerait tout. Je crois.
 
- Merci.
- Pourquoi ?
 
Ah oui c’est vrai qu’il ne peut pas savoir… Bon bah allez c’est parti je me lance. Espérons qu’il ne me rigole pas au nez, qu’il ne m’interrompe pas et qu’il ne parte pas en courant…
 
- J’étais mal et tu étais là. J’ai souffert et tu étais là. J’ai pleuré et tu étais là. J’ai voulu disparaître mais tu es toujours resté là. Je pensais l’aimer à la folie et puis tu es venu, comme un flocon de neige au mois d’aout, une lune en plein jour ou une fleur dans le froid polaire. Tu as rallumé une flamme éteinte en devenant l’oxygène qui lui permet de bruler. Tu as réveillé en moi un sentiment sur lequel je m’étais trompé. Siwon… Je crois bien que… je t’aime.
- Euh… Moi aussi… Je crois…
 
Que… ? Je ne comprendrai décidément jamais rien à Siwon. Il ne m’aurait jamais avoué ses sentiments – si c’en étaient bien – mais là que je me lance en étant presque persuadé de me faire remballer, il me dit « moi aussi ». Je ne comprends rien. Peut-être qu’il est trop simple, tellement simple que je me complique trop la vie pour y arriver. Mais là, tout de suite, je peux vous garantir que je ne pensais à rien d’autre qu’à la vague de chaleur qui venait de m’envahir. Je lui sautai littéralement dans les bras et on a fini tous les deux par terre. J’écrasai un peu trop violemment, pour un romantique, mes lèvres contre les siennes, m’attendant à ce qu’il me repousse mais non, il n’en fit rien.
 
Fiche crée par Thundy sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siwon A. Ahn Jr
Co - Fonda ~ Graphiste à la Cacahuète ♪

avatar
profil
Messages : 836
Date d'inscription : 03/06/2012
Sur l'avatar ? : Kim Jong Hyun - JR

Personnage
Age: 18 ans
Pouvoir: Peut rendre vivant l'inerte
Race précise: Wolve

MessageSujet: Re: • Une mère à la mer... de Tequila [pv Envahisseuses]   Sam 20 Déc - 19:21

Tralalala...la ♪
♦ Siwon Aaron Ahn Jr feat Yesung Minh ♦












Je suis resté deux heures sur le muret à côté de bâtiment. Oui je sais, ma vie est passionnante. Et en deux heures, deux heures où j'aurais pu faire un tas de choses palpitantes, et bien je n'ai rien foutu. Du moins, rien de bien intéressant. Je me suis engueulé avec mon téléphone -encore, mais qu'est-ce que vous voulez, il est chiant-, j'ai rendu deux feuilles mortes vivantes, et s'en est donc suivit un combat épique entre une feuille de chêne -aha aha- et une feuille de... de je sais pas quoi, et pour finir, je me suis fait mal avec un gland -j'y peux rien si Chen les laisse traîner partout /BUS/-. Ne me demandez pas comment j'ai fait, j'en sais rien moi même. Mais je crois que dans la catégorie " faire des trucs débiles et improbables " je suis le numéro 1. C'est à croire que je suis con comme une chaise. Mon dieu. 
Bref.
Alors que je commençais à trouver le temps particulièrement long, j'ai soudainement entendu une porte claquée. J'ai tourné la tête vers le bruit en question, et c'est là que j'ai vu surgir -littéralement- Yesung du bâtiment. A voir la tête qu'il faisait, je pouvais me douter que son rendez-vous s'était bien passé, mais honnêtement j'en sais rien parce que sa tête reste bizarre malgré tout. 
J'ai à peine eu le temps de me relever qu'il me sautai dans les bras. Je n'ai même pas pensé à refermer mes bras autour de lui tellement je nageais dans l'incompréhension totale. Faut dire qu'en plus je suis pas vraiment habitué aux marques d'affection, donc là, venant de lui, c'est juste étrange puissance infini. 
Il finit cependant par s'écarter de moi, en douceur et je remarquais en le regardant qu'il avait les joues plus rouges qu'une tomate. Faut dire, je pense qu'il y avait de quoi rougir. Enfin pour lui, parce que moi là j'étais perdu. 
- Siwon ?
C'est mon prénom, en effet. Ce qui me laisse donc sous entendre qu'il a quelque chose à me demander ou à me dire, mais comme je suis un chieur, je ne facilite jamais la tâche.
- Oui c’est moi.
Ses doigts se martyrisaient les uns les autres, dans tous les sens possibles et inimaginables. Je savais pas ce qu'il cherchait à me dire mais visiblement, ça lui posait problème. Faut pas, c'ets pas comme si j'étais la personne la plus ouverte d'esprit qu'il puisse exister. 
- Merci.
Ok, j'ai du raté un épisode, parce je me souviens pas avoir fait, du moins lui avoir fait quelque chose qui mérite un remerciement. Nan, en fait nan, je me souviens pas avoir déjà fais quelque chose dans ma vie qui nécessitait un remerciement. Alors là, du coup, faut m'expliquer. 
- Pourquoi ?
A moins qu'il me remercie pour ça mais là ça deviendrait bizarre, je pense. 
Je m'enlevais cette idée de la tête et, voyant qu'il ouvrait la bouche, le laissais parler, sans ne serait-ce même songer à l'interrompre.
- J’étais mal et tu étais là. J’ai souffert et tu étais là. J’ai pleuré et tu étais là. J’ai voulu disparaître mais tu es toujours resté là. Je pensais l’aimer à la folie et puis tu es venu, comme un flocon de neige au mois d’août, une lune en plein jour ou une fleur dans le froid polaire. Tu as rallumé une flamme éteinte en devenant l’oxygène qui lui permet de brûler. Tu as réveillé en moi un sentiment sur lequel je m’étais trompé. Siwon… Je crois bien que… je t’aime.
Et moi je crois bien que c'est la chose la plus étrange que j'ai entendu à mon égard de toute ma vie. Rien ni personne ne m'a jamais sorti un truc comme ça. Jamais. Sinon je crois que je m'en souviendrais. Mais le pire, c'est que, n'ayant jamais été confronté à ce genre de situation qui généralement me font vomir mentalement dès le premier mot, je n'avais absolument aucune idée de quoi lui dire. Ou de quoi lui faire, c'est au choix. 
C'est bizarre en plus, parce que je fuis ce genre de chose en permanence. Que ce soit Fleur Bleu et Petit Lu, ou Maman et Little Monkey, ou encore même le Nouveau Mollusque et le Poisson, je fais tout pour pas m'approcher de ce genre de chose quand ça parle amour, mais là que ça me concerne -pour la première fois de ma vie- je ne sais absolument pas quoi faire. e vais pas m'en aller, parce que ça rimerait à rien. Je ne me voyais pas le rejeter non plus, parce que j'avais pas envie. Mais est-ce que je devais conclure que si je ne voulais pas le rejeter c'était parce qu’inconsciemment je pensais comme lui ? J'avais envie de me sortir cette idée de la tête avec un pince à linge mais c'était pourtant la plus plausible.
Oui mais non. Non, non, non et non. Ok, je l'aime bien, peut être même plus que les autres, mais ça ne veut rien dire. Ou peut être que si... Ahlala. Voilà ce que ça fait que d'être une bille en amour. On est juste paumé.
Enfin du coup j'ai rien trouvé d'autre à lui dire que ça, avec un ton bizarre et hésitant :
- Euh… Moi aussi… Je crois…
Bah oui après tout, dans " je l'aime bien ", y a le mot aime dedans, donc. 
Ouais mais non, une fois de plus, parce que là je fais un putin de raccourcis dans ma tête et c'est pas bien. Mais bon... Je me voyais tellement pas le rejeter, surtout vu comment il avait l'air de péter la joie, que je me voyais mal lui répondre autre chose. 
Au pire, on fait une phase d'essai, voir si ça marche, et puis si ça marche pas, il s'en rendra compte tout seul et du coup je serais pas obligé de le jeter.
Oui mais non, parce que de un, c'est pas gentil, et puis de deux, si je fuis l'amour comme la peste depuis que je suis né c'est qu'il doit bien y avoir une raison. Une raison que j'ai jamais su d'ailleurs, mais c'est une raison quand même. 
Bon, vous savez, quoi, là, j'en sais juste rien en fait, donc je vais me taire et je vais le laisser faire, dire, comprendre, je sais pas quoi... ouais, on va dire plutôt que je vais le laisser. Voilà, c'est très bien ça, je vais le laisser, il se débrouille pour mettre ce qu'il veut derrière. 
Après réflexion, et après subition -oui je sais ça se dit pas-, en fait, j'aurais mieux fait de la fermer, parce que là, accessoirement, aïe. 
Oui aïe. Parce que là, pour le coup, il m'a sauté dans les bras, mais cette fois-ci c'était littéral. Donc on a fini tous les deux par terre. Mais c'est moi qu'était en-dessous, donc aïe. Et comme j'étais toujours debout devant le muret avant qu'il me saute dessus, et bah nous sommes passés derrière le muret. Chouette.
Mais ce n'est pas tout. Là j'ai eu le droit à un baiser, si on peut appeler ça comme ça, puisqu'il a écrasé -littéralement une fois de plus- ses lèvres contre les miennes. Une fois de plus, je ne me voyais pas franchement le rejeter, encore moins après ce que je venais de lui dire. Et puis c'est pas comme si c'était la pire des souffrances hein. J'ai l'habitude. Et puis quand on me donne je prend. Question de principe. Bref.
Quand il eût fini de... de... je trouve pas de terme élégant donc on a dire quand il avait finit de faire ce qu'il faisait, il s'est un peu écarté de moi en prenant appui sur ses coudes avant de me dire, comme s'il était un peu confus :
- Désolé...
Euh... Ouais, d'accord, mais je sais pas bien quoi lui répondre en fait, donc voilà. Je ne vais rien dire. Et puis en fait je sais même pas pourquoi est-ce qu'il s'excuse. Si c'est pour sa déclaration dégoulinante d'amour, pour m'avoir fait tomber par terre, pour m'être tombé dessus ou pour m'avoir embrassé tout en m'écrasant. 
- Siwon ? Ça va ?
Accessoirement, j'ai mal au dos. Et puis j'ai pas l'habitude d'ingurgiter autant de romantisme à la fois -même pas du tout en fait, même un par un ça n'arrive jamais-, donc on va dire ça.
- Je... je sais pas...
Je sais pas. Le genre de réponse que personne n'aime entendre mais qui pourtant l'entend au moins 20 fois par jour parce que son entourage ne sait jamais rien. Le genre de réponse dont j'ai horreur. Mais pour une fois elle est justifiée -oui je sais, quand on sait pas, dire " je sais pas " c'est justifié mais moi je justifie mieux d'abord-.
- Désolé...
Nan mais c'ets pas ta faute hein. Quoi que si en fait, c'est entièrement ta faute. Ou alors je remet encore ça sur le dos Donghae parce que c'est quand même sa faute à la base si tu me fais cette déclaration -Donghae est mon fautif n°1, c'est officiel maintenant-.
Bref. Yesung se releva rapidement avant de m'attraper le bras pour me relever à mon tour. Je n'arrviais plus trop à capter l'expression de son visage, du moins ce qu'elle voulait dire, mais il avait l'air bizarre.
Je lui ai donc dis, sur un ton tout à fait normal, comme si de rien étais :
- Tinquiète pas, ça va aller.
- T'es sûr ?
J'avais l'impression que lui comme moi faisions comme si absolument rien ne s'était passé y a genre 30 secondes. Et c'était un peu ça en fait. Du moins en apparence, parce que dans ma tête c'est un gros bordel. 
- Oui oui. Viens, allons manger. 
Il avait toujours l'air un peu bugué. Je lui ai donc pris la main, histoire de le faire bouger pour qu'il me suive. Ce qu'il a fait au final -heureusement pour lui parce que sinon je lui aurais probablement fait bouffer le sol en le traînant par terre-, avant que, par conséquent, je ne le lâche, le laissant avancer tout seul, comme un grand.
On est allé manger dans le premier truc que l'on a vu, n'étant pas décidé à marcher des heures pour trouver LE truc trop bien pour manger. Surtout que ni lui ni moi n'avions d'envie particulière -en terme de nourriture j'entend- donc voilà. 
Mais le repas s'est déroulé... bizarrement. Enfin non, au contraire, il n'avait absolument rien d'étrange, il était en fait bizarrement banal. A aucun moment nous n'avions parlé de ce qu'il venait de se passer. Nada. En fait, je crois que ça doit être un truc entre nous de ne pas parler de ce qu'on a fait quand cette chose en question est un peu plus qu'amicale. Nan parce que ça fait deux discussions qu'on zappe quand même. On préfère parler de la pluie et du beau temps plutôt que de ça. 
J'ai payé -bah oui, nous ne sommes pas des voleurs-, et puis nous sommes partis, tranquillement, avant de reprendre la route de l'internat, toujours en parlant de choses inutiles et improbables. 
.


©Saphirielle de Tatati


" Siwon Aaron Ahn Junior "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
YeSung Minh
Assidu

avatar
profil
Messages : 319
Date d'inscription : 15/05/2014
Sur l'avatar ? : Kim Jong-Woon (Yesung SUJU)

Personnage
Age: 18
Pouvoir: Bouclier
Race précise: Dragoon

MessageSujet: Re: • Une mère à la mer... de Tequila [pv Envahisseuses]   Dim 21 Déc - 20:35


  
«Yeah ! Non je ne suis pas heureux ~»
“Siwon Aaron Ahn & Yesung Ming”

- Désolé…
 
Je ne savais pas vraiment pourquoi je m’excusais mais j’espérais qu’au milieu des raisons, il trouverait celle qui lui convient. Mais au vu de son silence, je ne savais pas non plus quoi comprendre… J’étais appuyé sur mes coudes au-dessus de lui et j’insistais cependant :
 
- Siwon ? Ça va ?
- Je… je sais pas…
 
Il ne devait pas avoir l’habitude des déclarations d’amour sincères alors ça me semblait normal qu’il soit un peu perturbé mais je n’avais pas imaginé que ce puisse être à ce point…
 
- Désolé…
 
Je m’excusais une seconde fois, toujours sans trop savoir mais je savais une chose, c’est que j’avais des raisons de le faire. Pour ne pas faire durer cette situation plus qu’étrange, je me relevai et lui tendit le bras pour l’aider à se relever à son tour. Comme si le fait d’être debout nous avait changé, on reprit :
 
- T’inquiète pas, ça va aller.
- T’es sûr ?
 
J’avais peur qu’il dise ça pour me faire « plaisir ». Ou du moins pour que je ne me sente pas plus mal que c’était déjà le cas…
 
- Oui oui. Viens, allons manger. 
 
Etait-ce vraiment possible qu’il change aussi vite d’état d’esprit ? Plus vite que moi en tout cas… Et je crois qu’il l’a remarqué puisqu’il m’a pris la main pour me pousser à le suivre, chose qui bien sur ne m’aidait pas tellement à oublier, ou en tout cas différer, ce qu’il venait de se passer. Déjà l’autre jour, ça avait pas été évident parce qu’à chaque instant, dès que je bougeais, je me souvenais de ce qu’il s’était passé mais là. Je lui serrais un peu plus la main avant de le lâcher quand je sentis que c’est ce qu’il voulait. Il ne m’avait pas pris la main comme si on était en couple, il fallait que j’arrête de me faire des idées, il voulait juste m’emmener je ne sais trop où pour manger.
 
Le restaurant était banal, le premier qu’on avait vu sur notre route en fait, et le repas le fut tout autant. Aucun de nous n’évoqua les évènements passés et au moment de payer, ce fut lui qui sortit son porte-monnaie en premier. La prochaine fois, ce serait moi et puis… c’est tout. Oui, c’est tout. Rien de plus à dire, j’ai cherché et pourtant rien. C’était un repas normal, entre amis, classique, rien de plus… ordinaire. En sortant, on a juste repris la route de l’internat, parlant de choses et d’autres comme si de rien n’était et pourtant, j’avais beaucoup de choses à lui dire même si je n’y arrivais pas. Puis, un silence s’installa. Il n’était pas lourd, pas pesant mais silencieux quoi. Et je ne sais pas ce que m’a pris mais j’ai entrelacé mes doigts avec les siens avant de relever les yeux vers lui. Même s’il avait aussi replié sa main autour de la mienne, l’expression de son regard quand il croisa le mien ne me paraissait pas tout à fait convaincue de ce qu’il pensait…
 
- Siwon, je…
- YeSung, il…
 
Le fait que nous ayons commencé à parler en même temps me fit sourire et il me le rendit bien. Je crois bien que nous étions enfin, si je puis dire, prêt à parler mais j’aurais voulu commencer…
 
- Vas-y toi d’abord.
- D’accord.
 
Quelque part, je pense que ça l’arrangeait que je me lance en premier mais en même temps, si je le voulais ça me faisait carrément balisé…
 
- Je voulais juste te dire que… j’étais sincère… tout à l’heure… et…
- Je sais.
 
Euh… J’avais pas tellement prévu que tu me coupes en fait mais c’est pas grave…
 
- Ah… ah bon ?
- Bah oui, la guimauve ça se justifie.
- Hein ?
 
Mais il ne me répondit pas. Je ne trouvai rien à lui dire, il me perturbait tellement. Le silence, toujours ce silence. Je ne le comprendrai décidément jamais… Qu’est-ce qu’il pouvait bien penser en ce moment même ?
 
- Et toi, qu’est-ce que tu voulais me dire ?
 
Pitié, pas un truc qui nous éloignerait l’un de l’autre… Pas encore une fois… Ça serait trop de se faire larguer deux fois en si peu de temps par deux de mes meilleurs amis. Même si je ne suis pas vraiment avec lui, il n’avait toujours pas lâché ma main… Espoir. E-s-p-o-i-r.
 
- En fait… Je sais pas si c’est une bonne idée…
 
Espoir. Je dois garder l’espoir. Je relevai mes yeux vers lui et dans son regard, mon espoir se noyait. Je devais refouler chaque larme, elles ne devaient même pas se voir et atteindre mes yeux. J’essayai de lâcher sa main mais il résistait en la serrant un peu plus fort. Pourquoi, alors que l’espoir se faisait plus grand, les larmes se faisaient plus fortes ? Pourtant, il ne fallait pas que j’espère trop. La déception serait trop grande. Et les larmes que plus amères.
 
- Dis-moi s’il te plait, ça peut pas être si catastrophique.
 
J’avais eu un grand sourire en lui disant ça pour détendre l’atmosphère, qui n’était pas vraiment tendue mais qui me stressait un peu quand même. J’avais également serré un peu plus sa main pour l’encourager et il me paraissait d’un coup beaucoup plus gêné. Est-ce qu’il était possible que… Non, cela me paraissait improbable…
 
- On peut essayer…
- De quoi ?
 
Il avait lâché ma main. Pourquoi ? Il se tortillait légèrement les doigts, presqu’invisiblement, mais je l’avais remarqué malgré tout.
 
- D’être…
- Ensemble ?
- Ouais…
 
Arrêtez ! Réveillez-moi, je vais pleurer… J’ai passé tellement de temps à me demander ce que je ressentais pour lui en étant persuadé que ce ne serait jamais réciproque que je pense que je vais mourir là tout de suite maintenant… Je m’étais arrêté et il se retourna vers moi.
 
- YeSung ? Ça va ?
 
Voilà que c’était son tour de me poser la question… Je ne m’y attendais tellement mais alors tellement pas que je ne savais pas trop quoi lui répondre… Surtout, je ne devais pas lui sauter dessus une deuxième fois. Reprenant doucement ma marche, un pas après l’autre, en essayant de ne pas paraître étrange, ce qui devait m’en donner encore plus l’air, je levai les yeux vers le ciel, un beau ciel bleu, sans nuage. Plus de nuage. C’est ça d’être heureux. Je parlais – ou pensais – peut-être un peu vite mais bon…
 
- Oui, oui… Je m’y attendais juste pas.
- Nan mais attends, je deviendrai pas le parfait petit mollusque hein… Faut pas attendre un miracle non plus. Et puis, c’est un essai… Je pense pas être fait pour la vie de couple.
- Reste toi-même, je n’en attends pas moins de toi…
 
Je lui repris la main et me serrai un peu plus contre lui, le sentant se crisper. Ça allait pas être évident de lui apprendre les bases du romantisme…
 
 
Fiche crée par Thundy sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siwon A. Ahn Jr
Co - Fonda ~ Graphiste à la Cacahuète ♪

avatar
profil
Messages : 836
Date d'inscription : 03/06/2012
Sur l'avatar ? : Kim Jong Hyun - JR

Personnage
Age: 18 ans
Pouvoir: Peut rendre vivant l'inerte
Race précise: Wolve

MessageSujet: Re: • Une mère à la mer... de Tequila [pv Envahisseuses]   Ven 2 Jan - 19:45

Tralalalala... la ♪
♦ Siwon Aaron Ahn Jr feat Yesung Minh ♦












Le silence qui régnait ne pouvait malheureusement pas durer. Il fallait qu'on parle. Mais d'un autre côté je ne savais toujours pas quoi lui dire. Et je ne savais toujours pas quoi faire non plus. Est-ce que je devais me laisser emporter dans cette chose affreuse que l'on appelle amour au risque de devenir un mollusque et d'être heureux avec lui ou est-ce que je devais continuer de vivre ma vie telle qu'elle est et de continuer de vivre heureux avec tout le monde malgré tout ? Au fond ça n'a pas vraiment d'importance puisque mes deux fins sont heureuses... Mais devenir le parfait petit amoureux n'a jamais fait partie de mes plans, et ça ne m'a jamais tenté malgré les nombreuses occasions. 
Au pire on fait une phase d'essai, et puis si ça marche pas, ce que je suppose arriver à vrai dire, parce que je suis déjà insupportable sur tout ce qui touche l'amour et le sexe alors  honnêtement, je ne pense vraiment pas que cette vie soit faite pour moi, et bah du coup euh... j'ai perdu le fil de ma phrase, voilà. Ah oui, si ça marche pas et bah... et bah ça marchera pas et on reprendra comme avant. Mais cette solution ne me plaisait qu'à moitié à vrai dire, parce que premièrement je ne m'en sentais pas capable, et que deuxièmement, je ne tenais pas forcément à faire souffrir Yesung par la suite. Enfin. Essayons de parler, ce sera plus simple que de parler tout seul.
Sauf qu'en cet instant précis, il m'a doucement pris la main, entralaçant ses doigts aux miens. Je trouvais cette sensation étrange. Il faut dire que j'avais vraiment, mais alors vraiment pas l'habitude que quelqu'un me prenne la main. Tout ça appartenait à un monde appelé amour, un monde dont je ne faisais pas partie, et ce depuis ma naissance. Je suis sûr que j'envoyais chier les gamines quand j'étais petit tellement je savais déjà à cet âge là que l'amour c'ets une vilaine vilaine vilaine chose. 
Enfin. J'ai malgré tout refermé ma main autour de la sienne, ne sachant pas vraiment pourquoi je ne le repoussais toujours pas, comme tous les autres. Peut être parce que justement, il n'était pas tout les autres... Oui mais non. Je vais pas commencer à me dire ce genre de chose, je vais finir par regretter. Affreusement. 
En croisant son regard, je me rappelais qu'il fallait que je lui parle, de je ne sais quoi mais il fallait le faire. J'essayais donc d'aborder les choses simplement, mais voilà :
- YeSung, il… 
- Siwon, je…
Je n'ai pas pu m'empêcher de sourire en voyant que nous avions decidé de briser la glace en même temps, et lui aussi à vrai dire, mais je transformais d'avantage mon sourire en grimace en priant pour qu'il ne se dise pas qu'on était déjà sur la même longueur d'onde et compagnie. Je hais la romance mon dieu, qu'est-ce que je fous là...
Enfin bref. L'un de nous deux devait parler, mais ne sachant toujours pas exactement ce que je voulais lui dire, étant donné que ce que je m'apprêtais à lui dire c'était probablement " Yesung il faut qu'on parle ", ce qui ne nous aurait pas vraiment avancé, je préférais le laisser parler en premier.
- Vas-y toi d’abord.
- D’accord.
Au moins il n'était pas chiant à convaincre, c'était un avantage...
- Je voulais juste te dire que… j’étais sincère… tout à l’heure… et…
- Je sais.
Je ne tenais pas vraiment à entendre toutes ses paroles mielleuses, j'étais pas encore prêt pour ça je dois dire. Etape par étape hein. Ne brusquons pas les choses.
- Ah… ah bon ?
Ca l'étonne ? Ca ne devrait pas pourtant. Pour qu'on me balance un discours amoureux à moi, aussi niais que celui qu'il m'a dit tout à l'heure, c'est qu'il faut vraiment le pensé et être sincère -et courageux aussi-, parce qu'il y a souvent un très gros risque que je ris au nez de la personne qui me sort ça ou autre. Je ne savais même pas pourquoi est-ce que je n'avais pas agit comme ça avec lui... Ah si, c'est vrai, je l'aime bien. Je l'aime bien j'ai dit. J'ai pas dit que je l'aimais tout court.
- Bah oui, la guimauve ça se justifie.
- Hein ?
Je crois qu'un jour les gens arrêterons de prendre tout ce que je dis comme un code ultra compliqué. Je suis la personne la plus simple de cette Terre et pourtant j'ai l'impression d'apparaître comme la plus compliquée, c'est dingue. Je suis un mec facile aussi, mais ça c'est une autre histoire. M'enfin ça il le sait déjà je suppose, compte tenu de ce qu'il s'est passé le jour ou Donghae lui a annoncé avoir couché avec Eunhyuk...
Enfin bref. Voilà. Pour la peine je ne te répondrais pas, voilà. 
Quelques secondes passèrent avant qu'il n'enchaîne, voyant que je n'étais pas décidé à lui répondre -quel malpoli je vous jure- :
- Et toi, qu’est-ce que tu voulais me dire ?
Je ne sais toujours pas en fait, mais je ne sens tellement pas toute cette histoire en fait que je me demande si c'est vraiment judicieux de la commencer. Mieux vaudrait tout arrêter là, je pense. Mais je sais pas, c'était... étrange.
Ma main serrait toujours la sienne, bizarrement, et je ne savais toujours pas vraiment comment lui dire les choses. Allons-y simplement, je pense que ce sera la meilleur façon d'aborder le côté négatif de la chose.
- En fait… Je sais pas si c’est une bonne idée…
Je le sentais perdre espoir à côté de moi. Il essaya de lâcher ma main mais je le retenais, sans savoir pourquoi. J'avais l'impression que cette simple phrase venait de le plonger dans un abîme dont il ne ressortirait jamais. Il faut dire que la raison qui nous avait amené jusqu'ici, à savoir la mise ensemble d'Eunhyuk et Donghae, signifiait pour Yesung une première rupture avec la personne qu'il devait visiblement aimer à l'époque. Alors certes, nous n'étions pas en couple lui et moi, mais le rejetter serait, je pense, comme une seconde rupture pour lui. Et je ne tenais pas vraiment à le faire souffrir. Mais d'un autre côté, si j'acceptais de sortir avec lui, et que ça venait à mal se passer, j'en viendrais forcément à vouloir le quitter, ou alors je le ferais souffrir avant en faisant une erreur et en le trahissant, et au final le résultat serait le même, voir peut être même plus douloureux pour lui... Mais j'oubliais l'éventualité où tout pourait bien se passer, et ou au final, rien ni personne ne souffrirait. C'était la seule option ou la fin était heureuse. Mais elle me semblait si improbable... Non, je ne savais pas. Vraiment pas. Mais si j'étais logique, je prendrais la solution où il y a une chance d'être heureux nan ? C'est ce que tout personne logique ferait, et je suis logique, il me semble... 
- Dis-moi s’il te plait, ça peut pas être si catastrophique.
Si tu savais à quel point ça l'ait. Si seulement t'avais le don de pouvoir lire dans les pensées des gens pour savoir ce qui se passe en ce moment dans ma tête, c'est l'anarchie...
J'ignorais si son sourire servait à me rassurer, ou à se rassurer lui même, ou à détendre l'atmosphère, ou même à rien, mais je ne me sentais pas rassuré pour autant. Je croyais n'avoir peur de rien mais en fait, plus j'y pense, plus je me dis je dois avoir inconsciemment la phobie de l'amour, c'est pas possible autrement. En arriver à un degré de haine envers cette chose, c'est bien qu'il doit y avoir une raison. Peut être parce que les personnes qui aurait du m'aimer sans condition se fichait de moi et que je les détestais, et les déteste toujours... C'était une éventualité, mais elle ne réglait pas le problème. 
Être heureux et ne pas faire souffrir. Je ne devais penser qu'à ces deux idées, rien d'autre. 
- On peut essayer…
- De quoi ?
Bah oui, ç'aurait été trop simple qu'il comprenne. Evidement. Sinon c'est pas drôle. Pourtant y a rien de compliquer dans cette phrase, elle veut tout dire... Ou alors c'est parcequ'il veut m'entendre le dire clairement, peut être que ça le rassurerait... Bah pas moi. 
Je lâchais sa main et commençait a torturer mes doigts entre eux, n'arrivant toujours pas dire ces quelques mots que je me refusais de pronnoncer depuis toujours. A croire qu'il fallait que je finisse par les vomir pour qu'ils sortent quoi. 
- D’être…
- Ensemble ?
- Ouais…
Ce n'était visiblement pas la chose à dire puisqu'il a eût l'air de me faire un arrêt cardiaque. Il s'était même arrêter -en même temps dans le mot arrêt cardiaque il y a arrêt-, si bien que je m'étais tourné pour me retrouver face à lui malgré tout. J'espérais au fond de moi qu'il n'allait pas pour autant me resauter dessus sauvagement, mais honnêtement, j'attendais quand même un minimum de réaction de sa part. Quelque chose quoi. 
- YeSung ? Ça va ?
Il avait vraiment l'air ailleur, comme si ce simple mot, " ensemble ", l'avait transporté au-delà du monde réel. Je savais pas que cette petite merde avait autant d'effet. Pire que de la drogue hein. Les enfants, fuyez l'amour, regardez comme c'est dangereux, vous serez paralysés après... Bref. Je raconte trop de connerie pour mon âge moi. 
Il a reprit sa marche, lentement, alors du coup je l'ai suivit. Il avait l'air euh... étrange. Il leva les yeux au ciel, qui était des plus bleu aujourd'hui, avant de rebaisser les yeux, vers moi. Et là il avait l'air... heureux. Oui, je crois que c'était ça. Et bah ma solution marchait au moins à moitié pour le moment, l'un des deux était heureux. Je dit pas que j'étais malheureux, mais c'est pas encore de la joie. C'est juste une sensation très bizarre qui me prend les tripes, et je pense qu'il faudra encore un peu de temps avant que ça ne se transforme en joie. Là c'est juste une gêne en fait. Je hais l'amour, pourquoi je me suis embarqué là dedans moi hein ? Ah oui, c'est vrai. Heureux et pas faire soffrir. Et en plus je l'aime bien. Ouais, enfin si je sortais avec toutes les personnes que j'aime bien, j'aurais un nombre incalculable d'ex, et ça ferai déjà longtemps que j'aurais fait ma demande en mariage à Eunhyuk ou Leeteuk en particulier. Vive le libertinage. Dans la théorie j'ai plus le droit de penser comme ça mais je m'en fous. Libertin powa.
- Oui, oui… Je m’y attendais juste pas.
Dans ce cas fallait me le dire avant, je te l'aurais pas dis du coup. 
Mais bon, je me dois de l'avertir maintenant du clavaire que je représente, histoire qu'il ait bien conscience de ce dans quoi il s'embarque. 
- Nan mais attends, je deviendrai pas le parfait petit mollusque hein… Faut pas attendre un miracle non plus. Et puis, c’est un essai… Je pense pas être fait pour la vie de couple.
C'ets plus une certitude qu'une pensée à vrai dire mais ça commencerait mal si je lui disais d'entrée que j'éais quasiment sûr qu'entre lui et moi il n'y avait aucune chance que ça marche parce que je suis un soldat de l'anti-amour alors que lui à l'air d'un disciple de Cupidon, pour ne pas dire que nous sommes parfaitement opposés sur ce plan là. 
- Reste toi-même, je n’en attends pas moins de toi…
Mais oui je te crois. On verra si tu diras la même chose le jour où je vais être moi même et que, par conséquent, je risque de faire une bêtise que tu ne vas pas vraiment apprécier.
Alors voilà. je suis en couple. Ce serait un prétexte pour ouvrir le champagne là. Et puis faut se souler bien comme il faut parce qu'il y a peu de chance que ça arrive une fois encore (je ne sous entend pas forcémet le fait que c'est parce que je hais l'amour, ça peut aussi être parce que je vais passer le reste de ma vie avec Yesung, qui sait -ou pas-). 
Il m'a pris la main tout en se rapprochant un peu plus contre moi, et je n'ai pas pu m'empêcher de me crisper. Non seulement je suis pas habitué, mais en plus, ça m'évoque tellement de chose que j'ai toujours fuis que j'avoue avoir du mal. Moi je dis, les prochains jours vont être marrants.
Enfin maintenant que la chose était mise en place, fallait que je sache ce qu'il " m'autorisait " encore à faire, même si dans l'absolu j'ai pas besoin d'autorsation. Mais valait mieux faire une liste moi je dis. Parce qu'il a beau dire " reste toi-même ", si je fais ce qu'il me dit, il risque de ne vraiment pas apprécier. 
- Donc je peux continuer à regarder ce qui passe ?
- Je vais pas te bander les yeux.
En même temps... Moi je lui banderais bien les yeux -à défaut de bander tout court /BUS/- pour m'amuser un soir, mais mes tendances passagères on en parlera plus tard hein. Chaque chose en sont temps.
- Et je peux toujours essayer de me faire Leeteuk ?
Je desespérais qu'un jour il dise oui. Mais maintenant qu'il était en cuple avec Hyukjae c'était encore plus compliqué, surtout que je me voyais pas faire cocu le mec qui a un jumeau potentiellement dangereux si on s'en prend de quelque façon que ce soit à son petit frère. Mais bon, si un jour ils rompent, je pourais toujours essayer à ce moment là. Avec l'un ou l'autre même -sort-.
- Euh... On va dire que de toute façon il voudra jamais alors oui...
Bon, c'est toujours ça vous me direz. Mais s'il n'y avait que Leeteuk...
- Et les autres ?
J'ai l'impression d'être un gosse qui fait des caprices pour avoir plus de cadeaux à noël c'ets une catastrophe.
J'ai pas envie de m'attarder dans les détails, mais je vais quand même le faire, parce que voilà. Si on enlève les autres, eux, les gens qui peuplent cette planète, je tiens quand même à signaler que je vis avec une bande d'appel à la débauche. En gros, là, maintenant, je suis privé de ma drogue, mais on m'en met sous le nez en permanence. Faut que j'aille voir les Débauchés Anonymes sérieux. Enfin. Je résume. Et pas forcément de façon très élégante, je préviens.
Leeteuk a une gueule d'ange et il est monté comme un dieu. Je crois qu'il n'y a pas grand chose d'autre à dire à son sujet, tout est déjà dit.
Hyukjae, et du coup aussi Eunhyuk, ils sont juste... gah. Eunhyuk a une musculature de rêve, et même si je n'ai jamais vu Hyukjae torse nu, étant donné que ses bras sont les même que ceux de son frangin, c'est à supposé qu'il doit être tout aussi bien foutu que lui. Et pour pas m'aider Eunhyuk dort tout le temps torse nu, histoire de me faire baver devant la tablette. On a beau avoir eu plusieurs nuits mouvementées lui et moi, s'il m'en offrait encore je ne dirais pas non, loin de là -c'est de la faute à Donghae ça /donghaefautifpowa/-. 
Luhan il est comme Leeteuk, il a une gueule d'ange absolument adorable. Il est cro mignon, il donne juste trop envie quoi. C'est comme une patisserie je vous jure. Et il a un côté pile euh... intéréssant, pour ne pas être vulgaire. 
Chen aussi c'est pareil, il est trop chou, on dirait un nounours en guimauve, il a l'air tout doux, tendre, et je l'imagine parfaitement dans toute sorte de position ou il serait probablement très agréable à regarder je dois dire. 
Et puis Donghae. Mon dieu Donghae. Le seul que je suis prêt à dire qu'il a une plus belle gueule que moi. Je l'ai jamais vu torse nu mais je l'ai déjà vu en débardeur, mon dieu, ses bras, du gâteau, ça donne juste envie de le dévorer quoi. Et pour toutes les fois où il a porté un col en V, ça me laisse parfaitement imaginé ce qu'il se passe là dessous. Mon dieu. Mais je doute fortement qu'Eunhyuk me laisse le lui retirer pour voir. Faut que je l'emmène à la piscine un jour, quitte à le violer dans l'eau ou sous les douches. Bref. 
Tout ça pour dire qu'avec cette bande de pousse au crime, comme veux tu résister à l'envie de te les faire franchemet ? Oui je sais c'est pas élégant, mais au moins c'est dit.
Enfin du coup je sais plus ce que je disais. Ah oui, et les autres.
- Pareil, et puis si il faut je pourrais toujours te parler le moment venu...
Me parler le moment venu. Tout d'un coup le moment venu s'annonce moins drôle hein. A ce rythme là je vais pas tarder à muté, à devenir une chose flasque, comem vous tous mes amis... Siwon débauché va mourir si on continue comme ça, promettez moi de pleurer pour lui et de l'honnorer chaque année.
- Mon dieu... Je vais devenir un mollusque...
C'est ce qui me pendait au nez. Ca ou alors je le faisais souffrir. Dans mon état d'esprit actuel je ne sais même pas quelle solution je préférais. 
- Mais non... On va juste essayer de réveiller un petit peu du Siwon romantique qui sommeille en toi.
On... Au cas où tu n'aurais pas imprimer mon chère petit Yeusng, ça risque d'être tu, parce que moi je me supporte parfaitement comme je suis. Et puis le Siwon romantique euh... nada. Il existe pas. C'est une légende, pour te faire rêver la nuit. 
- Il existe pas, je l'ai éradiqué.
- Alors je le recréerai.
Nan. T'as pas le droit. Je te l'interdit. Je reffuse d'appartenir un jour à la race des Mollusques amoureux. Ce serait un affront envers moi même. Pire qu'un crime de guerre. 
- Au secours...
- T'en fais pas, ça va le faire.
Nan ça va pas le faire et si je m'inquiète. Ma santé mentale en dépend. Je suis sûr que je vais devenir un mollusque, c'est obligé. Je vais m'extasier devant mon chéri, être en manue de bisous tout doux mignon, de câlin amoureux, et à chaque fois qu'il sera loin de moi il va me manquer. Je vais vouloir dormir contre lui la nuit, je vais rêver de lui, et le matin je vais le réveiller en douceur. Nan. Nan, nan, nan, nan, et nan. Je ne peux pas. Je vous en supplie. Dieu, si t'existe, fait en sorte que ça n'arrive pas. Amen mon frère. 
Oho. Mon dieu. Les autres. Je vais mourir. 
- On est censé leur dire ou pas ?
Je ne sais même pas pourquoi je pose la question parce que je sais que la réponse ne va pas me plaire. C'est obligé.
- Bah ouais, j'ai pas l'intention de me cacher.
- Ils vont tous se foutre de ma gueule...
Je vais rentrer, je vais me taper la honte de ma vie. 
Limite, je préférais quand mon père allait me chercher de force dans un lit qui n'était pas le mien plutôt que ça. Nan, pas ça. Je veux pas. C'est pire qu'un cauchemar. Je répète à tort et à travers depuis qu'ils me connaissent que JAMAIS je ne finirais en couple, et là, je dois probablement sortir avec le romantique numéro 1 de la chambre. Nan, y a peut être Chen avant, mais je suis presque sûr que Yesung n'est pas loin derrière. Je dis pas encore, si je m'étais retrouvé à sortir avec Eunhyuk, aussi improbable cela soit-il, je crois que j'aurais préféré. Au pire je rentre en vitesse et je négocie avec Donghae pour faire un échange de petit ami. 
Ou au pire je me tais parce que voilà. 
- Pas grave.
- Parle pour toi...
Bah oui hein. Lui il craignait pas grand chose, je suis sûr il va même avoir le droit à des félicitations pour accepter de se traîner un engin comme moi. Mais moi, je vais juste me taper la honte de ma vie. Merci Dieu.
Et ça sert à rien de me sourire Yeusng. T'es qu'un vilain. Un jour je me vengerais. 
Je n'avais même pas fais attention que nous étions arrivés à l'internat. Déjà. J'avais l'impression d'entrer dans une prison. 
On a traversé bien trop vite l'internat à mon goût pour finalement se retrouver devant la porte de notre chambre. Au pire, ils sont tous partis, comme ça j'ai encore quelques minutes, voir quelques heures de tranquilité avant l'humiliation. Mais non, ce serait trop simple. 
Je crois que pour la première fois de ma vie j'angoisse vraiment. Et comme par hasard, c'ets à cause d'une histoire d'amour. Moi je vous dis hein, l'amour est une vilaine chose. Beurk. Faut que je devienne croyant en fait, comme ça je pourais jamais me marier. Ouais mais voeu de chasteté ça me branche pas. 
Bref, stoppons les conneries, il est temps d'entrée. Mais j'y tiens vraiment pas.
- Passe devant.
- T'aurais pas... peur par hasard ?
C'est ça, fous toi de ma gueule toi. On commence bien la vie de couple moi je dis. 
M'enfin comme je ne me voyais pas du tout du tout lui dire que j'avais en effet " peur ", je me suis contenté de lui répondre :
- Non mais voilà quoi.
Il s'est approché de moi, avec son grand sourire, et a rapidement déposer ses lèvres sur les miennes. J'ai du tiré une tête vraiment bizarre, parce que, je vous jure, c'est vraiment bizarre. Va falloir que je m'habitue à ce que quelqu'un cherche à avoir des gestes doux et tendres avec moi, vu que ça n'ai jamais arrivé depuis ma naissance. 
Alors maintenant que tu t'apprêtes à ouvrir la porte, tu rentres, tu te tais, et tu me laisses aller m'enterre sous mes draps, voir même sous mon matelas. Et maintenant je prie pour que tu fasses ça en ouvrant la porte. 
.


©Saphirielle de Tatati


" Siwon Aaron Ahn Junior "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
YeSung Minh
Assidu

avatar
profil
Messages : 319
Date d'inscription : 15/05/2014
Sur l'avatar ? : Kim Jong-Woon (Yesung SUJU)

Personnage
Age: 18
Pouvoir: Bouclier
Race précise: Dragoon

MessageSujet: Re: • Une mère à la mer... de Tequila [pv Envahisseuses]   Jeu 22 Jan - 20:47

"C’est trop compliqué de t’aimer ~  "
“Siwon & Yesung  ~ ”




- Donc je peux continuer à regarder ce qui passe ?
 
Bien entendu, je n’espérais pas que Siwon, l’anti-amour par excellence, me fasse une déclaration en règle avec promesse à l’appui pour que je dorme tranquille sans que des cornes ne me poussent mais de là à ce qu’il me demande ouvertement ce qu’il « pouvait » ou non faire, c’était assez drôle je dois dire. Et en même temps, je ne pouvais que lui répondre des choses logiques, qu’il ne réfuterait pas et qui ne nous, et me, mettraient pas dans des situations délicates.
 
- Je vais pas te bander les yeux.
- Et je peux toujours essayer de me faire Leeteuk ?
 
Non mais je doutais fort qu’un jour il dise oui alors je n’avais pas trop de risque à lui autoriser d’essayer. Même si je dois bien avouer que moins il lui ferait d’avances, mieux je me porterais c’est logique.
 
- Euh… On va dire que de toute façon il voudra jamais alors oui…
- Et les autres ?
 
Ça allait vraiment pas être facile de le convertir aux bases du romantisme parce que là, sa première discussion de petit ami, avec son petit ami – et le seul qu’il ait eu –, c’est de savoir avec qui il pourra calmer sa libido… Comment dire ? C’est plutôt bizarre comme première conversation mais après tout, je lui ai dis de rester lui-même, je ne pouvais pas attendre grand-chose d’autres de lui… Je fis rapidement le tour de nos colocataires et il ne me semblait pas qu’un seul d’entre eux puisse un jour céder à ses attentes puisqu’ils sont maintenant tous dans des couples heureux et tout et tout. Même Donghae. Enfin bref. Il avait l’air plongé dans ses réflexions alors j’attendis quelques minutes qu’il n’émerge pour lui répondre.
 
- Pareil, et puis si il faut je pourrais toujours te parler le moment venu…
 
Lui parler… C’est bien mais pour lui dire quoi ? Le moment venu, à part pleurer comme une madeleine, qu’est-ce que je pourrais bien dire ? Et lui, il aurait juste à dire une phrase : je t’avais prévenu pour se sortir des ennuis alors que moi, bah moi je serais encore une fois l’abonné des histoires qui tournent au vinaigre… Il faut dire que je ne choisissais pas les plus faciles. Le meilleur ami, le débauché… Ce serait quoi la prochaine fois ? Un labrador ? Non. Pas de prochaine fois. Tout va bien se passer avec Siwon. J’ai pas vraiment foi en ses capacités de romantique mais j’ai profondément confiance en mes capacités à les développer.
 
- Mon dieu… Je vais devenir un mollusque…
 
Il avait pris un ton désespéré, comme si être en couple signifiait pour lui la mort. Pourtant, je ne pensais pas avoir l’air d’un mollusque quand je disais je t’aime. Eunhyuk et Donghae n’avaient pas l’air de mollusques quand ils s’embrassaient et quoi qu’ils fassent Leeteuk et Hyukjae ou Chen et Luhan n’avaient pas l’air de mollusques en vivant leur romance à eux. Non décidément, je ne comprenais pas ce qui poussait Siwon à haïr l’amour à ce point. Mais après tout, c’est Siwon. Il faut juste que j’essaye de le rassurer, un minimum…
 
- Mais non... On va juste essayer de réveiller un petit peu du Siwon romantique qui sommeille en toi.
- Il existe pas, je l’ai éradiqué.
 
J’aurais presque pu prendre son ton comme celui d’un enfant qui ne veut pas manger sa soupe mais non, lui il était tout à fait sérieux. S’il ne voulait pas le faire de lui-même, je me débrouillerai pour y arriver. Et j’y arriverai. J’ai une assez bonne volonté dans l’ensemble et un brin têtu, peut-être que j’arriverai à bout de son anti-romantisme.
 
- Alors je le recréerai.
- Au secours...
 
Sa voix était toujours aussi enfantine. J'avais l'impression qu'il n'était plus vraiment sur de ce qu'il venait de dire mais tant pis pour lui : essayer ça veut dire essayer et je n'allais pas le laisser tranquille de si tôt... Ok, ça peut faire psychopathe mais je m'en fous, j'ai enfin un chéri qui m'aime presque comme je le souhaite donc voilà. Putain, j'ai vraiment l'air d'un égoïste à penser comme ça… Va falloir que je fasse attention à ne pas me transformer en monstre sinon il y a rien qui va faire long feu dans ma vie… Breeef.
 
 - T'en fais pas, ça va le faire.
 
Je ne sais pas si je lui ai dit ça pour me convaincre ou le convaincre mais je pense que peu importe la raison, ça n'avait pas marché. Lui comme moi n'étions pas vraiment rassurés puisque lui était un assassin de Cupidon et moi un de ses partisans les plus fidèles. M'enfin, je suis sur que ça se passera bien… Le temps nous le dira. Pour l'instant, il faut qu'on rentre avant que les… autres s'inquiètent…
 
Oho. Mon Dieu. Les autres. Qu'est-ce qu'on va faire ?
 
- On est censé leur dire ou pas ?
 
On est même pas encore un couple digne de ce nom qu'on pense déjà pareil. La vie est belle non ? L'espoir est sauf. Je vois une lueur de possibilité à un futur à deux. Bon, la flamme est fragile et je sais qu'à la moindre épreuve, au moindre faux pas ou mot de travers, je risque de le perdre mais pour l'instant, je ne peux que nous souhaiter de ne rien vivre d'éprouvant le temps de se poser et de savoir comment survivre ensemble à un obstacle. Mais en attendant d'être soudés à ce point, il faut passer l'étape des autres. Je les adore mais à ce moment très précis, qu'est-ce que j'aurais pas donné pour qu'ils n'existent pas…
 
- Bah ouais, j'ai pas l'intention de me cacher.
- Ils vont tous se foutre de ma gueule...

 
Si y a que ça qui t'inquiète, tout va bien. Moi, j'ai plutôt peur des remarques et des regards de Donghae, d'Eunhyuk, de son frère et de Leeteuk, pas de leurs éclats de rire. Et puis même, s'il pouvait affronter leurs rires, il en ressortirait plus fort… ou traumatisé, je sais pas…
 
- Pas grave.
- Parle pour toi...

 
Leur dire la vérité m'inquiétait probablement autant que lui mais je ne pouvais pas leur cacher la vérité parce qu'elle finirait par nous revenir en pleine gueule un jour ou l'autre alors… J'essayais de l'amadouer du mieux que je pouvais avec un sourire mais je voyais bien dans son regard que même s'il ne regrettait pas ses choix, il me maudissait de vouloir leur annoncer tout de suite la nouvelle. Il faudrait, une fois dans la chambre, que je lui laisse quelques secondes pour qu'il les regarde avant de se cacher, probablement les joues rouges de… honte peut-être. Mais ça ne me vexerait pas, loin de là. Je lui fais de l'effet. Voilà la seule chose que je serais capable de penser…
 
Nous étions déjà à l'internat. Oui, déjà… Je n'ai pas spécialement envie d'avoir leurs yeux braqués sur moi pendant le moment où ils assimileront, difficilement, la nouvelle. Mais je l'ai déjà dit, je n'ai pas le choix. Bizarrement, il m'a suivi sans essayer de me convaincre de renoncer et nous sommes arrivés devant la chambre. Un peu trop vite d'ailleurs. La vraie partie de plaisir commençait maintenant.
 
- Passe devant.
 
Ok, c'était une sorte d'ordre mais je pourrais presque jurer qu'il avait peur. Je ne l'ai jamais vu avoir peur ou ne serait-ce qu'une petit angoisse mais là, c'était mémorable de le voir. Il s'était arrêté et fixait la porte avec insistance comme si elle allait se verrouiller - chose qu'il aurait pu faire - et ainsi nous empêcher d'entrer dans la pièce. Je n'aurais pas du, c'était pas sympa mais je devais le taquiner un peu avant d'entrer, histoire qu'il retrouve un semblant de Siwon, sur de lui.
 
- T'aurais pas… peur par hasard ?
- Non mais voilà quoi.
 
Il est trop mignon. Enfin non mais quelque part, sa naïveté sur le sentiment amoureux le rendait absolument adorable. Ou pas. Je me suis doucement rapproché de lui pour déposer un tendre baiser sur ses lèvres, refreinant le sourire qui venait au vu de la tête qu'il a tiré, et pris la poignée à plein main. Un des points essentiels de mon avenir se jouait maintenant. Siwon, tu as une minute pour disparaître après il faudra que tu m'aides je pense…
 
J'entrai dans la pièce en silence, espérant presque qu'ils ne seraient pas là pour me laisser le temps de réfléchir à quoi leur dire mais non, ils sont tous là et comme toujours, ils regardaient qui venait d'entrer, c'est-à-dire moi et… Siwon, qui n'était déjà plus derrière moi, trop occupé à se cacher dans notre lit, sous sa couette, face au mur.
 
- C'est quoi le délire ?
 
Erreur Luhan. Ceci n'est pas un délire. C'est tout ce qu'il y a de plus réel et sérieux. Enfin sérieux, tout est relatif. Bref. Répondre. Je n'ai pas le choix, c'est moi qui l’ai voulu après tout. Je jetai un regard à Siwon qui le croisa un instant avant de se détourner mais en moins d'une seconde j'avais pu voir ses supplications pour que je garde le silence. Que faire ? Que faire ? Je commençai inconsciemment à torturer mes doigts, en signe de gêne et d'inconfort mais bien sur, il avait fallu que Donghae soit là. Il ne pouvait qu'avoir remarqué cette attitude inhabituelle mais dont il connaissait très bien la signification. Je cache un truc et pas des moindres et souvent, ça a un lien avec les sentiments. Pour ne pas dire tout le temps.
 
- Yesung ? Qu'est-ce que tu ne nous dis pas ?
 
Aish… Qui aurait cru qu'une amitié aussi fusionnelle que la notre me mettrait dans une situation si délicate ? Pourquoi fallait-il qu'il lise en moi comme dans un livre ouvert ? Je n'osais même pas relever les yeux vers eux tellement j'avais peur qu'il puisse y voir tout ce que je ne voulais pas dire en détail. Et parmi ces choses, une certaine après-midi que je ne regrette pas mais qui est d'autant mieux qu'elle est juste entre Siwon et moi. Enfin bref. Au pire, vous tournez la tête, vous voyez Siwon en mode autruche dans sa couette et vous comprenez comme des grands parce que je dois être plus rouge qu'une tomate bien mûre ? Non, ça marche pas ? Et merde, pourquoi il faut toujours que la simplicité soit inefficace ? En même temps, une phrase claire et nette ne serait pas bien plus compliquée, voire même plus facile mais je sais pas leur dire me semblait de plus en plus compliqué à mesure que le temps défilait…
 
- Siwon ? Tu peux nous en dire plus toi ?
- Non, laissez-le tranquille.
 
Meeerde… Pourquoi j'ai dit ça moi ? C'est sorti tout seul genre en mode "faut que je le défende c'est à peu près mon chéri" mais maintenant, non seulement il me regarde tous avec des airs bizarres parce que je les ai presqu'agressés et en plus, Siwon s'est un peu plus enterré, percutant surement peu à peu que le moment où son image volerait en éclat frappait à la porte et attendait qu'on lui ouvre. Je n'aurais pas voulu être à sa place mais en même temps, la mienne n'était pas très agréable non plus. Donghae, même quand tu fais pas exprès, t'as le don pour dire les trucs qui faut pas parce que maintenant, je suis presque sur qu'on est grillé mais que vous, petits êtres sadiques, vous allez attendre que je vous l'explicite bien… Qu'est-ce que je peux vous désaimer un instant quand vous faites ça ! Mais bon, c'est un instant donc voilà. Mais je ne sais toujours pas quoi vous dire… Ah si, ça je sais c'est comment vous le dire que je sais pas en fait. Simplicité n'est pas mon fort. Complexité, si j'avais tort. Ambigu, c'est pas très confort. Clair, je veux pas d'un Siwon mort. Voilà voilà. Quatre vers qui pourraient résumer la chanson de cet instant sans souci… Non, Donghae, ne me regarde pas comme ça, je n’ai rien fait de mal et puis c’est ta faute de toute façon alors… Enfin, le fait est que maintenant que j’ai une autruche pour « petit ami », je n’ai plus qu’à me débrouiller tout seul et vite avant qu’il ne s’enterre vraiment.
 
- Enfin, je veux dire… Il est… pas bien alors…
 
Oui, c’est bien YeSung, commence avec un petit mensonge comme ça tu peux être sûr que tu n’iras jamais au bout de ce truc que je sais même pas comment l’appeler… Si je leur dis pas, Siwon sera content mais moi, ça va me mettre mal jusqu’à ce qu’il sache. Et puis, si je veux transformer Siwon en un à peu près correct petit ami, il faut que je m’y mette tout de suite je pense…
 
- Qu’est-ce qu’il a ? Je peux peut-être faire quelque chose…
- Non, Leeteuk, malheureusement, là tu ne peux rien faire…
 
Coupez-moi la langue je dis plus de conneries que jamais… Comme ça maintenant, ils savent tous que c’est pas quelque chose de vraiment mauvais et Donghae sait que ça a un lien avec les sentiments. Je te jure Hae, j’ai beau t’aimer et t’adorer plus que moi-même si tu ne m’aides pas, je te mange après t’avoir fait griller.
 
- Nan… Vous êtes…
 
S’il te plait dis-le au lieu de passer ton regard de lui à moi à lui à moi, ça me donne mal à la tête. Et le doigt accusateur que tu pointes sur nous tour à tour est assez déroutant. S’il y a bien quelqu’un qui ne peut pas nous juger, c’est toi alors je t’en prie dis ce mot et laissez-moi partir faire l’autruche avec  mon désormais officiel petit ami…
 
- Ensemble ?
 
Merci Hyukjae, je te dois une fière chandelle pour une fois. Je sais que tu m’aimes pas plus que ça – je n’ai fait qu’être amoureux pour ça – mais là tu viens peut-être de me sauver la vie et je te revaudrai ça. C’est promis. Vous auriez vu les yeux de Leeteuk, vous auriez rigolé. Enfin, moi aussi, j’aurais bien ri s’ils n’avaient pas tous explosé de rire. Pourquoi ils se marrent ? J’ai dit quelque chose de drôle ? Je pense pas. Je dois être plus rouge qu’une tomate qui a trop pris le soleil et Siwon est presqu’indiscernable sous sa couette. Je voudrais bien le rejoindre mais je crois que j’ai quelque chose comme de la colère qui est en train de monter et je voudrais bien que ça retombe avant de faire quoi que ce soit.
 
- Ah… T’es trop drôle ! J’ai presque failli te croire un instant.
 
Pas lui… Si même lui se fout de nous c’est bon, je vais péter un plomb. Il me connait pourtant, il sait que je ne plaisante jamais avec les sentiments encore moins depuis que j’ai « du » le laisser tomber, pour le meilleur j’ai envie de dire mais bon…
 
- Tu devrais. Parce que c’est la vérité.
 
J’ignore d’où m’est revenu ce sérieux mais ils étaient en train de faire une bêtise et je suis sûr et certain que leur réaction à tous a mis Siwon dans un état second sous sa couette. Pour lui apporter plus de soutien que je ne le faisais en restant debout devant la porte, j’allai m’asseoir au bord de notre lit et passai une main là où je supposais être son épaule. La couette se releva en un coin et j’imaginais que ce devait être sa tête. Pour le coup, j’étais plutôt content qu’elle soit cachée parce qu’elle n’aurait surement pas eue d’autre effet que de les faire rire un peu plus…
 
Après avoir passé dix minutes à essayer de les convaincre que c’était vrai, chacun repartit à ses occupations et son chéri, non sans tout avoir appris de ce qui devenait notre histoire. Je dus attendre que tout le monde soit parti pour que Siwon sorte la tête et croise son regard avec le mien.
 
- Tu vois c’était pas si dur que ça…
- Dès que je vais devoir les regarder, je vais mourir et eux vont rire… encore…
 
Je ne pouvais pas lui assurer le contraire mais en même temps, on allait pas se cacher indéfiniment, si ? Je profitai du fait qu’il se soit assis pour lui prendre la main et bizarrement, même s’il fit une grimace assez mignonne, il se laissa faire.
 
- C’est trop compliqué de t’aimer…
- T’as déjà beaucoup de courage d’essayer.
 
C’était presque quelque chose de tendre. Le ton utilisé l’était presque. Est-ce que j’avais rêvé ou était-ce vraiment possible ? La seule chose à retenir c’est que maintenant, je tiens une chance de le rendre heureux et que je n’allais pas le laisser filer. Aujourd’hui, je suis prêt à aimer pour deux jusqu’à ce qu’il arrive à aimer de lui-même.
 
Fiche crée par Thundy sur Epicode

 
Fin du rpg.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


profil

MessageSujet: Re: • Une mère à la mer... de Tequila [pv Envahisseuses]   
Revenir en haut Aller en bas
 

• Une mère à la mer... de Tequila [pv Envahisseuses]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Chasse entre mère et fille
» LA TARTE AUX EPINARDS (comme celle de ma mère)
» Remèdes de grans mère (santé)
» Rien pour écrire à sa mère...
» Dévouée comme une fille envers sa mère

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Autres :: RP des Membres-