top school rpg
top all rpg
revelation top site
communaute des admins forum

Partagez | 
 

 ☺ Pâle relief de nos jours esquissés ☺ { The Aerin }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Tsume Aerin
Please touche me so I don't feel goddam empty

avatar
profil
Messages : 1009
Date d'inscription : 08/06/2012
Sur l'avatar ? : Anna Speckhart

Personnage
Age: 16
Pouvoir: Cogiste [PP = 30]
Race précise: Wolve

MessageSujet: ☺ Pâle relief de nos jours esquissés ☺ { The Aerin }   Jeu 28 Aoû - 16:21



who will love you


who will fight ?
CLICK [☺]



Les choses sont intangibles, les gens le sont aussi, mais juste un peu moins. C'est comme la normalité, tout le monde naît normal, tout le monde meurt normal, et entre les deux, je crois bien qu'on essaie de changer. On essaie de devenir anormal, parce que la non-normalité est une forme de non-conformisme qui nous attire, mais si tout le monde essaie de faire comme tout le monde - c'est à dire tenter de ne pas être normal-, alors tout le monde dans une banalité affligeante et un cruel manque d'originalité, et l'originalité est comme la normalité, on essaie d'être original, pour ne pas faire parti de la normalité, alors non retombons dans le même cercle vicieux, et en fin de compte, on finit tous par faire pareil, et croyez moi, je ne veux pas être comme eux, mais je n'ai pas le choix. [..]
- L'originalité et la normalité, d'après une élève de seconde ( nda : nan c'est pas moi, non non (aa) )

Les gouttes dévalent la fenêtres, et même si les gens se pressent dans les rues bondées en ce triste après midi d'été, personne ne remarque que je pleure, je pleure, tout comme le ciel, et tout comme lui, il est impossible de m'arrêter, et ça me rend encore plus triste. L'automne arrivera, avec son bal de feuilles en feu, et l'hiver, par la suite, avec ses flocons, les repas de famille, mais voilà le problème; qu'elle famille ?
En ce triste après midi d'été, ou les nuages se sont réunis au dessus de ma tête, pour former un amas sombre de pensées pleurantes, je me dirige vers les grandes avenues, les mains dans les poches, ma capuche sur le haut de la tête. Le menton redressé et les yeux fiers, des yeux fiers qui ne cachent pas les larmes sur mes joues pâles. Des yeux terrifiants, apparemment, des yeux qui ne devraient plus s'ouvrir, non, sans rire ?
Si je devais faire un bilan de ma vie, je crois que ces seize pauvres années seraient comtées en quelques mots, et c'est triste au final, de raconter seize ans, en quelques mots, mais c'est la vie, c'est ma vie, que ça me plaise ou non. Or, ça ne me plaît pas. Non, je ne fais partie des gens qui aime vivre, mais ni de ces gens qui aimeraient mourir. J'aime la pluie sur mon visage et ses bras contre moi, j'aime les nuits fauves et l'alcool, j'aime ses lèvres sur les miennes et notre odeur de cigarette.
Mais je n'aime pas la vie, non. Et pourtant, je n'ai pas le choix, ou plutôt, si je l'ai, mais je refuse de le faire, je refuse de les laisser derrière moi, je refuse de mourir, car après tout il y a deux morts, il y a celle ou votre cœur cesse de battre, que votre poitrine ne se lève plus, que votre bouche ne se remplie plus d'air, et il y a la seconde mort, quand les gens en oublient vos yeux, vos mains, votre peau, quand les gens oublient jusqu'à votre nom.

Dans cette avenue, bruyante, ou les passants se pressent les uns sur les autres, je m'arrête, et baisse ma capuche. Le nez froncé et les yeux ouverts, je regarde cette multitude de gouttelettes fondre sur ma peau avec leur odeur acide, je regarde ces gouttes comme des millions de petits poignards fondre sur moi. Je me fais bousculer et reprends ma marche, la pluie devient torrent, et le vent m'arrache des grimaces, mais je continue de marcher contre le vent et contre la pluie, parce que les intempéries sont les seuls remèdes à mes maux, mes mots, des mots blessants, des maux saignants, et ils font partis de moi. Ma vie, toujours ce grands damier ou mon roi est toujours en échec, ma vie, que j'ai tenté de finir il y a quinze jours.

C'est allé assez vite, quand on y pense, mais je n'ai pas vu toute ma vie défiler devant mes yeux, et si le serveur du bar ne m'avait pas trouvé, moi et la bouteille, fracassée au sol quand je suis tombée, ainsi que les médicaments, je suppose que j'y serais restée, et que j'auras pourri quelques jours plus tard dans une tombe, je me demande comment les gens auraient réagit, et je me demande si ils auraient été plus de deux à pleurer sur ma tombe, je me suis demandé si il fallait encore que je haïsse le monde entier, parce que j'allais finir seule, et alors, dans ces toilettes sales, je me suis dit que de toute façon, j'étais déjà partie, un peu plus chaque jours je partais. Alors j'ai tout avalé, sans vraiment y réfléchir. Et j'ai uniquement pensée à mon corps tombant lâchement sur le carrelage, j'ai pensé à mes genoux qui se cognaient dans la faïence du toilette, et je me suis dit ; ça y-est, j'ai fais la plus grosse connerie de ma vie.
J'ai eu un rire sec et je me suis réveillée à l'hôpital. Lequel j'ai fuis quelques heures après mon lavage d'estomac, et je suis rentrée hier, avant ? avant je déambulais dans les rues pour faire passer ce mal constant qui m'arrachait la gorge, qui me broyait le cœur. Puis il m'a ramené, on s'est aimé  nouveau, il m'a dit qu'il m'aimait, qu'il voulait pas que je parte, mais j'étais déjà partie. Alors je l'ai embrassé, cet amour adolescent, comme si tout pouvait se réparer.

Je m'arrête devant le café ou j'ai donné rendez-vous à la personne qui pourrait tout être sans le savoir, à cette personne qui est un peu mon cœur, un vrai, un vrai cœur battant et saignant. Pas une jolie icone sur les réseaux sociaux, non, quelque chose de réellement vital. Si ce cœur s'arrête de battre, je ne me battrais plus, j'arrêterais juste de respirer, pas d'exister, mais juste de respirer. J'entre la première et m'assois à une table en hauteur, sur un tabouret de cuir craquelé. Je suis en avance de quatre minutes, et je sais que quatre minutes ne changeront rien, car la dernière fois que je l'ai vu, c'était il y a deux mois, deux mois sombres, deux mois durs, deux moi ( nda : ceci n'est pas une faute )ou mes poings frappaient les murs. Je commande deux cafés, plus un biscuit pour elle, parce que je sais qu'elle aime ça.

Alors, j'attends, le menton dans la main et mes cheveux rattachés en chignon, alors j'attends, oui, de voir la porte s'ouvrir, d'entendre ses chaussures claquer sur le parquet du café, j'attends de voir ses yeux clairs me reconnaître, j'attends de voir ce sourire mi-inquiet mi-joyeux qui lui va si bien, j'attends de voir sa peau, rosie par le froid et la pluie, j'attends de voir ses boucles blondes.
J'attends de voir ma sœur, cette personne, ce cœur, si battant et saignant.



la dispute





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylnodel Aerin
WATCHDOG;

avatar
profil
Messages : 1627
Date d'inscription : 13/10/2012
Sur l'avatar ? : Ashley Benson

Personnage
Age: 19
Pouvoir: Capacités Physiques Sur-développées.
Race précise: Wolve

MessageSujet: Re: ☺ Pâle relief de nos jours esquissés ☺ { The Aerin }   Jeu 28 Aoû - 21:58



i've been waiting for your return

parce que je sais pas faire de beaux titres pleins de métaphores



J'appréhende. J'veux dire, cet après-midi, j'ai rendez-vous avec ma sœur. Je ne sais pas trop pourquoi. A supposer qu'il y ait une raison. Avec Tsume, il n'y a pas souvent de raison, plutôt des actions et/ou des conséquences. Je ne m'en plains jamais. J'essaye de l'aider du mieux que je peux. Mais je vois bien que ça ne suffit pas. J'essaye aussi de le cacher, de faire semblant. Pour ne pas la brusquer lorsqu'elle rentre. Mais pendant tout le temps où elle n'est pas avec moi, la peur me serre le ventre. Dans quel état va-t-on la retrouver ? Va-t-ton la retrouver ?
Elle semble aller mieux. Mais j'ai toujours peur qu'elle se brise à nouveau et que ses morceaux me glissent entre les doigts. Je culpabilise tellement d'être aussi inutile. Si je pouvais donner ma vie pour combler la sienne, je le ferais sans un soupçon d'hésitation. Mais je ne sais pas si ça la rendrait vraiment heureuse non plus. Elle est difficile à cerner.
Mais c'est difficile de lui en vouloir. Même après tout ce temps, je n'y arrive pas. Quand elle se tourne enfin vers moi, lorsqu'elle rentre finalement, je suis tellement soulagée que je n'ai plus le courage de lui passer un savon. Pourtant, elle le mériterait. Mais s'il y a bien une chose que je déteste faire, c'est m'engueuler avec ma sœur. J'ai pas passé toutes ces années dans la forêt à me demander si j'avais une famille pour me retrouver à m'embrouiller avec elle. Ce serait tellement stupide.
Tout ça pour dire que j'aime ma sœur à en crever et qu'il faudrait que j'arrête de me ronger les ongles parce que je dois avoir l'air d'une folle. En plus, j'étais tellement absorbée dans mes pensées anxieuses que j'en ai oublié l'heure. Résultat : je suis en retard. Conclusion : mes cheveux sont en pétard. Voilà.
Mais honnêtement. Là, tout de suite, c'est pas mon plus gros problème. Mon problème, c'est que je vais me casser la gueule avec toutes ces flaques, sérieux. Il pleut beaucoup trop. Le genre de temps qui nous faisait nous réfugier dans une grotte et dormir toute la journée, de là d'où je viens. J'ai beau avoir un parapluie, j'ai l'impression que le vent se donne tout le mal du monde pour m'inonder le visage. Tout ça est un complot diabolique pour que je ressemble à un panda. Mais vous savez quoi ? J'ai mis du waterproof.
Et pour la cinquième fois, je manque de me rétamer. Heureusement que je peux toujours me rattraper aux bras des inconnus. Ils me disent jamais rien, c'est pratique. Mais je leur dis pardon quand même, il paraît que c'est ça qu'on fait quand on est une fille polie. Si vous voulez mon avis, entre loups, la politesse... Mh.
Je finis par pousser la porte du café avec, je l'avoue, un soupir de soulagement. Je referme mon parapluie transparent - il paraît aussi que ça porte malheur d'être à l'intérieur avec un parapluie ouvert. Ça aussi, on s'en foutait. On avait pas de parapluie. Le monde humain est tellement plus compliqué. Si bien que je ne cesse de remarquer tous ces petits détails. Mais entre vivre dans la forêt et passer du temps avec ma sœur et Alexandre, le choix est vite fait. Même s'il est vrai que d'après leur nature de Wolves, on pourrait joindre les deux.
Je cherche du regard ma sœur. La connaissant, elle s'est sûrement mise dans un coin pas trop bruyant ou quelque chose comme ça.
Je finis par l'apercevoir, tout près, assise à une table. Je m'élance dans sa direction. Peu importe le temps qui sépare ce jour de la dernière fois que je l'ai vue, j'ai toujours l'impression que cela fait une éternité et j'éprouve aussitôt l'envie - non, le besoin - de la prendre dans mes bras et de ne jamais plus la lâcher. De sentir sa tête sur mon épaule, son cœur battre même après tout ce temps qu'elle a passé à essayer de l'en empêcher, son odeur à elle...
Oui car je n'arrive pas à me défaire de cette habitude de humer les gens. Au début, je le faisais moins discrètement ce qui me valait quelques regards indignés. Depuis, je n'ai pas arrêté mais je fais attention.
Comme je le disais, sous leur apparence simpliste, les humains sont d'une complexité étonnante.





codage de whatsername.



she's the girl with a fairytale face but her mouth screams like a wolf's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsume Aerin
Please touche me so I don't feel goddam empty

avatar
profil
Messages : 1009
Date d'inscription : 08/06/2012
Sur l'avatar ? : Anna Speckhart

Personnage
Age: 16
Pouvoir: Cogiste [PP = 30]
Race précise: Wolve

MessageSujet: Re: ☺ Pâle relief de nos jours esquissés ☺ { The Aerin }   Ven 29 Aoû - 10:02







the sky is crying


and today, i'll not join him
[CLICKKK ☺ ]



La porte s'ouvre, et me tire de mes pensées, des pensées qui vivent avec moi, elles sont présentes lorsque je me lève, et elles s'endorment avec moi, alors j'avais dans l'idée que si je mourais, elles ne pourraient plus jamais m'embêter. Ces pensées, le poids des souvenirs, un peu plus fort que le poids du cœur, et de la peine, étonnant. Je tourne la tête vers ma soeur, qui entre en pliant un parapluie transparent avant d'entrer. Je ne veux plus de belles paroles, je ne veux pas qu'on me dise d'aller mieux, d'aller bien, d'aller loin, je veux uniquement vivre, vivre, même mal, mais vivre tout de même. Le bruit du tabouret raclant le sol quand je me lève, le bruit des gouttes qui glissent sur les fenêtres du café, son visage, ses yeux, elle. Je me jette dans ses bras, à corps perdu, parce que j'ai bien faillis le perdre. Je la serre contre ma poitrine tatouée, je la serre dans l'étau de mes bras pâle. Je n'ai pas vraiment une idée précise du temps ou on est restée ainsi, mais j'ai vu les gens sourire, mais j'ai vu le serveur nous contourner en sifflotant. Le monde tournait, et tant bien que mal, j'essaie de suivre le mouvement. J'observais une mèche de mes cheveux sombres entremêlé avec une de ses mèches blondes. Une union parfaite entre le noir et le blond, et je me suis dis que j'étais la nuit et qu'elle était le jour et que aucune  ne pouvait vivre sans l'autre, même si j'en doutais. Les gens préféreraient que le jour soit éternité plutôt que la nuit, et ça m'arrangeais.Au bout d'un moment, lorsque son odeur était mêlée à la mienne, - une odeur douce, pas comme celle de foret et de cigarette que je dégageais - je me suis séparée d'elle, la main sur son avant bras. Je souriais, et pour la première fois depuis longtemps, je me sentais bien, je me sentais vraiment bien, et j'avais presque l'impression d'avoir vaincu mes pensées, du moins, elles avaient accepté une trêve.

« Tu m'as manqué. »

Ces mots n'étaient pratiquement rien, parce que je ne savais pas en quoi ni pourquoi, mais rester en vie impliquait prouver aux gens que j'aimais que j'étais forte. Je ne le suis pas, loin de là, et frapper des gens, en tuer ou en saigner ne prouve pas que je suis forte. Mais je suis désolée, désolée d'être ainsi, je crois que je suis même désolée de l'être, de m'excuser tout le temps. J'inspire doucement et rejoins la table. Reprenant ma place sur le tabouret, aux côtés de ma sœur. Une sœur que j'ai l'impression de rencontrer à peine, une sœur, qui si elle partait, signifierait la fin de mon monde. Je commande un café, attendant que Slynodel choisisse.

« Tu m'en veux ? »

Oui, elle m'en veux sûrement, d'être encore partie, d'être encore partie d'une autre manière, je me suis demandée tant de fois si elle allait bien, alors que moi je me tuais, je me suis excusée tant de fois, même la nuit, quand je sortais par la fenêtre alors qu'elle dormait à côté. Je m'imaginais sa réaction quand elle retrouvait le lit vide et froid, et étonnement, je ne l'imaginais pas paniquée, mais plutôt exaspérée. J'enchaîne les conneries, plus ou moins grave, et je m'en fiche un peu, mais comme on dit, notre liberté s'arrête là ou commence celles des autres. J'enroule mes mains autour de la tasse et sourit doucement, des mèches de mon chignon s'échappant devant le visage.
Je suis heureuse.


la dispute





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylnodel Aerin
WATCHDOG;

avatar
profil
Messages : 1627
Date d'inscription : 13/10/2012
Sur l'avatar ? : Ashley Benson

Personnage
Age: 19
Pouvoir: Capacités Physiques Sur-développées.
Race précise: Wolve

MessageSujet: Re: ☺ Pâle relief de nos jours esquissés ☺ { The Aerin }   Ven 29 Aoû - 12:54



welcome home sweety

parce que je sais pas faire de beaux titres pleins de métaphores



Mon cœur rate un battement. Je souris. Si je m'attendais à un accueil pareil. Je lâche mon parapluie pour mieux pouvoir l'emprisonner de mes bras. Comme si cela pouvait suffire à la protéger. Il faudrait être bien naïf.
Je ne sais pas combien de temps nous sommes restées comme ça, mais ça non plus, ce n'est pas mon problème. Est-ce-qu'on peut appeler ça un problème, d'ailleurs ? Certainement pas. Tout est exactement comme je l'avais imaginé, jusqu'à son odeur. Je ne parle pas de celle de la cigarette ou celle de son shampoing, ces odeurs que je mets de côté pour retrouver son odeur à elle. Celle qui quoiqu'elle fasse, quoi qu'il se passe, ne pourra jamais changer. Enfin un peu de stabilité dans ce bas monde.
Puis notre étreinte se brise car rien n'est éternel. Ce sourire... Ça faisait bien longtemps qu'on ne l'avait plus vu.
« Tu m'as manqué. »
« Tu m'as manqué aussi. »
Et encore, c'est bien en dessous de la vérité. Si elle savait tout le temps que j'ai passé à pensé à elle, à me demander si elle allait bien, à me promettre de l'enguirlander comme jamais dès que je la reverrais, tout le sang d'encre que je me suis fait, toutes les fois où j'ai pensé : " je vais la tuer " mais que j'en pensais jamais rien, toutes les fois où j'ai entendu des pas devant la porte de la chambre et où je suis allé voir dans l'espoir que c'était elle.
Mon cerveau se remet à fonctionner et je récupère mes fonctions motrices. Je ramasse mon parapluie au sol et la suit jusqu'à notre table. Je m'assois à côté d'elle. Pas en face, je n'arriverais pas à croiser son visage sans pleurer toutes les larmes que j'ai refoulé. Puis, nous serions moins proches et ça, c'est bien la dernière chose que je veux là tout de suite.
Je ne choisis rien à boire, je n'ai pas soif, bien que ma gorge se serre un peu plus lorsque Tsume m'adresse la parole.
« Tu m'en veux ? »
Elle doit avoir lu dans mes précédentes pensées pour me poser cette question. J'aimerais lui dire que oui, pour que ça lui serve de leçon. Mais je ne crois pas lui avoir jamais appris quelque chose alors ce n'est pas aujourd'hui que cela va commencer. De toute façon, ces mots sonneraient trop faux. Je ne lui en veux pas. Je ne peux même pas.
Je souris légèrement tandis que les larmes me montent aux yeux. Pourquoi je pleure ? C'est idiot. Ce moment est censé être tout ce qu'il y a de plus joyeux et moi je suis là, comme une cruche, à pleurer. Bien que ce soit des larmes de joie, de soulagement ou de je ne sais quoi d'autre, bien que ce soit tout sauf de la tristesse, ce sont quand même des larmes et je m'étais promis de ne pas pleurer.
« Comme si j'étais capable de t'en vouloir. »
Maintenant je regrette de ne pas avoir pris qu'elle chose à boire. Ça m'aurait fait quelque chose de chaud à serrer dans mes mains froides.





codage de whatsername.



she's the girl with a fairytale face but her mouth screams like a wolf's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsume Aerin
Please touche me so I don't feel goddam empty

avatar
profil
Messages : 1009
Date d'inscription : 08/06/2012
Sur l'avatar ? : Anna Speckhart

Personnage
Age: 16
Pouvoir: Cogiste [PP = 30]
Race précise: Wolve

MessageSujet: Re: ☺ Pâle relief de nos jours esquissés ☺ { The Aerin }   Dim 31 Aoû - 21:37



i love you like a


x-mas song, baby
*thème*



La lumière s'allume dans le petit café, à cause de la pluie froide qui bat les carreaux, et du fait que tout s'assombrisse au dehors, à cause des nuages gris qui cachent le ciel pâle. Et je suis heureuse, tellement heureuse. Je glisse ma main dans les siennes, et pour la première fois, c'est moi qui à la peau chaude, pour une fois, je ne suis pas que la jeune femme à la peau glaciale et pâle comme un cul, pour une fois je suis un peu plus humaine, c'est tellement rare que ça m'effraie. De mon autre main, je bois une gorgée de mon café et lui en propose.

« Comment tu vas ? »

J'aimerais dire " depuis le temps", mais il m'est impossible de dire quand est-ce que je lui avait demandé comment elle allait, vu que c'était toujours moi qui allait mal. Je me rends compte à quel point c'était égoïste, égoïste qu'elle s’occupe que de moi, de mes problèmes, je ne profite pas de la vie, mais je ne profite pas de ma famille non plus. Jamais elle m'a dit qu'elle allait mal, jamais on a parlé de comment elle se sentait, avec la situation. Je pâlis en regardant nos mains jointes. Je me détache les cheveux et passe une main sur mon front, dépassée par les événements. J'aimerais lui dire que je suis là pour elle si elle veut parler, qu'elle peut tout me dire, qu'elle peut pleurer contre moi, pour une fois que ça ne sera pas moi. Je la fixe et caresse sa joue du bout des doigts.

« Je suis désolée d'être une soeur aussi.. nulle. »

Je me demande comment ça se passe normalement, dans les familles ou personne ne se suicide,ou personne ne disparaît du jour au lendemain, dans les familles plus ou moins normales, dans les familles qui vont bien, or nous n'étions pas une famille qui allait bien. Loin de là même. Je lui dois d'être impeccable, d'être forte, au lieu de ça, je suis aussi droite qu'une feuille automnale, je ne suis rien. Rien du tout, et elle pourrait être tellement heureuse, j'aimerais tellement. J'aimerais qu'elle aussi, elle puisse se dire, qu'elle ne fêtera pas Noël seule cette année, pas comme l'an passé ou j'étais encore portée disparue, comme chaque hiver depuis trois ans, des hivers que je passais dans la meute. Je souris doucement et la fixe en coin.

« T'a pas déjà une idée de cadeaux pour Noël ? »



la dispute





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylnodel Aerin
WATCHDOG;

avatar
profil
Messages : 1627
Date d'inscription : 13/10/2012
Sur l'avatar ? : Ashley Benson

Personnage
Age: 19
Pouvoir: Capacités Physiques Sur-développées.
Race précise: Wolve

MessageSujet: Re: ☺ Pâle relief de nos jours esquissés ☺ { The Aerin }   Mer 3 Sep - 12:20



don't need gifts when you're here

parce que je sais pas faire de beaux titres pleins de métaphores



Elle me prend la main et je réalise avec stupeur que la sienne est plus chaude. Rien que le fait de savoir que le cœur de Tsume se réchauffe me fait du bien. C'est comme si elle avait été morte tout ce temps et qu'elle revenait lentement à la vie.
J'accepte d'un hochement de tête lent un café même si je ne l'aime qu'avec plus de sucre que de café dedans.
« Comment tu vas ? »
Tsk. Ce serait plutôt à moi de lui demander ça. C'est elle, la fille miraculeusement en vie, pas moi. Moi je n'ai rien fait de spécial ces derniers jours. Mis à part pleurer, m’inquiéter et pleurer encore. Mais je n'ai pas le temps de répondre cela car elle ajoute :
« Je suis désolée d'être une sœur aussi.. nulle. »
Et cette fois, c'en est trop. Je vais exploser si je continue à fermer ma gueule.
« Tu n'es pas nulle, bordel. Arrête de dire des trucs comme ça parce que je vais te frapper, un jour. Argh, ok, je suis pas crédible. Mais arrête quand même de te rabaisser tout le temps, de dire que t'es nulle, etc. Sérieux s'il y a bien une quiche ici c'est moi. Je n'ai pas été capable de t'aider. Je croyais pouvoir mais je me trompais. » Je ris nerveusement. « C'est un peu pathétique, quand même...  »
Je passe la main dans mes cheveux. Arrrh, je m'en veux tellement, si elle pouvait me dire comment me rattraper ce serait génial mais si je lui disais ce que je ressens elle me dirait quelque chose comme " ce n'est pas ta faute " ou " tu n'y es pour rien " ou je sais pas ce qu'elle inventerait mais je ne pourrais pas la croire.
« T'as pas déjà une idée de cadeaux pour Noël ? »
Mon visage s'illumine d'un coup et je me tourne brusquement vers elle.
« On va passer Noël ensemble ? »
Une partie de moi a peur de se faire de faux espoirs mais l'autre est si heureuse qu'elle la domine et m'incite à être heureuse avec elle. Si seulement. Je ne crois pas que Tsume avons déjà passé un Noël ensemble. Peut-être avant le jour où on m'a abandonnée. Mais cela ne compte pas vraiment.
Et je ne pense pas non plus que ce soit arrivé après notre rencontre à l'internat. Chaque hiver, Tsume partait et me laissait seule... Si bien que Noël a fini par ne plus signifier grand-chose pour moi.
Mais peut-être que cette année sera différente.





codage de whatsername.



she's the girl with a fairytale face but her mouth screams like a wolf's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsume Aerin
Please touche me so I don't feel goddam empty

avatar
profil
Messages : 1009
Date d'inscription : 08/06/2012
Sur l'avatar ? : Anna Speckhart

Personnage
Age: 16
Pouvoir: Cogiste [PP = 30]
Race précise: Wolve

MessageSujet: Re: ☺ Pâle relief de nos jours esquissés ☺ { The Aerin }   Mer 1 Oct - 20:00



don't give up on me anymore

because i need you



Le truc flippant dans la vie, c'est que, c'est lorsqu'on essaie de changer le court des choses que ça fait un effet boomerang et que ça nous retourne en pleine figure, comme on souffle des pétales ridées au visage d'une petite fille, dans les champs dorés par le soleil de l'été. Sauf que dans ma vie, lorsque j'essaie de faire changer le court des choses, ça me retourne à la figure comme une énorme baffe, et ça fait mal. Vous vous êtes jamais fait frapper par la vie, et même lorsque vous êtes à terre, elle continue de vous tabasser les côtes, de vous marteler la tête de ses poings ? Mais qu'est-ce qu'on est censé faire lorsque c'est nous même qui nous acharnons sur nous même, avec nos problèmes, nos actes et paroles.

Je pose mon menton sur ma main, j'ai froid, mais le froid gèle mes lèvres, ça doit être pourquoi elles sont toujours glacées dans se sourire doux qui ne semble plus vouloir me quitter.

« Tu n'es pas nulle, bordel. Arrête de dire des trucs comme ça parce que je vais te frapper, un jour. Argh, ok, je suis pas crédible. Mais arrête quand même de te rabaisser tout le temps, de dire que t'es nulle, etc. Sérieux s'il y a bien une quiche ici c'est moi. Je n'ai pas été capable de t'aider. Je croyais pouvoir mais je me trompais. C'est un peu pathétique, quand même... »

Ha, Sylnodel, la douce, la jolie, l'intelligente grande soeur. J'aurais voulu être comme elle, quand bien même je ne comprenais pas pourquoi nos parents parlait d"elle", alors que j'étais gamine, j'aurais voulu la connaître plus tôt, pour lui ressembler, pour suivre ses pas. Je ne suis pas devenue loyale, intelligente, j'ai la beauté, certes, une beauté froide et brisée, une beauté frappée et tatouée. Je t'ai jalousé, Sylnodel, quand je voyais que Roméo était aussi vif que toi, quand je vous voyais rire, alors que je m'écorchais les poignets, quand je vous voyez vivre, tandis que moi, je suffoquais. Oui, j'aurais voulu lui ressembler, avoir sa peau de pêche et ses cheveux dorés.

Je ris doucement et passe ma main sur les os de mes clavicules qui ressortent étrangement sur ma peau pâle, avec ses tatouages qui semblent diffus, comme infusé sur cette peau de chantilly.
Spoiler:
 
j'aurais voulu être comme elle, mais moi, mes mots meurt dans ma gorge, et il n'y a que leurs cendres qui s'échappent de mes lèvres.

« Je t'aime Sylnodel, et ouais, je crains, mais je t'aime quand même, et tu sais que tu es mon monde, et que tu ne peux pas me sauver, mais moi, je serais toujours auprès de toi, n'importe de quelle façon, n'importe comment. Je serais là, c'est promis. » Je souris doucement, un air rieur aux lèvres, ma main serrant la sienne, mes doigts pâles contre les siens. « Oui, je veux qu'on fasse un truc normal tu vois, qu'on se fasse un repas, même si nous on à plus de maman et de papa, je veux qu'on s'offre des cadeaux, des vrais, pas un mot écrit sur une feuille. Ce Noël, va être le premier depuis des années. »

Je souris et la serre à nouveau dans mes bras, parce que je n'ai plus besoin de prétexte pour pouvoir serrer ma soeur, ma famille, cette fille qui maintient ma vie. Je l'aime, Roméo aussi. Sauf Gilbert. Gilbert, je l'haine.




la dispute





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylnodel Aerin
WATCHDOG;

avatar
profil
Messages : 1627
Date d'inscription : 13/10/2012
Sur l'avatar ? : Ashley Benson

Personnage
Age: 19
Pouvoir: Capacités Physiques Sur-développées.
Race précise: Wolve

MessageSujet: Re: ☺ Pâle relief de nos jours esquissés ☺ { The Aerin }   Mer 8 Oct - 19:48



too much feels

parce que je sais pas faire de beaux titres pleins de métaphores




« Je t'aime Sylnodel, et ouais, je crains, mais je t'aime quand même, et tu sais que tu es mon monde, et que tu ne peux pas me sauver, mais moi, je serais toujours auprès de toi, n'importe de quelle façon, n'importe comment. Je serais là, c'est promis. »

Elle sourit doucement, mon cœur et ma gorge se serrent à l'image de nos doigts qui se pressent les uns contre les autres. Pleure pas. Tu ne peux pas me sauver. Cette phrase résonne dans ma tête. Pleure pas. Pleure pas.

« Oui, je veux qu'on fasse un truc normal tu vois, qu'on se fasse un repas, même si nous on à plus de maman et de papa, je veux qu'on s'offre des cadeaux, des vrais, pas un mot écrit sur une feuille. Ce Noël, va être le premier depuis des années. »

Le premier de toute ma vie... J'en ai vu des Noël, à la télé. J'ai vu les repas de famille, le père en bout de table, la mère à côté et les enfants qui se chamaillent. Les grand-parents qui n'en reviennent pas de voir à quel point leur petit-fils a grandit, à quelle point leur petite-fille est belle. Les plats qui défilent sur la table, les bûches glacées de toutes les couleurs, le feu qui crépite dans un coin de la pièce, les sapins illuminés. Les enfants qui finissent par aller se coucher, qui font semblant de dormir dans l'espoir de pouvoir surprendre le Père Noël mais qui finissent par s'endormir véritablement. Ou ceux que leurs parents envoient dans leur chambre sous un prétexte bidon juste pour qu'ils aient le temps d'installer les cadeaux. Leur excitation lorsqu'ils découvrent les cadeaux qui les attendent au pied de l'arbre. Les papiers déchirés, les exclamations de surprise, les cris de joie, les rires, la chaleur humaine. J'ai vu tout ça. J'ai regardé tout ça avec fascination, sans vraiment comprendre. Je n'ai jamais vécu tout ça.

Tsume me serre dans ses bras et j'en profite pour fermer les yeux. Une larme coule sur ma joue, discrètement. Pleure pas. Ta sœur est revenue. Tu n'as pas le droit de pleurer. Serre les dents. Pleure pas.

« J'ai hâte de voir ça. »






codage de whatsername.


Je te hais, t'écris des trucs trop beaux, me parle plus jamais, j'fais des rimes quand je m'exprime et je chiale quand t'écris - mais j't'aime quand même argh.



she's the girl with a fairytale face but her mouth screams like a wolf's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ulrich von Hohenfels
Confiant

avatar
profil
Messages : 101
Date d'inscription : 09/11/2014
Sur l'avatar ? : Jamie Campbell Bower

MessageSujet: Re: ☺ Pâle relief de nos jours esquissés ☺ { The Aerin }   Dim 23 Nov - 18:42
[up ? Fraise ]


it's just love, selfish love


 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsume Aerin
Please touche me so I don't feel goddam empty

avatar
profil
Messages : 1009
Date d'inscription : 08/06/2012
Sur l'avatar ? : Anna Speckhart

Personnage
Age: 16
Pouvoir: Cogiste [PP = 30]
Race précise: Wolve

MessageSujet: Re: ☺ Pâle relief de nos jours esquissés ☺ { The Aerin }   Mar 2 Déc - 8:57



pain

outta control



Son sourire me réchauffe plus que le radiateur dans mon dos, que le café entre nos paume et que la lampe au dessus de nos têtes. Je me demande combien de temps encore il faudra attendre pour que la voir soit habituel, pour que se tenir à ses côtés soit naturel, pas comme si à chaque fois que l'on se voyait, le couteau menaçait de tomber, fracassé nos crânes déjà abîmés par les miasmes du passé. Morbide, morbide, oui, c'est cela. Baudelaire disait; «Derrière les ennuis et les vastes chagrins, qui chargent de leur poids l'existence brumeuse, heureux celui qui peut d'une aile vigoureuse, s'élancer vers les champs lumineux et sereins; » Mais je n'ai pas d'ailes, mais des pattes, aux griffes acerbes et aux crocs rancuniers, et les champs lumineux et sereins sont pour moi, des sillons de terres abruptes, ou les carnages du monde s'accumule. Mes ennuis et mes vastes chagrins ne sont pas brumes, mais béton armé, armé comme les gens qui évoluent à mes côtés, tout le monde à peur du grand méchant loup non ?

« J'ai hâte de voir ça. »

Je sens ses cheveux contre ma joue lorsqu'elle est dans mes bras. En reculant un peu, j'essuie sa larme avec mon pouce. Je ne veux pas reperdre le contrôle, je ne veux plus la faire souffrir, à tenter de mourir, à tenter de courir, alors que mes rotules se brisent sous le poids de ma fuite. J'essuie donc cette larme, et sourit doucement.

« Je remercie tout les jours l'horreur du monde, sinon, je te ne t'aurais jamais connue

Elle est le soleil, cheveux blonds, rayonnante.
Et je suis la lune, pâle avec des cratères.


[ court, désolée :c ]


la dispute





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylnodel Aerin
WATCHDOG;

avatar
profil
Messages : 1627
Date d'inscription : 13/10/2012
Sur l'avatar ? : Ashley Benson

Personnage
Age: 19
Pouvoir: Capacités Physiques Sur-développées.
Race précise: Wolve

MessageSujet: Re: ☺ Pâle relief de nos jours esquissés ☺ { The Aerin }   Ven 12 Déc - 19:20



make me cry

parce que je sais pas faire de beaux titres pleins de métaphores



« Je remercie tout les jours l'horreur du monde, sinon, je te ne t'aurais jamais connue. »

Je réalise seulement à quel point elle a raison. A première vue, on pourrait croire que le sort ne nous a pas été favorable. Mais s'il nous a séparées, c'est pour mieux qu'on se retrouve. S'il nous a mises à terre, c'est pour mieux qu'on se relève. Ou c'est juste parce que c'est la vie. Je sais pas trop. J'y connais rien, moi. J'suis une jeune louve, tu vois.

Elle sourit de nouveau. Ça fait du bien. Quelque chose redémarre. Je peux presque sentir les rouages à l'intérieur de moi se remettre à tourner. Preuve qu'ils n'avaient pas tous totalement rouillé. On y est arrivées. Putain ce que ça a été dur. Mais plus c'est difficile, plus t'es content quand t'arrives au bout de tes peines. 

Peut-être que nos retrouvailles ont été trop brutales, trop rapides, qu'on s'est trop attachées dès le début et que fallait que ça foire quelque part pour que ça reparte bien. J'essaye de nous trouver une excuse mais comme vous pouvez le voir, je galère. Il est très difficile de savoir qui blâmer dans l'affaire. Je ne pense pas que ce soit la faute de Tsume. Peut-être la mienne, pour ne pas avoir fait ce qu'il fallait quand j'aurais dû.
Quoiqu'il en soit, là, tout de suite, je veux arrêter de pleurer. Ma sœur est en train de me dire qu'elle va revenir. Je ne devrais pas pleurer. J'ai plus de raison de le faire. Je veux reprendre ma vie là où je l'ai laissée. Je veux que Tsume et moi, on soit des sœurs normales ( moitié louves, certes ). Je veux qu'on se dise tout et n'importe quoi. Qu'on passe des journées affalées dans un canapé à regarder des films juste pour critiquer et parce que l'acteur est hot. Je veux voir Alex, lui dire que je l'aime et le remercier d'être rester quand je suis devenue vide, quand je ne sentais plus rien. Je veux que Tsume et moi, on aille faire les magasins ensemble, qu'on s'embrouille à propos de fringues, je veux qu'elle m'engueule quand je fais une connerie et pouvoir l'engueuler à mon tour même si je continue de l'aimer parce que je peux pas me passer de ma frangine. Je veux la réconforter quand ça va pas, je veux qu'on rattrape tout le temps perdu, je veux retourner voir mes amis, m'en faire de nouveaux, me battre, aller dans un parc d'attraction avec Tsume, Roméo et Alex juste pour gueuler partout et faire peur aux gens et bouffer et oublier le reste.
Je veux. C'est tout. 

« Tu sais quoi, Tsume ? On a plein de trucs à faire, toi et moi. Genre, plein. On va se faire un petit planning, tu vois. »

J'en profite pour changer d'ambiance parce que sinon je vais encore pleurer et on a dit que j'avais plus le droit et puis je suis nulle pour faire de jolies phrases pleines de sens et super poétiques, moi. Donc je me débrouille comme je peux en détournant l'attention. En faisant de jolies feintes. Magnifiques feintes.




codage de whatsername.



désolée du retard, hosto, tout ça puis les cours que j'ai dû rattraper mama j'en suis même pas à la moitié je crois oops



she's the girl with a fairytale face but her mouth screams like a wolf's
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


profil

MessageSujet: Re: ☺ Pâle relief de nos jours esquissés ☺ { The Aerin }   
Revenir en haut Aller en bas
 

☺ Pâle relief de nos jours esquissés ☺ { The Aerin }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les 100 premiers jours du gouvernement vus par...
» Les 100 premiers jours du president Preval vus par les media
» Humanitarian relief in Haiti: Some shocking facts
» Mes jours sont plus sombres que vos nuits [commentaires]
» LES 100 PREMIERS JOURS DU GOUVERNEMENT DE MADAME PIERRE LOUIS !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Autres :: RP des Membres-