top school rpg
top all rpg
revelation top site
communaute des admins forum

Partagez | 
 

 YeSung ~ Un Dieu de la musique ~ Et un beau gosse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
YeSung Minh
Assidu

avatar
profil
Messages : 319
Date d'inscription : 15/05/2014
Sur l'avatar ? : Kim Jong-Woon (Yesung SUJU)

Personnage
Age: 18
Pouvoir: Bouclier
Race précise: Dragoon

MessageSujet: YeSung ~ Un Dieu de la musique ~ Et un beau gosse   Jeu 15 Mai - 19:29
«Les voyages forment la jeunesse et les amitiés...»

« WHO AM I ? »
♦♦ NOM :: Minh
♦♦ PRÉNOM :: YeSung
♦♦ SURNOM :: Sung' ou Min'
♦♦ AGE :: 18 ans
♦♦ SEXE :: A ton avis
♦♦ CLASSE / PROFESSION :: Terminale
♦♦ RACE :: Dragoon
♦♦ POUVOIR :: Probablement une sorte de bouclier mais qui a plus la classe que celui de Bella dans Twilight, qui contre tout même les grippes et tout (cela inclus les pouvoirs des autres animaliks héhéhé) 
« LA FOFOLLE »
♦♦ PRENOM :: Ysaline
♦♦ PRÉNOM / SURNOM :: Ysa'
♦♦ AGE :: 15
♦♦ OU AS-TU CONNU LE FOW ? :: Tu veux que je fasse la liste de tous mes comptes passés, présent et futurs ? Oublie ce que j'ai dit sur le futur... =)
♦♦ DES COMMENTAIRES ? :: Je peuple cet internat de coréen avec l'aide de mon amie Demy'
♦♦ CODES DES RÈGLEMENTS ::
♦♦ FEAT[Personnalité de l'avatar - Facultative] :: Kim Jong-Woon

« MY HEART IS OPENED FOR YOU »
Comme j'en ai marre de lui donner un air de narcissique, je vais continuer à parle de Yesung à la troisième personne. Je sais continuer marche pas mais si les rubriques étaient dans l'ordre où je les ai faites et bah, ça marcherait donc c'est pas faute d'abord. Enfin bref.
Yesung est plutôt discret mais quand il s'y met, on peut plus l'arrêter. Il adore faire rire les gens qui l'entourent, quitte à être ridicule, du moment qu'il sait que les gens le comprennent et n'iront pas se foutre ouvertement de sa gueule après. Il aime être entouré mais il adore encore plus les moments où il peut être seul avec lui-même ou avec Donghae, son meilleur ami.
Il est plutôt populaire et, pas seulement auprès de l'internat (cf histoire), mais il ne prend pas la gosse tête, il aime rester simple et modeste. Vous l'entendrez jamais dire que c'est lui le meilleur même si un jour c'est évident que c'est le cas. Il n'est ni narcissique ni prétentieux, surtout pas. Ce sont les deux défauts qui l'énervent le plus chez les gens. Il est adorable et adorant. Il peut être pleins de personnes puisqu'il peut être trop mignon de la mort qui tue ou trop beau gosse, sexy et tout le bazar de la mort qui tue. Je vois pas trop quoi dire de plus, il est sensible, souvent fatigué et très bosseur. Je crois que son pire défaut c'est la flemme. Je sais c'est pas très cohérent bosseur et flemmard mais enfaite si. En gros, pour sa musique, il est prêt à tout même à se lever à 2h du matin, pour ses fans c'est la même, pour son pote et pour tout ce qui est important aussi. Mais quand il s'agit de faire des corvées ou d'aller en cours, il est plus que paresseux. Mais tout dépend des jours.
« DON'T STARE ME »
Je suis le beau gosse incarné ? Non, je suis un des beaux gosses incarnés qui va peupler ce forum avec mes autres potes coréens. Bah oui, je sais qu'on va être amis parce bah, on est tous coréens et en plus, que je pense que nos "créatrices" sont trop en kif de la mort qui tue de s'imaginer un minimum qu'ils sont elles et qu'ils sont amis. Enfin tu vois ce que je veux dire quoi. Sinon, je suis plus grand que Jonghyun, en même temps plus petit ce serait dur, vers les 1m78. Bah oui, je dis vers parce que je me suis pas mesuré ce matin pour être sur donc voilà vers ou environ si tu préfères. Par contre, je suis pas musclor, hein. Ca c'est réservé à Donghae et Jonghyun, même si Donghae a l'air un peu raplapla à côté de the beast. Enfin bref, on est pas là pour causer de Donghae-ha, il peut le faire tout seul comme un grand - qui cela dit en passant est plus petit que moi -. Je suis coréen donc j'ai une tête de coréen, je vois pas ce que je peux en dire de plus. Ha bah si, je peux dire qu'elle est trop belle et que je fais craquer pleins de filles. Je précise que je ne suis pas narcissique mais que, comme c'est Ysaline qui écrit, bah, je peux apparaître comme narcissique mais non.
Côté look, c'est très variable, je peux pas dire que tout me va mais j'ai encore rien essayé qui m'allait pas que ce soit mon style vestimentaire ou physique. Ce que j'entends par physique ? Mes cheveux. Je change souvent de teinte ou de coupe mais ça va toujours, sauf si je les coupe très courts voire rasés, là, non c'est bizarre. Je reste beau gosse mais c'est bizarre. Le seul détail qui me rend particulier c'est les écailles que j'ai sur l'épaule gauche, formant un nuage d'où le surnom que me donne Donghae (et il y a que lui qui a le droit).
Sous ma forme dragonale - je sais que ça ne se dit pas - je suis couleur Yesung... heu magenta ? Enfin à peu près dans ces eaux-là quoi. Je suis un imposant dragon -non jure- et j'aime bien mes ailes parce qu'elles sont pas communes, un peu comme ma tête quoi. Je sais pas trop comment les décrire mais elles sont pas basiques. Et le "Magenta" c'est ma couleur de fond. Je précise parce que suivant la lumière que je reçois, j'ai des reflets qui varient d'un moment à l'autre. Alors du coup, je peux des fois apparaître en Leeteuk, en Key, en Donghae, en Ryeowook, en Jonghyun, en Kyuhyun, en Siwon, en Jr, en Sungmin ou Henry, en Eunhyuk, ou en JongKey ou pleins d'autres nuances de teintes mais qui n'ont pas de noms donc voilà.
« HISTORY, HISTORY, HISTORY, KOREA ! »

La vie est belle ? Elle aurait pu. Elle aurait du l’être. Elle avait bien commencé ma vie. Je suis né le 24 août 1996 à Cheonan, un petit village de Corée de Sud. Ma mère m’avait aimé dès le premier jour, dès que nos regards s’étaient croisés. C’était de l’amour purement maternel et je lui rendais tout autant d’affection. Mes écailles ne reflétaient pas de douleur ou de honte chez elle, juste la lumière du jour ou de la nuit.

Pourtant, je n’ai pas pu profiter d’une enfance joyeuse. Mon père. Voilà le centre du problème. Il m’appréciait, du moins, je le croyais. Sauf que l’amour que me portait ma mère le rendait jaloux. Il pensait inceste, moi, je pensais maman bienveillante. Il lui en voulait, à elle autant qu’à moi. Il pensait adultère, elle pensait fils différent qu’elle se devait d’aimer comme un fils. La paranoïa poussa mon père au véritable adultère. Il tomba amoureux d’une jeune prostituée dans une des  rues d’Asan alors qu’il était en voyage d’affaires. Il devait revenir au bout d’un mois mais il a passé un an et demi là-bas et, quand il est revenu, le soulagement de ma mère se transforma en détresse et en profond chagrin quand elle avait vu le bébé qu’il serrait dans ses bras, comme il ne m’avait jamais serré. J’avais alors un an et demi mais quand il est sorti avec ses affaires dans deux valises dont ma préférée, je me souviens encore de ses mots, des mots crus et amers : « Ibyeol eoneu yeoja. Geuligo, agma, jiog dai. » Ce qui voulait dire « Adieu et à jamais femme. Et toi, démon, meurs en Enfer ». Oui, il me détestait. Maintenant il n’y avait plus de doutes. Ma mère voulait rester forte mais je la sentais fragilisée, un peu plus chaque fois qu’elle croisait un homme, par son départ.

Je suis resté prêt d’elle chaque jour, chaque heure et chaque minute pour la soutenir mais je représentais un peu plus de douleur à chacun de ses regards. J’étais la cause de son malheur, un enfant provoquant son amour, un amour jalousé par mon père qui l’a poussé à partir. J’ai supporté les regards de tristesse, de peine et de douleur mais quand ils sont devenus accusateurs et pleins de honte, le souffle m’a manqué. C’est ma souffrance qu’elle aurait du voir mais au lieu de ça, elle a préféré la faire grandir. Cette mère aimante n’était  plus que l’ombre d’elle-même. Tu es en cause, me disait-elle. Il est parti par ta faute, répétait-elle. Que pouvais-je faire si ce n’est partir loin ? J’ai subi encore un long mois ses silences qui parlaient pour elle, ses regards qui me tuaient à eux seuls. Que devais-je faire sinon partir loin d’ici ? Mais à trois ans, où aller ? La rue. Oui, une rue est devenue mon alliée. Mon réconfort les jours de pluie, mon amie quand tout allait mal. J’ai erré pendant une heure ou deux, prenant des bus dans un sens puis dans l’autre avant de trouver une rue calme, tranquille. Une rue claire avec ses zones d’ombres, mon esprit retranscrit dans une rue. Un signe ? Je ne crois pas aux signes. Un hasard ? N’est-ce pas comme une sorte de signe ? Je crois juste que j’ai atterri là où j’ai atterri sans signe, sans coïncidence ni hasard. Juste là. C’est tout.

Je ne voulais pas devenir voleur. Je ne voulais pas élargir cette zone d’ombre qui m’obscurcissait la tête. Je me suis alors mis sur le trottoir, je me suis assis et j’ai réfléchi. Je ne pouvais pas me permettre de pleurer et de paraître faible et vulnérable. C’est alors qu’une voiture est passée lentement devant moi, avec une musique très forte. Je l’avais déjà entendu, j’en suis sur, je me souviens des paroles et du rythme. J’ai alors commencé à chanter, sans relever la tête, toujours à réfléchir. La voiture ne s’est pas arrêtée pour autant mais la musique s’est estompée avec le bruit des pneus sur la route. Je continuai cependant à chanter, toujours plus fort, avec de plus en plus de conviction. J’ai appris des chansons comme je le pouvais pendant une année entière, en les rechantant aux passants qui offraient volontiers une pièce ou deux à un enfant dans la rue, même s’il avait 4 ans. Une vie facile ? Rien que l’imaginer serait mentir à moi-même. Je ne sais pas ce qu’est la vie facile, du moins je ne le savais pas encore. Et puis, j’ai pu voir l’espoir, l’espoir d’une vie meilleure, pas facile mais meilleure. Un homme s’est un jour arrêté à côté de moi, m’a laissé chanter encore et encore jusqu’à ce que je n’en puisse plus. Quand je me suis assis, exténué mais heureux d’avoir tant chanté, il s’est assis avec moi et m’écoutant fredonner les dernières notes restées coincer dans ma gorge il m’a proposé de le suivre. Bien sur, c’était un inconnu mais qu’est-ce que j’avais à perdre ? Rien du tout. Et puis, il était le premier à m’écouter sans m’interrompre, à me tenir compagnie une journée durant, sans se lasse. Je l’ai suivi sans un mot, juste avec quelques phrases chantées auxquelles j’avais pensé, cherchant une chanson à revendiquer, avec mon air, mon rythme et mes mots. Une chanson de Yesung quoi, pas la chanson de telle personne reprise par un gamin. On était le 24 août 2006 et je venais de retrouver une famille, sept ans après avoir quitté ma mère…

Je suis resté deux ans chez lui ; il vivait seul et il m’entraînait au chant. Entraîner n’est pas le bon mot puisqu’il m’écoutait seulement, sans rien dire, avant de me donner des conseils pour que ma voix porte plus et tienne le coup plus longtemps. Puis, un jour, il m’a emmené dans un grand bâtiment, je me souviens que les murs étaient blancs et que les couloirs et le hall d’entrée étaient immenses. Il m’a présenté à un homme, grand et plutôt gros, avec un air sévère. Lee Soo Man, c’est lui qui s’est présenté avec une voix dure et quand il m’a demandé mon nom, il m’avait fait tellement peur que j’ai bégayé pour donner mon nom comme si j’étais plus sur de qui j’étais. Il m’a demandé de chanter et, comme d’habitude, les premières notes ont libéré les suivantes et mon stress, mon appréhension et ma peur de cet homme se sont envolés avec les mots. Mon père adoptif m’avait conseillé de chanter ma chanson ; je venais de la terminer mais je savais qu’elle plairait parce que je la chantais avec mon cœur et en y mettant tout ce que j’avais en moi. A la fin de la chanson, les deux hommes se sont serrés la main et il partit avec une liasse de billets, me laissant seul avec Soo Man. J’ai tout de suite cru qu’il m’avait vendu mais j’ai vite compris qu’il était enfaite un recruteur pour la boîte de musique SM Entertainment, qui était à la recherche de nouveaux chanteurs et musiciens. Le chant, la guitare, le piano et le violon sont devenus des jeux pour moi et en moins d’un an, je les ai maîtrisés. Un virtuose, disaient-ils tous. Moi ? Non, je me considérais juste comme un passionné, un motivé, un travailleur. Rien de plus. Je ne voulais pas me vanter de choses qui ne me caractérisent pas. La vantardise ne me caractérisait pas. J’aimais la musique et la musique me le rendait bien. Elle m’avait permis de vivre, peut-être que c’est pour ça que je maîtrise beaucoup de choses, c’est ma survie. Ma vie. Mes rêves sont en musique. Mes rêves inspirent mes chansons et mes chansons nourrissent mes rêves. C’est un cercle sans fin dans lequel ma vie et la musique se retrouvent étroitement mêlés, comme le sang et l’oxygène, comme la terre et le ciel, comme le nuage et la pluie… Parallèlement à tout ça, j’ai rattrapé toutes les notions et les matières que j’avais raté en étant dans la rue, avec une vitesse incroyable il paraît…

Néanmoins, mon album solo allait devoir attendre parce que, lors du premier enregistrement de ma chanson, M. Lee a demandé si je savais danser aussi bien que chanter ou jouer d’un instrument. Malheureusement, si la musique était innée chez moi, il n’en était pas de même pour la danse qui se trouvait être une discipline que je n’avais jamais pratiqué ou du moins très peu. Il s’était donc mis en tête de me faire danser aussi bien que chanter et surtout chanter en dansant pour limiter au maximum les fausses notes en concert. Des concerts ? Ouais, j’ai pensé la même chose, c’est trop top, n’est ce pas. Sauf qu’il fallait que je puisse danser…et ça c’était pas gagné. Cela m’a prit deux ans de réussir à danser professionnellement. Je ne savais toujours pas très bien comment inventer une chorégraphie improvisée mais au moins, je pouvais à peu près tout refaire. Cette « épreuve » m’a inspiré une de mes chansons et j’ai enfin pu commencer mon album. En 6 mois, il était fini et mis dans les bacs. La pochette avant était tout ce qu’il y a de plus simple : Yesung avec le titre (Kimiga naitara = When you cry) et une photo de moi en fond. Bien sur, sur la photo, je ne pleurais pas puisque je n’ai jamais pleuré et que j’ai tellement encaissé lorsque j’étais plus jeune, trop jeune pour m’en remettre, qu’aujourd’hui encaisser était pour moi plus que naturel. Les 6 mois suivants, j’ai fait quelques concerts en Corée du Sud, remplissant toujours les salles. Ma vie était heureuse, difficile vu le travail à fournir mais heureuse. Je faisais ce que j’aime tous les jours, chaque heure et chaque minute.

Le cadeau de Lee Soo Man pour mes 16 ans ? Il avait organisé un magnifique concert en plein-air à Los Angeles. Plein-air signifiait gratuité des places et je ne savais pas encore ce qu’allait signifier ce bénévolat de ma part. Bien sur, je ne chantais pas pour l’argent, je n’en avais d’ailleurs pas énormément. Je le faisais par pur plaisir, par envie, par passion, pour exister, être moi quoi. J’ai pris l’avion tôt dans la journée et j’étais censé en reprendre un tard le soir voire tôt le matin, juste après le concert pour rentrer en Corée. M. Lee avait des tonnes de projets pour moi, dont me faire intégrer un groupe dont le leader serait un certain Leeteuk. Après un concert exceptionnel, avec un public de tous les milieux, de tous les continents, un vrai beau concert où tout le monde s’est amusé, je suis sorti de scène après le quatrième rappel, mais cette fois pour de bon. Le public allait me manquer mais je les reverrais bientôt. Et bah non. Lorsque Lee Soo Man est venu me voir dans ma loge, il avait le visage dévasté par les larmes. C’est entre deux sanglots que j’ai compris que SM venait d’être rachetée et que le nouveau directeur ne voulait pas de monstres animaliks dans ses rangs. J’ai consolé Soo Man en lui disant que rien n’était grave, que j’étais connu, que j’avais des fans maintenant et que rien ni personne ne pourrait changer la passion que j’avais pour la musique. Une fois qu’il s’est calmé, j’ai rassemblé le peu d’affaires que j’avais apporté et je suis parti errer dans les rues prenant un bus dans un sens puis dans l’autre jusqu’à arriver dans une rue semblable à celle de mon enfance. Déprimé ? Je ne pense pas. Jamais, j’avais appris à subir. La ruelle paraissait vide mais aussitôt engagé dans celle-ci, j’avais remarqué le mec qui dansait au milieu de la rue avec sa musique à fond. Je la connaissais cette chanson, Beautiful Night de BEAST, un groupe coréen. Sur le coup, ça m’a étonné que quelqu’un écoute de la k’pop si loin de chez moi. Mais pas tant que ça, vu le monde qu’il y avait eu au concert. Comme à mon habitude, j’ai été pris par la musique et j’ai commencé à chanter. Je crois que je n’ai jamais fait peur à quelqu’un comme ça. Et du coup, je me suis fait peur aussi en retour.

Après lui avoir expliqué toute la situation, il a décidé de m’héberger une nuit. Mon côté star ? Je n’en sais rien. Je m’en fiche. L’essentiel, c’est qu’il m’a accueilli chez lui sans me connaître. Sauf que la nuit s’est transformée en beaucoup de nuits parce qu’après avoir commencé à causer, on est devenus vraiment de très très bons amis, sans pour autant devenir un couple. Je crois que notre amitié a fait fuir son oncle parce qu’il est retourné vivre chez lui, pas très loin pour nous laisser en paix. Ouais ça fait rêver, vivre dans une villa avec son meilleur pote. JE n’ai jamais songé à retourner chez moi, même si je suis parfois nostalgique. Ma douleur y est restée et attend que je revienne me jeter dans ses bras à toute vitesse. Mais je ne veux pas. J’ai appris à Donghae le coréen et lui m’a appris le français. Pour les cours, on avait utilisé l’anglais puisque c’était la seule langue commune que nous connaissions.

L’heure fatidique des 18 ans ayant sonné, on a décidé de quitter les USA pour un moment, voulant partir dans un internat pour animaliks. Je ne sais pas pourquoi mais voilà. Peut-être l’envie de rencontrer des gens comme nous ? Je ne sais pas. Je pense que Donghae et moi retournerons aux USA  pendant certaines vacances, pour profiter de la villa et du pays, qui est quand même un merveilleux pays…

A l’aéroport, j’ai du faire connaissance une nouvelle fois avec le principal défaut de Donghae : sa non-ponctualité chronique. Heureusement, je lui avais indiqué l’heure de l’avion dix minutes avant la réelle heure si bien qu’il est arrivé pile poil pour prendre l’avion mais chut ! il ne faut pas lui dire. En arrivant en France, on a prit un taxi pour l’internat et le chauffeur nous a déposé un peu avant en nous disant de marcher tout droit. Il semblerait qu’ici non plus, les animaliks ne soient pas très bien acceptés… Peut-être qu’une vie facile va être possible une fois que je serai parmi ceux qui me ressemblent et me comprennent ? Déjà Donghae mais maintenant il va y en avoir pleins ! Et on a passé le portail pour la première fois…




C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E


Dernière édition par YeSung Minh le Mer 21 Mai - 14:48, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Compte Fondateur
x Compte Fondateur x

avatar
profil
Messages : 1653
Date d'inscription : 27/05/2012

MessageSujet: Re: YeSung ~ Un Dieu de la musique ~ Et un beau gosse   Jeu 15 Mai - 22:16
Caro râle pas, geeeeenre, je râle quand je veux d'abord eh.
Ensuite, j'ai vu quelqu'un poster une prez' avec un nom à la con, j'ai fait "Un billet que c'est Ysal'", et pooooh, c'est toi, sauf que j'ai parié avec moi-même donc c'est inutile. B-r-e-f.
Développe bien Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://internat-animalik.forums-rpg.com
Siwon A. Ahn Jr
Co - Fonda ~ Graphiste à la Cacahuète ♪

avatar
profil
Messages : 836
Date d'inscription : 03/06/2012
Sur l'avatar ? : Kim Jong Hyun - JR

Personnage
Age: 18 ans
Pouvoir: Peut rendre vivant l'inerte
Race précise: Wolve

MessageSujet: Re: YeSung ~ Un Dieu de la musique ~ Et un beau gosse   Sam 17 Mai - 11:17
Un nom à la con je ne te permet pas d'abord -sort- x)

Enfin bref. Bienvenue, encore -c'est juste histoire de pas poster ce message juste pour faire chier Caro' quoi xD-


" Siwon Aaron Ahn Junior "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chen JongDae
Saranghae SHINee et Les Cacahuètes

avatar
profil
Messages : 440
Date d'inscription : 19/11/2013
Sur l'avatar ? : Kim JongDae

Personnage
Age: 18
Pouvoir: Je duplique les choses, moi, et les gens avec qui j'ai un bon feeling
Race précise: Tiger

MessageSujet: Re: YeSung ~ Un Dieu de la musique ~ Et un beau gosse   Sam 17 Mai - 12:58
Ce nom est très très très très bien et il sonne très très très très bien et il me permet de caser de personne en une. C'est bizarre ça comme phrase. *sors* bref.

Merci SSSSSSiwon avec des s qui se prononce bien ssss.
D'accord je développerai bien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Donghae Lawn
Assidu

avatar
profil
Messages : 410
Date d'inscription : 12/05/2014
Sur l'avatar ? : Lee Donghae

Personnage
Age: 18 ans
Pouvoir: Manipule l'esprit des gens
Race précise: Siren

MessageSujet: Re: YeSung ~ Un Dieu de la musique ~ Et un beau gosse   Mer 21 Mai - 14:51
Je te valide et je lock.

[Sujet Lock]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


profil

MessageSujet: Re: YeSung ~ Un Dieu de la musique ~ Et un beau gosse   
Revenir en haut Aller en bas
 

YeSung ~ Un Dieu de la musique ~ Et un beau gosse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Musique médiévale
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» Ici, blague de Chuck Norris, ou plutot de DIEU!
» La musique au Moyen Âge
» Et Dieu créa la femme.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Administration :: Présentation :: Personnage :: Présentations Validées-