top school rpg
top all rpg
revelation top site
communaute des admins forum

Partagez | 
 

 • Un mois ça se fête nah ? [ pv. HyunS ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Luhan Ly
Co - Fonda ~ Graphiste à la Cacahuète ♪

avatar
profil
Messages : 1207
Date d'inscription : 24/06/2012
Sur l'avatar ? : Lu Han

Personnage
Age: 17 ans
Pouvoir: Peut faire apparaître n'importe quel objet (allant de stylo à avion)
Race précise: Neko

MessageSujet: • Un mois ça se fête nah ? [ pv. HyunS ]   Sam 22 Mar - 13:49






Si tu perds t'as un gage
 " Kim Hyun Kibum alias Key & Jonghyun Hae-Won alias Hyun " 
http://www.youtube.com/watch?v=BWsSiuU0ThY


Un mois. Un mois déjà que Hyun et moi étions ensemble et j'avais l'impression que ça ne faisait qu'une semaine. Le temps passait si vite, trop vite quand j'étais avec lui et si lentement quand il n'était pas là. J'avais toujours cette impression que les heures où nous n'étions pas ensemble, généralement les heures de cours, se transformaient en jours et que je ne le reverrais pas avant des lustres. Pourtant, l'heure d'après ou le soir, cela dépendait, il était là. Il était toujours là pour moi, et rien que pour moi. Un mois seulement et j'en étais déjà si amoureux que je pouvais plus me passer de lui, même pas un instant. Tous les jours j'attendais le même moment, celui des retrouvailles. Retrouver la tendresse de son étreinte, la chaleur de son corps, la douceur de sa voix, l'amour dans son regard, son sourire si charmeur, le goût sucré de ses lèvres et son si doux parfum, c'est la seule chose que j'attendais tous les jours, lui et lui seul. Je passais mes journées à l'attendre, mais pas dans le sens où vous pouvez l'entendre. On ne savait pas encore tout l'un de l'autre, mais notre amour continuait de grandir au fil du temps. J'en venais parfois à me demander ou en serait lui et moi à ce rythme là dans un an. 
Il était 20h. Comme d'habitude, nos retrouvailles avaient été joyeuse et tendres ce soir là. Tandis que je sortais de la douche (pas de la salle de bain), je pensais à nos un mois. Un mois ça se fête non ? Peu importe ce que t'en pense en fait, j'ai décidé que ça se fêtait. Je m'asseyais contre le mur de la salle de bain en serviette, attendant de sécher un minimum tout en cherchant une idée d'un truc à faire. Je repensais à notre première rencontre et à ce qui nous avez mené jusqu'ici en si peu de temps : un gage. Refaire quelque chose dans ce genre là pourrait être sympa, surtout vu les gages qu'on pouvait se donner aujourd'hui. C'était une idée que je gardais en tête tout en m'habillant avec mon survêt noir et un débardeur de même couleur avant de sortir de la salle de bain. Dès qu'il m'avait entendu sortir, Jonghyun avait relevé la tête vers moi, me faisant sourire par la même occasion. De toute façon c'était très simple, je souriais à chaque fois que je le voyais. Je suis allé m'asseoir à côté de lui sur le lit et lui avait entre temps fermé les yeux, pensant sûrement à quelques chose d'agréable vu la tête qu'il tirait et son sourire. J'ai posé ma main sur sa joue et il a aussitôt rouvert les yeux, prenant ma main par la même occasion et la faisant lentement glissé dans son cou. La douceur de sa peau me plaisait toujours autant, ça et la délicatesse qu'il avait dans ses gestes. Quand il a finit par lâcher ma main, je l'ai laissé tomber sur son genou. En un regard et un sourire, j'avais eu l'impression de le faire complètement fondre sous mes yeux vu la tête qu'il me tirait. Prenant sa main, je finis par lui dire :

- J'ai pensé à un truc pendant que je prenais ma douche. On aurait pu faire un trivial pursuit avec genre un gage quand on perd sur un camembert. 

Je lui avais fait un clin d’œil au moment où j'avais parlé des gages, lui faisant comprendre mon arrière pensée. Il me regardait avec un regard si tendre que, me demandez pas comment j'arrive à faire ça, j'arrivais à l'aimer encore plus dans ces moments là. C'est difficile à se dire ça étant donné que je l'aime à un point inimaginable. Puis il a finit par se lever, allant chercher le jeux en question. Je ne l'ai tous simplement pas lâché du regard jusqu'à ce qu'il revienne s'asseoir à côté de moi en disant :

- Let's play ! J'ai hâte de perdre.

Un rire était sorti de ma bouche quand il avait dit ça. Mais il avait raison, vivement que l'un de nous deux perde vu ce qu'on devait avoir en tête tous les deux. Puis j'ai commencé à installer le plateau de jeux entre nous deux tout en sentant le regard de Jonghyun posé sur moi. Une sensation que j'aimais toujours autant. Il a ensuite prit le bleu, moi le rose et je l'ai laissé commencer à la seule et unique condition qu'il ne me donne pas de gage la première fois. Il eût un regard étonné mais très vite l'abandonna même s'il ne savait pas encore pourquoi je lui demandais ça. Mais il l'acceptait, sans poser de question. 
Au fur et à mesure qu'on avançait dans le jeux, on commençait tous deux à s'inquiéter entre guillemets parce que lui comme moi avancions à la perfection, sans faire aucune erreur, les questions étant trop simples. Il ne me manquait plus que la part orange et lui la bleu. Enfin de toute façon, si le jeux se finissait sans erreurs, c'est pas ça qui allait nous arrêter, mais ça allait casser tous le principe du gage. Enfin bref. Jonghyun tomba sur le orange. La question ne pouvait pas être plus simple pour lui : Quel est le groupe de K-Pop le plus connu de la Corée du Sud ? J'ai même pas besoin de vous donner la réponse vous savez déjà. Si vous savez pas vu nos perso' allez vous faire soigner. Bref. J'attendais donc sa réponse, mais c'est là qu'il a répondu B.A.P. J'avais immédiatement compris qu'il avait fait exprès de perdre : il voulait un gage. J'ai du lui tiré un genre de fausse grimace quand il a dit ça avant de lui annoncer que malheureusement il avait perdu. Quel dommage. Il m'a regardé et ma répondu :

- Oups alors, je vais devoir avoir un gage...

Il m'a souri et je lui ai rendu ce sourire si parfait. Je devais donc lui donner un gage. J'avais pas franchement besoin de réfléchir à quoi lui demander, je savais déjà, j'attendais que ça depuis tout à l'heure, depuis la dernière fois qu'il l'avait fait, comme à chaque fois d'ailleurs. C'est donc sans trop tarder que je lui ai demandé :

- Embrasse moi, ça fait trop longtemps.

Comme prévu, si je puis dire, il envoya valser le jeux qui faisait obstacle depuis tout à l'heure entre nous deux en passant son bras autour de mon cou et en me ramenant jusqu'à lui avant de m'allonger à côté de là où il était et de m'embrasser tendrement. 
Cela dura plusieurs minutes, nos lèvres ne se quittant que quelques instants pour mieux se retrouver l'instant d'après. J'irais même à remplacer nos lèvres dans la phrase d'avant par nos langues. On avait tous les deux passer nos bras dans le dos de l'autre, faisant lentement monter le désir de l'un et de l'autre à l'autre. On avait à peu près en même temps resserrer notre étreinte sur l'autre, finissant par se retrouver contre l'autre. Nos deux corps brûlants de désir et d'envie l'un contre l'autre était une sensation hors du commun, juste parfaite. Hyun a finit par nous faire rouler sur le côté, se retrouvant au dessus et contre moi. Mes mains se déplaçait lentement dans son dos lorsqu'il quitta quelques instants mes lèvres pour me regarder à nouveau, comme il avait l'habitude de le faire, avant de me dire " Saranghae Kim ". Cette phrase me fit sourire, comme d'habitude. L'envie de lui répondre était là mais comme beaucoup de fois, le plaisirs qu'il me procurait juste après des phrases comme celle-ci m’empêchait littéralement de lui répondre, et ça il le savait pertinemment. Il déposa un baiser tendre au coin de mes lèvres tandis que mes mains, se dirigeant dans le bas de son dos passèrent sous son tee-shirt et commencèrent à remonter lentement, relevant son tee-shirt en même temps qu'elles. 

Fiche crée par Thundy sur http://epicode.bbactif.com/" class="postlink" target="_blank" rel="nofollow">Epicode


[Pour ceux qui sont ps contents parce qu'on est pas au lac on y va après x)]


" Luhan Ly "

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chen JongDae
Saranghae SHINee et Les Cacahuètes

avatar
profil
Messages : 440
Date d'inscription : 19/11/2013
Sur l'avatar ? : Kim JongDae

Personnage
Age: 18
Pouvoir: Je duplique les choses, moi, et les gens avec qui j'ai un bon feeling
Race précise: Tiger

MessageSujet: Re: • Un mois ça se fête nah ? [ pv. HyunS ]   Sam 22 Mar - 18:50








Un mois et un amour éternel...

" Kim Hyun Kibum alias Key & Jonghyun Hae-Won alias Hyun " 
https://www.youtube.com/watch?v=r0JV0cf1s8I


Il est 20h. Cela fait maintenant un mois maintenant exactement que Key et moi sommes ensemble. Je réfléchissais à ce que je pouvais organiser pour la fin de la soirée sachant qu'on avait déjà mangé, un peu plus tôt dans la soirée. Key prenait une douche, seul, pendant que j'écoutais de la musique quand une idée m'est venue : o pourrait faire un jeu tranquille, avec un système de gages pour se rappeler notre première rencontre. Cette réflexion me fit sourire quand Kim sortit de la salle de bain en blond, les cheveux mouillés, et en souriant. J'avais fermé les yeux pour me remémorer notre premier baiser e c'ets sa main qui m'a fait réagir quand il m'a caressé la joue. J'ai ouvert les yeux et j'ai maintenu sa main sur ma joue et je l'ai fait glisser dans mon cou. Quand j'ai lâché sa main, il l'a laissée tomber... sur mon genou. Il m'a fait fondre d'un sourire et un regard et il m'a dit :

- J'ai pensé à un truc pendant que je prenais ma douche. On aurait pu faire un trivial pursuit avec genre un gage quand on perd sur un camembert.

Il m'avait dit ça avec un clin d'œil et je trouvais parfait le lien qui nous unissait et qui nous permettait de toujours être sur la même longueur d'onde. Je l'ai regardé tendrement et je me suis levé pour aller chercher la boîte. Quand je l'ai posé sur le lit -il y en a un seul parce qu'on a collé les deux simples- je lui dis, une petit peu de manière sadique :

- Let's play ! J'ai hâte de perde.

A mes mots, il a pouffé et commencé à installer le plateau pendant que je continuais à l'aimer un peu plus depuis un mois qu'on était ensemble. On a tous les deux choisit nos couleurs, lui le rose et moi le bleu. Il m'a laissé commencer en posant une condition : que je ne lui donne pas de gage la première fois. Ca m'étonnait mais bon, je lui fait confiance, il doit avoir ses raisons... Les premièrs questions étaient trop faciles et je craignais que nous ne finissions cette partie sans daire d'erreur. De plus en plus inquiet et voyant qu'il ne manquait que la part orange à Kim et le bleu pour moi, je pris la résolution de perdre au moins une fois. "L'occasion" se présenta au tour suivant quand je suis tombé sur le camembert orange (thème : loisirs et sports). le question était enfantine dirait Foetus-de-Vache. " Quel est le groups de K-Pop le plus connu de la Corée du Sud ? ". Pas de propositions et j'en avais pas pas besoin. C'est SHINee. Mais il fallait que je perde à cette question. Du coup, même si ces mots me déchiraient, j'ai répondu B.A.P. J'ai attendu qu'il m'annonce la bonne mauvaise nouvelle et j'ai ajouté :

- Oups alors, je vais devoir avoir un gage...

Le sourire et le ton de ma voix lui ont sûrement fait comprendre mon arrière pensée parce qu'il m'a souri à son tour... Il a pas hésité très longtemps et d'un regard brillant il m'a demandé :

- Embrasse-moi, ça fait trop longtemps.


En effet, cela devait faire environ 1/2 heure -depuis le début de la partie enfaite- que je ne l'avais pas embrassé. Je ne pouvais pas lui refuser grand chose et surtout pas un baiser. Je me suis donc étiré pour lui passer mon bras autour du cou et je l'ai ramené à moi, l'allongeant à côté de moi. le plateau, els cartes et les pions étaient déjà par terre parce que ce geste les avait envoyés balader. On s'est embrassé pendant plusieurs minutes mélangeant nos langues. Mes mains sur son dos et les siennes dans le mien faisaient monter en moi un désir de plus en plus fort. Je l'aime, il m'aime et on ne se cache pas. On se voue une confiance totale. On est bien. On resserra chacun l'étreinte de nos bras pour être serré l'un contre l'autre. Je sentais ses formes contre moi et je voulais que ça continue. Je l'ai fait rouler pour être sur lui. J'ai séparé nos lèvres un instant pour le regarder encore. " Saranghae Kim ". Cette si douce phrase, je la lui disais seulement quand l'émotion me prenait, sinon, il avait le droit au basique " je t'aime ". Il a eu le temps de me sourire avant que je lui repose mes lèvres au coin des siennes.

J’ai senti qu’il soulevait doucement mon tee-shirt pour glisser ses mains sur mon dos. Il le remonta jusqu’à mes épaules et, tout en parcourant son corps de mes bras, je débloquai le tissu coincé entre mes abdos et les siens. J’ai du libérer ses lèvres pour le retirer complètement. Ce qui me gênait à présent, c’était de ne pas sentir sa peau frémissant sous la mienne. Ensuite, sans attendre, j’ai passé mes bras sous son débardeur pour lui enlever son armure protectrice. J’ai caressé son torse et je suis remonté vers son cou et son visage pour le faire frissonner sous mon emprise. Je lui ai déposé un rapide baiser avant de me redresser pour arriver en position assise sur ses cuisses. Jà, j’entamai le véritable sadisme, débouclant très lentement la ceinture de mon jean. Il s’assit sans problème, m’embrassa le torse et chuchota :

- Ca, c’est du sadisme…

Et sur ce, il acheva la tâche commencée plus tôt. Il baissa délicatement mon jean sur mes genoux et me renversa sur le lit pour se retrouver sur moi. Il s’était allongé sur moi et avait recommencé à chercher mes lèvres et ma langue, pour mon plus plaisir. Je repassai mes jambes autour des siennes pour finir d’enlever mon jean et je passai la main dans son dos puis dans son survêtement noir pour le faire glisser doucement vers le pied du lit.

Le seul obstacle au plaisir suprême reposait à présent sur mon freegun et sur son wetson. Avant de les faire « disparaître », on s’est embrassé encore une fois mais Kim prit encore une initiative en déplaçant ses tendres baisers un peu partout sur mon corps presque nu et je trouvais cela tout simplement merveilleux. J’aurais voulu qu’il ne remonte pas mais j’ai bien peur qu’il n’ose pas aller plus bas. Il fallait que je reprenne les devants pour détendre cet ange tombé du ciel directement dans mes bras et dans mon cœur. Je le retournai pour pouvoir l’embrasser encore. Je lui mordillai l’oreille, comme à mon habitude, à nos retrouvailles du soir ou de toutes heures de la journée. Je descendais dans son cou puis sa poitrine, doucement pour ne pas le brusquer et pour profiter de ce corps parfait le plus longtemps possible.

Je descendais encore un peu plus et sentais qu’il appréciait à sa façon de se cambrer et de frémir, comme pour m’inviter à l’aimer un peu plus encore… J’étais à présent décidé à finir tout ce qu’il était possible de finir ensemble, ma nuit, mon jour et ma vie. Mes lèvres se firent plus douces et légères et je l’entendis soupirer pour la première fois. Un sourire sur mon visage et je sus qu’il me fallait le combler… Je continuai à attiser son envie en descendant mes lèvres vers son nombril et en glissant mon torse contre ses jambes dénudées. J’étais à présent au niveau de ses cuisses et j ne le sentais pas réticent et je descendais donc son wetson de quelques centimètres. Pour ne pas aller trop vite, j’ai simplement serré ma peau contre la sienne en remontant doucement pour l’embrasser.

Je n’arrivais pas à décoller mes lèvres des siennes, ni mon regard des ses grands yeux presque noirs, à la lueur de la lune. Un sourire câlin naquit sur son doux visage que je chérissais tant. J’en profitai pour l’embrasser encore serrant sa tête contre la mienne comme s’il risquait de disparaître. Il me fi tourner à son tour et on rit comme deux imbéciles… non, enfaite, on a rit comme deux amoureux transis et pleins de bonheur. Il s’était légèrement détaché de moi et je ne pouvais pas le supporter. J’ai donc repris mes caresses en passant les bras dans son dos pour l’attirer à moi. Je l’embrassais toujours tendrement quand il se redressa, assez brutalement pour m’étonner et qu’il s’assit sur moi, comme je l’avais fait un peu auparavant. Il s’écarta pour me dénuder complètement et commença ses délicates caresses. Ses mains se baladaient de manière experte et mon désir devenait de plus en plus incontrôlable. Je me redressai pour l’embrasser tandis que lui n’arrêtait pas ses va-et-vient sensuels… Pour ne pas le laisser seul, je décidai de l’imiter.

Ce moment amoureux ne dura pas longtemps puisqu’il décida de quitter mes lèvres pour les diriger vers mon bassin. J’étais étonné, surpris, et presque choqué qu’il ait pris une telle initiative mais ça ne m’empêchait pas d’apprécier. Je ne pouvais pas profiter sans tenter de le chauffer aussi. Je ne me voyais vraiment pas le bouger pour transformer cela en 69 donc, j’ai simplement repris des caresses légères et douces sur tout son corps. Il s’interrompait parfois pour m’embrasser mais jamais très longtemps et j’appréciais chaque instant, que nos lèvres soient jointes ou pas. J’aimais Kim, les instants passés avec lui, et tous les instants où il me revenait mais je crois que je ne pourrais jamais me passer d’instants pareils avec lui.

Je le ramenai vers mon visage pour l’embrasser, avec autant de délicatesse possible, et pour le sentir contre moi, serré. On était bien tous les deux et je n’étais plus bien sur de répondre de ce que je faisais. En l’embrassant, je repassai sur le dessus et nous redressais pour que l’on soit à genoux tous les deux. Je passai mes bras dans son cou et les posai sur son torse pour le calmer par un contact doux avant que nos deux corps n’en fassent plus qu’un. J’entendis le petit cri étouffé de Key qui me culpabilisa. Je ne pouvais pas le faire souffrir, c’était une chose qui m’était insupportable et pourtant, là, je savais qu’il souffrait mais qu’il se taisait pour ne pas arrêter ce moment. Je l’embrassai sur la joue et dans le cou pour tenter de le calmer et de le faire profiter de notre union au maximum. Sa douleur physique se transformait progressivement en douleur psychique pour moi à mesure que je progressais en lui. Il fallait que je trouve quoi lui dire pour le rassurer, pour le calmer, pour lui montrer que je l’aimais et pour qu’il ne me déteste pas après. Je continuai de l’embrasser et d’aller et venir, tendrement et doucement, et je me penchai ensuite à son oreille pour lui souffler quelques mots :

-  Saranghae, nan sesang-eseo mueosboda dangsin-i deo manh-eun, honey.

C’était insuffisant mais je ne savais pas quoi dire. Pour une première fois, on peut dire que ce n’était pas ce à quoi je m’attendais. Déstabilisé et désespéré. Je ne sais plus quoi faire, je ne sais pas quoi faire. Je le sentais qui se détendait après ces quelques mots. Il tourna la tête et son regard me fit mourir, autant de culpabilité que d’amour. Passant sa main dans mes cheveux, il m’embrassa sur la joue en disant :

- Gyesog, nae ma-eum.

Mon amour pour lui n’en finissait pas de grandir, même si cela semblait impossible. Je ne voulais pas qu’il souffre. Notre union dura encore quelques instants, jusqu’à ce que je sente que notre désir était arrivé à son apogée. Nous avions bougé pendant ces quelques minutes et nous étions maintenant allongés côte à côte et face à face. On se regardait amoureusement, rapprochant nos lèvres et nos corps, presqu’aussitôt qu’ils se quittaient. Il s’allongea sur le dos et je glissai ma tête dans son cou, en repliant son bras sur moi. Dans cette position, nos regards ne pouvaient plus se croiser mais je devinais le sourire et le regard amoureux qu’il m’envoyait tandis que les mêmes se dessinaient sur mon visage. Je lâchai son bras droit pour me tourner et enserrer son torse de ce bras, callant ainsi ma tête sur lui. Je l’embrassai une dernière fois et lui dit :

- Dangsin eun naege gajang jungyohan salamiya. Nan dangsin eul ilhgo gyeondil su eobseo.       (Tu es la personne la plus importante pour moi. Je ne supporterais pas de te perdre)

Je n’avais jamais été aussi sincère que depuis ce mois passé à ses côtés. Il représentait probablement la plus belle chose qui m’était arrivé ; on avait déjà tout partagé et pourtant, on ne savait pas tout l’un de l’autre. Peut-être qu’un jour, il partirait mais ce serait pour moi la fin de tout. Il me souriait tendrement comme il en avait le secret et l’envie de l’embrasser me reprit de plus belle. Je me redressai donc et le goût de ses lèvres m’emplit de nouveau. Son parfum et ses lèvres. Ses cheveux et son visage. Son corps et sa voix. Tout en lui me plaisait. Je le voulais rien qu’à moi et, pour ce faire, je lui apposai délicatement ma marque, quasiment quotidienne, dans le cou. Suite à cela, il me dit :

- Naege neomu, Hyun, naege neomu. (Pour moi aussi, Hyun, pour moi aussi.)

Cela étant dit, il ferma les yeux et s’endormit alors que j’étais dans ses bras. Je n’osai pas bouger de peur de perturber son sommeil. Il avait l’air d’un ange et c’est en pensant à lui que je m’endormis, songeant à notre amour, brutal mais magique.

Fiche crée par Thundy sur http://epicode.bbactif.com/" class="postlink" target="_blank" rel="nofollow">Epicode



 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luhan Ly
Co - Fonda ~ Graphiste à la Cacahuète ♪

avatar
profil
Messages : 1207
Date d'inscription : 24/06/2012
Sur l'avatar ? : Lu Han

Personnage
Age: 17 ans
Pouvoir: Peut faire apparaître n'importe quel objet (allant de stylo à avion)
Race précise: Neko

MessageSujet: Re: • Un mois ça se fête nah ? [ pv. HyunS ]   Dim 23 Mar - 18:22





Après les bois le Lac
" Kim Hyun Kibum alias Key & Jonghyun Hae-Won alias Hyun "  
http://www.youtube.com/watch?v=BWsSiuU0ThY


Réveillé depuis déjà un moment, je n'osais pas réveiller Jonghyun qui dormait à moitié sur moi, dans mes bras, et encore moins vu l'heure qu'il était. En effet, le réveil m'indiquait 2h57. Je remarquais que maintenant que lui et moi on avait pas mais alors vraiment pas bougé depuis le moment où on s'était endormit. La lumière de la lune, passant à travers la fenêtre, venait jusqu'à moi et éclairait une partie de la chambre. Enfin éclairer est un bien grand mot mais vous avez compris l'idée. 
A vrai dire, je n'avais pas réussi à dormir, du moins pas assez longtemps. Tout à l'heure, sous le coup de la fatigue si je puis dire, je m'étais endormi d'un coup, limite en plein milieu de ma phrase. Sauf que je m'étais réveillé genre deux heures - deux heures et demi après, vers deux heures du matin et impossible de fermer l’œil depuis cet instant. Ça faisait environ 45 minutes que ma main droite faisait des allers et retours dans les cheveux de Hyun, toujours endormit, et que je tenais de ma main gauche sa main droite. En aucun cas je n'osais le déranger, il avait l'air tellement bien. On aurait dit un ange. Je le regardais un instant et me mis presque aussitôt à sourire avant de relever mon regard vers la fenêtre. Celle-ci avait vue sur la partie sauvage entre guillemets et non la partie urbaine, comme celles des chambres de l'autre côté du couloir. De là on pouvait voir les bois, au loin les montagnes et on distinguait, par l'absence d'arbre, l'endroit où se trouvait le lac et la grande clairière. L'envie de sortir me vint soudainement, mais hors de question de sortir pour le moment pour la même raison que tout à l'heure : dans ma tête il y avait interdiction totale de bouger Jonghyun. Et puis j'en avais pas franchement envie, j'étais bien là. Le contact de son corps brûlant contre le mien était agréable. 
En pensant à ça, les pensées de ce qui s'étaient passé précédemment revinrent me hanter. Me hanter n'était peut être pas la bonne expression, ça fait genre " peur " mais on va dire que t'as compris l'idée. Quoiqu'il en soit, ce sont des images bien précises qui me sont revenues en tête, et je pense que je m'en souviendrais à jamais. Après tout, c'était notre première fois, du moins pour moi et ensemble. Après lui de son côté je savais pas, ça faisait partie des points qu'on avait pas encore abordé. Enfin quoi qu'il en soit, ça avait été... unique, fantastique, tous ce que vous voulez en fait. Cela avait peut être été douloureux pendant un temps mais il avait su trouver les mots, comme il a toujours su le faire. Il avait été doux, tendre, il y était aller en douceur, sans me brusquer et avait endurer entre guillemets ma douleur. Je l'avais senti, il s'était senti mal et coupable. J'espérais l'avoir suffisamment rassuré entre guillemet pour qu'il ne s'en veuille plus, mais si c'était encore le cas je le comprendrais. Pour moi, la simple idée de lui faire du mal m'étais insupportable. Mais j'espérais malgré tout qu'il ne se sentait plus coupable, pour cette fois comme pour celle à venir. Mais je savais qu'il s'en voulait. J'espérais l'avoir suffisamment rassuré sur le moment mais c'était pas le cas, et j'en étais conscient. A cette idée, j'avais envie de le serrer fort dans mes bras, contre moi, le plus longtemps possible, mais c'était compromis par le fait qu'il dormait profondémment. Je me contentais de lui déposer un baiser dans les cheveux et de serrer un peu plus sa main avant de caler doucement ma tête contre la sienne, histoire de ne pas le réveiller. Je sentais son souffle et sa respiration lente contre moi, j'aimais bien. Me demandez pas pourquoi, je savais pas trop, mais en règle général tous ce qui le concerne me plait. Il était tellement unique, magnifique, parfait... Je ne le méritais pas. Personne ne le méritait. Personne n'était à sa hauteur. Si un jour il décidait de partir, de me quitter, je sais honnêtement pas ce que je ferais. J'ignorais si sur le coup je serais en colère ou en pleurs ou si encore j'essaierais de le rattrapper ou si je le laisserai partir sans rien dire. J'en savais honnêtement rien mais là seule chose que je savais c'est que je ne sais pas ce que je ferais sans lui. Il était aujourd'hui la seule personne qui comptait réellement à mes yeux et je l'aimais à un point inimaginable. Je préférais ne plus y penser.
J'auras pu rester ainsi des heures encore, mais je le sentais qui commençait à se réveiller, lentement mais sûrement. Il avait un peu bougé puis avait fini par ouvrir les yeux. Aussitôt, et c'est ce qui me fit automatiquement sourire, il me chercha du regard jusqu'à croiser le miens. Il m'a sourit à son tour, un sourire tendre et amoureux. Il s'est écoulé une seconde à peu près avant qu'il ne m'embrasse tendrement, comme il savait si bien le faire. Je serrai encore un peu plus sa main et dès que nos lèvres se quittèrent, je passais mon bras droit autour de lui et le serrai contre moi, comme j'avais eu envie de le faire tout à l'heure. Je sais pas s'il avait bien compris le message de " t'en veux pas " mais peu importe. On resta ainsi pendant un moment avant qu'on ne se détache légèrement l'un de l'autre, lui prenant légèrement appui sur ses avants bras au dessus de moi avant de me dire :

- Coucou Honey.
- Hey.

On avait tous les deux parlé d'une voix douce, tendre et presque à voix basse. On se souriait toujours l'un l'autre en même temps que je passais ma main sur sa joue puis dans son cou. Puis il a rapidement enchaîné avec cette phrase :

- Tu t'es réveillé y a un moment ?
- Euh... Environ une heure. 
- T'aurais du me reveiller.

C'est là qu'il m'a fait un sourire un peu boudeur sauf que je savais très bien qu'il boudait pas. Genre, j'aurais du le réveiller. Jamais de la vie. Je lui répondais donc tendrement :

- T'avais l'air tellement bien, et puis jamais je te réveillerai moi.

Il m'a regardé amoureusement avec un sourire qui me faisait toujours autant craquer avant de me ré-embrasser en y mettant la langue. Je repassais mon bras autour de son cou le rapprochant encore un peu de moi sans cesser de l'embrasser. Qaudn l'étreinte prit fin, il me regarda droit dans les yeux un moment avant de me demander :

- Tu veux pas sortir ? Il faut que je prenne un peu l'air.
- J'allais te demander la même chose.

Le pire c'est que je mentais pas, et il le savait. Je lui souriais encore une fois avant de l'embrasser à nouveau et de le reprendre dans mes bras quelques instants avant que l'on ne bouge lui et moi. 
Une fois habillés et prêts à sortir, j'ouvris la porte de notre chambre et sorti le premier, suivit de près par Jonghyun. On s'assura qu'il n'y avait aucun pion dans les couloirs, nan parce que pour sortir de cet internat en pleine nuit c'est pire que la prison. Si t'as le malheur de réveiller quelqu'un qui dort c'est foutu, et si tu croise un pion ou un professeur ou même una dulte quelconque, c'est le drame. Pour le moment, personne à l'horizon. Et puis en plus, pour sortir, vu que le porte est fermée à clé et que je sais pas encore l'ouvrir malgré mon surnom, fallait passer par la fenêtre mais pour ça fallait atteindre la poutre et une fois sur le rebord de la fenêtre fallait passer dans l'arbre et après être descendu de l'arbre, fallait traverser le parc et aller escalader le grillage qui entourait l'internat pour arriver dans les bois. C'était un bordel pas possible. Enfin bref. On descendit l'escalier ensemble sans faire de bruit et en surveillant l'arrivée d'un adulte quand une idée me traversa l'esprit. En fait je suis trop con quand je veux. J'entraînais donc Jonghyun avec moi vers la porte d'entrée, le surprenant un peu visiblement. D'un revers de la main, je fis apparaître un double de la clé de la porte avec un sourire. Jonghyun sourit à son tour tandis que j'ouvrais la porte le plus doucement possible lorsqu'il me dit : 

- Ha bah tiens, je vais en profiter pour m'en procurer une aussi.

Je le regardais en souriant avec un léger rire, ayant compris qu'il l'avait dupliquer, avant que l'on sorte tous les deux. Je fermais la porte derrière nous, toujours en essayant de faire le moins de bruit possible avant que l'on se dirige vers le grillage que l'on passa sans mal. Une fois de l'autre côté, on commença à se diriger vers je sais pas où en fait, mais vers quelques part, main dans la main. 
On finit par arriver au lac. La nuit était douce, le ciel dégagé et personne à l'horizon. On avait commencé à en faire le tour quand il y eût un blanc si je puis dire au moment où Jonghyun s'est mis à regarder la lune avec un air mélancolique. Sans trop tarder, je lui ai demandé ce qui n'allait pas. J'aimais pas le voir comme ça, alors tout de suite je tentais d'y remédier. Il m'a répondu d'une voix triste :

- Rien, ne t'inquiète pas, je repensais juste à la lune étincelant au-dessus de mon père adoptif lorsque celui-ci s'est fait assassiné par les chasseurs...
- ... des chasseurs ?
- Oui, j'ai eu la chance d'être adopté par un scorpio à ma naissance et ce sont des chasseurs de scorpions qui l'ont tué.
- Hyun je...

J'avais en vérité aucune idée de quoi lui dire. J'avais beau savoir ce que c'était que de voir le seul parent qu'on ai connu mourir mais malgré cela, je n'avais aucune idée de quoi lui dire. je finissais quand même ma phrase au bout de quelques secondes :

- ... je suis désolé pour toi. 

C'était insuffisant, et je le savais. Notre passé à chacun faisait partie des sujets que l'on avait pas encore abordé, des choses que l'on ne savait pas encore sur l'autre, mais j'étais loin de me douter que nos histoires étaient plus ou moins similaires sur certains points. On s'était arrêtés de marcher depuis qu'il avait parlé la première fois. N'aimant pas le voir comme ça, je lâchai sa main avant de le prendre dans mes bras pour le ramener jusqu'à moi. J'avais passé l'un de mes bras autour de son cou et l'autre autour de lui. Sans trop attendre, il fit de même, se serrant un peu plus contre moi. Il était triste, je le sentais, je savais pas quoi faire, je me sentais impuissant. Il cala sa tête dans le creux de mon épaule avant que je l'embrasse tendrement dans les cheveux et que je cale ma tête contre la sienne, essayant de le calmer entre guillemets  un maximum et le serrant encore un peu plus contre moi. 

Fiche crée par Thundy sur Epicode




" Luhan Ly "



Dernière édition par Kim H. Kibum le Sam 29 Mar - 19:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chen JongDae
Saranghae SHINee et Les Cacahuètes

avatar
profil
Messages : 440
Date d'inscription : 19/11/2013
Sur l'avatar ? : Kim JongDae

Personnage
Age: 18
Pouvoir: Je duplique les choses, moi, et les gens avec qui j'ai un bon feeling
Race précise: Tiger

MessageSujet: Re: • Un mois ça se fête nah ? [ pv. HyunS ]   Jeu 27 Mar - 18:40




Vie de merde…

" Kim Hyun Kibum alias Key & Jonghyun Hae-Won alias Hyun " 
http://www.youtube.com/watch?v=GD74n48J9p4



Je m’étais endormi assez rapidement après Kim, toujours serré dans ses bras de peur de le réveiller en m’écartant. Et puis, autant te le dire, j’en avais aucune envie. Je ne sais pas si j’ai dormi très longtemps mais en tout cas, j’ai bien dormi. J’étais avec lui et tout me facilitait la tâche pour que je rêve ; lui, ses baisers, ses caresses, tout me permettait de m’endormir sans penser à ce qu’il avait pu ressentir comme souffrance. Pourtant, très vite enfaite, la réalité me rattrapa et un cauchemar dans lequel je le dupliquais sans succès (donc en le tuant) vint me hanter. J’ai ouvert les yeux et je l’ai automatiquement cherché du regard, non pas par amour, mais dans la peur que je n’ai pas juste cauchemardé et que, sous le coup de l’émotion, j’eus pu le tuer réellement. Quand je l’eus enfin vu, son sourire permit au mien, tendre et amoureux, de se redessiner instantanément sur mon visage. Ma peur s’envola en une seconde ; c’est à peu de chose près le temps qu’il m’a fallu pour retrouver le doux parfum de ses lèvres. Il serra ma main dans la sienne et, dès que je l’eus lâché pour lui parler, il me serra contre lui comme pour dire « ne t’en fais pas » mais cela m’importait peu. Je lui avais fait du mal. « Un mal pour un bien » est probablement une expression qui peut s’appliquer ici mais elle ne me convenait pas. Je restai blotti dans ses bras pendant un moment, de crainte que cette histoire ne s’arrête un jour. Pourtant, je finis par me détacher de lui et, prenant appui sur l’avant de mes bras pour être au-dessus de lui, je lui dis, avec tout l’amour possible dans la voix :

- Coucou Honey.

U
ne phrase. Deux mots. Si simple et pourtant si complexe. Ma voix laissait paraître toute la tendresse du monde et pourtant, je me détestais de l’avoir fait souffrir. Et, là où je me détestais encore plus, c’est que je me disais sans cesse que cela avait été génial et que je serais prêt à recommencer… quand il le voudrait. Je réfléchissais à « tout ça » quand il me répondit, avec une voix tout aussi douce et tendre :

- Hey.



Une phrase. Un mot. Tant d’amour. Impossible. Dans ce cas, pourquoi ? Ne réponds pas, je ne veux pas savoir. Je veux continuer à me dire que tout cela est parfait. Maintenant, laisse-moi reprendre le cours de notre histoire… On se souriait toujours l’un à l’autre, sans jamais être lassés de ces sourires qui caractérisaient un amour si parfait. Kim passait délicatement sa main de mon visage vers  mon cou. Il savait si bien me mettre à l’aise même quand je ne l’étais pas… Au risque de briser un instant parfait –il y en aurait bientôt d’autres- je lui demandai :

 

- Tu t’es réveillé y a un moment ?
- Heu… Environ une heure.

I
l m’avait dit ça de manière à ce que ca passe comme un « ha heu, non mais c’est pas important, on s’en fout » mais moi, je ne pensais qu’à une chose : il n’a pas bougé pour ne pas me gêner et il a bien du s’ennuyer à m’attendre. Avec un sourire boudeur, j’ai ajouté :


 

- T’aurais du me réveiller.
- T’avais l’air tellement bien, et puis jamais je te réveillerais moi.

M
ouais, plutôt hasardeuse l’excuse. Le « moi » à la fin de sa phrase faisait surement référence à un ou deux matins où j’ai du le brusquer légèrement pour pas qu’il se retrouve en pyjama en cours mais bon, je ne voulais pas penser à ça, pas maintenant. Je lui souris, presque machinalement, du sourire qui, d’habitude, le faisait toujours craquer et, en y ajoutant un regard, je le sentis presque fondre. J’en profitai pour l’embrasser à nouveau mais cette fois, de manière plus sensuelle en ajoutant la langue. Il resserra son étreinte en passant son bras autour de mon cou une nouvelle fois pour me caler contre lui. Je ne voulais pas que cette étreinte s’arrête mais la lumière de la lune me donna envie de sortir. J’attendis que nous nous lâchions mutuellement pour l’interroger :


 

- Tu veux pas sortir ? Il faut que je prenne un peu l’air.
- J’allais te demander la même chose.

N
’importe qui aurait pu croire qu’il disait ça pour me faire plaisir mais, au fond de moi, je savais que ce n’était pas le cas ; il avait besoin de sortir, de quitter cette chambre close, pour retrouver l’extérieur. Une dernière embrassade et nous voilà debout. On s’habilla un peu à la hâte, moi d’un jean et d’une chemise, la rouge de notre première rencontre, et lui d’un jean aussi et d’un débardeur blanc. Comme il faisait frais mais pas froid, on ajouta à notre tenue deux gilets noirs. Il fut prêt avant moi et sorti donc en premier. Je le suivais de près, comme toujours, lui tenant la main. Je savais que sortir à cette heure était très complexe mais comme je ne l’avais pas expérimenté, je n’en connaissais pas les astuces précises. On descendait l’escalier ensemble quand je me sentis attiré sur la gauche par Kim qui, visiblement, avait une idée très précise en tête. C’est seulement en arrivant devant la porte que je compris ce qu’il comptait faire. Lorsque la clé apparut, il me fit un sourire que je lui rendis aussitôt, comme d’habitude. J’en profitai pour me faire un double de la clé. On ne sait jamais, ça peut toujours servir.

Après être sorti et avoir refermé la porte le plus silencieusement possible, on se dirigea tous les deux vers le haut grillage formant l’enceinte de l’internat et on le passa sans aucun mal et même avec une certaine classe. Une fois « évadés », je lui pris la main et on s’enfonça dans les bois, sans direction précise et sans but mais toujours main dans la main. La sensation de sa peau contre la mienne me procurait toujours un bien fou, et me plongeait dans une sorte de transe, un bonheur indestructible. Assez rapidement, on est arrivés au lac et la pleine lune éclairait le lac de manière presque verticale comme ce jour-là… Je ne voulais pas tomber dans la nostalgie, pas maintenant que j’avais retrouvé quelqu’un d’important pour moi mais rien n’y fit. La peine, la mélancolie et la haine se firent maîtresses de mon esprit et je ne puis plus que penser à ça. Kim Hyun devait sûrement avoir détecté ma détresse parce qu’il s’empressa de me demander ce qu’il n’allait pas. Je ne voulais pas craquer devant lui mais ma voix ne répondait désormais plus à mes ordres mais à ceux de mon cœur ; elle se fit triste pour lui répondre :


 

- Rien, ne t'inquiète pas, je repensais juste à la lune étincelant au-dessus de mon père adoptif lorsque celui-ci s'est fait assassiné par les chasseurs...
- ... des chasseurs ?


 

Son étonnement était tout ce qu’il y a de plus légitime. Qui parlerait de chasseurs pour des assassins, de plus pour un père adoptif qui, a priori, n’a rien à voir avec un animalik ? Moi. Oui, ce sont bien des chasseurs qui ont tués mon seul père, un scorpio comme moi. Une chance ? Je ne crois pas. Si nous ne nous étions jamais connu, il n’aurait jamais pensé à recommencer ses sorties nocturnes en scorpion avec moi, et ce jour-là, sans moi… Oui, je me sens coupable. Je ne devrais peut-être pas mais c’est le cas. Non. Je ne peux pas dire que ce n’était pas une chance. Pendant ces 5 années, on a vécu ensemble nos 5 plus belles années et peut-être que maintenant, quelque soit l’endroit où il est, Saniiro voudrait que je profite de cette nouvelle chance de bonheur que mon lien avec Key m’offre et surtout pas que je me sente coupable. Mais il n’est pas là pour me le dire donc je n’en suis pas certain. Peut-être qu’il m’en veut, peut-être pas. Enfin… Là n’est plus la question puisqu’il n’est plus là pour répondre.


- Oui, j'ai eu la chance d'être adopté par un scorpio à ma naissance et ce sont des chasseurs de scorpions qui l'ont tué.
- Hyun je...


 

J’aurais aimé qu’il ne termine pas sa phrase. Je n’avais pas besoin qu’il me prenne en pitié juste qu’il me prenne dans ses bras pour me serrer fort et me dire qu’il serait toujours là mais je savais que ce ne serait pas le cas. Il ne resterait pas indéfiniment avec un meurtrier car même si mes crimes étaient légitimes, ils n’étaient du qu’à un souci égocentrique de vengeance. J’avais détruit 3 vies de chasseurs plus celle de mon père. Un destructeur. Voilà le mot qui me vient sans cesse à l’esprit lorsque la passé me rattrape. Pour la première fois, il ne pensa pas comme moi et termina sa phrase, non sans me faire souffrir un peu plus, malgré un désir tout autre.

 

- ... je suis désolé pour toi.

 

Il ne manquait plus que ça. Lui, qui n’était même pas là arrivait à s’en vouloir. A moins qu’il m’annonce qu’un des chasseurs était son père, rien ne pourrait plus injustifié que ses excuses et même si c’était le cas, rien ne les justifiait puisque je ne pouvais pas lui tenir rigueur des agissements de son père. Mais encore une fois, là n’est pas la question puisqu’il y a une chance sur… non il y a aucune chance qu’il soit son fils puisqu’il devait être en Corée à cette époque. Je n’en savais rien parce que notre passé faisait partie des choses que l’on a pas encore abordé ensemble. Quand j’avais commencé à parler, on s’était automatiquement arrêté de faire le tour du lac. Et maintenant, il arrêtait de me tenir la main. Je me sentis immédiatement tombé dans un puits sans fond jusqu’à ce qu’il me prenne dans ses bras, comme je l’aurais souhaité plus tôt. Par réflexe, je me serrai contre lui, passant mes bras autour de lui comme lui les siens autour de moi un instant avant. Je calai ma tête dans son cou et versai une ou deux larmes libératrices tandis que lui m’embrassait dans les cheveux et qu’il calait sa tête contre la mienne surement pour tenter de me réconforter mais sans grand succès.

Quand mes joues furent sèches, je me redressai et, le regardant toujours, lui dit, le plus calmement possible, tentant de cacher les trémolos de ma voix :

- Tu ne devrais pas. Vraiment pas.

J
e ne voulais pas mais les larmes se mirent à couler abondamment sur mes joues quand il me prit dans ses bras. Je restai dans es bras, le resserrant à chaque fois qu’il tentait de se détacher de moi. J’acceptai de me défaire de cette étreinte lorsque mes joues cessèrent de subir le flot infini de perles salées. Il m’entraîna alors dans un coin pour que l’on asseye et il me dit, toujours tendrement avec une voix douce :

- Qu’est-ce qu’il s’est passé ?

- A ma naissance, mes parents détournèrent le regard pour montrer qu’ils ne me désiraient pas. Au début, personne n’a voulu de moi dans la pouponnière et tous les soirs je pleurais. Mais un jour, un homme parvint à calmer mes larmes. Dès le lendemain, peut-être par dépit, les sages-femmes prièrent ce même homme de partir avec moi. J’étais donc un fardeau pour elles. Quand il me ramena chez sa mère, elle nous mis à la porte et on a vécu chez un de ses amis jusqu’à ce qu’il soit obligé de voler pour que l’on puisse survivre. A la suite de cela, on a du vivre dans la rue un certain temps et quand on a enfin trouvé un endroit abandonné pour s’installer, mes transformations ont démarré. Il porta ce fardeau longtemps alors que j’étais au courant. Il gardait un secret qui n’en n’était pas un et quand on a pu enfin mettre les choses au clair, j’ai découvert qu’il était lui-même un animalik et, qui plus est, un scorpio. J’ai alors connu le bonheur mais on volait toujours pour subsister. Quand j’ai appris à maîtriser mon don, on a pu vivre comme une famille normale sans avoir besoin d’être des voleurs. On vécut heureux pendant 5 ans, jusqu’à ce qu’une nuit, sous une lune comme celle-là, il fut tué par des chasseurs de scorpions. Le vide immense qui m’envahit soudainement me mit en alerte et quand je le trouvai, les chasseurs étaient encore là, à côté du corps, comprenant progressivement ce qu’ils avaient fait. Ils eurent alors leur dernière montée d’audace en disant que la mort d’un animalik n’était pas prétexte à pleurs et c’est là que…

L
es larmes retrouvèrent alors le chemin de mes yeux et il me prit la main en relevant mon menton pour croiser mon regard empli d’amour et de tristesse en même temps. Cela m’encouragea à poursuivre mon histoire…

- C’est là que… que… j’ai tenté de les dupliquer. Tu sais comme moi ce qu’il arrive quand c’est la haine qui guide mon pouvoir… Je les ai vus souffrir et tomber et… je m’en suis réjoui.

J
’avais presque craché le dernier mot tellement je me répugnai… Cette fois, je n’y tenais plus, et pleurai à chaudes larmes. J’avais besoin de me retrouver dans ses bras et je m’y jetai donc… pour me cacher et aussi pour trouver une sorte de soutien que ce contact produisait toujours. Sur le coup, je l’ai senti se raidir, sous le coup de la surprise… Je lui chuchotai à l’oreille à quel point je me détestais et me répugnais.

- Tout ça, c’est derrière toi maintenant…

J
e pense qu’il s’en voulait de ne pas pouvoir me consoler mais du coup, je me détestais encore plus d’imaginer –ou pas- ça. Néanmoins, pour ne pas le faire souffrir plus que nécessaire, je repris mes esprits et le dessus sur toutes ces émotions si contraires qui se bousculaient un instant plus tôt en moi. Je continuai alors à conter mon histoire :

- Je m’en suis voulu plus tard parce que j’avais ruiné 3 familles mais je savais que je ne pouvais plus revenir en arrière. Avant de mourir, Saniiro m’avait appris beaucoup de choses sur la vie en général et je voulus, en sa mémoire, perfectionner cet apprentissage. Mais je ne pouvais pas aller dans les écoles normales. Du coup, j’ai un peu appris sur le tas en écoutant aux fenêtres des écoles. C’est pour ça que je me suis inscrit en première au lieu de la terminale. Pour survivre seul dans la nature et n’ayant pas eu le courage de retourner à notre ancienne maison pour récupérer mes affaires, je volai un peu, dupliquai beaucoup et partis dans des délires de plus en plus présents au fur et à mesure que ma vie avançait. C’est de là que vient ma folie, du moins je pense…

J
’avais fini de lui raconter mon histoire et j’en étais soulagé. Ce fardeau que j’avais porté seul tant d’années avait enfin pu être partagé. Il était à présent le seul à savoir que j’avais tué. A cette pensée, mon amour lui devint encore plus fort même si c’est dur à croire pour quelqu’un comme toi. Je voulais maintenant savoir qui il était et je lui posai, avec une voix à nouveau tendre :

- Maintenant, tu sais presque tout de moi, et surtout le plus sombre. Mais, moi, je ne sais rien de ton passé… Qui es-tu Honey ? A part toute ma vie ?

-  Être toute ta vie c'est déjà beaucoup, plus que je ne pouvais l'espérer un jour.


 

Tant d’amour dans deux personnes c’était impossible ? Et bien non, puisque nous débordons d’amour. Je le pris dans mes bras avec tendresse et l’embrassai délicatement sur les lèvres. Il enchaîna après par son histoire et je l’écoutai sans mot dire, sans intervenir, d’une oreille attentive et amoureuse…

 

- A ma naissance, il m'est arrivé à peu de chose près la même chose que toi, mais ils m'ont envoyé dans un orphelinat. Tous me détestaient et me rejetaient, que ce soit les adultes ou les plus jeunes excepté une vieille dame qui s'est occupé de moi jusqu'à ce qu'elle meurt à mes 5 ans. Là, j'ai, continué à vivre 7 ans dans cet orphelinat, seul, sans personne, jusqu'à ce que je me décide à partir. De là j'ai vécu dans la rue, c'est grâce à mon don que je suis encore en vie. A 14 ans j'ai pris un avion pour la France, sans trop savoir ce que j'allais y faire. J'ai erré pendant presque trois ans dans la rue jusqu'à tombé sur l'internat, et c'est là que je t'ai rencontré. A partir de là tu connais la suite il me semble.

E
n effet, je connaissais la suite et in pouvait à présent écrire une histoire heureuse tous les deux…


 

 

Fiche crée par Thundy sur http://epicode.bbactif.com/" class="postlink" target="_blank" rel="nofollow">Epicode



 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luhan Ly
Co - Fonda ~ Graphiste à la Cacahuète ♪

avatar
profil
Messages : 1207
Date d'inscription : 24/06/2012
Sur l'avatar ? : Lu Han

Personnage
Age: 17 ans
Pouvoir: Peut faire apparaître n'importe quel objet (allant de stylo à avion)
Race précise: Neko

MessageSujet: Re: • Un mois ça se fête nah ? [ pv. HyunS ]   Sam 29 Mar - 19:38






Avant je faisais du Gnangnan, mais ça, c'était avant
" Kim Hyun Kibum alias Key & Jonghyun Hae-Won alias Hyun "  

http://www.youtube.com/watch?v=Bkl6AoF5Nd0 (musique valable pour le début mais pas la fin et gif au pif xD)

L'impuissance. C'était tout à fait le mot qui me représentait en ce moment même. Jonghyun se blottissait de plus en plus contre moi, dans mes bras, sans que je puisse réellement l'aider, et ça je le savais. Je m'en voulais de ne rien pouvoir faire, ou de ne pas savoir quoi faire. Cette deuxième hypothèse me culpabilisait encore plus. Je sentis une larme, puis deux, puis bien plus encore couler sur sa joue puis dans mon cou. Je resserrai mon étreinte en même temps que lui se libérait d'un poids. 
On resta ainsi un moment tandis qu'il se libérait doucement de mon emprise. Les larmes avaient cessé et ses joues avaient séché. Il me regarda un moment avant de tenter de me dire quelque chose, tout en cachant les sanglots de sa voix, mais la chose fut dite autrement qu'il ne l'espérait. 

- Tu ne devrais pas. Vraiment pas. 

A peine avait-il parlé que de nouvelles larmes prirent la place des anciennes sur son visage encore légèrement humide de chagrin. Sans plus attendre, ne supportant pas de le voir dans cet état, je le repris dans mes bras. A chaque fois que je tentais de me détacher de lui pour lui parler, il se resserrait contre moi et m'empêchait de m'écarter de lui. Je ne protestais pas, bien au contraire, je ne faisais que resserrer mon étreinte autour de lui, tentant au mieux de le rassurer et de le calmer. 
Lorsque ses larmes cessèrent enfin, le laissant faire, il se libéra de lui-même de mon étreinte. Je le regardai un instant avant de le prendre par la main et de l'emmener dans un coin, non loin de là où on était, mais c'était juste histoire qu'on s'asseye avant de commencer à discuter. Je m’asseyais contre un arbre et lui s'assit à côté de moi, contre ce même arbre. Je le regardais, malgré moi, avec un regard compatissant avant de lui demander, d'une voix la plus douce en tendre possible :

- Qu’est-ce qu’il s’est passé ?

Sans trop attendre, il a commencé son récit, que j'écoutais attentivement sans même penser à l'interrompre :

- A ma naissance, mes parents détournèrent le regard pour montrer qu’ils ne me désiraient pas. Au début, personne n’a voulu de moi dans la pouponnière et tous les soirs je pleurais. Mais un jour, un homme parvint à calmer mes larmes. Dès le lendemain, peut-être par dépit, les sages-femmes prièrent ce même homme de partir avec moi. J’étais donc un fardeau pour elles. Quand il me ramena chez sa mère, elle nous mis à la porte et on a vécu chez un de ses amis jusqu’à ce qu’il soit obligé de voler pour que l’on puisse survivre. A la suite de cela, on a du vivre dans la rue un certain temps et quand on a enfin trouvé un endroit abandonné pour s’installer, mes transformations ont démarré. Il porta ce fardeau longtemps alors que j’étais au courant. Il gardait un secret qui n’en n’était pas un et quand on a pu enfin mettre les choses au clair, j’ai découvert qu’il était lui-même un animalik et, qui plus est, un scorpio. J’ai alors connu le bonheur mais on volait toujours pour subsister. Quand j’ai appris à maîtriser mon don, on a pu vivre comme une famille normale sans avoir besoin d’être des voleurs. On vécut heureux pendant 5 ans, jusqu’à ce qu’une nuit, sous une lune comme celle-là, il fut tué par des chasseurs de scorpions. Le vide immense qui m’envahit soudainement me mit en alerte et quand je le trouvai, les chasseurs étaient encore là, à côté du corps, comprenant progressivement ce qu’ils avaient fait. Ils eurent alors leur dernière montée d’audace en disant que la mort d’un animalik n’était pas prétexte à pleurs et c’est là que…

Il s'était arrêté en plein milieu de sa phrase. Je n'osais lui demander la suite. J'attendrais qu'il me la dise de lui-même, peu importe le temps que ça pouvait prendre. Voyant que les larmes recommençaient à faire surface, je lui pris la main et lui relevai le menton de mon autre main, plongeant mon regard dans le sien. J'y retrouvais, comme d'habitude, tout son amour mais celui-ci était noyé dans les vagues de chagrin que je ne pouvais braver pour lui, même si ce désir m'avait totalement envahit depuis déjà plusieurs minutes. 
Sans que je ne m'y attende, il reprit son histoire, non sans difficulté. 

- C’est là que … que … j’ai tenté de les dupliquer. Tu sais comme moi ce qu’il arrive quand c’est la haine qui guide mon pouvoir … Je les ai vus souffrir et tomber et … je m’en suis réjoui.

C'est à ce moment qu'il craqua pour de bon et que les larmes débordèrent de ses yeux à nouveau. Me prenant par surprise, il s'était jeté contre moi. Surpris, certes, sur le coup, mais très vite je passai mes bras autour de lui et le serrai à nouveau contre mon torse. Il cala sa tête dans mon cou et je sentais, comme précédemment, ses larmes, venant s'y heurter sans gêne. C'était un meurtrier, et alors ? Cette réflexion peut vous paraître ignoble, mais c'est pourtant ce que j'éprouvais. Je l'aimais à un point inimaginable et j'étais capable de tout lui pardonner, absolument tout. Peut être qu'il avait peur que je le quitte après cette nouvelle, que je ne pouvais pas rester auprès d'un tueur, mais c'était tout le contraire. Je ne faisais que l'aimer encore plus, chose qui me paraissait impossible quelques secondes auparavant. Je ne l'aimais pas d'avantage parce qu'il avait tué des gens, non, je l'aimais d'avantage parce qu'il me l'avait dit. Visiblement, à le voir, je devais sans doute être la première personne au courant de ce qu'il avait fait, ce qui nous liait encore plus l'un à l'autre. Si dans un moment pareil mes bras pouvaient lui offrir un quelconque réconfort, même infime, alors jamais je ne le lâcherais. J'ignorais si c'était le cas, mais je m'en voulais toujours, énormément même, de ne rien pouvoir faire. Cette impuissance me devenait insupportable. Je passais une main dans les cheveux de Jonghyun, doucement, tandis que nous restions ainsi un moment avant qu'il ne se redresse légèrement et me regarde à nouveau, après avoir séché ses larmes. Je laissais mon bras autour de ses épaules, ne l'éloignant en aucun cas de moi, et lui prit la main, l'encourageant de façon indirecte à continuer son récit, ce qu'il fit quelques instants après. 

- Je m’en suis voulu plus tard parce que j’avais ruiné 3 familles mais je savais que je ne pouvais plus revenir en arrière. Avant de mourir, Saniiro m’avait appris beaucoup de choses sur la vie en général et je voulus, en sa mémoire, perfectionner cet apprentissage. Mais je ne pouvais pas aller dans les écoles normales. Du coup, j’ai un peu appris sur le tas en écoutant aux fenêtres des écoles. C’est pour ça que je me suis inscrit en première au lieu de la terminale. Pour survivre seul dans la nature et n’ayant pas eu le courage de retourner à notre ancienne maison pour récupérer mes affaires, je volai un peu, dupliquai beaucoup et partis dans des délires de plus en plus présents au fur et à mesure que ma vie avançait. C’est de là que vient ma folie, du moins je pense… 

Ça y est, je connaissais à présent son passé. J'aurais aimé pour lui qu'il soit bien plus joyeux, mais ce n'était pas le cas. Il se sentait coupable, c'était compréhensible, mais je n'aimais vraiment pas le voir comme ça. Il s'était cependant calmé depuis tout à l'heure, ce qui me faisait me sentir mieux également. Mais, à présent, et j'attendais qu'il me la demande, il allait sans aucun doute me demander ce qu'il en était de mon passé. A vrai dire, j'étais dans la même situation que lui quelques minutes auparavant : je n'en avais jamais parlé à personne. Il n'avait rien de très glorieux mais il n'était pas non plus révélateur de choses graves. Enfin quoiqu'il en soit, la question arriva, mais de manière plus ou moins inattendue si je puis dire. 

- Maintenant, tu sais presque tout de moi, et surtout le plus sombre. Mais, moi, je ne sais rien de ton passé… Qui es-tu Honey ? A part toute ma vie ?

Sur le coup, après avoir entendu ces mots, je ne savais quoi lui dire. Je l'aimais à un point absolument inimaginable et m'étais persuadé que je ne le méritais pas environ une heure plus tôt et là, il me disait que j'étais toute sa vie. Si seulement il pouvait ne serait-ce qu'imaginer ce qu'il était pour moi... Même moi je n'arrivais pas à me l'imaginer. Sans trop attendre, je lui répondis presque instinctivement, avec un regard illuminé d'amour :

-  Être toute ta vie c'est déjà beaucoup, plus que je ne pouvais l'espérer un jour.

A ces mots, ce fut lui qui me prit dans ses bras cette fois, me serrant fort contre lui à son tour avant de serrer légèrement son étreinte pour m'embrasser tendrement. Ce baiser dura un moment. Notre amour était tellement fort qu'il était dur d'y croire, même pour nous, même pour moi. Je passais à nouveau ma main dans son cou dès que nos lèvres se quittèrent, le regardant tendrement. Nos deux visages n'étaient qu'à quelques centimètres l'un de l'autre. Je sentais son souffle sur mon visage. Ma main passa légèrement dans sa nuque, au début de sa chevelure, tandis que nos regards ne se détachaient pas l'un de l'autre. Baissant légèrement les yeux avant de les remonter vers les siens, j'entamais à mon tour mon discours si je puis dire :

- A ma naissance, il m'est arrivé à peu de chose près la même chose que toi, mais ils m'ont envoyé dans un orphelinat. Tous me détestaient et me rejetaient, que ce soit les adultes ou les plus jeunes excepté une vieille dame qui s'est occupé de moi jusqu'à ce qu'elle meurt à mes 5 ans. Là, j'ai, continué à vivre 7 ans dans cet orphelinat, seul, sans personne, jusqu'à ce que je me décide à partir. De là j'ai vécu dans la rue, c'est grâce à mon don que je suis encore en vie. A 14 ans j'ai pris un avion pour la France, sans trop savoir ce que j'allais y faire. J'ai erré pendant presque trois ans dans la rue jusqu'à tombé sur l'internat, et c'est là que je t'ai rencontré. A partir de là tu connais la suite il me semble.

En effet, lui et moi connaissions la suite. Ce mois passé à ses côtés était sans aucun doute le plus beau qu'il m'a été donné de vivre, même du temps où l'on s'était occupé de moi durant mes cinq premières années. Il m'avait offert autant d'amour que je n'en espérais pas en toute une vie, j'espérais lui en avoir apporté autant voir plus en retour, mais je l'ignorais. Il avait déjà connu l'amour. Il avait déjà été aimé et avait déjà aimé. Si ça se trouve je n'étais qu'une des nombreuses personne sur sa liste des gens qu'il avait aimé, si je puis dire. Il n'avait pas abordé ses conquêtes et moi non plus, même si de mon côté il y avait genre rien à dire. Si ça se trouve, cet amour que je trouvais si exceptionnel n'était genre qu'un amour banal pour lui. Il interrompit mes pensées en me disant :

- Notre passé est si sombre alors que l'amour que j'ai pour toi est si clair et lumineux... Mon âme est devenue si noire alors que le cœur que je t'offre est si rouge d'amour... Je ne pourrais rien expliquer à propos du lien qui nous unit et pourtant je voudrais tellement le comprendre... Si tu savais comme je t'aime putain...

Ces mots m'avaient entièrement rassuré sur le moment, même si je ne pouvais m'empêcher d'avoir des doutes si je puis dire. Mais peu m'importaient ces doutes, je décidais tous simplement de le croire lui et non ces histoires que je pouvais m'inventer. 
En me disant ces derniers mots, toutes ses dernières larmes avaient fait surface et le voilà qui pleurait de nouveau à chaudes larmes, mais une dernière fois. Ce n'était pas des larmes de tristesse, pas non plus des larmes de joie, à vrai dire je saurais pas vraiment dire, mais il n'y avait pas de quoi s'alarmer si je puis dire. Je le reprenais instinctivement dans mes bras et lui fit de même à peu près en même temps. Dans les bras l'un de l'autre, on ne faisait que se rapprocher au fur et à mesure, même si c'est dur à croire. Quelques larmes perlaient à présent sur mes joues, sans doute sous le coup de l'émotion. Je l'embrassais tendrement et longuement dans le cou avant de caler ma tête dans le creux de son épaule, mes quelques larmes tombant en même temps sur lui. Il avait dut les sentir car il m'avait rapproché encore un peu plus de lui et m'avait à son tour embrasser doucement dans les cheveux. Un amour véritable, c'est tous ce que je souhaitais en ce moment même. J'y croyais, et je savais que Jonghyun était sincère. Il l'avait toujours été et le sera, je l'espère, pour toujours. L'on se détacha légèrement l'un de l'autre, quand nos larmes à tous les deux avaient cessés. Nos deux visages restaient collé l'un contre l'autre, ma main dans son cou et la sienne dans le mien. Puis je la passais ensuite dans ses cheveux, doucement, avant de lui dire :

- Sranghae Hyun, nan dangsin-eul salang haeyo dangsin-ege bangbeob-eul moleugess-eoyo...
(trad : Je t'aime aussi Hyun, tu peux pas savoir à quel point je t'aime...)

A ces mots, Jonghyun me sourit, comme il savait si bien le faire pour me faire ressentir son amour avant de rapprocher de nouveau nos lèvres et même autre chose. Elles ne se quittaient que pour se retrouver à nouveau. Cet échange entre guillemets dura un moment, un moment qui ne durai jamais assez longtemps à mon goût. Quoiqu'il en soit, l'on finit par se séparer lui et moi, enfin séparer est un bien grand mot étant donné que l'on était toujours en contact entre guillemets. Mes doutes revinrent me hanter à ce moment là. Je les détestais. Vraiment. J'eus un regard à demi-paniqué entre guillemets, seulement Jonghyun l'avait ressenti et aussitôt et je dirais même instinctivement, il m'avait calé contre lui, passant ses bras autour de moi. Je laissai tomber ma tête dans le creux de son épaule et me laissai rassuré par sa présence, son étreinte et sa chaleur.Il faut croire qu'il avait le don pour me calmer si je puis dire. S'il partait un jour ce serait la fin de tout. Du moins pour moi. Faut vraiment que j'arrête de penser à des trucs tristes dans un moment pareil ça casse genre tout. Je décidai donc d'envoyer ces pensées de cacahuète ailleurs et profitais de cet instant si parfait avec Jonghyun. 
On resta ainsi pendant un moment, sans rien dire, profitant chacun de la présence de l'autre.  Comme tout à l'heure, dans la chambre alors qu'il était encore endormi, je sentais sa respiration mais à l'inverse si je puis dire, étant donné que c'est moi qui était au dessus entre guillemets et pas l'inverse. Il avait toujours ses deux bras autour de moi, et ni lui ni moi n'avions l'air décidé à bouger. J'ignorais quelle heure il était et honnêtement, je m'en fichais royalement dans un moment pareil même si le temps était devenu, depuis un mois, mon ennemi. Enfin bref. Le silence qu'on avait installé lui et moi fut rompu par Jonghyun, lorsqu'il me dit :

- Je crois que je tiens plus à toi qu'à moi même, et pourtant dieu sait que je m'aime...

Je devinais le sourire qui avait du s'afficher sur son visage, que je ne pouvais voir, quand il avait dit ça. Il avait le don pour détendre l'atmosphère. Cela le rendait encore plus parfait qu'il ne l'était même si en théorie, sa phrase marche pas parce que si je reprend nos délires de la dernière fois on est dieu à deux donc voilà, on sait forcément qu'il s'aime. Enfin bref. Passons. Trop bien, je commence à repartir dans me délires, ça va être cool ça. Bref. Ouais, Bref est de rtour, accrochez vous les patates. 
En parlant de ça, enfin le ça voulait dire amour au cas où t'aurais pas compris, on avait abordé notre passé mais pas nos ex, jamais. Enfin de mon côté y a pas grand chose à aborder vu qu'il y en a pas eu mais du siens, je savais pas. Il m'avait pas dit. Peut être qu'il avait honte parce qu'il avait été célibataire toute sa vie même si cette option me semble totalement improbable vu son physique et même son caractère, ou peut être qu'il voulait pas me le dire parce que les ex en question était des filles, ou alors je sais pas et je vais arrêter d'essayer de deviner et je vais lui poser la question, ce sera plus simple. Mais en fait ça m’avance pas trop parce que je vois pas du tout comment lui poser la question pour que ça passe vu que je sais pas si il était gay avant ça, et là le ça voulait dire notre histoire même si j'aurais pu trouver un mot un peu mieux que ça pour la désigner, ou si il était hétéro. Et pour le coup j'avais absolument aucun moyen de deviner. Mes dons de devin ont leurs limites. Enfin bref. Je tentais donc un truc :

- Au fait, en parlant de ça, tu m'as jamais parlé de tes ex copines, ou copains, en fait je sais pas. On va dire de tes ex hein.
 
Je m'étais genre complètement embrouillé tout seul dans ma phrase; je voulais dire un truc mais c'ets un autre truc qu'est sorti à la place. Enfin y a juste à la lire pour comprendre la grosse merde que j'ai fait. Mais, visiblement, ça aura au moins eu le mérite de faire rire le destinataire de cette phrase de bon cœur. Ça faisait plaisirs de l'entendre rire plutôt que pleurer. Je tournais la tête pour pouvoir le regarder, lui me regardait déjà avec un regard tendre et amusé avant de m'embrasser. J'avais prévu le coup si je puis dire, même si cette phrase est un peu chelou, et avait passé par anticipation ma main dans ses cheveux tandis que lui continuait ses petites affaires. Ouais, utiliser des images dans ce genre de situation c'est un peu bizarre mais on va dire que ça passe parce que t'as très bien compris ce qu'il est en train de se passer donc voilà, chut. Quand l'échange entre guillemets prit fin, je laissais ma tête tourné pour pouvoir le voir et lui me répondit avec une voix amusé toujours :

- A part toi, rien de serious, juste deux exeus mais bon, je me souviens même plus de leurs noms et elles ont jamais ne serait-ce qu'approchées ces lèvres.

Aller, c'est parti, je reprend mes analyses bêtes et inutiles. 
Alors déjà, à part moi, rien de sérieux. En gros je suis sa première vraie aventure, ça ça a genre trop méga la classe puisque en gros ça veut dire qu'il était vierge y a environ 4 heures.  Tu me diras ça marche aussi dans l'autre sens, et ça c'était très bizarre comme phrase, vu que ça marchais aussi pour moi vu que à part lui y avait eu personne donc ça risquait pas d'être sérieux en théorie et puis pare que j'étais genre comme lui y a 4 heures. Mais on s'en fou, laisse moi dans mon délires et laisse moi me dire que ça a trop la classe et puis voilà. 
Ensuite, il a bien insisté sur le E à ex histoire de me répondre correctement à ma question complètement cacahuété. Autrement dit, c'est moi et moi seul qui l'ai rendu gay. Je suis genre méga trop fort de la lune qui tue. Non non, je faisais aucune allusion avec le mot lune. Faut dire, comment résister à mon charme voyons ? C'est juste genre impossible *sort*. Et là, va te faire cacahuète M., ça marche pas dans l'autre sens vu que comme j'avais rien testé je pouvais pas dire si j'étais gay ou pas donc c'est moi qui ai gagné et puis voilà, je suis trop fort de la league des mamouths ambulants. 
Après ça, il se souvient plus de leurs noms. Franchement c'est pas gentil. Il aurait pu faire un effort surtout que je compte pas lui laisser l'occasion de se souvenir d'autres filles à part moi j'allais dire mais ça marche pas donc voilà et va te faire tromper par un éléphant rose Mme. Krajevitch et c'était pas le tromper au sens où vous l'entendez. Là y a que mon Hyun qui peut comprendre tout de suite je pense, et oui MON Hyun, c'est mon mien, on touche pas. Propriété privé, désolé les filles et peut être certain mecs. 
Et donc enfin, pour conclure cette analyse pas du tout méthodique, j'ai genre trop aimé le " elles ont jamais ne serait-ce qu'approchées ces lèvres ". Bah j'espère bien attend, ça c'est mon précieux à moi. J'allais dire que ça fait pas du tout narcissique comme phrase et je t'encahuète encore Mme.Histoire. Ou alors il me ment pour que je me sente privilégié. Nan, on s'en fou, passons. Le mouvement circulaire qu'il a fait autour de ses lèvres en même temps c'était genre à tomber par terre. Sauf que je suis déjà par terre donc en théorie je peux pas tomber plus bas que par terre et je peux pas tomber par terre si je suis déjà par terre. Et là, ça n'a absolument rien à voir, mais je viens de me fail comme une patate douce essayant de chanter Sherlock sur Note mais osef, passons. 
Plus de la moitié d'une page word pour faire une analyse inutile, c'est cool ma vie.
Après tous ce gros pâté, qui a pas duré très longtemps en fait mais voilà, Jonghyun à finit par me dire un truc, tout en me souriant, bah oui n'allons pas casser les habitudes ce serait triste :

- Je te retourne la question.

Je m'y attendais. Sauf que la question venant de lui passait pas comme la question venant de moi. Nan parce que moi je lui avais demandé ça avec toute l'innocence du monde, mais lui vu comme il était jaloux, ça pouvait limite devenir dangereux. Nan parce qu'il suffit qu'une personne, je vais pas dire fille ou mec gay ou mec tout court parce qu'après ça devient long et c'est devenu long parce que je l'ai dit mais osef, me regarde un peu bizarrement ou autres, il est pas content et il se démerde toujours pour montrer de façon très direct à l'autre personne " il est à moi dégage ". Je pense que j'ai pas besoin de vous faire un dessin, vous avez compris comment. C'est peut être pour ça qu'il me mord tous les soirs comme un vampire ou un zombie en fait. Il l'avait refait tout à l'heure d'ailleurs. Oui je sais, je me fait cette réflexion que maintenant. Enfin, tout ça pour dire que heureusement que j'ai pas d'ex tout court parce que sinon attention. N'empêche c'est marrant des fois de le voir en pleine crise de jalousie. C'est bête que ça arrive pas plus souvent. Bref. Passons. Je tentais donc de lui répondre simplement, mais, comme d'habitude, sinon c'ets pas drôle, j'ai complètement merdé :

- Non, personne à part toi. Sauf que théoriquement vu la question que je t'ai posé ça marche pas vu que t'es pas encore mon ex. Enfin bref. 

Reprendre les gens j'adorais mais voilà que je me mettais à me reprendre moi même. Dans ce cas là, vu toutes les conneries que je dit, c'est plutôt mal barré. 

Fiche crée par Thundy sur Epicode




" Luhan Ly "

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chen JongDae
Saranghae SHINee et Les Cacahuètes

avatar
profil
Messages : 440
Date d'inscription : 19/11/2013
Sur l'avatar ? : Kim JongDae

Personnage
Age: 18
Pouvoir: Je duplique les choses, moi, et les gens avec qui j'ai un bon feeling
Race précise: Tiger

MessageSujet: Re: • Un mois ça se fête nah ? [ pv. HyunS ]   Dim 30 Mar - 20:55










Je suis une pharmacie et mon gif n'a rien à voir et retour du n'importe nawak…



" Kim Hyun Kibum alias Key & Jonghyun Hae-Won alias Hyun " 
http://www.youtube.com/watch?v=GD74n48J9p4







- Notre passé est si sombre alors que l'amour que j'ai pour toi est si clair et lumineux... Mon âme est devenue si noire alors que le cœur que je t'offre est si rouge d'amour... Je ne pourrais rien expliquer à propos du lien qui nous unit et pourtant je voudrais tellement le comprendre... Si tu savais comme je t'aime putain...



 



Bon, ok, le putain était peut-être en trop mais il avait aidé le reste –pas très grand- de larmes que j’avais en stock à s’en aller… *HOOOOoooooo* N’empêche, ça a du bon de chialer de je ne sais pas quoi, tristesse ou joie ou les deux, parce qu’il m’a repris dans ses bras. *Putain connard je veux ta place* Depuis quand tu parles l’esprit ? D’habitude t’es que dans ma tête pas sur mon clavier… Bref, tais-toi je suis encore censé faire du mignon et puis j’ai une transition (pas démographique) à faire. Let’s go les violons, je suis reparti pour du gnangnan. On resserrait tous les deux notre étreinte pour laisser nos larmes disparaître avant de se regarder. Enfin, regarder est un bien grand mot puisque nos fronts étaient collés, et nos mains étaient restées dans le cou l’un de l’autre et l’autre de l’un. T’as pas compris ? Tu poses les questions à la fin, là je bosse ok ? T’es pas d’accord ? Tant pis, t’attends quand même. Et puis, il s’est amusé à passer sa main dans mes cheveux pour mon plus grand déplaisir… heu pardon, plaisir… Là il a dit un truc trop mimi du soleil qui tue (démerde-toi pour la trad. elle est juste au-dessus donc tu fais pas pistache) :



 



- Saranghae Hyun, nan dangsineul salang haeyo dangsin-ege bangbeob-eul moleugess-eoyo...



 



Bah, comme je savais pas quoi dire, j’ai souris. NAAAAN ! Moi j’ai souris ? C’est tellement rare… Il m’aime aussi donc c’est déjà ça. Bon, en même temps, on a couché ensemble il y a à peu près j’en sais rien enfaite donc à peu près quelques heures, voilà, donc j’espère bien qu’il m’aime. Son début de phrase était donc trop parfait sauf que la fin est pas top. Comment ça tu vois pas pourquoi ? Il a quand même dit « je peux pas savoir » alors que je suis dieu, donc par définition, je sais tout. Enfin bref. Il a pas réagi comme je m’y attendais à mon sourire. En effet, il a eu un regard genre « je panique ». Non, je n’ai pas lu le rp et je l’ai pas en parallèle pour rien oublier, qu’est ce que tu crois ? Que je triche ? C’est pas de la triche d’abord ! Enfin bref, brefons. Bon, c’est pas tout ça mais je l’ai repris dans mes bras pour le calmer et on est resté un moment comme ça, le temps que je trouve the phrase qui va tout casser mais qui a au moins le mérite de détendre l’atmosphère :

 
- Je crois que je tiens plus à toi qu'à moi même, et pourtant dieu sait que je m'aime...




 



Bon, ok, dieu c’est nous, mais bon, ça passe. Ca montre qu’il sait à quel point je me kif *smack sur moi-même et sors* et donc, il imagine –si c’est possible- à quel point je LE kif. Bon, concrètement j’ai souris et il a deviné. Je le sais parce que j’ai lu son rp avant de venir répondre donc bah voilà. Tu va chier des pistaches et tu me fous la cacahuète. Bon, heu, c’est pas que je sais plus quoi faire ou dire mais ce serait bien de trouver un truc parce que sinon moi je crois que ça repart en cacahuète tranquille et tout, et au milieu du lac pour faire plaisir à Benjamin… Non Benjamin n’est pas censé exister dans notre histoire parfaite mais bon, si jamais un jour on se sent seuls tous les deux, on sait jamais… HAAAA ! Vision d’horreur ! Ne reparle plus jamais de Benjamin. Pourquoi d’horreur ? J’en sais rien parce que ça ferait deux beaux gosses trois quarts au même endroit donc… Ha si je sais enfaite, c’est parce que moi (Ysaline) dans la logique des choses, je serais pas là, enfin si mais par le biais de Jonghyun qui, si il était là en vrai ne serait pas moi, et donc je ne serais pas là. Enfin bref, t’as compris l’idée. Je commençai ou plutôt recommençai mes caresses dans son dos genre « attention à toi parce que si tu bouges pas ou parle pas moi je vais bouger ». J’ai pas besoin de te faire un schéma, t’as bien compris je pense… J’ai un sourire sadique dans ma tête quand je pense ça, au cas où t’y aurais pas pensé tout seul ou toute seule j’ai pas encore défini ce que t’étais l’esprit même si je pense que t’es un esprit et pas une esprite. Enfin bref, osefons…



 



- Au fait, en parlant de ça, tu m'as jamais parlé de tes ex copines, ou copains, en fait je sais pas. On va dire de tes ex hein.



 



Il est trop fort, trop beau, trop bon… chanteur et danseur, trop gentil, trop tout, et maintenant trop devin… il est presque trop parfait ; j’ai dit presque hein, va pas t’imaginer que toi tu peux faire l’affaire parce que t’es pas parfait… Bref. Bon, alors, déjà il a posé sa question de manière trop embrouillée mais trop mimi et du coup, bah je l’aime encore plus. C’est con à dire parce qu’à chaque fois qu’il ouvre la bouche, je l’aime un peu plus. Et puis, en plus ça fait parti des sujets qu’on a pas encore abordés donc c’est légitime de sa part de vouloir savoir, surtout dans le contexte vu qu’on parle du passé… Enfin bref, je sais pas trop quoi répondre parce que j’ai pas eu de vrais ex puisque c’était des amourettes que je m’en souviens même pas trop donc… Bon, je vais avoir  l’air con si je lui dit que c’est le premier truc qui me sert de Honey. Non, mais c’est quoi cte phrase ! je suis trop couillonne (Ysaline) des fois, souvent enfaite… La bonne phrase c’est : je vais avoir l’air con mais je m’en fous parce que c’est le premier qui a su trouver le chemin de mon cœur. *HHHHOOOOOoooo* Chut ! Bon, bah, je vais être honnête alors :



 



- A part toi, rien de serious, juste deux exeus mais bon, je me souviens même plus de leurs noms et elles ont jamais ne serait-ce qu'approchées ces lèvres.



 



Le serious c’est parce que ma chanson du moment c’est Why so serious ? de SHINee ! Waow révélation, je connais SHINee ! Enfin bref. Il fallait que je sache si ses lèvres avaient déjà été délicieuses pour quelqu’un d’autre. Sauf que moi, j’allais pas partir dans une question compliquée, je lui ai juste dit :



 



- Je te retourne la question.



 



Sauf qu’en 5 mots, j’en sous-entends plus de 10 000. Déjà, il sait à quel point je suis jaloux donc, il va falloir qu’il fasse gaffe s’il me cite des gens de l’internat. En plus, il sait que je suis prêt à tout pour montrer qu’il est mon mien à moi tout seul que j’ai gagné tout pour moi sans partage possible avec qui que ce soit même un double de moi. Je crois que j’ai déjà eu une ou deux petites crises de jalousies alors qu’on était ensemble du genre :



 « - Salut toi, tu connais Key ?



 - Oui.



– Bah je peux te garantir que c’est un amour. N’est-ce pas Honey ? »
En général, ça suffit à faire comprendre « dégage truc il est mon mien à moi (…) sans partage possible avec qui que ce soit même un double de moi ». Et après ce genre de « crise », il me prend toujours dans ses bras en me disant des trucs trop mignons. Putain, je suis trop con, faut que je pète les plombs plus souvent moi… Pendant que je me faisais toutes sortes d’autres réflexions variées genre « il fait ni chaud ni froid c’est cool » ou encore « j’ai pas faim mais j’ai envie de manger c’est étrange » qui durèrent une seconde, je ne l’avais pas lâché ou peut-être que si mais c’est pas précisé dans sa réponse donc on va dire que non et il m’a interrompu pour me répondre, réponse que j’ai écouté dans le plus grand silence, silence oral et inter-têtal c’est-à-dire silence dans ma tête :




 



- Non, personne à part toi. Sauf que théoriquement vu la question que je t'ai posé ça marche pas vu que t'es pas encore mon ex. Enfin bref. 



 



Putain ! Il est fou lui, il me compte déjà dans ses ex ! Il a juste oublié de dire à son cerveau que moi je serai jamais un ex, toujours HIS SEDIBUS, pardon HIS LOVE donc… Tg le cerveau de Key. Si je commence à parler au cerveau de Kim, on est mal barrés… En même temps, même son cerveau est trop parfait, toujours pas dans le sens du trop qui est trop non, non, dans le sens trop qui est trop bien mais pas trop bien enfin juste assez bien, non, pas juste assez, trop mais trop dans ce cas-là c’est positif. J’aimais trop –fin trop… tu vois ce que je veux dire maintenant- sa façon de dire « enfin bref ». Il disait ça genre c’est pas important, il ne faut pas penser au passé juste à nous et surtout pas à un moment qui ‘arrivera pas c'est-à-dire le moment où le « nous » se transformera en « Key ? Nan je connais pas. ». Ou alors, il dit ça totalement innocemment comme il le fait d’habitude ? Enfin bref, spasfons…

- Et puis, ça risque pas d’arriver.

J
e lui avais dit ça avec un sourire genre « attention à ce que tu réponds » mais aussi genre « putain je vais te tuer avec mes yeux ».  
J’avais toujours Kim dans mes bras et j’avais resserré mon étreinte pour dire « non tu ne partiras pas de sitôt mon pote ». Je m’étais tordu un peu dans tous les sens pour pouvoir atteindre ses lèvres et l’embrasser de nuevo. Non, parce que c’est pas tout ça mais bon, ça devait bien faire trois minutes qu’on s’était pas embrassé donc faut pas exagérer après ça devient de la torture. J’aimais bien la sensation que ses lèvres procuraient aux miennes et sa langue entrelacée à la mienne me donnait encore plus envie de rester avec lui tous les jours et pire que ça tous les instants de ma vie. Pourquoi pire ? J’en sais rien. Mais en tout cas, tout va bien c’est pas la cata d’être avec lui donc… Avec un soupir genre « je me fous de ta gueule mais je déconne », il m’a dit – en arrêtant de m’embrasser pour mon plus grand désespoir - :

- Tellement modeste.
- Bah quoi ?
- Fais genre t’as pas comp…

E
n disant ça, il s’était un peu retourné et du coup, je lui avais pas laissé le temps de finir sa phrase que j’avais repris ses lèvres et sa tête pour le sentir encore contre moi. Je pourrais maintenant partir dans toute une analyse inutile des sensations mais comme la madame qui écrit a aucune expérience en la matière pour s’inspirer et bah, elle fait confiance à votre grande connaissance du véritable amour (homo) pour imaginer ce qu’il passe dans la tête de moi à ce moment-là. Je sais ma tournure est pas belle mais j’ai pas envie de la changer donc voilà ça restera pour toujours la tête de moi et pas ma tête mais enfin bon, c’est un peu la même chose qui est juste pas désignée pareille. Bref, advilons.

Sans me décoller de lui, j’avais commencé à nous remettre debout – bah ouais je vais pas me lever tout seul – et à aller vers le lac pour prendre un bain, pas de minuit puisque c’est pas minuit mais de je sais pas quelle heure puisque j’ai aucune idée de l’heure qu’il est et que je me vois mal lui balancer un c’est quelle heure ? Il pourrait le prendre comme un « je me fais chier avec toi quand est-ce qu’on se barre » sauf que c’est juste un « on va prendre un bain dans un lac donc c’est un bain d’une certaine que je ne connais pas donc voilà je  veux savoir l’heure ». Enfin bref, je me suis pas fait chier, je l’ai lâché et j’ai dit :




 



- Ca te tente un petit bain d’une heure certaine en amoureux ?

L
e
principe du bain de minuit c’est à walp dans l’eau mais là c’est un bain d’une heure certaine donc on verra ce qu’il dit…




 



Fiche crée par Thundy sur http://epicode.bbactif.com/" class="postlink" target="_blank" rel="nofollow">Epicode




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luhan Ly
Co - Fonda ~ Graphiste à la Cacahuète ♪

avatar
profil
Messages : 1207
Date d'inscription : 24/06/2012
Sur l'avatar ? : Lu Han

Personnage
Age: 17 ans
Pouvoir: Peut faire apparaître n'importe quel objet (allant de stylo à avion)
Race précise: Neko

MessageSujet: Re: • Un mois ça se fête nah ? [ pv. HyunS ]   Mer 2 Avr - 19:56






 Mon Hyun chéri est un prostit, magnifique, c'est genre trop bien de la langoustine qui médusa II
 " Kim Hyun Kibum alias Key & Jonghyun Hae-Won alias Hyun "  

http://www.youtube.com/watch?v=rKXkRXhNnrU

- Et puis, ça risque pas d’arriver. 
Nan mais je vous jure, ou te jure, ça dépend is t'es un adulte ou pas. Ca faisait très genre " Je suis trop parfait, je suis irremplaçable, tu pourras jamais me quitter ". C'est ce qu'on verra tiens. Nan je déconne c'est pas dans mes plans. Du moins pas pour le moment. Enfin je crois. Et puis merde, pardon pistache, hein, laisse moi tranquille, j'ai ce que je veux dans ma tête. T'imagines pas que tu peux taper l'incruste comme ça sans frapper ou même dire bonjour comme une pitite fourmi dans la nature. Ca existe la politesse. Enfin bref. 
Quoiqu'il en soit, ouais ça fait une belle formule, il m'avait dit ça avec un sourire qui me mettait plutôt même carrément en garde, mais aussi avec un regard de tueur. Non non, je n'ai pas lu le RP au dessus et oui je suis devin parce que je suis dos à lui donc je peux pas voir quelle tête il tire. On va dire que t'as rien vu, se sera notre secret à tous les deux beaucoup parce que voilà. Chut hein, va pas m'enfoncer par derrière. Nan, beuh, berk, au secours, à l'aide, j'ai rien dit, oubliez ça. Je disais donc euh... Bah non je disais plus parce que voilà, j'ai fini de parler de sa tête donc voilà.
J'étais toujours dans ses bras, mais il avait resserré son emprise autour de moi. J'étais genre coincé, je pouvais même pas bouger un peu. Il était genre pas décidé à me laisser partir mon coco Hyun. C'est marrant parce que j'aurais écrit ça deux messages avant j'aurais dit " Je profitais de cette étreinte si extraordinnaire " et tous le bordel avec les violons et les pétales de rose partout sauf que voilà, le gnangnan c'est fini. Maintenant c'est " Rahlala il est chiant je peux même pas me barrer " sauf que au fond, pour rassurer et apaiser les âmes sensibles, je pense la même chose que dans le gnangnan sauf que je le dit pas à voix haute sans parler puisque j'écris, c'est tout. Et là si t'as pas suivit tant mieux parce que moi non plus donc comme ça je suis pas tout seul. Quand il m'avait serré un peu plus contre lui, j'avais un sourire amusé qui s'était affiché sur mon visage. Dégage toi, je t'ai rien demandé, retourne dans ton trou. En fait reste là, déjà parce que t'es bien là, ensuite parce que t'es genre un sourire de tueur et que en plus bah peu importe le trou mais t'ira pas dedans et puis c'est tout. Bref. Je disais donc. J'étais toujours en kif quand il faisait ce genre de truc pour dire " T'es à moi et à personne d'autres ". Ca arrivait souvent en plus. Je le senti bouger un peu bizarrement, mais je le laissais genre complètement faire pour ne pas dire se démerder parce que j'avais bien compris ce qu'il cherchait à faire. Ouais je suis trop fort je devine tout, ou je sais lire, ça dépend des versions. La première est mieux quand même. Nan mais franchement, pourquoi l'aider ? Il est grand, il peut le faire. Il finit donc par arriver à destinnation, enfin si on veut nan parce que la phrase est bizarre, mais t'as très bien compris, et m'embrassa euh... comment dire ça de façon élégante euh... à pleine bouche ? Nan ça c'est moche. Avec la langue ? C'est moche aussi, mais maintenant que je t'ai dit ça de deux mannières différentes t'as très bien compris ce qu'il est en train de faire donc voilà. Alors comme il m'est tout simplement impossible de résister à son charme spirituelle, non je sais pas pourquoi j'ai mis ça mais laisse moi tranquille, j'avais tourné genre un peu la tête histoire de pouvoir y prendre part un maximum et d'en profiter un maximum également. Enfin t'as compris l'idée quoi. Seulement, j'étais genre depuis 5 minutes d'humeur à l'embêter donc j'ai reculé ma tête parce que c'est encore la seule chose que je pouvais bouger, interrompant la notre entrelacement de bidule chouette pistachouette pour son plus grand déplaisirs visiblement vu la tête qu'il tirait. Je le regardais avec un sourire taquin avant de retourner la tête et de la caler dans le creux de son épaule. Et là je lui ai dit un truc de la golum attitude qui tue des mouches voir même des moucherons parce que en fait voilà, ça casse pas des briques, et ça risque pas de casser de sbriques de toute façon parce que j'ai dit que ça tuait des moucherons, enfin bref.
- Tellement modeste.
Et il m'a répondu avec un air et un ton genre tellement innocent que ça passait pas tellement j'avais envie de rigoler. Je sais pas pourquoi mais voilà laisse moi traquille, une fois de plus. 
- Bah quoi ?
Et là, tentative de phrase échoué pa bidule, euh Hyun, pardon, parce que j'avais eu le malheur de tourner un peu la tête vers la sienne. 
- Fais genre t’as pas comp…
Il m'a même pas laissé finir ma phrase mon Hyun chéri parcequ'il a carrément envahit ma bouche avec ses petites affaires à lui, hein, on va dire que t'as compris, c'est comme la dernière fois de toute façon. Il avait passé à nouveau sa main dans ma nuque, m'empêchant de bouger cette fois. Faut croire qu'il avait décidé de pas me laisser reculer cette fois, ça avait pas du lui plaire. Mon pauvre chéri. Je me laissais genre complètement faire, comme une bouée qui flotte et se laisse porter par les eaux, ou comme les petites poussières qu'on voit que au soleil qui se laissent porter par le vent, enfin je me laissais faire quoi. Et je profitais aussi, nan parce que c'est pas tout de se laisser faire mais on peut aussi profiter vu comme c'est genre trop bien de la soupe de poireau au croûtons, c'est gratuit. Ou pas, je sais pas. Et c'est là que je vais apprendre qu'en fait Jonghyun est une prostituée. Ou un euh... prostitué, prostitueuh, prostit ? Allez on va dire ça. Sauf que je vais stopper là parce que c'est pas le cas donc je te dwae la cacahuète. Nan, ça c'était vraiment trop chelou, je m'excuse, du fond du coeur. Enfin quand il a décidé de me lâcher, il était temps, non c'était une blague, enfin lâché, juste ma bouche hein, le reste j'étais encore coincé, il a commencé et même finit par nous remettre debout. Alors là, je sais pas si c'est moi, mais j'ai beau essayé de m'imaginer comme il pourrait nous relever sans me lâcher mais j'y arrive pas, donc imaginez vous tous ce que vous voulez de bizarre je vous laisse carte marron. J'avais pas envie de dire blanche. Et puis il nous a enené vers le lac, qui était pas franchement loin d'ailleurs. J'ai genre eu peur pendant un instant qu'il me lâche dedans, ça aurait bien été son genre pour se venger parce que je l'ai embêté tout à l'heure, mais non, tout va bien, il a rien fait de méchant. Enfin si, il m'a lâché. C'est méchant ça. Vilain Jonghyun, tu sera privé de dessert. Sauf que euh... en théorie, le dessert il l'a déjà eu donc c'est raté. Et bah tant pis, je trouverais bien un truc pour l'enmerder. Puis il s'est foutu devant moi, mais ça c'est une hypothèse de ma part parce que l'autre banane sur patte elle a pas précisé donc voilà, je sais pas. Au pire, dans votre petite ou grosse tête vide, mettez Jonghyun ou vous voulez sauf l'endroit où vous pensez et où je pense également et puis voilà. Et donc, il m'a dit, attention, roulement de tambour inutile parce qu'il l'a déjà dit dans le RP d'au dessus mais c'est pas grave, gâche pas tout mon délire : 
- Ca te tente un petit bain d’une heure certaine en amoureux ? 
Je le regardais genre bizarrement, enfin je crois puisque je peux pas encore me voir. Si le certaine heure sous entendait minuit ça allait sûrement lui faire plaisirs, je pense que vous connaissez tous le principe d'un bain de minuit donc j'ai pas besoin de m'étendre sur la question ni sur autre chose du moins pas pour le moment, sauf que voilà, je l'ai dit plus haut, je suis d'humeur à l'embêté, donc on va dire d'une autre heure. Tant pis pour lui, fallait pas être vilain et me lâché. Je l'avais prévenu. Dans ma tête mais je l'avais prévenu, vous êtes témoins. Il a rien le droit de dire d'abord. Mais au cas où t'aurais toujours pas compris, oui ça me tentais. Attend, t'as vu ce corps de rêve franchement ? Si tu l'as pa vu tant pis pour toi mais si tu l'as vu, franchement, ça vaut le coup d'être tenté. Enfin bref. D'humeur à faire chier, comme dit précédement, j'ia genre pa spu m'empêcher de lui répondre avec un sourire genre je me fou de ta gueule gentiment mais je t'aime quand même donc voilà :
- En même temps, on va pas faire ça entre castor. 
Il m'a regardé genre " mon dieu qu'est-ce que tu peux sortir comme connerie des fois " avant de me répondre, bien sagement :
- Surtout qu'on est pas des castors, en tout cas, pas pour ma part.
Quoi ? Il est en train de me traiter de castor là ou je rêve ? Franchement, est-ce qu'un dieu comme moi peut être comparé à un castor, franchement ? N'importe nawak dan sla tête du dieu d'en face je vous jure. Rahlala, ces jeunes. Enfin ces vieux, nan parce que c'ets moi le plus jeune. Sauf qu'il a genre un an et des poussières d'asticot fermenté pour les lardons de schtroumph bleu dans le camembert pour faire la tartiflette avec une histoire de cannard de je sais plus quoi la connerie que j'avais dit au tennis d'écart avec moi donc je peux pas parler de vieux quand on a 18 ans. Oh puis merde, je fais ce que je veux donc foutez moi la paix une fois de plus. Je vous ai rien fait donc laissez moi tranquille à la fin. Je suis pas un castor ok ?! Je suis pas un castor. 
Enfin histoire de me rassurer avec ces histoires de castor il m'avait genre sourit, bah oui comme d'habitude sinon ce serait triste, avant de se rapprocher à nouveau de moi pour faire ? Pour faire quoi hein ? Si t'as bien écouté ou lu ce qu'il y a au dessus t'es censé pouvoir deviner tout seul vu qu'on fonctionne toujours de la même façon : je dit un truc et il m'agresse de la façon la plus violente qui existe. Pour les plus longs à la détente, cette phrase était bizarre et si tu la truvais pas bizarre avant et bah grâce à moi tu la trouve bizarre et c'est bien fait pour toi fallait pas m'embêter, il m'a embrassé, doucement au début et après c'est parti en vrille, mais ça je t'en parle tout à l'heure. Oui je sais, il m'a encore embrassé. Ca devenait lassant à force. Nan je déconne, à cent pour cent. Alors, comme je le disais précédement, c'est parti en vrille. Histoire de pas changer nos coutumes inexistantes, il m'a genre embrassé doucement, comme dans les films romantiques, lèvres à lèvres quoi, mais après il a genre forcé l'accès et a entrelacé nos langues pour notre plus grand plaisirs à tous les deux. Ca doit être la première fois que je met autant de détail. Enfin de toute façon, au point où en est ce RP, j'ai genre plus rien à perdre donc let's go pour les détails. Sauf que ce baiser, après avoir duré une durée indeterminée, a prit fin, comme d'habitude quoi. Et comme il s'est genre passé la même chose pendant le baiser en question je vous passe les détails. Je suis trop gentil faut que j'arrête. Bref. 
Je me suis rendu compte que je lui avais toujours pas répondu en fait. Et comme j'ai pas donné de réponse explicite, même pour lui qui devine beaucoup de chose me concernant, et bah il pouvait pas savoir. Tous ce qu'il savait c'est que je m'étais genre foutu de sa gueule gentiment et... et puis c'est tout en fait. J'avais genre la flemme de lui dire de façon explicite, donc en gros j'allais lui dire ça de façon implicite. Là, j'avais genre plusieurs options pour le lui faire comprendre. Je décidais de choisir la plus simple et la plus agréable pour moi. J'ai besoin de te faire un dessin ? Pas besoin vu que je vais te l'écrire en détail. Et si après ça t'as toujours pas compris bah... va te faire cuire des pistaches aux oignons. Ca t'occupera surement plus intelligement que de lire ce RP. Etant donné qu'il était gere à 50 centimètres de moi, c'était genre plutôt pratique vu que j'avais pas à bouger. Ouais, je suis un flemmard de la vie qui en... nan, je me tais. Ca pourait endommager notre santé mental à tous. Ou juste à moi mais ça suffit, c'est déjà suffisament grave comme ça. Enfin bref. Tous ça pour dire que tout en m'approchant carrément de lui pour l'embrasser " tendrement " dans le cou et ouais j'ai mis les guillemets, je passais mes mains sous son gilet ouvert au niveau de ses épaules et le faisait glisser sur ses bras jusqu'à lui enlever et le jeter un peu plus loin. Je m'écartais de son cou pour le regarder un instant. Il me regardais avec : vas y, devine quoi ? Un sourire. Ouah, t'es genre trop fort. Comment t'as fait pour deviner ? Il était visiblement satisfait de ma réponse entre guillemets, oui bah je les metterais pas à chaque fois les guillemets donc tant pis pour toi, et me regardais avec un regard genre " Vas y continue, te gênes pas ". Ouais, son regard il parle, et alors, c'est quoi le problème ? T'as jamais vu un regard qui parle ? Tu crains mon pote. Il est temps que t'aille t'abonner à nos amis les ratons laveurs de Hobbit. Enfin bref. Je baissais mon regard, et pas autre chose, sur son torse, un peu trop couvert à mon goût. Je remarquais qu'il avait la même chemise que le jour où on s'était rencontré. Cette information capitale ne sera d'aucune utilité pour la suite, du moins en théorie, donc tant pis mais voilà, au moins vous le savez. Je remontais mes mains au début de sa chemise et commençais à défaire les boutons un à un jusqu'à défaire le dernier. Jonghyun me regardait faire sans rien dire ou tenter, me laissant totalement faire. J'aurais pu lui faire n'importe quoi qu'il m'aurait rien dit. C'est tentant du coup de tenter un truc. Ouais, répétition, je m'en fou. Mais bon, je vais rien tenter de chelou. Je remontais mes mains doucement sur son torse. Il était genre toujours aussi bien sculpté que depuis tout à l'heure, en même temps, c'est normal. Du moins il me semble. A moins qu'il y ai un vilain petit lutin de Barcelone qui vient la nuit pour voler les abdos des gens, en théorie, ça marche pas. Bref. Après avoir remonter jusqu'à ses épaules, je faisais la même chose que tout à l'heure avec son gilet sauf que je faisais ça avec sa chemise. Ouah, révélation. Bref. La sensation de mes mains sur ses bras s'était juste à s'en manger des bouteilles de poils de tigre. Je faisais tomber sa chemise, l'envoyant un peu plus loin pour que le gilet ne se sente plus seul, le pauvre petit, avant d'embrasser mon Hyun chéri adoré que je n'aime fort, ou que je nem chacun sa version, bien comme il faut, le faisant réagir parce que depuis tout à l'heure on aurait dit une statue de nuahuète. Je voulais mettre nuage mais ça marche pas donc je fais un mélange avec cacahuète et puis bastahuète. Il passa ses bras autour de moi me rapprochant de lui tout en continuant de l'embrasser. C'est beau l'amour des fois hein ? Des fois seulement hein, vas pas t'imaginer des choses. Puis nos lèvres se sont séparés, quelles monstruosité créer par dieu, et là ça marche avec nos histoires de dieu, mais j'ai senti ses lèvres à nouveau dans mon cou la seconde d'après tandis qu'il baissait la fermeture éclair de mon gilet avant de l'enlever et de l'envoyer valser derrière lui histoire de faire un tas de fringues, pas comme dans notre chambre où c'est le bordel ultime et où y en a partout. Puis il a descendu ses mains au niveau de ma ceinture mais pas pour faire ce à quoi tu penses petit pervers, mais pour passer ses mains sous mon débardeur blanc, si je me souviens avec ma mémoire de Coca Cola du quatrième message il est blanc, et de les remonter doucement, relevant par conséquent le tee-shirt avec elles. Bah oui c'est genre une question de logique, enfin je crois. Bref. Il a fini par m'enlever mon tee-shirt, bouh c'est triste, avant de me ré-embrasser dans le cou, enfin je crois que c'est embrassé le mot. C'est peut être mordre mais comme l'autre cocotte vient de partir manger je peux pas lui demander donc voilà. Imaginez ce que vous voulez on s'en fou, ça revient à peu près au même. J'avais genre, comme d'habitude, une envie folle de le prendre dans mes bras mais une autre envie si je puis dire me tracassait d'avantage. J'ai donc redescendu mes mains jusqu'à la ceinture de son jean, l'ai débouclé et l'ai dégagé d'un geste rapide, sous le regard admiratif de Jonghyun. Oui, j'ai mis admiratif. Je savais pas quelle mot mettre et comme j'allais pas mettre intéréssé ou captivé et bah j'ai mis admiratif et puis voilà, me fait pas tout un plat de patates au fromage. Enfin bref, encore, je sais. J'ai ensuite défait le bouton et la fermeture éclair de son jean avant de commencer à le baisser, sauf qu'il a été gentil et qu'il a fini de tomber tout seul. Alors là au cas où t'aurais vraiment pas d'imagination, Jonghyun a fait exactement la même chose avec le mien. J'avais toujours une main sur son thorax tellement parfait, avant de passer mes deux bras autour de lui et de le rapprocher contre moi. Je sais pas si y avait un edécéption dans son regard puisque je peux pas le voir donc voilà mais je lui faisait bien comprendre que non, je lui enlèverais pas autre chose et lui non plus. Un sourire amusé et taquin s'était affiché sur mon visage tandis que lui passait à son tour ses bras autour de moi avant que je ne l'embrasse longuement dans le cou. J'avais dis qu'il allait le regretter de m'avoir lâché tout à l'heure, c'est pas gentil de lâcher les gens d'abord. Enfin bref. On a fini par se lâcher malgré la sensation genre trop bien du rap de Minho qui tue sa maman qu'a perdu une dent que provoquait le contact de nos corps presque, et oui malheureusement héhéhé, nue. Puis il m'a enmené vers le lac. Je vous laisse deviner pour quoi faire. Vous êtes grands après tout.
L'eau était genre trop pas froide de la glace à la pistache mélangé à des morceau de banane congelés. Enfin si mais non. Elle était pas à bonne temparture mais y avait genre carrément pire. Là où on était on avait genre plus pied, du moins Jonghyun n'avait plus pied parce qu'il est petit *sort*. Nan je dconne. Enfin si, il est petit, enfin pas tant que ça, mais c'est genre pas la question. Et non, j'avais pas pied. C'était juste pour embêter my beauty. Bref. Lui et moi on s'était genre pas franchement lâché, nan parce que c'est bien gentil de prendre un bain en couple et c'ets romantique defaire ça en pleine nuit au milieu du lac comme dirait Benjamin sauf que théoriquement y a pas grand chose à faire. Enfin si, y aurait des choses à faire mais c'est bon hein, une fois dans la soirée ça suffit peut être. Quoique... Nan, va t'en esprit démoniaque, moi aussi j'ai des problèmes laisse moi tranquille. J'étais passé derrière lui et avait passer mes bras autour de lui, l'empêchant moi cette fois-ci d'aller ou que ce soit. Où alors il irait pas sans moi. Chacun il interprète comme il veut. Tellement bien ce rap mon dieu. Bref, hors sujet. Reprenons après une brève interruption. Je calai ma tête sur son épaule et on resta comme ça un moment, sauf que j'avais genre froid. Quelle idée de prendre un bain plein air en hiver, tu m'explique ? Ah oui mais non, tu peux pas m'expliquer vu que tu sais pas non plus. Et accéssoirement parce que bah... Je sais pas à qui je suis en train de parler depuis tout à l'heure mais je pense qu'il serait peut être temps de se poser des question sur mes capacités mentales à écrire un RP parce que je te parle genre depuis toujours sauf que déjà t'es malpoli parce que tu me répond jamais et en plus t'existe pas donc il serait temps que j'arrête. Un jour, cela s'arrêtera. Sauf que c'est comme un jour mon Prince viendra, ce jour n'arrivera jamais. Big bref euh... Ah ouais, j'avais froid. Et j'ai toujours froid d'ailleurs. Et c'ets là que Jonghyun a eu l'idée du siècle en se retournant. Magie magie. La vue de son visage et de son torse, même si il était dans l'eau, ça réchauffait tout de suite. C'est bizarre non ? Non, c'est pas bizarre. C'est normal. Bref. Il a passé ses bras autour de moi au niveau de mes hanches et m'a genre rapproché contre lui avant de m'embrasser. J'ai encore besoin de donner des détails ou tas fini par comprendre comment on s'embrasse ? Nan ? T'as pas compris ? Tant pis pour toi va. Et puis d'abord t'existe pas alors va te faire fouetter par de la chantilly. Ca dura un moment jusqu'à ce qu'il centre son attention un peu plus bas. Alors déjà je sais pas si ma phrase veut dire un truc mais t'as compris l'idée et deuxièmement vas pas t'imaginer des trucs, plus bas ça veut dire mon cou. On verra plus tard si il descend encore plus bas mais en théorie ça devrais pas arriver, du moins pas aussi bas. Bref. Gros bref même. Je passais mes bras autour de son cou tandis que lui continuait ses petites affaires, pour mon plus grand plaisirs, et passais ensuite une main dans ses cheveux, les mouillant par la même occasion. Le dégradé brun caramel blond me faisait toujours autant kiffer, c'est un truc de malade. On dirait un dessert ses cheveux en fait, genre gâteau chocolat avec éclat de caramel et glace à la vanille. Oui je sais, j'ai une grande imagination et j'ai l'art de " ridiculiser ", t'as vu j'ai mis les guillemets, les trucs qui ont genre trop la classe. Cette réflexion me fit sourire. Oui je sais, je souris tous le temps, et alors ? C'est parce que je le fais jamais en vrai, je me rattrape dans les RP. C'est là qu'il a fait un truc, me demandez pas ce que sais j'en sais rien et comme ça ça va mettre l'autre cocotte dans la merde parce qu'elle va devoir trouvé un truc, mais genre punaise de sa fourchette à la chaussette de trop agréable parce que j'ai genre émis un son mélangé avec un soupir. Ouais, je sais, on pourait dire gémir ou même jouire si ça vous fait plaisirs mais j'ai pas envie donc m'embête pas toi et tes vitamines. Visiblement satisfait de ma réaction, il a continué mais en accentuant légèrement ce qu'il faisait. Alors une fois de plus comme j'ai genre aucune idée de ce qu'il est en train de faire la phrase peut parraître bizarre mais voilà. Je descendais ma main qui n'était pas dans ses cheveux dans son dos. Il a eu l'air d'apprécier vu le léger frisson qu'il a eu tout en continuant ses trucs que je sais pas ce que c'est, et donc, fier de moi, oui je suis fier de moi même si c'est pas le mot que je cherchais, si ça te pose un problème tant pis pour toi, j'ai continué. On avait tout de suite moins froid d'un coup, l'un contre l'autre et en pleine action si je puis dire. Au moins je risquait pas de e trasnformer en avatar et lui en schtroumph parce qu'il est plus petit. On est resté comme ça pendant un moment, me demande pas combien de temps je sais pas, jusqu'à ce qu'il abandonne mon pauvre petit cou pour retrouver mes gentilles lèvres solitaires. Comme d'habitude, un échange passionné, et puis voilà quoi. C'est beau, c'est mignon, et pourtant j'écris des conneries. Je gère pas. Enfin bref. 
Cest là qu'on a décidé de sortir. Me demandez pas pourquoi, je sais pas, l'autre banane elle sait pas non plus, donc voilà, on a décidé de sortir et pui c'est tout. Une fois qu'on a ettint la berge, et pas une fois que j'ai atteint sa *censuré* (c'est le même mot mais tu change une lettre donc j'ai le droit d'y avoir pensé sans passer pour une pscychopathe), on s'est allongé l'un à côté de l'autre. On était genre mouillés, et du coup bah vu qu'on était plus dans l'eau à faire nos petites histoire bah on avait genre de nouveau froid. On a tourné la tête l'un vert l'autre genre en même temps, on s'est regardé quelques secondes et on a explosé de rire comme deux pingouins somnambules et aveugles. Le rapport entre les différentes idées est inexistant donc cherchez même pas à comprendre. Je disais donc qu'on s'est mis à rire, pour rien. Sinon c'est pas drôle et si c'ets pas drôle n rigole pas. Bah oui y a quand même une logique derrière ce que je dis mine de rien. Faut pas croire hein. Enfin bref. J'avais genre vraiment froid, du coup j'ai roulé sur le côté vers lui et je suis passé au dessus de lui, me portant plus ou moins sur mes avant bras. Jonghyun avait automatiquemet et je dirais même par réflexe passé ses bras autour de moi. Contre lui j'avais genre tout de suite moins froid. Je profitais donc de sa chaleur tout en l'embrassant, nan parce que ça devait faire genre 2 minutes. C'était trop long. Cette fois je décris pas, si t'as toujours pas compris tant pis pour tes quetshes. Fait marcher un peu ton imagination de suricate. Bref. Séparant mes lèvres des siennes, je le regardais un instant avant de dire un truc genre inutile de la pyramide d'Effeil de mes bouteilles d'eau, histoire de dire un truc :
- Y avait pas de poisson. C'est bizarre. 
La phrase inutile au possible quoi. Je pouvais pas faire plus con. Enfin c'est pas comme si j'avais peur de passer pour un con auprès de mon Hyun, nan parce qu'il avait entendu pire que ça fois 100 en un mois, voir peut être plus. 

Fiche crée par Thundy sur Epicode




" Luhan Ly "

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chen JongDae
Saranghae SHINee et Les Cacahuètes

avatar
profil
Messages : 440
Date d'inscription : 19/11/2013
Sur l'avatar ? : Kim JongDae

Personnage
Age: 18
Pouvoir: Je duplique les choses, moi, et les gens avec qui j'ai un bon feeling
Race précise: Tiger

MessageSujet: Re: • Un mois ça se fête nah ? [ pv. HyunS ]   Mer 2 Avr - 20:58







On se fait littéralement chier...

" Kim Hyun Kibum alias Key & Jonghyun Hae-Won alias Hyun " 
http://www.youtube.com/watch?v=GD74n48J9p4



Faut croire que j’ai dit une connerie parce qu’il m’a regardé « bizarrement » -je confirme que t’es trop fort et devin comme ça- et j’avais juste envie de le reprendre dans mes bras. Je sais pas pourquoi je précise parce que c’est tout le temps le cas, en règle générale. Pourquoi en règle générale ? C’est complètement con puisque c’est tout le temps, ça peut pas être en général en même temps ? Si ? Moi, je crois pas donc l’esprit tu te tais et tu me laisses. Sauf que tu vois, à force de te parler je vais vraiment finir par rater une phrase de mon tendre miel butinable… (cf. l’abeille entre les cuisses d’une certaine personne que je ne citerai pa pour préserver son intégrité personnelle)

-…temps, on va pas faire ça entre castor.

Heu ? Je crois déjà que j’ai raté un ou deux mots mais je pense que c’était « en même » donc ça va. Mais, mon regard a du parler plus vite que mon cerveau genre « what did you say ? You are again in your own délires. » Bon, heu, on va reprendre un air normal tout de suite. Allez les yeux on se dépêche de retrouver chacun sa place dans les orbites et on se calme. Faudrait probablement que je lui réponse un truc mais là, honnêtement je trouve pas, je trouve plus enfaite. J’avais juste envie de l’embrasser encore et encore mais ça ferait genre j’esquive ta connerie à la banane fluorescente qui navigue sur une mer de kiwis pourris ? Je sais pas si ça a été inspiré par ma chambre mais c’est venu presque tout seul, il a juste fallu aider la banane à sorti… heu, je vais arrêter ma phrase ici pour ne pas choquer les âmes sensibles même si tous les gens un minimum intelligent ont compris ce que j’allais dire et pourquoi je l’ai pas dit. Ouais, le vrai principe de « j’allais dire » c’est qu’au final tu dis pas les choses. Enfin bref, mes yeux sont finalement re-rentrés en moi –bizarre ça- et j’ai pu dire, plus sérieusement entre guillemets, un truc trop mignon de l’otarie qui mange. Avant de reprendre le fil de cette histoire inutile et écrite de connerie en connerie, je tiens à préciser que oui c’est bien moi qui écrit et que j’ai juste été contaminé par une certaine personne que je ne citerai toujours pas mais qui est la même que tout à l’heure sur le « entre guillemets » que j’ai ici mis directement entre guillemets parce que entre guillemets entre guillemets, je suis pas sur que tout le monde aurait compris et dont j’ai suivi les conseils avisés pour trouver les réflexions intenses style « mammouths » ou « brocolis » qui étaient de regarder dans ma chambre plusieurs choses et de les mettre bout à bout –oui c’est bizarre et si tu le pensais maintenant c’est officiel tu vas trouver toutes mes phrases bizarres- pour faire un groupe de mots incohérents mais parfaits pour exprimer une chose que personne ne comprendra mais qui fera bien marrer les gens. Bref, dolipranons et Saurons (en langage terrestre « sourions »):

- Surtout qu’on est pas des castors, en tout cas, pas pour ma part.


Comme je n’ai pas lu le rp, on va dire que je suis trop fort et que je me fais les mêmes genres de réflexions que lui mais à l’envers. Non, c’est pas nous qui sommes à l’envers, c’est mes réflexions banane en conserve toute violette qui pique la langue. Je crois qu’il faut que j’arrête de parler de bananes moi parce que ça va devenir très vite très bizarre… Enfin bref… Ma tournure de phrase était assez space invaders et pourrait très vite se transformer en « je suis pas un castor mais toi oui ». Donc, mon sourire était à la fois anticipé genre « trop fort je sais que je vais dire une connerie » et long genre « j’ai bien dit une connerie donc on va faire durer le sourire et le regard de tueur pour que tu tombes dans le piège de mes beaux yeux » *mouvement de cils et sors* C’est pas tout ça, mais j’ai du arrêter de l’embrasser il y a à peu près un certain temps trop long donc je me suis rapproché de lui –encore- et j’ai posé tout doucement mes lèvres contre les siennes en passant mes bras dans son dos pour sentir son corps serré contre le mien –encore- et malgré tout mes efforts pour rester ans le petit bisou langoureux et amoureux, je suis passé en mode dinosaure espagnol jouant des castagnettes – héhé ya pas de bananes cette fois – et je lui ai fourré ma langue dans sa bouche et pas sa bouche dans ma langue, non, c’aurait été trop bizarre et plutôt dur à réaliser. Bon, ok, c’était pas la manière la plus classe de le dire mais j’en ai ras-le-bol du gnangnan. Je parle de bol mais ne comprenez rien d’étrange à part peut-être Demy’ qui va exploser de rire en lisant cette phrase ou se retenir très très fort pour pas me donner raison, je sais pas trop… Bon, bah, finalement je lui ai filé le texte sur skype et elle a demi-rigolé et s’est a demi-retenu (je pense) pour me donner à moitié raison. Enfin bref pendant qu’on déblatère – ho un joli mot – il y a nos deux coréens qui sont entrain de finir leur petit kiss tranquille et ya même Kim qui a commencé à se rapprocher de moi, dont je viens de parler comme si c’était pas moi mais où tout le monde il a compris le gros truc que même moi j’ai pas totalement compris, et qui m’a embrassé dans le cou avec une « certaine » tendresse. OUF ! J’ai remis les guillemets… Sauf qu’il s’est pas arrêté là le coquin, il a passé ses mains sous mon gilet et puis il l’a balancé comme un tigre un peu plus loin. Pourquoi un tigre ? Je sais pas. Je m’en fous ? Oui beaucoup. Enfin bref. Il s’est écarté un peu et j’ai failli, je dis bien failli, le choper et le rapprocher genre « t’as cru que tu pouvais partir toi ? T’es fou, tu es mon prisonnier. » mais le principe du failli c’est que, comme ça, j’ai pu profité de son regard amoureux quand je lui ai fait un sourire pervers genre « vas-y continue… ». N’empêche, c’était un regard pervers mais ça avait pas eu l’air de le gêner puisqu’il avait obéi à mon regard. Bah ouais, mon regard il parle et il donne des ordres et en plus on l’écoute, na. Si le tien il est pas pareil, tu devrais t’associer à la league des mammouths aveugles qui ne sont pas ambulants quand c’est moi qui écrit.

Mon ange mangeur de bananes –j’avais prévenu que ça allait devenir bizarre si j’arrêtais pas les bananes- a même pensé à mon gilet ! Bah ouais, le pauvre il était seul et abandonné mais mon Kimono –beurk Honey c’est mieux mais après ça veut dire miel et donc abeille donc voilà- y a réfléchi au moins une seconde et a balancé ma chemise vers lui pour qu’ils soient tous les deux. Enfaite, peut-être qu’il voulait juste que je sois très très très content de ressentir ses mains sur ma peau nue (j’aime pas ce mot).  Bon, c’est pas tout ça mais le gilet, au final, je m’en fous un peu qu’il soit seul alors que là, tout de suite maintenant, j’ai mes lèvres qui commençait à avoir froid, ha non chaud, parce que mon Key qu’on met dans la serrure –ou l’inverse dans notre cas- et bah il lit dans mes pensées et il m’a direct embrassé et pour le coup, j’avais bien envie de reprendre la main…ou autre chose mais pour l’instant, je sais pas trop et Ysaline non plus et on te demande pas ton avis l’esprit donc voilà, on sait pas trop si au final, je vais avoir envie de reprendre ou prendre autre chose, tout dépend… Du coup, le premier auquel j’ai pensé c’est « il risque de se barrer, au moins pour respirer un coup » du coup, au risque de l’étouffer, je te l’ai attrapé comme ça, direct et je l’ai colé contre moi genre « tu partiras pas je suis un psychopathe qui t’a teennapé ».  Bon, il a quand même fallu qu’on se décolle –NOON TU ES UN MONSTRE POURQUOI T’AS FAIT CA ?- pour que je le dépoile. T’es content ? Oui beaucoup ! Voyeur d’esprit de mes cacahuètes, t’as intérêt à ne pas poser les  eux que t’as pas sur MON Key sinon je t’explose la tête que tu n’as pas non plus c’est clair ? Heu pas trop enfaite… TG ! D’accord… Acétylsalycilinons… Faut pas rêver, je lui ai enlevé son gilet –qui a rejoint le mien cela dit en passant et son débardeur qui va au même endroit- tout en continuant de l’embrasser mais cette fois doucement dans le cou.
J’ai la flemme de tout détailler le reste parce que je veux pouvoir faire un truc trop expliqué de la mort qui tue après (même si je sais pas encore ce que je vais avoir à décrire) donc je vais passer en mode raccourci (et je parle bien du texte pas d’autre chose)…. Au final, on a fini en boxer tous les deux dans la flotte. On a eu plusieurs échanges passionnés et salivant –c’est pas beau comme mots ce que je mets aujourd’hui mais on s’en fout-  pendant toute la durée de la baignade. Il y a juste un moment où j’ai fait un truc de l’étoile de mer Grenobloise qui vit sa mort toute blanche dans un bac que je saurais même pas refaire parce que c’était tellement inconscient et dans le truc, que je ne pourrais pas dire ce que j’ai fait mais je l’ai fait et il a fait un truc bizarre avec sa dieulique voix qui ressemblait PRESQUE à un gémissement. Héhéhé je m’en suis sortie avec le « truc » nanèreuh ! Enfin bref. On a fini par sortir du lac, surement à cause du froid mais comme on s’est rien je peux pas trop savoir mais l’essentiel c’est qu’on est sorti et que du coup, on avait encore plus froid. Quand on s’est regardés genre « j’ai froid, j’ai envie de te sauter dessus mais j’ai surtout froid », bah on a rigolé comme deux canards borgnes naviguant sur une mer de calendriers et il a roulé comme une bille, une toute petite petite petite bille jusqu’à moi et sur moi. BOOM ! En une demi seconde même pas, mes bras étaient passé autour de lui pour le serrer. J’avais moins froid donc j’en déduis (et j’ai lu le rp) qu’il avait moins froid aussi. Je sais pas trop à quel message de mon cerveau mes bras ont répondu parce que c’es allé genre tellement vite que je m’en suis même pas rendu compte. Un peu comme aujourd’hui où j’ai (Ysaline) passé la journée à dire à mes jambes d’arrêter de bouger comme des couillonnes de pinups quand je parlais de SHINee… Heu… oubliez ce que je viens de dire enfaite, je ne suis pas folle en vrai, ne pensez pas ça, c’est pas vrai ! C’EST PAS VRAI ! NON JE NE M’ENERVE PAS ! QU’EST-CE QUI TE FAIT CROIRE CA ? Oups pardon, laissons la place au couple… Dunkeshen. Biteshen. C’est de l’allemand, pas un mot pervers associé à un champion de LoL… On s’embrassait toujours et encore ou encore et toujours, tout dépend du sens dans lequel on veut le lire, le premier c’est le sens des homos et le deuxième c’est le sens hétéro et si t’as pas compris va fumer des fraises à la patate pourrite. Sauf que, il s’est séparé de moi pour me dire un truc. Ca m’a dégouté de la vie parce qu’encore si ç’avait été un truc vital du déodorant qui pue (t’as noté le jeu de mot pourri au passage) j’aurais compris mais là, là...


 
- Y avait pas de poisson. C'est bizarre.


WHAT ! Pourquoi ? Pourquoi il m’avait lâché pour ça ? On s’en fout de la poiscaille, non ? ‘Fin je pense… N’empêche, j’ai  beau dire ça, il a pas tort, y avait pas de poisson et ça m’a perturbé mais en même temps ça m’aurait encore plus fait bizarre surtout sachant que certains gens –je sais ça se dit pas- peuvent se transformer en poisson… bande de voyeurs de lycéens ! Finalement, sa remarque devenait de plus en plus logique au fur et à mesure que j’y pensais. Sauf que derrière cette remarque y avait quand même un « tu m’as lâché grand beau gosse trop beau » mais bon, je vais vite trouver un moyen de remédier à cette horreur diavine (antonyme de dieulique)… Je précise pour tous ceux qui ne l’aurait pas compris que mes trois petits points signifient là que mon sourire est devenu sadique genre « je finis ma phrase dans un suspense insoutenable alors que tout le monde il sait ce que je vais faire ». Je l’ai regardé, droit dans les yeux, avec autant d’amou… heu de sadisme que possible sauf que, comme d’habitude, je l’aimais trop pour lui faire croire que je le boudais ou que j’allais lui « faire du vrai mal ». En réponse à un regard mi-jevaistetuer et mi-jevaistemanger, il m’a regardé genre « je sais que je te fais chier mais c’est pas grave » et du coup j’ai opté pour la deuxième option de mon regard sauf que je l’ai pas mangé en plein, hein, c’est juste une expression… et j’ai pas non plus mangé ce que tu crois petit affamé de girly. Bref, antihistaminiquons. J’ai déposé un doux baiser sur ses lèvres qui me disaient « viens ont ‘attend depuis 10 secondes qu’on est séparées » du coup, je leur ai obéi. Bah ouais c’est quand même les lèvres de mon Honey donc je les écoute tu crois quoi ? Mon kiss était juste doux parce que je voulais lui répondre quand même sauf que j’avais besoin d’une petite seconde de plus pour trouver la bonne répartie et effectivement la sensation de ses lèvres contre les miennes était juste très inspiratrice.

- J’ai vu. Mais tu sais quoi, on était tellement bien tous les deux que, au risque de paraître insensible, j’en avais rien à foutre des poissons…

Et je l’ai embrassé de nuevo sans attendre qu’il me réponde et sans douceur cette fois. Je dois t’expliquer ? Ok. Bah en gros, je lui ai quasi mis un coup de tête et je lui ai attrapé la tête pour le coller à moi et je l’ai embrassé comme un taré en forçant le passage avec ma langue, ça te va ou t’en veux plus (des détails) ? C’est bon, merci. Je crois que nous étions dans une phase « je vais faire chier l’autre même si j’ai très envie d’autre chose que de le faire chier » parce qu’il m’a répondu d’un air très innocent :

- Sur quoi j’aurais pu porter mon attention à part les poissons ?

Alors là, je vais utiliser la remarque que ma toupine elle m’a faite pour continuer cette suite de mots. J’étais un peu énervé quand même parce que, même si il dit ça pour déconner, il a quand même fallu qu’il y fasse un minimum attention aux poissons pour remarquer qu’y en avait pas. Alors ok, moi aussi, j’avais vu mais bon, fallait que je lui en « veuille » pour quelque chose une fois de temps en temps… Lui en vouloir est un bien grand  mot ! Enfaite, je l’ai juste retourné comme un ruban dans une théière à la tortue pour me mettre sur lui et effleurer, juste effleurer, son torse avec mes mains. Alors là, j’ai vu qu’il avait eu un léger frisson et du coup, pour le faire chier, j’ai décalé ma main mais bon, comme mon Kim me connaît, il a juste eu à dire deux ou trois mots, ou peut-être plus parce qu’on a pas encore décidé de la phrase complète, pour me remonter à bloc, pas comme tu le penses mais genre pour me remotiver… Enfin bref, effaralganons. Revenons à non mots tonds. Enfin surtout aux mots de Key, qui n’est pas un mouton et je ne parlerai pas de la « tonte » de Kim parce que ça deviendrais trop bizarre à part si éventuellement vous arrivez à cantonner sur ses cheveux parce que sinon vous risqueriez d’avoir affaire à Jjong !


- Bah, tu vois quand tu veux, tu peux rendre les poissons très inintéressants…

Alors là, il peut pas imaginer à quel point je peux rendre les poissons détractifs… Je pose les bases : je suis sur l’amour de ma vie, je suis en mode remonté à bloc et je l’aime putain de trop. Il est sous moi, il est entrain de me chauffer. Je crois que ça va péter une deuxième fois dans la soirée. Pas CA, juste l’action holala, j’en suis pas encore là, je t’ai dit que c’était pas comme ça que j’étais remonté donc tg esprit nauséabond. Enfin  bref, je ne me suis même pas pris la peine de répondre à ce truc dont je trouve pas le mot et je l’ai embrassé sans lui laisser le temps de sourire même si je sais qu’il l’aurait fait parce qu’il sourit tout le temps (contrairement à la madame qui écrit pour lui, non non ce n’est pas un message subliminal disant allez Nyanane tu peux sourire).

Fiche crée par Thundy sur http://epicode.bbactif.com/" class="postlink" target="_blank" rel="nofollow">Epicode





LOL IL Y A UN SCORPION SUR LE HAUT DE KEY !!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luhan Ly
Co - Fonda ~ Graphiste à la Cacahuète ♪

avatar
profil
Messages : 1207
Date d'inscription : 24/06/2012
Sur l'avatar ? : Lu Han

Personnage
Age: 17 ans
Pouvoir: Peut faire apparaître n'importe quel objet (allant de stylo à avion)
Race précise: Neko

MessageSujet: Re: • Un mois ça se fête nah ? [ pv. HyunS ]   Dim 13 Avr - 15:28






I Thin You Are Magical Tigrou
 " Kim Hyun Kibum alias Key & Jonghyun Hae-Won alias Hyun "  
http://www.youtube.com/watch?v=rKXkRXhNnrU

 Alors là, il m'a regardé avec un tête genre " Nan mais t'es sérieux là ? Tu m'as lâché pour parler de poissons ? " Ouais je sais, j'ai le don pour tout gâcher. Enfin j'en avais surtout envie ce soir là maintenant en fait. Et si pour le faire chier fallait que j'interrompe le baiser de la mort du lampion d'Halloween de New York City qu'est chez Bilbo le Hobbit et bah soit, même si ça me faisait chier en même temps. En fait je suis inutile, parce que je veux le faire chier mais je me fais chier tout seul en même temps. Vive mon intelligence, elle va peut être devenir légendaire et apparaîtra dans les revues des dieux un jours, qui sait.  Sauf que théoriquement, c'est nous dieux et on a pas de revues. Ou peut être si je les écris sur le papier des chiottes mais bon... En théorie je vais les perdre quand même donc ça sert à rien. Sauf si on conserve le rouleau dans un coin. Enfin bref, je suis pas là pour parler de PQ ni de conneries, enfin je crois pas. N'empêche, ma réflexion sur les poissons était intelligente. En fait nan elle était stupide mais voilà, laisse moi me dire que je suis intelligent. 
C'est là qu'il, Jonghyun au cas où t'aurais pas compris et pas le coussin du voisin, m'a regardé avec un regard de sadique de ma tablette de chocolat fondue dans le bus. Genre, lui, il va arriver à me faire du mal. C'est pas dans le sens il a la force d'une moche, j'ai vu qu'après que j'ai marqué moche à la place de mouche mais osef, mais c'est que c'est moi quoi. Personne peut me taper, j'ai une tête d'ange et je suis trop gentil pour être tabasser, même par des pigeons. Même les mouettes elle le savent et elles chient à côté de moi quand je suis à la mer. Bref. Tout ça pour dire qu'il peut pas me faire de mal c'est pas possible. Et puis il m'aime trop pour me faire du mal, enfin je crois. Et je vais m'arrêter là parce que ce que je viens de dire est complètement faux. Il m'a fait mal y a environ quelques heures parce que je sais pas exactement combien de temps donc voilà. Bon, ok, c'est pas comme si j'avais été réticent et que je l'avais pas vu venir mais  voilà, par principe il m'a fait du mal. Honnêtement si c'est pour ça il peut me faire mal tous les jours, moi ça me gêne pas. Enfin je dit ça mais sur le coup... aïe quoi. Nan parce qu'on parle quand même d'un bonbon bleu pailleté qui a le goût de banane quoi, ça fait mal oh. Enfin bref. Tout ça pour dire qu'il m'a regardé avec un air sadique. Je lui ai répondu, avec mon regard, oui parce que mon regard il parle beaucoup c'est une vraie fille, un truc du genre " oui je te fais chier, j'aime bien ça, mais osef, je t'aime quand même ". 
Et alors là je m'y attendais genre trop pas. Enfin si mais pas de cette façon. Il a genre avancé un tout petit peu sa tête vers la mienne et m'a embrassé avec autant de douceur qu'il n'en avait jamais été capable. Même notre premier baiser il était moins doux et tendre que celui ci. Franchement, vu son regard sadique d'avant fallait se poser des questions. J'ai limite cru qu'il allait me manger, mais pas au sens premier du terme. Oui je sais, c'était évident mais voilà, je précise pour les plus cons, ou les moins attentifs pur passer pour une gentille. Mouais, c'était louche tout ça. Mais bon. Comme je suis bête je profite et je me pose pas de question. Ça sert à rien les questions. Sauf que c'est dur de profiter quand ça dure pas longtemps. Donc voilà, il s'est détaché de moi à son tour. Oh qu'il est vilain. Et puis il m'a dit de façon réfléchi, genre j'ai pensé à ma phrase et je l'ai pas balancé au pif, pas comme un certain moi même que je ne citerais pas :


- J’ai vu. Mais tu sais quoi, on était tellement bien tous les deux que, au risque de paraître insensible, j’en avais rien à foutre des poissons…


D'où on était trop bien tout à l'heure hein ? C'est qui qui t'as dit ça coco Hyun ? Qui t'as dit que j'étais bien moi, hein ? Nan je déconne, on était genre trop bien, dommage qu'il faisait froid. J'étais genre carrément mieux là, sur lui, dans ses bras, au chaud. Faut dire ce mec, enfin non, MON mec c'est genre un radiateur ambulant. Tu le vois t'as chaud, c'est magique. I think you are magical Hyun. Bref. 
On va dire que cette réflexion s'est passé en l'espace de 0,000001 seconde parce qu'il a dit qu'il m'a pas laissé de temps de lui répondre pour me ré-embrasser. Me demandez pas le rapport entre le fait de répondre et de penser y en a pas, sauf que je m'étais persuadé qu'il avait marqué "sans lui laissé le temps de réfléchir" à la place de répondre donc voilà, j'avais pas envie de changer ma phrase. A la place je préfère me faire chier à écrire tout ça. Nan parce que théoriquement si il me laisse pas le temps de répondre j'ai quand même le temps de penser donc voilà. Enfin bref. Je disais donc qu'il m'embrassa à nouveau. Mais alors là, aucune douceur. Elle s'était genre envolé. Il avait passé l'une de ses mains dans ma nuque et avait rapproché nos tête à peu près en même temps avant de m'embrasser fougueusement comme un tigre, en même temps c'est normal. Il avait genre forcé le passage avec sa langue sans même me demander mon avis, genre mon avis identiques au siens allait servir à quelque chose dans un moment pareil tu sais, et avait entremêlé nos deux langues pour laisser place à un échange passionné. T'as eu assez de détails ou t'en veux encore ? Peut être que tu veux le sens de rotation ou un truc dans le genre ? Dérouille toi, nan, débrouille toi plutôt, pour trouver tout seul, t'es un grand garçon. Ou une grande fille, je sais pas. On va dire t'es une grande chose. 
Etant toujours d'humeur à le faire chier, j'attendais qu'on se lâche lui et moi pour trouver un truc à lui dire. Nan parce que réfléchir tout en l'embrassant de cette manière je savais pas encore faire. J'apprendrais sûrement avec le temps vu toutes les occasions futures qui allaient s'offrir à moi. Enfin j'espère. Bref, c'est pas important. Enfin si mais non. Osef, passons. Je l'ai regardé avec un regard câlin du nounours en peluche de Barbie tout en lui disant de la façon la plus innocente possible :


- Sur quoi j’aurais pu porter mon attention à part les poissons ?


Alors là, sans attendre, il nous a fait basculé sur la droite, ou la gauche je sais pas en fait mais osef, en me retournant comme un steak haché dans un McDonald. Alors du coup comme je sais pas comment on retourne un steak dans un McDo' c'est peut être de façon très violente ou alors c'est tout doucement mais je penche plus pour la première option vu que y a deux seconde je me suis fait aspiré la bouche et qu'il avait un regard sadique de la mort qui crache. Il s'est donc foutu au dessus de moi et a genre très légèrement effleuré mon torse avec sa main droite, ou gauche, là aussi je sais pas, s'appuyant sur l'autre. J'ai genre pas pu m'empêcher de "réagir" et j'ai eu un léger frisson. En même temps un effleurement ça chatouille donc voilà, j'ai mes raisons d'abord. Sauf que, bien évidement, d'humeur à se faire chier l'un l'autre, il a immédiatement retiré sa main de mon corps de panthère, oui je sais c'est bizarre mais voilà ça marche quand même, lorsqu'il a remarqué qu'il me provoquait des sensations entre guillemets. Aha, entre guillemets, le retour. Bref. Ça fait genre film dramatique quand tu le lis à ma façon. Bref. Oui je sais deux fois bref en une ligne c'est beaucoup mais osef. Sauf que, ce qu'il a prévu mon coco Hyun, vu qu'il me connaît, c'est que j'allais forcément lui dire un truc qui allait le faire craquer, ou me sauter dessus pour être plus clair. C'est donc là que je lui ai dis :


- Bah, tu vois quand tu veux, tu peux rendre les poissons très inintéressants…


J'avais une genre de lueur de défi dans les yeux qui disait " vas y montre moi à quel point les poissons peuvent être inintéressants ". Lui dire ça était à mes risques et périls. Nan parce que vu comme on était c'était bien parti pour qu'on reparte pour un tour. Bon tu me diras c'est pas la catastrophe mais si demain j'arrive pas à me lever ce sera ça faute. En on va dire tout à l'heure plutôt parce qu'il est genre 4h du matin ou un truc dans le genre. Enfin bref. C'est pas grave, repartons pour tour. Et il a donc réagi comme je m'y attendais, à savoir il m'a même pas laissé le temps de lui sourire et m'a ré-embrassé, plus doucement que précédemment mais de façon tout aussi sensuelle. Je passai mes bras autour de lui, l'un autour de son cou et l'autre dans son dos, calant ma main sur son omoplate. Cet échange de... de voilà, hein, dura un moment parce que dès qu'on en avait fini un on en entamait un autre donc voilà, c'était un peu sans fin. Ouais je sais, c'était pas très joli comment je l'ai écrit mais voilà. T'as très bien compris l'idée donc me mange pas mon téléphone. Enfin je disais donc que cela dura un moment jusqu'à ce qu'il ne détache pour de bon ses lèvres des miennes. Pas de panique moi même, il t'as pas lâché c'est juste pour les emmener ailleurs. Non pas là petit pervers. J'avais fermé les yeux tandis que lui se mit à m'embrasser tendrement dans le cou. Ça changeait d'il y a cinq minutes tiens. Jonghyun avait prit en même temps mes deux mains avec les siennes les avait emmené de part et d'autre de ma tête, sans les lâcher bien sûr, sinon c'est pas drôle, ce qui m'empêchait littéralement d'avoir les mains baladeuses. Nos doigts s’entremêlaient gentiment tandis que Hyun n'arrêtait pas ses petites affaires. Il était presque contre moi mais pas totalement, histoire de m'embêter. Sauf que je pouvais même pas le ramener contre moi puisque mes mains étaient sollicitées ailleurs. Non, toujours pas là. T'inquiète pas petit pervers, ça va venir. Ou pas d'ailleurs je sais pas. Ce sera au feeling je crois. Enfin bref. Tigrou à commencé à me mordiller légèrement dans le cou avant d'accentuer entre guillemets, oui je sais inutile de me le dire que je l'ai marqué au lieu de le mettre, son geste. Ouais, il me mord encore. Ça va faire deux fois aujourd'hui. Ah non, j'ai rien dit. Il l'a fait hier vu qu'il est 4h du matin. J'ai le don pour me contredire tout seul c'est un truc de fou. Mais on va dire que ça marche quand même parce que je suis quasiment sûr qu'il va recommencer tout à l'heure, enfin ce soir quoi. Si après ça les gens comprennent pas le " il est à moi dégage " c'est qu'ils sont vraiment cons. Et je viens indirectement de me traiter de con mais c'est pas grave, on est que deux à comprendre. Je commençais à émettre des bruits, ou plutôt des soupirs, tout en le laissant continuer ce qu'il faisait. L'envie de le faire chier était plus ou moins passé, je dis bien plus ou moins. Je trouverais bien un truc à un moment pour l'embêter. 
Après nous avoir fait basculer, Jonghyun passa à nouveau ses bras autour de moi avant de m'embrasser de façon... passionné. On va dire que vous avez compris parce que vous êtes intelligents. Et aussi parce que je dois l'avoir décris au moins 20 fois donc vous commencez à comprendre, enfin j'espère. J'étais appuyé sur mes avant bras malgré le fait d'être contre lui et, quand notre échange de snickers a prit fin, j'ai décalé à mon tour mes baisers dans son cou jusqu'à lui lécher l'oreille pour ensuite la mordiller amoureusement. J'allais dire, fuck femme de fœtus de vache, amicalement au lieu de amoureusement mais ça marche pas trop en fait. Sauf si vous faites ça entre amis mais si vous le faites y a de quoi se poser des questions. Je commençais à l'entendre soupirer, ce qui me fit sourire dans ma tête parce que là je pouvais pas trop. Je lâchais son oreille pour pouvoir l'embrasser encore une fois, tendrement, avant de retourner dans son cou puis sur son thorax. Mes mains passaient sur son corps après mes lèvres et je commençais à le sentir frémir suite à mon passage si je puis dire. Il commençait à se cambrer, légèrement, et à soupirer de plus en plus. Peut être que j'arriverai à le faire gémir sans faire ce à quoi tu pense mon petit, nan parce que j'ai déjà mangé j'ai plus faim. C'était immonde comme truc, c'est pas grave, vous avez pas noté. J'arrivais au niveau de son abdomen, toujours aussi parfait soit dit en passant, jusqu'à arriver dans le bas de son ventre. Alors au risque de vous décevoir, non, je ne l'ai pas fait. Pourquoi ? Pour le faire chier. La vraie raison c'est pas ça mais ça passe aussi. Je l'embrassais vraiment à la limite de chez limite, baissant très très très légèrement son boxer. Ces baisers avaient été suffisants pour le faire gémir. Mission accompli, je peux remonter maintenant. Tout en remontant vers son visage avec une mine satisfaite, ma main droite avait plus ou moins "effleuré" son entrejambe, arrachant à Jonghyun un gémissement. Un sourire s'afficha sur mon visage avant que je ne l'embrasse à nouveau tandis que lui nous faisait basculer à nouveau sur la gauche, se retrouvant au dessus de moi une fois de plus. Nos lèvres ne s'étaient pas quittées, nis nos langues par la même occasion. 
Cet échange ne s'arrêtant pas, je n'avais pas remarqué le fait que Jonghyun avait descendu sa main droite entre mon corps et le siens jusqu'à ce que celle-ci passe sous mon wetson et fasse ce que vous savez très bien qu'elle fait. Y a genre une big faute de syntaxe dans ma phrase d'avant mais c'est pas grave, vous avez compris c'est l'essentiel. Quoiqu'il en soit, la "surprise", ouais j'ai mis les guillemets, me fit stopper notre baiser parce que j'ai genre eu un genre de gémissement qu'est sorti tout seul de ma bouche. Visiblement tout content et fier de lui, il m'a sourit avec un regard langoureux avant de m'embrasser de nouveau, sans cesser ce qu'il était en train de faire, pour mon plus grand plaisirs. Je commençais à me cambrer à mon tour tandis que Jonghyun m'embrassait à présent dans le cou, continuant malgré tout son... geste, mouvement, enfin voilà quoi. Ma bouche entrouverte laissait échapper de nombreux soupirs et de temps à autres un gémissement au fur et à mesure que Jonghyun intensifiait son mouvement. J'avais passé mon bras gauche autour de sa taille et l'autre autour de son cou. Ma tête était plus ou moins calé dans le creux de son épaule tandis que Hyun ne cessait de m'embrasser dans le cou. Ce moment était... intense, passionné. Je crois que ça suffit, vous avez compris. Sans enlever mon boxer, Jonghyun a finit par enlever sa main quand il en avait terminé avec euh... avec voilà, hein, la remontant sur mon torse avant de m'embrasser à nouveau, bien comme il faut. 
En effet, il est capable de rendre les poissons tellement inintéressants. Enfin la preuve que non puisque je suis en train d'en parler. Mais si, quand même. J'y repense parce que moi j'y repense mais pas moi donc voilà. Enfin bref, t'as compris l'idée quoi Et si t'as pas compris, tous ce qu'il y a à retenir c'est que Jonghyun est carrément plus intéressant que les poissons. C'est une évidence en même temps. Je passais ma main sur son torse, faisant attention de ne pas aller trop bas avant de la repasser dans son dos et de le ramener contre moi, m'imprégnant de sa chaleur, tout en l'embrassant. Un "échange", et là c'est la danse de la joie parce que j'ai mis les guillemets, comme d'habitude hein, sinon ce serait triste. 
Et c'est là que, oui ce que je vais dire va faire du déjà vu mas osef, y a eu LE truc qui a tout cassé. Alors cette fois on a pas eu le droit à un bruit qui sort de nulle part et qu'on a jamais su d'où il venait, nan, on a eu pire que ça. Moi je dit dieu il a décidé qu'on ne ferait pas ça dans la nature et puis c'est tout. Enfin un autre dieu hein, un sous dieu quoi, le bas de gamme. 


- Huhum.


On s'est genre tous les deux redressé d'un coup. Nous hein, pas autre chose. J'avais pris appui sur mes coudes et Jonghyun était plus ou moins arrivé en position assise sur moi, toujours. C'était exactement la même position que quand on avait été interrompu par le bruit en question y a un mois, le soir de notre rencontre, sauf qu'on avait inversé les places, c'est tout. On a genre tourné la tête en même temps vers le bruit pour trouver un gosse de 14 ans à peu près devant nous. Il avait l'air légèrement gêné. Je crois que je le serais aussi si j'étais à sa place. Sur le coup, l'envie d'exploser de rire m'est venu mais je me suis retenu quand même. J'espérais au moins pour lui qu'il était pas là depuis longtemps, nan parce que sinon voilà quoi. Puis Jonghyun et moi on s'est regardé à nouveau, genre " on fait quoi ? " avant de poser à nouveau les yeux sur le gamin en même temps. 


Fiche crée par Thundy sur Epicode




" Luhan Ly "

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chen JongDae
Saranghae SHINee et Les Cacahuètes

avatar
profil
Messages : 440
Date d'inscription : 19/11/2013
Sur l'avatar ? : Kim JongDae

Personnage
Age: 18
Pouvoir: Je duplique les choses, moi, et les gens avec qui j'ai un bon feeling
Race précise: Tiger

MessageSujet: Re: • Un mois ça se fête nah ? [ pv. HyunS ]   Lun 21 Avr - 19:41




 



Putain de gosse de merde !

" Kim Hyun Kibum alias Key/Kimi mais que pour moi & Jonghyun Hae-Won alias Hyun " 
http://www.youtube.com/watch?v=GD74n48J9p4



Je trouvais la sensation entre nos lèvres carrément idéalissime et j’avais pas envie que ça s’arrête mais en même temps, son cou était tellement proche que j’avais bien envie d’aller m’y ballader. Je crois avoir vu Kimi fermer les yeux mais, comme j’étais trop occupé à l’embrasser dans le cou pour me concentrer sur ma vision périphérique, j’en suis pas sur… Et en même temps, ma vision périphérique a tendance à buguer en ce moment donc voilà point de suspension. Oui, je le marque parce que quand je les mets je me fais engueuler après. Je voulais quand même profiter de ce moment pour le faire chier vu que ça avait l’air de lui faire plaisir donc, j’ai pris ses mains, jusqu’alors dans mon dos, et je les ai fait suivre mes mains pour aller autour de sa tête et pour l’empêcher d’avoir des mains trop baladeuses. Pour en rajouter, j’avais placé mon corps de sorte à ce qu’il frôle celui de Key sans pour autant faire pression sur lui. L’expression « faire pression » est dans ce cas-là étrange parce qu’on dirait que je le menace d’un truc et à part, de l’empêcher de s’asseoir demain, je vois pas ce que je pourrais lui faire de vilain et encore, même ça, je pense que je vais essayer de me retenir de lui faire mal une deuxième fois aujourd’hui même si je pense que minuit est passé et donc que, concrètement, j’ai changé de jour. Mais bon, si je veux refaire ça ce soir, je suis obligé de pas le faire maintenant. Enfin bref, passons sur ces réflexions plus que déphilosophiques. Mes doigts se mêlaient toujours tendrement à ceux de Kim mais toujours en les bloquant pour ne pas qu’il puisse bouger ses bras.
J’ai commencé à lui mordiller doucement le cou, comme je pense être le seul à savoir faire, avant d’intensifier légèrement la morsure. Avec ça, tout le monde verrait un message très clair sur le « célibat » de Kim Hyun mais en plus, ça me plaisait au plus haut point surtout que, comme à son habitude, Kimi commençait à laisser échapper quelques *sigh* (on est que deux à comprendre mais c’est pas grave) comme si l’envie de m’embêter lui passait peu à peu au fur et à mesure que je renforçais la force de mes baisers dans son cou. Bah ouais, j’arrête quand même de le mordre au bout ‘un moment, je suis pas sm non plus. Enfin si mais non, pas dans ce sens. Et ça a rien à voir avec ce sens-là pervers. Bref.


Je nous ai fait basculé et je me suis mis à l’embrasser avec un peu plus de fougue *boom joli mot* et même toute la fougue possible et imaginable mais bon, faut pas le dire parce que des fois, je vais faire encore mieux que l’imaginable donc, pour rester modeste faut pas que je dise que je fais des trucs mieux que le possible mais bon, après tout, je suis dieu donc voilà, j’ai le droit. C’est là, à cause d’un micro moment d’absence, à cause de toi entre parenthèses, qu’il a prit l’initiative. Il faut croire que le fait que nos corps ne soient plus liés lui déplaisait parce qu’il a, à son tour, commencés à m’embrasser dans le cou avant de me mordiller l’oreille comme il était le seul à savoir le faire. Je sais, j’ai utilisé deux fois la même expression mais je l’aime bien donc va te faire cuire un chokobon de pâques sur la montagne d’halloween du père noël de Corée tant que tu touches pas à ce même père noël parce que c’est moi et donc déjà, tu m’y trouveras pas et en plus tu risques de te faire défoncé parce que je passe direct en mode killer avec mes deux armes à feu. //Lève la main gauche// et pleure. Pendant que je réfléchissais à tout ça, je commençai à soupirer genre trop en mode gif, et puis je suis persuadé qu’il devait être entrain de se marrer le vilain. Sauf que je faisais pas exprès vu que j’étais un eu ailleurs… Enfin bref, quand je me suis remis à penser à l’amour de ma vie *ohhhh et sors* il était entrain de déplacer ses caresses sur le reste de mon buste, caresses qu’il effectuait juste après un petit bisou trop chou mais bon qui me faisait soupirer en mode un peu moins chou mais c’est pas grave ça parce qu’on est quand même trop mignon ou sexy tout dépend du dossier dans lequel tu pioches. Bref, tu peux pas comprendre t’es pas dans mon ordi. Il avait continué à poser ses lèvres jusqu’en bas de mes abdominaux en poussant légèrement la ceinture de mon boxer. J’aurais aimé qu’il aille plus loin, littéralement sauf que je suis un patate, oui oui, un patate, et que j’ai fait l’erreur impardonnable de laisser échapper un léger gémissement alors qu’il était occupé « en bas ». Il avait l’air content et du coup, il est remonté en mode « héhé j’ai re-envie de te faire chier ». Sauf que, comme c’est un vilain méchant beau gosse, il a aussi passé sa main là où j’aurais aimé qu’il reste. Si t’as pas compris va te coucher et relis demain ou éventuellement demande à Siwon et Lexi de t’expliquer mais tais-toi. Je sais, t’as pas parlé. Bref.  Il m’a sourit en remontant et il a de nouveau uni nos lèvres pendant que je nous refaisais basculé. Bah ouais, trop longtemps dans la même position c’est usant…

Je voulais pas stoppé cette étreinte et en même temps, j’avais pas envie d’en rester donc j’ai un peu cumulé les deux. J’ai descendu ma main entre nos deux bustes jusqu’à passer sous son Kelvin Klein (ouais on s’est renseigné entre temps pour mettre la bonne marque) et faire ce que tout le monde sait que j’ai fait. Je l’avais surpris un peu parce qu’il a séparé nos lèvres alors que, justement, c’est ce que je voulais éviter… Moi pas être content, toi comprendre ? Donc moi sourire en mode langoureux et moi embrasser lui encore. Toi avoir compris l’idée ? Non ? Toi être petit terrier de petit lapin. Et là, par contre, tu as le droit de pas avoir compris. A son tour de se cambrer et de laisser échapper des soupirs de plus en plus fréquents pendant que j’accélérai progressivement mon geste. Quand je sentais qu’aller plus loin ne nous avancerait pas plus que ça, j’ai « sorti » ma main de Mr Klein abandonnant quelques instants le corps de Kim pour retrouver son torse et ses lèvres, après avoir « maltraité » son cou. Je sais pas pourquoi j’ai mis maltraité parce que là je l’ai pas mordu donc… voilà quoi je l’ai pas maltraité. Breeeeef. Je l’ai embrassé plus tendrement pour lui faire comprendre un petit « saranghae » même si « saranghae » aussi quand t’es dessous moi. Enfin bref, passons sur cette phrase étrange et beaucoup trop directe à mon gout. Il nous a rapproché l’un de l’autre en passant son bras dans mon dos et il y  eu un « échange » pour reprendre le mot de ma collègue. Sauf que, comme à chaque fois qu’on a été à deux doigts de faire ça –oublie l’allusion aux doigts stp- il y a un truc qui nous a coupé net, comme si c’était des ciseaux *sors* ; cette fois c’était très réel hein, pas un bruit qui sort de nulle part. Un petit bruit étouffé d’une petite personne gênée venait de tout casser. Et aucune remarque sur la taille, cette personne était, après vérification, bien plus petite que moi c’est clair ?!!!! Bref, ce bruit c’était genre un petit « huhum ». Le truc qui avait nous avait coupé dans l’ambiance –ça veut rien dire- était un bidule jeune, genre 14 ans, pas très grand et blond. Sa tête de gêné me donnait trop envie de rire mais par respect pour Key, et un peu lui quand même, je me suis retenu. On s’était genre redressé –tout notre corps hein- en même temps mais on été toujours en mode « mélangé ». Je sais pas si tu vois l’image mais moi oui et elle me dégoute suffisamment pour pas que je développe plus. C’est moi, mon vrai moi qui est dégouté pas Jonghyun hein, lui il est en kif… En parlant de kif, nous deux, entre amoureux, on s’était regardés en mode « kesquonfait » avant de reposer en même temps toujours nos magnifiques et wonderful yeux *sors* sur le gosse.

- Hey.

J’avais pas pu m’empêcher de sortir ça genre « non non tout va bien tu nous a pas vu ». Key m’a regardé en mode « What ? » mais j’avais aucune idée de pourquoi je l’avais dit donc voilà. Fallait que j’attende la réaction du gamin pour savoir si c’était judicieux de ma part ou si c’était une belle boulette. Surtout que je viens de réagir que si il était là depuis longtemps, il avait du voir de ces trucs. Pas déplaisant mais bon, ça a du le perturber un peu quand même. Et maintenant ce qu’il voit c’est deux mecs en position étranges qui avait deux paires d’oreilles et une queue chacun. Je précise que je parle d’une queue animale seulement, les autres, il a pas pu les voir elles sont bien cachées même si on a fait joujou. Bref, passons ou je –Ysaline- vais dégueuler. Miraculeusement, je sais pas pourquoi mais je m’y attendais pas donc c’est un miracle, il m’a répondu.

- Désolé.

Heu, ok… J’ai pas l’habitude qu’on réponde désolé quand je dis bonjour mais tant pis. Sauf qu’il devenait tout rouge au fur et à mesure où la situation se prolongeait. Si bien qu’au bout d’environ 10 secondes, on a explosé de rire pendant que lui devait être à la teinte la plus avancée de rouge. On s’est regardé et on s’est séparé pour se relever, ou du moins s’asseoir côte-à-côte plutôt que l’un sur l’autre. Je savais pas trop quoi faire du coup j’ai tenté d’entamer une conversation.

- Pas grave, si t’étais pas là depuis longtemps, bien sur.

- Nan nan, je vous jure, j’ai rien vu…

C’est qu’il me laisse même pas le temps d’analyser le rejeton. Il a enchainé direct après ma phrase et du coup j’ai rien pu dire… Quel casse-co….pied ce truc. Enfin bref, je vais reprendre à ma phrase d’abord.

Je lui avais dit ça sur un ton gentil mais qui en disait beaucoup. S’il était là depuis longtemps, il ferait bien de pas le dire mais il avait aucun intérêt à me mentir non plus parce que sinon, je lui explose son intérieur en deux-deux. Maintenant je passe à lui. Je suis fixé il a rien vu. Il a même juré donc s’il jure ça veut dire que dieu en est témoin, et si dieu en est témoin, j’en suis témoin donc il a pas pu mentir, non ? Mon raisonnement marche pas ! D’où tu insinues ça toi, je te permets pas. Bref, je me fous de ton avis enfaite donc voilà tais-toi et retourne dans ta grotte en Sibérie. C’est là que Key a décidé de s’en mêler :

- Nan mais t’inquiète on va pas te manger, viens t’asseoir.

Pour pas qu’il nous prenne pour des fous ou des beaux gosses, ou les deux en même temps, ou en tout cas, pour pas qu’il s’imagine pouvoir regarder Key, je suis allé chercher nos fringues pendant que l’autre, il venait squatter. On s’est rhabillé rapidement avec Kimi et on a attendu que le bruit nous parle. Bon, heu on aurait pu attendre un long long moment mais comme j’avais pas que ça à foutre, j’ai décidé de reprendre la parole.

- Et sinon, qu’est ce que tu fais là ?

C’est pas que je m’en fous mais au moins, ça relance la conversation… Je voudrais bien développé plus mais comme j’ai rien d’intéressant à dire, je mets des phrases inutiles et je me sens encore plus inutile. Enfin bref, peut-être que le normal va répondre ou pas d’ailleurs, je m’en fous, tout ce que je veux c’est rentrer avec Key parce que là, je commence à trouver les bois trop peuplés. Finalement le moldu a fini par répondre. Et bah, c’est pas trop tôt, c’est pas comme si je parlais tout seul à ma tête depuis trois minutes et que Kimi devait en faire de même…

- Je suis en rando avec mes parents, c’est la saison des champignons et le matin c’est la meilleure période pour les ramasser parce que la rosée permet aux…

- Ha ok. (x2)

On l’a coupé en même temps en mode « on s’en fout ». Non parce que ses champignons, on en a jamais vu ici ou on y a jamais fait attention en tout cas… Le seul truc c’est qu’après avoir parlé de ses champignons, je viens de percuter qu’il a parlé du matin et de ses parents… SI on pouvait éviter de se faire choper par d’autres moldus adultes cette fois, ce serait cool et en plus si c’est le matin ça veut dire qu’on va pas tarder à aller en cours…

- Désolé de te couper mais il est quelle heure et où sont tes parents précisément ?

Ok c’est pas super gentil comme phrase mais j’avais pas trop le choix, il fallait que je sache. Ca fait super dramatique comme phrase mais non, c’est juste pour pas qu’on se fasse sortir de cours…

- Bah, il est 7h et ils sont pas loin derrière moi.

Alors là, je sais pas ce qu’il s’est passé dans nos têtes de dieux mais on s’est en même temps transformés en animalik sous forme animale et on est parti à fond à travers les bois pendant que l’autre détalait dans l’autre sens en mode « putain c’est des animaliks ! C’est pour ça qu’ils avaient des queues de bêbêtes ». Il est long à la détente s’il pense ça.  Enfin bref, adieu le gosse qui a servi à rien à part à nous couper dans notre moment magique.

Arrivé à un endroit plus silencieux des bois et qu’on savait pas très loin de l’internat on s’est « re-normalisé » et ni une ni deux, je lui ai pris la main et je l’ai embrassé avant de commencer à me diriger vers l’internat…




Fiche crée par Thundy sur http://epicode.bbactif.com/" class="postlink" target="_blank" rel="nofollow">Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luhan Ly
Co - Fonda ~ Graphiste à la Cacahuète ♪

avatar
profil
Messages : 1207
Date d'inscription : 24/06/2012
Sur l'avatar ? : Lu Han

Personnage
Age: 17 ans
Pouvoir: Peut faire apparaître n'importe quel objet (allant de stylo à avion)
Race précise: Neko

MessageSujet: Re: • Un mois ça se fête nah ? [ pv. HyunS ]   Lun 28 Avr - 8:45






 Thor de Manège
 " Kim Hyun Kibum alias Key & Jonghyun Hae-Won alias Hyun "  

http://www.youtube.com/watch?v=rKXkRXhNnrU

 - Hey.


Hein ? Pourquoi il lui dit ça lui ? Enfin pas que ce soit impoli ou incorrect ou tous ce que vous voulez mais c'est un peu chelou de dire " Hey " quan lui il dit " Huhum " parce qu'il nous a genre interrompu en pleine action. Tu coup je l'ai genre regardé " Heu... Ouais ? Pourquoi ? " Sauf que lui il a répondu à mon regard avec son regard à lui, bah oui pas avec le miens, avec un air qui disait " J'en sais rien non plus en fait." Ca nous avançait pas énormément à vrai dire. Alala, je l'aime trop. Ca a rien à foutre là mais voilà, c'est pour meubler un blanc à l'écrit le temps que je trouve sur quoi enchaîner en fait. J'allais mettre un xD mais ça marche pas. Bref, laisse moi tranquille. Je continue.
J'étais en train de me dire, j'espère que le mioche blondinet qui nous reluquait bizarrement était pas là depuis trop longtemps parce que bon, c'est pas qu'on ai fait des choses anormales mais c'était pas très catholique tous ça en fait. Enfin ça pouvait parraître anormal pour un gosse de 14 ans parce que déjà on est gaie, non gay même si on est gaie aussi, donc ça peut être perturbant pour certaine personne et puis bon, à son âge on s'y connaît pas encore dans ce domaine. Enfin j'espère pas, ou alors j'étais un gosse vachement en retard. Je sais pas. On s'en fou. Ah mais en fait je réagis que maintenant, je suis un vilain garçon j'ai fait ça avant ma majorité. C'est pas bien, c'est le vilain trop beau gentil Tigrou majeur que j'aime qui m'a corrompu. Rahlala, quel manque d'éducation de ma part. A mais vas y du coup détournement de mineur là. Mon dieu je vais porter plainte. Sauf que si je porte plainte à dieu pour abus sexuel sur mineur le dieu en question va me ressauter dessus donc ça m'avancerait à absolument rien. Enfin théorie, puisque si il me ressaute dessus je dis pas non. Osef je fais ce que je veux d'abord, surtout qu'on est bien reparti pour que je reporte plainte aujourd'hui donc voilà. Bif Bang -bref-. 
C'est là que le vilain mec qui a tout cassé à répondu un truc :

- Désolé.


Genre, on lui dit bonjour il répond désolé. Vive la politesse. Enfin remarque c'est poli de s'excuser donc bon... Ouais mais voilà quoi. Malpoli d'abord j'ai dit et puis c'est tout. Il a commencé à rougir, et ce de plus en plus, jusqu'à atteindre le sumum du ketchup en conserve. On en avait envie depuis qu'il était arrivé, donc là on s'est pas retenu et on a genre explosé de rire tous les deux, en même temps. Mais bien comme il faut hein. Enfin on s'est quand même reprit assez rapidement, par égard pour lui, un minimum quoi. 
Toujours par égard pour lui je suppose, et je fais plus que supposer j'affirme même parce que je sais que Jonghyun l'aurait pas fait si il était pas là, mon Hyun il a bougé d'au dessus de moi et on s'est assis en même temps l'un contre l'autre. Ca me cassait les pieds de me dire qu'il y a deux minutes on étais genre en plein "ébat" et que là on devait se contenter d'être côte à côte quoi. Enfin bref. Voyant qu'il était toujours aussi gêné, je tentais d'entamer une conversation avec lui pour le destresser mais Jonghyun m'avait devancé en disant un truc qui ressemblait indirectement à une question qui me tracassait également à vrai dire. 

- Pas grave, si t’étais pas là depuis longtemps, bien sur.


Il s'est genre dépêché de répondre, genre il avait le couteau sous la gorge tu sais. 

- Nan nan, je vous jure, j’ai rien vu…


Bah j'espère bien attend. Mon intimité elle est réservé à moi et à mon Hyun et à personne d'autres d'abord. Et puis la sienne aussi c'est ma propriété d'abord. Bref. Tous ça pour dire que heureusement pour lui qu'il a rien vu. Ou alors il ment. Mais je vais pas commencer à partir dans le même débat que ma compagnone -oui je sais que ça se dit pas- parce que sinon j'ai pas fini. Il avait l'air toujours autant gêné. le pauvre quand même, j'aimerais pas être dans sa situation. Quoique non en fait, je dis des conneries. Moi si j'étais à sa place je serais en train de baver. Nan parce que franchement tomber sur deux beaux gosses comme nous en Dolce & Gabbana et Calvin Klein c'est juste le rêve franchement. Enfin moi j'aurais bien aimé perso. Enfin bref, là n'est pas la question. 
Histoire de le détendre un peu, mais pas comme Joghyun m'a détendu tout à l'heure qu'on se comprenne bien, je lui ai dit gentiment :

- Nan mais t’inquiète on va pas te manger, viens t’asseoir.


De toute façon je pouvais pas le dire autrement que gentiment parce que je suis justement trop gentil pour le dire méchament. 
En même temps que l'autre mioche venait squatter avec ma permission, enfin venait squatter est un bien grand mot parce que si il a cru qu'il pouvait me squatter et squatter mon Tigrou rien qu'à moi il a fumé d'abord, mon Tigrou en question est allé chercher nos fringues laissé en tas un peu plus loin. Bref, ça me donne des images d'horreur tout ça -pas l'histoire des fringues ce qu'il y a avant hein-.  Quand il est revenu avec je me suis relevé, j'ai attrappé mes fringues et on s'est genre rhabillé en vitesse. C'est après avoir mis mon gilet, qui en fait ne l'était pas, que je me suis rendu compte qu'on avait genre échangé malancontreusement nos deux gilets vu que c'était, à peu de choses près, les même. Ca aura au moins eu le mérite de me faire sourire et puis comme ça je pouvais m'imprégner de son odeur que j'aimais tant parce que je l'aimais tout simplement -han c'est beau *sort*-. On s'est rassit ensuite l'un à côté de l'autre, de la même façon que précédement mais habillé quoi, histoire que l'autre oulf de la forêt en profite pas d'avantage. Nan parce que à voir mon Joghyun dans cette tenue y a de quoi en devenir gay si on est un mec et à tomber dans les pommes si on est une fille, voir aussi si on est un mec qui n'aime pas les émotions fortes. Heureusement que j'y avais survécu parce que sinon ce serait triste la vie. Bref. 
On a attendu un petit moment que l'élément perturbateur du nom d'enafant parce que je connais pas son nom nous parle sauf qu'il a pas parlé donc Joghyun a fais le second pas, le premier il est déjà fait donc voilà, en lui demandant :

- Et sinon, qu’est ce que tu fais là ?


Y a eu un gros blanc genre il osait pas nous répondre. Eh ça va on va pas le manger. Je lui ai dit en plus qu'on allait pas le manger d'abord. Premièremet parce que personnellement la seule personne que je mange c'est Jonghyun et deuxièmemen parce que je l'ai justement déjà mangé et que j'ai plus faim pour un petit, je dit bien petit, moment. Beurk, c'est immonde. C'est pas grave. Vous avez compris l'idée. 
Et puis en fait on s'en fou un peu de ce qu'il fait là, non ? Moi si en tous cas, vous je sais pas et je m'en fou aussi en fait. Mais bon, fallait bien taper la discute pour pouvoir plus vite la clôturer pour ensuite s'en aller parce que honnêtement ce gosse "m'énervait" -ouais vive les guillemets- déjà. 
Il a finit par nous répondre, mais nous répondre un truc dont on se foutait encore plus que ce qu'on pouvait s'imaginer avant qu'il nous réponde de pourquoi il était là -ma phrase veut un peu rien dire mais l'idée y est- :

- Je suis en rando avec mes parents, c’est la saison des champignons et le matin c’est la meilleure période pour les ramasser parce que la rosée permet aux…


Oh mon dieu, ta bouche. 

- Ha ok. 


On avait répondu en même temps. Toujours aussi calé nous deux ça fait plaisirs. Enfin non ça fait pas plaisirs mais c'est marrant. Bref. Nan parce que perso je m'en fou complètement qu'il ramasse des champignons avec ses familles le matin parce que la rosée permet un truc dont je me cacahuète complètement en fait. Sauf que si c'est parent se pointe là y a de quoi être gêné. Enin bref. Et puis personnellement, j'ai jamais vu de champignons dans ces bois. Et puis j'y ai jamais vu d'humain non plus parce que d'habitude ils aiment pas venir ici sachant que y a souvent des animaliks qui s'y promènent. Enfin généralement pas en plein milieu de la nuit. Justement, si y a pas d'animaliks pourquoi il y aurait des humains dans cette forêt en plein milieu de la nuit hein ? Sauf si c'est pas la nuit. Nan parce qu'on a quitté l'internat vers 3h30, donc on était là vers 3h50 et comme on étais là depuis un bon moment à faire nos bêtises et à causer du passé, si ça se trouve c'était le matin maintenant. Si c'était le cas c'était la merde parce que premièrement je suis crevé et que deuxièmement si il était 8h -oui je peux pas savoir parce que comme on est en hiver je vois rien il fait nuit- on était déjà en retard en fait. 
M'interrompant dans toutes mes réflexions, Jonghyun a posé la question que je me posais depuis 30 secondes de réflexion :

- Désolé de te couper mais il est quelle heure et où sont tes parents précisément ?


Il avait été un peu brutal, enfin façon de parler pour ne pas dire entre guillemets, mais bon, y avait comme qui dirait urgence. On le regardait tout les deux intensément genre " Notre vie toute entière dépend de ta réponse ". C'était pas le cas mais c'était ce que ça laissait transparraître. Enfin du coup le gosse il était sous pression de nos deux regards de la mort qui tue et il nous a répondu assez rapidement, enfin rapidement veux dire 20 secondes après pour lui :

- Bah, il est 7h et ils sont pas loin derrière moi.


On a genre réagit de la même façon et en même temps, c'est ça le pire. Pour être plus clair, on s'est -sans un regard parleur et tout genre " Vas y on fait ça en même temps " juste par le pouvoir inexistant de la télépathie - transformé en notre forme animal respective, à savoir moi une panthère et lui, au cas où t'aurais toujours pas compris pourquoi je l'appelle Tigrou, un tigre. Et puis bah on a détalé comme des lapins dans la même direction, côte à côte, sans se soucier du gosse qui devait nous regarder partir avec des yeux de merlan frit. 
On a finit par arriver dans un endroit un peu plus tranquille dans les bois, enfin un endroit ou y avait personne à la recherche de champignon quoi. On s'est arrêté de courir et j'ai pas pu m'epêcher de ma faire la rélfexion que premièrement, il avait trop la classe en tigre -nan parce que je l'avais encore jamais vu comme ça et lui non plus ne m'avait jamais vu comme ça, faut dire on est tellement beau en vrai que ça sert à rien de se transformer en animal *sort*- et que deuxièmement il était légèrement plus grand que moi et que je suis sûr que ça le faisait sourire intérieurement *sort*. On a reprit forme humaine, nan parce que comme dit précédement on est plus beau en humain et puis voilà quoi, on fait ce qu'on veux d'abord. En se retrouvant de nouveau face à face sous forme "normale" -opp opp oppa guillemets- je pouvais pas m'empêcher de me faire la réflexion qu'il était vraiment mieux sans sa chemise et mon gilet en l'occurence. Sauf que ça va, il s'est rattrappé en me prenant la main et en m'embrassant tendrement. Un échange bein trop court, comme d'habitude quoi, mais si on commençait à approfondir *sort* on était pas rentré avant le crépuscule -vas y je te case un joli word-. On commençait donc à rentrer tous les deux en amoureux, main dans la main. Que c'est mignon l'amour. 
Quand on est arrivé devant le grillage, on l'a passé en mode beau gosse, sauf que j'ai faillit me casser la gueule à l'atterissage parce que j'étais genre trop crevé et que je dormais à moitié debout. C'est pas grave on a rien vu. J'ai posé ma main sur l'épaule droite de Jonghyun et lui a aussitôt passé son bras dans mon dos et à posé sa main sur ma hanche et on s'est dirigé tranquillement vers l'internat. Je sais pas si j'ai fait ça juste parce que je hcrehcias, non cherchais, un conntact ou si c'était pour pas me casser la gueule mais bon. On va dire que c'est la première option c'est plus mignon d'abord.
Y avait genre quasiment personne dans le lycée, à part les quelques courageux qui arrivait à se lever dès que le réveil sonne et pas 30 minutes après. L'horloge du lycée affichait 7h25, on avait encore 40 minutes avant que les cours commencent, ça me laissait le temps de dormir. Enfin non ça me le laissait pas mais c'est pas grave, laissez moi me dire que ça me le laisse je suis fatigué d'abord.
On est arrivé devant notre chambre. joghyun a ouvert la porte et m'a laissé passer en premier. Je l'en remmerciais d'un regard parce que ça me laissait le temps d'aller m'étaler comme une banane écrasé dans le lit. C'est ce que j'ai fait d'ailleurs. Je prenais mon oreiller dans mes bras et câlais ma tête dessus, m'allongeant sur le côté face au mur -oui le mur c'est MON côté, je partage pas-. Sauf que comme mon Jonghyun il est très prévenant et qu'il est trop gentil -façon de parler- et qu'il sait très bien que si je m'endort y a interdiction de me réveiller sinon je peux devenir dangereux entre guillemets quand je suis fatigué comme ça, il est venu s'allonger contre moi, calant son torse contre mon dos en passant son bras autour de moi, tout en m'embrassant dans le cou tendrement et longuement. J'avais terriblement envie de lui faire un gros câlin mais ma fatigue prenait le dessus et me chuchotait de vilaine chose genre " Non, tu va dormir Kim Hyun Kibum parce que moi déesse de la fatigue je l'ai décidé ". Sauf que Jonghyun il savait tout et il savait que j'avais envie de dormir donc il m'a genre retourné pour me foutre sur le dos avant de me retourné à nouveau pour m'allonger à moitié sur lui. Je m'étais genre laissé faire en me montrant aussi coopératif qu'un hyppocampe écrasé sur le bord de la route de son aquarium. J'étais donc à prèsent à moitié sur lui, ce dernier avait passé ses bras autour de moi et j'avais ma tête sur le début de son torse du côté droit et ma main de l'autre côté. Bah oui mon Jonghyun il est intelligent et comme ça il allait littéralement m'empêcher de dormir pendant 30 minutes parce que déjà il allait surveiller à chaque fois que je commence à dormir et que deuxièmement quand t'es dans cette position avec lui t'as pas franchement envie de dormir, même si t'es fatigué. J'ai donc laissé passer le temps pendant 30 minutes sans bouger en me disant que si a chaque fois qu'on faisait ce qu'on a fait hier soir j'étais dans cet état ça allait être problèmatique et deuxièmement qu'après avoir subit ce détournement de mineur je subissait un empêchage de dormissement -je sais que ça se dit pas je te remercie-. Je devinais le sourire qu'il avait sans doute d'affiché sur son visage genre " Ahalala, je suis responsable de ça, héhéhé " -ou pas-. Je l'embrassais tendrement dans le cou à cette idée, le faisant sourire à coup sûr si c'était pas déjà le cas et resserer son étreinte avant que je ne repose gentiment ma tête contre lui. Jusqu'à ce que le vilain réveil qui m'affiche jamais ce que je veux m'indique qu'il était 8h et que j'avais 5 minutes pour aller en cours. On s'est relevé à peu près en même temps, moi avec un gros soupir qui à eu l'audace -je sais pas pourquoi l'audace- de le faire sourire lui -Hyun pas le soupir- avant qu'on ne sorte tous les deux de la chambre avec nos affaires de cours. 
Cette journée de vendredi terminée, enfin, je retournais dans notre chambre pour la deuxième fois aujourd'hui. J'avais beau y être allée à la vitesse d'un escargot boiteux j'étais quand même arrivé avant Jonghyun. Sauf que quand lui est arrivé il a dut être genre surpris -ou pas- de me voir allongé sur le dos sur le lit -bah oui pas par terre- la tête dans mon oreiller, à qui je faisais un câlin, et non pas à la douche, là ou j'étais d'habitude à chaque fois qu'il rentrait. J'avais tellement la flemme c'était hallucinant. Dès qu'il s'est allongé à côte de moi genre " Il va rien voir " ou peut être encore " T'es mort ou bien ? ", j'ai lâché mon oreiller que j'ai balancé à côté de moi du côté ou n'était pas Jonghyun parce que ça aurait pas été gentil et j'ai pris Jonghyun dans mes bras en même temps que lui l'a fait. Nan parce que c'est quand même plus intéréssant de faire un câlin à Jonghyun plutôt qu'à mon coussin. Et puis après bah comme d'habitude, on s'est embrassé, d'abord gentiment puis après -toujours gentiment hein- un peu plus approfondi si je puis dire. Enfin l'essentiel c'est que t'as compris. En même temps j'avais laissé Jonghyun m'allonger sur le dos et passer du coup au dessus de moi. Je passais mes bras autour de son cou et de ses hanches tandis que lui se portait sur son avant bras droit et laissait sa main gauche passer sous mon débardeur blanc pour la deuxième fois de la journée. Je le laissais complètement faire, n'ayant pas du tout envie qu'il s'arrête malgré la fatigue. Et voilà, c'est reparti pour un tour, j'allais de nouveau avoir très mal et j'allais définitivement plus pouvoir m'asseoir demain sachant q'aujourd'hui s'étai déjà pas ça. Mais osef, je préfère avoir mal quelques minutes que de ne pas faire une chose pareil avec un tel dieu voyons. La question ne se pose même pas en fait. Ah mais en plus c'est vendredi. Donc no problem, on peux bien repartir pour 20 tours si ça lui fait plaisirs et qu'il est d'aplomb vu que j'ai genre tous le week-end pour m'en remettre. C'est cool la vie en fait -phrase précédente présente juste pour finir sur une note positive inutile et débile-.

Fiche crée par Thundy sur Epicode




" Luhan Ly "

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


profil

MessageSujet: Re: • Un mois ça se fête nah ? [ pv. HyunS ]   
Revenir en haut Aller en bas
 

• Un mois ça se fête nah ? [ pv. HyunS ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» • Un mois ça se fête nah ? [ pv. HyunS ]
» DOLLY chiot femelle croisé fox-yorkshire 5 mois SPA DOUAI 59
» CANICHE croisé Griffon de 6 mois champagne Roubaix (59)
» SISSI croisée caniche bichon 6 mois DOUAI (59) ADOPTEE
» MOIS DE GLACE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Autres :: RP des Membres-