top school rpg
top all rpg
revelation top site
communaute des admins forum

Partagez | 
 

 Nawel -c'est mieux tard que jamais hein-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Edwar Voralberg
Epanoui

avatar
profil
Messages : 272
Date d'inscription : 11/01/2013

Personnage
Age:
Pouvoir: Cogiste [PP = 30]
Race précise:

MessageSujet: Nawel -c'est mieux tard que jamais hein-   Dim 29 Déc - 21:58


Nawel

"Comment ça en retard ? "



La ville est toute belle a la période de noël. Oui parce qu'on a besoin d'une fête pour être content et de bonne humeur dans ce monde. Moi, je le suis tout les jours. Pas besoin d'une quelconque fête. Enfin y a le truc des cadeaux aussi. Et moi Edwar Voralberg je vais faire un cadeau. Un beau cadeau.

Pas un p'tit truc que j'ai acheter a la rache et tout, un vrais cadeau réfléchis de vrais gentil et mignon petit copain. J'suis pas mal fière de moi quand même. J’espère qu'elle seras contente, j'aime la voire sourire. C'est le plus beau truc du monde le sourire de Chiara. Après la baise.

J'ai fait des efforts sur les fringues aussi. J'ai pas mis un jean tout défoncer de partout. J'en ai mis un tout beau tout neuf et une chemise -une CHEMISE- blanche toute propre et repasser. J'ai le sourire dans le regard et attend ma belle. Les mains dans les poches -comme a mon habitude- je trépigne un peu sur place.

J'ignore les quelques filles qui essaye de m'aborder, je suis a Chiara petite dinde. Jusqu'a qu'elle veuille plus de moi. J'ai pas envie qu'elle veuille plus de moi. Je le dis pas et je crois que je le montre pas beaucoup mais je veut que ça dure nous deux. Je veut pas qu'elle parte soudainement comme toute les autres. Sans dire au revoir.

C'est ma Chiara rien qu'a moi bordel de merde. Oh c'est elle la bas !

/Ouuuuh c'est nuuul/






© Lady sur Epicode




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chiara Maloon
Habitué

avatar
profil
Messages : 158
Date d'inscription : 07/12/2012

Personnage
Age:
Pouvoir: Contrôle de l'Anatomie [PP = 20]
Race précise:

MessageSujet: Re: Nawel -c'est mieux tard que jamais hein-   Dim 29 Déc - 22:29

Noël

is coming, bitch  


Le savon qui mousse sur ma peau, et le jet d'eau chaude qui balaye la poussière. J'ai beau essayer de prétendre que je suis insensible au climat, il faut dire que j'ai franchement froid, et que passer quelques minutes sous l'eau brûlante, c'est génial. Un fois que mes pensées s'échappent dans le siphon, je risque une main au dehors et la chair de poule parcourt toute ma peau nue. M'enroulant dans ma serviette, je grelotte quelques instant avant d'essuyer la buée sur mon miroir du plat de la main. Mes cheveux châtains boucles dans tout les sens, ma peau est rougie à cause du jet chaud, et mon mascara à coulé sous mes yeux. je me munis d'un coton et entreprend de retirer le maquillage de chaque parcelle de peau. M'essuyant rapidement, je me dirige vers mon armoire, au
passage je jette un coup d’œil par la fenêtre. Les étoiles se détachent sur un ciel parfaitement uni. Pas un nuages ne fera surface, non pas se soir. Parce que, j'ai l'intime conviction que les étoiles veulent briller se soir, qu'elles ne veulent pas être ignorées, qu'elles savent que demain, elles seront mortes, éteintes par le feu ardent du soleil qui illuminera la lumière de ses yeux. Le soleil qui jouera sur ses cheveux bruns. J'ouvre les battant de mon armoires et enfile un jean, et un t-shirt. Je m'examine et décide de faire un effort pour une fois dans l'année.

Lorsque je sors de ma chambre, je me sens étrangement trop différente. Ma robe noire est trop longue, elle traîne presque par terre, et mes converses sont quasiment invisible sous le tissus. Je n'ai pas de veste, la flemme, de toute façon, on s'en fiche un peu. Je tire sur mes manches pour qu'elles couvrent mes mains. Je ramasse ma robe entre mes mains pour dévaler l'escalier. Je débouche enfin dans l'allée, les graviers crissant sous mes semelles. Je ferme le portail derrière moi et me dirige vers le taxi qui m'attend devant.

Une fois à l'intérieur du véhicule, je m'assieds en tailleur, faisant la discute avec le chauffeur. La ville défile derrière les vitres, les gens qui courre, se balance des boule de neige, qui sourit. Et des gosses dans des poussettes. Je passe une main sur mon ventre, les larmes aux yeux. Arya. Si loin. Heureusement que je suis pas maquillée, sinon, c'était grillé. Je m'essuie les joues et rigole pour de vrai lorsque le chauffeur m'offre le chemin, parce qu’apparemment je suis " une jeune fille bien aimable." J'ouvre la portière, glissant mon 1m74 de jambes sur le trottoir. /ça veut pas dire qu'elle à vraiment 1m74 de jambes, mais qu'elle est toute en jambe quoi./ Je salue le chauffeur est entre dans une boutique. Passe mes mains sur les étagères, puis m'avance vers l'objet convoité. Je file à la caisse et paie.

Serrant le petit paquet contre moi, je m'avance dans la rue, bousculée par tant de personne qui se presse, soupire, s eplaigne, rie. Ils vivent, et moi, je suis enfin heureuse.
Je m'avance, bravant le froid de l'hiver, le vent s'infiltrant sous ma robe, me perturbant. Secouant mes mèches brunes dans tout les sens. Je m'arrête, un sourire aux lèvres. j'écarte une mèche de mon visage et m'élance, lui sautant dessus.

Fiche codée par UmiBwack sur Epicode.Ne pas retirez.




the problem is that i'm empty. we must be killers, children of the wild ones. look at me, pretending to be be happy, i'm dead, i'm so confuse my love, because i'm dead for a long time. i'm lost in my own mind.

                                                  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edwar Voralberg
Epanoui

avatar
profil
Messages : 272
Date d'inscription : 11/01/2013

Personnage
Age:
Pouvoir: Cogiste [PP = 30]
Race précise:

MessageSujet: Re: Nawel -c'est mieux tard que jamais hein-   Mar 31 Déc - 14:22


Nawel 

"Comment ça en retard ? "



Oh... Mon... Dieu...

J'ai pas de dieu mais j'en veut un juste pour prononcer cette phrase maintenant. Parce que le dieu en question mérite de poser ses yeux de dieu sur ma Chiara. Parce qu'elle est magnifique. Comment peut elle s'abaisser a être la copine d'un gars comme moi. Faut dire qu'a coté d'une fille qu'est redevenu des profondeur mon niveau de beau gosse alcoolique et bas et pis zehdkjehdj ces jambes. Je la dévisage tandis qu'elle commence a courir vers moi. Enfin " dévisage "... Je mate quoi, c'est dans ma nature. J'crois pas que ça la dérange vraiment en plus.

Je la rattrape quand elle saute sur moi et l'embrasse. Ses lèvres aussi. J'vais crever de bonheur. Je la pose a terre après le long baiser. J’enlève les mains de sa taille et me recule un peu avant de siffler.

<< Putain Chiara t'es magnifique ! >> Oui je sais plus romantique, tu meurt. << J'ose pas te toucher. >> 

Vrais. Mais ça vas me passer après quelque verre ou même sans. Ouais sans je me rapproche d'elle et l'embrasse une deuxième fois parce que ces lèvres sont addictive. Je pose une main dans son dos pour la tourner. Je soulève ses cheveux et sort mon cadeau de ma poche. C'est un petit collier, qui m'as coûter pas mal d'ailleurs. J'pense que je vais avoir des nouvelles du mec qui s'occupe de mes dépenses mais oseeef. C'pour ma Chiara. C'est une fine chaîne en argent qui porte un cœur enrouler autour de celle ci.

Et comme Lise est franchement nulle pour décrire les bijoux elle vas te mettre une photos. Je bataille un peu avec le mini fermoir avant d'arriver a fixer le bidule. -oui je connais pas le vocabulaire des bijoux non plus- -oseeef- -BREF- Je lui fais un petit bisou dans le cous avant d'annoncer le sourire au lèvres.

<< Cadeau de nawel. >>

Cadeauw:
 

Baon la grosse flemme de trouver une image qui convient U.U 







© Lady sur Epicode




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chiara Maloon
Habitué

avatar
profil
Messages : 158
Date d'inscription : 07/12/2012

Personnage
Age:
Pouvoir: Contrôle de l'Anatomie [PP = 20]
Race précise:

MessageSujet: Re: Nawel -c'est mieux tard que jamais hein-   Mar 31 Déc - 16:57
Thème musical

Noël

Where everything is so numb ~  


Lorsque j'ai eu treize ans, on m'a demandé si j'avais déjà cru au père Noël, et sur le coup, j'ai jugé bon de dire que non, que c'était seulement une chimère inventée par la société, un truc totalement débile. Alors qu'en réalité, j'y avais crû jusqu'à mes huit ans.

Lorsque j'ai eu quinze ans, on m'a demandé si j'avais déjà crû en l'amour, et j'ai jugé dire que non, que c'était juste une bombe à retardement, une manière d'échapper à sa vie en se berçant d'illusions. Alors qu'en fait, j'en rêvais, juste d'être aimé, juste compter aux yeux de quelqu'un, d'être importante.

Lorsque j'ai eu seize ans,on m'a demandé si j'avais déjà crû en l'amour maternel, et j'ai jugé dire que non, car mon modèle féminin n'était rien pour moi, un simple pantin qui gueulait et se plaignait, qui arrivait à me qualifier de calamité. Quelques mois plus tard, je suis tombée enceinte.

Mais à présent, redemander moi ces choses, reposez moi les mêmes questions. Le temps efface les décisions, élimine la connerie ambiante. Alors oui, j'ai crû au père-Noël, au grand et bel Amour, ouais j'ai crû en l'amour maternel, mais tu vois, j'avais plus ma fille, c'est comme si on avait décidé de gommer une partie de l'histoire, mais que ça avait fait pleins de ratures partout, jusqu'à en faire baver mon propre cœur.
On devient rapidement folle, lorsque tout le monde vous en donne raison, et alors là, on se raccroche aux gens qui vous rassure, vous enferme et tente de vous maintenir sous l'eau. Et vient un jour ou vous arrivez à ressortir la tête de l'eau, à vous accrocher désespérément au bord. Vous restez là jusque quelqu'un décide à vous tendre la main.

Octobre deux-mille-treize.

J'ai tout perdu, je suis dans les vapes, j'ai mal partout. Mon cœur m'a lâchement abandonné, laissant dans le creux sombre, froid et vide, l'écho de son dernier battement. J'en suis au stade de végétation, la conscience arrachée, les nerfs à fleur de peau. Électrisante, perdue, à moitié-morte. J'ai vu mourir la fleur de ma vie, dont les pétales ont été lâchement arrachées les unes après les autres, dans une macabre danse pantonyme.
J'ai crus voir la vie me faire des bras-d'honneur, j'ai crus voir mes yeux tourner aux noirs, j'ai crus beaucoup de choses, mais j'ai vécu. /et non, j'ai pas vaincu, César ne vit pas en moi/. On m'a jeté à terre, craché dessus, c'était la saison des pertes de toute façon, tout le monde m'a laissé me crever toute seule là en bas, tellement bas. Et je pensai que rien ni personne allait me sortir de ce caveau noir.

Puis un soir, sur le toit de l'Internat, un soir un peu gris et pluvieux, il était là. Et y avait moi aussi, qui avait promis à mon cœur de le rejoindre, de s'écraser au sol, de me laisse tomber comme une pierre qui coule au fond de l'eau. j'aurais tout aussi pus bien me noyer, vu la lourdeur de mes peines.
Mais lui qui était là, lui qui m'a dit non. Alors moi, j'ai promis. De plus jamais vouloir me laisser tomber, ni couler.
Je lui ai promis.
Tout ça c'est fini.

« Putain Chiara t'es magnifique ! »

Je sais pas quoi répondre, il y a rien à répondre, je suis pas magnifique ou quoi que se soit, mais ça me touche tout-de-même.

« J'ose pas te toucher. »

Un sourire apparaît sur mes lèvres, un sourire sincère, un qui à sût renaître sur mes lèvres dans le creux des siennes. Il me fait me retourner, le visage face aux gens dans la rue, des gens qui ont sans doute une vie chez eux, des moments de joies dans leurs yeux. Moi j'ai plus que lui, lui et ses mots.
Je sens le contact métallique et froid contre ma peau nue et frissonne. Je baisse la tête sur le pendentif et remonte mes doigt pour l'effleurer.

« Wow, merci c'est.. magnifique. »

Je me tourne vers lui et lui tend mon paquet.
C'est nul comme cadeau le mien, c'est seulement une sorte de canif avec un lion sculpté en ivoire sur le manche, je pensais que ça lui irais bien.

« Joyeux Noël, Edwar. »
Fiche codée par UmiBwack sur Epicode.Ne pas retirez.




the problem is that i'm empty. we must be killers, children of the wild ones. look at me, pretending to be be happy, i'm dead, i'm so confuse my love, because i'm dead for a long time. i'm lost in my own mind.

                                                  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edwar Voralberg
Epanoui

avatar
profil
Messages : 272
Date d'inscription : 11/01/2013

Personnage
Age:
Pouvoir: Cogiste [PP = 30]
Race précise:

MessageSujet: Re: Nawel -c'est mieux tard que jamais hein-   Mer 1 Jan - 17:08


Nawel 

"Comment ça en retard ? "




« Wow, merci c'est.. magnifique. »

Elle me tend un paquet. Oh. Un paquet. Je retient un " Pour moi ? " Parce que y a que les idiots qui sorte ça. Ben oui si on leur tend c'est POUR EUX. C'est surement l'habitude de recevoir des cadeaux de personne. J'ai jamais cru au père noël. Mon père as juger sa futile et ma mère s'en foutait complétement. J'était le seul a n'avoir pas de sapins en plus des oreilles et d'une putain de queue. Enfin j'vais pas me mettre a me plaindre non plus.


« Joyeux Noël, Edwar. »

Uh. J'ai horreur de mon prénoms. Ca me rappelle trop la face de coincé de mon géniteur que je refuse d’appeler " père ". Mais quand elle le dis, elle. Ca vas. Quand elle dis Edwar, elle parle pas de celui que mon père voit. Elle parle de son Edwar rien qu'a elle. Je l'embrasse encore parce que je l'aime et j'aime l'embrasser et que c'est la base d'une relation s'embrasser.

Je m'éloigne un peu et commence a ouvrir le cadeau avec le regard d'un enfant. J'ai su garder ces yeux la malgré que je n'ai jamais connu le père noël, la petite sourie, les cloches... Je les ai garder et je l'ai garderais toujours. J'm'en fout d'être idiot ou pas mature. C'est ce qu'il me reste.

<< Oh... >>

Je caresse le manche du canif orné d'une tête de lion et lève des yeux rieur vers Chiara.

<< Avec ça je vais pouvoir égorger le prochain qui te regarde de trop prés ! >>

Je reprend mon sérieux et la regarde simplement heureux.

<< Merci, c'est un très beau cadeau. >>

J'ai parler normalement la. Je m'améliore je trouve. Niveau crédibilité.


© Lady sur Epicode




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chiara Maloon
Habitué

avatar
profil
Messages : 158
Date d'inscription : 07/12/2012

Personnage
Age:
Pouvoir: Contrôle de l'Anatomie [PP = 20]
Race précise:

MessageSujet: Re: Nawel -c'est mieux tard que jamais hein-   Jeu 2 Jan - 20:51

Noël

Thème ~  


J'ai souvent rêvé de la vie future que j'aurais plus âgée. A six ans, je rêvais de robe à paillettes, de trucs dans le genre, des choses qu'une gamine est autorisée à penser. A quatorze ans, je rêvais du prince charmant, de l'homme qui donnerait un sens à ma vie, mais j'étais loin du compte, loin du fait qu'il existait pas ce mec. A seize ans, j'ai rêvé d'être heureuse avec ma famille, et je m'y accrochait, sauf qu'un jour, on vous assassine lâchement, on vous jette dans le halo vide de la réalité. Ils étaient plus là. Mon copain et ma fille, ils étaient juste.. Plus là, et mon cœur, il s'y accrochait, à penser qu'ils allaient revenir. Je m'allongeais dans l'herbe de l'été, le visage tourné vers les étoiles, et personne n'osait me dire qu'ils reviendraient plus jamais, ils me laissaient seul dans mon trip.
Sauf qu'ils avaient tort, et que j'avais raison. Enfin, ne partie.
Je l'ai revu lui, je lui ai reparlé, j'ai repris sa main, et ensemble, au dessus de sa tombe, on à essayé de refaire un portrait de famille brisé.
Mais il est repartit comme il est revenu, et je suis plus vraiment sûre si c'était rêveries ou drogues.

Une légère pluie mêlée à de petits flocons commence doucement à tomber, s'accrochant dans mes mèches, formant de petites tâches sombre sur ma robe, me refroidissant. Je le fixe ouvrir mon couteau totalement merdique avec un petit sourire aux lèvres.

« Oh... Avec ça je vais pouvoir égorger le prochain qui te regarde de trop prés ! Merci, c'est un très beau cadeau. »

Je ne réponds pas tout de suite, trop occupé à fixer une jeune fille, blonde platine, six-fois plus jolie que ma pauvre personne. C'est pas ça le problème. Le problème, c'est qu'elle est légèrement bourrée, et qu'elle se rapproche à une vitesse dangereuse de /mon/ Edwar.
Je serre les dents et le tire dans le bar en face de nous, l'air de rien, ma main posé sur son dos, le guidant vers la porte vitrée du café.


« Ca te plaît ? Ah, bah, j'suis contente alors... »

Je lui offre un grand sourire et me plante devant la porte, avant de poser mes mains sur ses hanches et l'embrasser. Bien, petite blondasse de niveau trois, dégage, tu saoules. Je lance un dernier regard à la fille qui repart boudeuse vers une autre victime avant de reculer et ouvrir la porte du bar, et le tirer à l'intérieur. Je sers mes bras contre moi, étudiant les lieux. Je fixe Edwar. Sans me rendre compte qu'un mec m'a prit le bras et m'a entraîné danser. Au viol, moi j'dis.
Mais bon, il est un peu pompette et pas méchant. Je rigole doucement en fixant Edwar.
Non, pitié, pas de génocide, chéri.
Fiche codée par UmiBwack sur Epicode.Ne pas retirez.




the problem is that i'm empty. we must be killers, children of the wild ones. look at me, pretending to be be happy, i'm dead, i'm so confuse my love, because i'm dead for a long time. i'm lost in my own mind.

                                                  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edwar Voralberg
Epanoui

avatar
profil
Messages : 272
Date d'inscription : 11/01/2013

Personnage
Age:
Pouvoir: Cogiste [PP = 30]
Race précise:

MessageSujet: Re: Nawel -c'est mieux tard que jamais hein-   Lun 6 Jan - 16:13


Nawel 

"Comment ça en retard ? "



Je sais pas vous mais moi j'adore cette soirée. Il me semble que rien vas venir nous déranger. Absolument ri-OUH C'TE BLONDASSE-non Ed' concentre toi. C'est vrais qu'elle est bien foutus quand mê-aaaannnw Chiara fais sa jalouse. C'est chou. J'me fais tirer loin de la prédatrice. Eh non ma p'tite je suis accompagnééé ! Mouahahahah. Stop Ed' tu parle tout seul la. Ouais c'pas ma faute c'est parce que Lise écris alors qu'elle est malade. /j'vous emmerde u.u/ D'ou tu t'incruste dans le rp ?! /Bah c'moi qui l'écris hein quand même/ MAIS MÊME. /okay j'me tire u.u/

« Ca te plaît ? Ah, bah, j'suis contente alors... »

J'entoure sa taille et me baisse vers elle pour avoir droit a mon bisou. Parce que je suis un peu grand ouais, un peu beaucoup même, ça fais viril dit Lise. Mais Lise quitte ce rp eukay ? Je fais un signe d'aurevoir a la blonde tandis que Chiara ouvre la porte, celle-ci me renvoie un clins d'oeil pendant que Chiara SE FAIT KIDNAPPER. AAAAAAAAAAAAAAAH AU VOLEUR ! Rend moi ma copine abrutis !

...

D'ou elle rigole... ? Mais elle me provoque la ? Okay. Okay. Chérie. Tu vas voir. J'vais pas le taper le gars. Je ressort vite fait du bar et apelle la blonde. Quelque parole et un beau sourire lui suffise. Hop. Je re-rentre dans le bar avec la fille accroché a mon bras tel une sangsue et lance un grand sourire a Chiara.

Non non ne te met pas en colére t'sais bien que je fais ça juste pour te rendre jalouse. Je lance un regard noir au mec. Si il fais plus que dansé simplement avec elle je l'égorge.




© Lady sur Epicode




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chiara Maloon
Habitué

avatar
profil
Messages : 158
Date d'inscription : 07/12/2012

Personnage
Age:
Pouvoir: Contrôle de l'Anatomie [PP = 20]
Race précise:

MessageSujet: Re: Nawel -c'est mieux tard que jamais hein-   Lun 6 Jan - 18:10

Noël

Is whispering 


Tout se serait si bien passé si il n'avait pas réagit ainsi. Je fixe la fille, une boule coincé dans la gorge, je me sépare du type, soudainement, je me sens de trop, et j'entrevois tout ces instants ou il était heureux avec les autres, ou il l'était sans moi. Les lumières tamisées du bar deviennent de plus en plus sombre, et bientôt de nombreux couples viennent se serrer les uns contre les autres, tous dansant sur cette musique mélancolique qui me donne envie de vomir. je le fixe d'un regard noir, moi, seule au milieu de la piste suffoquant, pleine de gens qui vivent une vie si simple. Je suis si stoïque entre ces corps qui fusionnent, qui se pressent contre ma silhouette froide, qui m'arrache la peau dans leurs étreintes.
Je le perds de vue quand le jeune-homme qui à dansé avec moi auparavant se plante devant moi, et il à l'air d'avoir de la pitié, et ça, je ne le supporte pas.

« Ca va pas ?
- Si.
Non, j'vois bien que non.
- J'ai dis que si.
Aller, vient, j't'offre un verre.
-Non merci. C'est pas avec de l'alcool que tu vas m'avoir, j'suis pas un animal de compagnie.
...Bon, aller, vient, je t'accompagne aux toilettes.
- Ahah, et puis quoi encore, j'te donne mon adresse pour tirer un coup après ?
Non, mais ton mascara à coulé. »

Sur le coup, mes joues ont légèrement chauffés, honteuse j'ai souris piteusement et je me suis éclaircis la gorge. Puis je lui ai emboîté le pas, trop ahurie pour me dire que j'avais pleuré pour ça. J'ai tâté le mur du plat de la main et j'ai appuyé sur l'interrupteur qui à mis quelque secondes à réagir avant d'éclairer la salle d'eau des dames, projetant partout une lumière blanche, très blafarde. Je lui ai lancé un regard avec un pâle sourire et me suis retroussé les manches avant de m'appuyer sur le lavabo de porcelaine froid et de relever la tête vers le miroir. Mais j'ai mis du temps à comprendre, trop sans doute. j'ai sentis le sentiment désagréable de mains sur mes hanches et je me suis retourné.

« - Je suis pas assez désespérée pour coucher avec un inconnu.
J'ai pas demandé ton avis, ma cocotte. »

j'ai froncé les sourcils et l'ai repoussé, mais ses mains se sont agrippée à ma robe et il à tendu son cou vers mon visage. J'ai grogné, visiblement irritée, mais pas assez pour commettre un meurtre.

« Mec, t'es tout bourré, rentre chez toi.
-.. Désolé. »

Il m'a lâché et je l'ai fixé reculer, avant de me tourner vers le lavabo et voir un éclat mauvais passer dans ses yeux verts sombres. Et j'ai pas compris, j'ai pas compris d'où venait cette douleur lancinante qui pulsait dans mes côtes. Mon pouvoir à prit le relais, refermant ma blessure. Appuyée contre le lavabo, le visage crispée, je me suis tournée vers lui. L'idée de faire la gentille suffisait.
Il m'a saisit le poignet et l'a doucement craqué jusqu'à que je tombe au sol. Et dans ma tête la douleur devait mener un combat sur ma bestialité, et mon envie de le tuer reprenait le pas à chaque fois que mes os brisés me faisaient souffrir. j'ai relevé mes yeux dorés vers lui et un rire déformé c'est échappé de ma gorge. j'avais beau essayer, de faire taire cette voix qui me soufflait de lui arracher chaque fibre de son être, je voulais être normale, mourir dans la normalité. Me poussant avec son genoux sur le côté, je n'ai eu autre que le choix de me laisser tomber, le visage tourné vers la porte, je ne voulais pas voir son visage, pas voir son visage, pas voir son visage.
Il à prit mon menton entre son pouce et son index et l'a tourné vers lui, s'asseyant sur mon ventre.

Et c'est à ce moment que je me suis laisser partir, que je me suis dit que j'allais la rejoindre peut-être.
Mais je ne voulais pas baisser les bras, et tant d'émotions contradictoire amenuisait mes chances de m'en sortir. Mon poignet n'arrivant pas à se régénérer, vu qu'il le tenait toujours, il à fait glisser une de mes manches sur mon épaules et j'ai feulé, lâchant mon menton il à eu un rire mauvais.

« - C'est dommage, hein, de si jolis yeux.
Ta gueule.
- Je peux te tuer si je le veux.
Pas avant de m'avoir violé si j'ai bien compris. »

Et il à fait glisser son poignard sur mes clavicules.
Edwar, te marie pas avec cette blondasse, je t'aime.
Fiche codée par UmiBwack sur Epicode.Ne pas retirez.




the problem is that i'm empty. we must be killers, children of the wild ones. look at me, pretending to be be happy, i'm dead, i'm so confuse my love, because i'm dead for a long time. i'm lost in my own mind.

                                                  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edwar Voralberg
Epanoui

avatar
profil
Messages : 272
Date d'inscription : 11/01/2013

Personnage
Age:
Pouvoir: Cogiste [PP = 30]
Race précise:

MessageSujet: Re: Nawel -c'est mieux tard que jamais hein-   Lun 6 Jan - 20:35


Nawel 

"Comment ça en retard ? "



J'ai perdu de vue Chiara. Trop occupé a installer des frontières entre la blonde qui a trop bu et pourrais bien m'entrainer dans un coin sombre et se déshabiller avant de me violer sur place. Yeurk. Je l'éloigne encore un peu de moi, cette musique est putain de chiante si on a pas un partenaire a embrasser. J'aurais bien voulu danser sur ça mais avec Chiara. Faut que je trouve Chiara et assome le mec. Ouais j'vais le taper finalement. Elle a gagner.

Je lâche la blonde et la fout dans les bras d'un autre mec avec un " Cadeau ! " et file entre les danseurs. Mais ou elle est ? Je la trouve pas... Nan pas au bar, ni au table... OU CE TYPE A ENLEVER MA CHIARA ?! J'dérape pas facilement mais j'suis amoureux donc vite des tonnes de film me sont venu. Genre c'était un raciste d'animalik qui l'as égorger des que je la regardais plus. Ou c'était un vieux pédophile déguiser en jeune. Ou il voulais juste la violer. Non. On viole pas ma Chiara.

OU SINON, elle est juste aller au chiotte. Ouais c'est surement ça. Comme je m'affole pour rien ! Elle est juste aller au toillette. J'vais vérifier quand même on sais jamais. Je me dirige vers les toillettes en évitant les danseurs mais je me refait accrocher par la blondasse -enfait c'est pour être logique dans le temps que je fais ça pour qu'il ai le temps de se passer le crac du poignet et blabla-

" EH meuf ! J'ai pas le temps la. " Elle semble -enfin- comprendre que je me suis servit d'elle et fait demie tour et je reprend mon chemins.

J'arrive devant les toilettes et n'hésite pas a ouvrir

" CHIA-ra. "

Mon pouvoir se déclenche et je suis tout de suite sur lui. Je l'attrape par la veste et le fracasse contre le mur, loin de Chiara.

" QU'ES QUE TU FAISAIS LA ?! " Gueulais je méchamment a ce fils de pute qui mérite même pas d'avoir pu posé une fois ces yeux de connard sur Chiara.

 Je lui laisse pas le temps de répondre et lui fout un coup de poing en le lâchant. Je bloque sa riposte et lui renvoie un coup de poing dans le ventre. Le type est plier en deux mais ça ne me suffit pas. Dans ces moments la je ne me contrôle plus, mon pouvoir est a fond. Je le tabasse sans le laisser se défendre. Oubliant que Chiara est la, juste derrière moi, qu'elle voit tout. C'est a dire son si gentil et idiot de copain qui détruit la face d'un mec jusqu’à en avoir les mains en sang.

Mais je pense plus la. Je frappe. Encore et encore. Me laissant tomber entièrement dans la colère et la violence. J'pense pas a Chiara qui pourrais avoir peur de cette Ed' la. Qui peut aller jusqu’à tuer si la colère le prend. J'pense pas. Je cogne. Je finit par lacher le mec qui retombe par terre dans un bruit sourd. Il ne bouge plus. Mais pour l'instant je regarde Chiara. Les poings en sang je m'approche d'elle, mes mains tremble un peu. -et ouais ça fait mal de frapper un mec longtemps-

Je la prend dans les bras ignorant que le sang du type aller aussi tachée sa robe.

" Chiara. Dis moi qu'il a eu le temps de rien faire. "

© Lady sur Epicode




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chiara Maloon
Habitué

avatar
profil
Messages : 158
Date d'inscription : 07/12/2012

Personnage
Age:
Pouvoir: Contrôle de l'Anatomie [PP = 20]
Race précise:

MessageSujet: Re: Nawel -c'est mieux tard que jamais hein-   Mar 7 Jan - 18:46

Noël

|CLICK |Shiver  


La tête tournée vers le type, les yeux lançant des éclairs, j'entreprends de ne pas le torturer, parce que se serait fâcheux parce que « nous ne sommes pas des animaux, Chiara. » Aha, regarde-moi, je suis pas un animal ? Et pourquoi je perds mon temps à tergiverser alors que j'ai de grosses chances de me faire violer puis tuer dans des toilettes. La loose. Puis d'un coup, j'entends quelqu'un. Non pas que se soit la personne qui convienne le mieux à la situation, mais je sais que je suis dans une mauvaise passe, et n'importe qui fera l'affaire.

« CHIA-ra. »

Non, Gérard. Je parvins à faire un sorte de bruit étranglé, et le poids qu’exerçait le jeune homme sur mes côtes s'arrête d'un coup, mes yeux dorés capte le mouvement puissant des épaules d'Edwar, un bruit sourd de son dos qui heurte le carrelage blanc sale des toilettes me parvient avec une étonnante répercussion.

« QU'ES QUE TU FAISAIS LA ?! »

Je me relève, les poings serrés. La misère humaine , l'horreur du monde je la connais, et j'arrive un peu à la comprendre. Je ne veux pas que ce type meurt, parce que ce qu'il n'a fait n'était pas assez grave pour qu'on le tue, bien qu'il m'ait enfoncé son couteau dans le ventre, qu'il m'ait cassé un poignet qui est intact à présent, je ne voyais pas la peine de le tuer. Malheureusement, peu de personne sont confronté à des situations pires que celles-ci, sans doute le pourquoi du comment.
Pourquoi je ne l'ai pas tué ? Parce qu'il n'en vaut pas la peine, qu'à part agresser des gens, il n'a aucun but dans la vie.
Comment ? En acceptant sa propre mort, parce que tu peux pas la ralentir.
Reprenant assez lentement tout mes moyens je fixe le carnage qu' Edwar est entrain de semer. Et bizarrement, je sens que quelque chose cède. Je me précipite sur lui et l'écarte sèchement, il à les mains en sang, et quelque chose dans son regard bleu, me fait frémir. Je le lâche, les sourcils froncés, fixant tour à tour le cadavre et lui. Je prends dut temps à piger que la pièce ne tourne pas, mais que c'est moi qui secoue la tête, comme pour chasser les images de mon copain entrain de tuer au sens littéral un autre type. j'aime bien les garçon protecteur, mais là, ça devient...
Sinistre.

«  Chiara. Dis moi qu'il a eu le temps de rien faire. »

Je ne bouge pas, le souffle coupé, et l'odeur métallique qui m'agresse chacun de mes cinq sens, j'arrive finalement à brisé le silence, d'un son étouffé, triste, couvert par le trauma que je viens de vivre. Certaine fille rêve d'avoir un mec qui tuerait pour vous, mais vivez le avant d'en rêver, parce que faire des câlin à votre amoureux alors que le type dont il à explosé tout le visage traîne par terre, et on reparlera.

« .. Lâche-moi, Edwar. »

Étrangement, je me sens comme si je flottais, comme si quelqu'un avait prononcé ces paroles à ma place, comme si on m'avait ouvert les cordes vocales et insérer un mécanisme qui me transformerait en un pantin articulé. Mais pourtant, une part de moi se cherche une excuse,une excuse pour détaler, parce que cette partie flippe, et pas qu'un peu. Je me dirige vers la porte et sors, l'ambiance noires et bruyante me fait frissonner, et je dois percer un sillon entre les couples danseurs pour sortir du café. La pluie à accumulé la porte vitré, et mes yeux s'accroche aux larmes que déverse le ciel en même temps que celles qui dévale mes joues. J'ouvre la porte et la claque dans mon dos, essuyant le sang sur mes épaules. Et j'en peux plus, d'avoir une vie aussi merdique que ça, non, j'en peux plus. mes cheveux se trempent rapidement, coulant le long de mon dos telle une sueur froide, la pluie agrippant chaque partie nue de mon corps. je me contente de remonter le trottoir, je vais marcher jusqu'à rentrer, et on verre. Mais je peux pas, pas m'y résoudre, donc je reste là, à marcher dans un sens, puis dans l'autre.
Paumée qu'elle est, la p'tite traînée.

Fiche codée par UmiBwack sur Epicode.Ne pas retirez.




the problem is that i'm empty. we must be killers, children of the wild ones. look at me, pretending to be be happy, i'm dead, i'm so confuse my love, because i'm dead for a long time. i'm lost in my own mind.

                                                  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edwar Voralberg
Epanoui

avatar
profil
Messages : 272
Date d'inscription : 11/01/2013

Personnage
Age:
Pouvoir: Cogiste [PP = 30]
Race précise:

MessageSujet: Re: Nawel -c'est mieux tard que jamais hein-   Mer 8 Jan - 21:07


Mais...

"Tu m'avais dis que j'était un gars bien. Tu me l'avais dis. "



« .. Lâche-moi, Edwar. »


Un coup de poing du mec que je viens de mettre à terre aurais fais moins mal. Je la laisse partir et allume un robinet pour me rincer les mains. Le salopard.... Je me retourne vers cette loque humain et lui donne un léger coup de pied dans le ventre.


<< Bon arrête de faire le mort toi. Casse toi d'ici !. >> 


Il bouge toujours pas. Non mais...


<< Hey ! >> 


Je m'accroupis et le soulève par le col pour le laisser retomber par terre presque aussitôt et m'éloigner du... corps. Il ne respire plus. Plus du tout. Il. Est. Mort. Je l'ai tuer.  Je titube un peu plus loin. Je l'ai tuer, sans même m'en rendre compte. J'peut pas rester ici plus longtemps. 


Je me précipite hors de ces putains de chiotte. De ce putain de bar. Une fois a l'extérieur je lève les yeux vers le ciel et inspire un grand coup. Ce mec le méritait. Il devais faire partit des gars qui buvait sans arrêt et avec un casier et pire que tout. Il a toucher a Chiara. Et ça. CA. C'est impardonnable. On touche pas a mon ange. On touche pas le blanc lessivé de son cœur. On souille pas sa peau blanche qui a déjà était assez rouge.

Chiara est encore la, elle fais des alles retour sous la pluie. Je me dirige vers elle et me prend la pluie dans la gueule, autant qu'elle. Je lui attrape fermement le bras et la tourne vers moi, je ne lui fais pas mal. Je suis juste un peu dur. Je ne lui fairais jamais du mal.

<< Il aurait fait quoi lui ? Tu sais ce qu'il aurait fait ?! Il t'aurait tuer ! Sans même un regard vers toi, il aurait pas hésiter une seule seconde parce que ce mec est un connard ! Et tu aurait voulu que je fasse quoi Chiara ? T'AURAIS VOULU QUE JE FASSE RIEN ?! J'AI FAIS CA POUR TE SAUVER MERDE ! Il t'aurait fait pire Chiara ! >>

Je reprend un peu ma respiration. En ce moment je jongle entre le crie et le chuchottement. Jusque la je l'ai regarder durement mais je sent mon regard de désespéré qui reviens. Mes mains se mettent a trembler.

<< Tu... tu m'avais dis que j'était un gars bien. Me laisse pas. Me dit pas de te lacher. Me dis pas ça. C'était pour... ton bien. Je... >>

Je veut qu'elle reste, qu'elle se glisse dans mes bras. Qu'elle me dise qu'elle m'aime quand même. Parce que c'est pour elle. J'suis un gars bien. C'est pour elle.

<< J'ai peur Chiara. >>

Peur qu'elle fuit la tout de suite. Peur de moi. Peur du sang qui traine sur mes manches. Peur de la suite de mon acte. J'ai peur. Rassure moi Chiara.




© Lady sur Epicode




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chiara Maloon
Habitué

avatar
profil
Messages : 158
Date d'inscription : 07/12/2012

Personnage
Age:
Pouvoir: Contrôle de l'Anatomie [PP = 20]
Race précise:

MessageSujet: Re: Nawel -c'est mieux tard que jamais hein-   Sam 11 Jan - 12:45

Noël

Too far~  


Et j'arrive plus à en décoller son odeur, l'odeur de sang sur sa peau. j'arrive plus à réfléchir comme il le faut, j'arrive seulement à regarder les gouttes qui tombent, froides sur ma peau, froide comme les lames de glaces qui me transpercent de par et par.
Je sens le contact rude de ses doigts contre mon bras et le fait volte-face, les dents serrées. Je fixe mon bras accroché au sien, comme un pâle radeau humain, un bras accroché à une main salie par le sang. Mes yeux remontent le long de sa manche rougie et je détourne le regard. Sur le caniveau qui émet un bruit un peu dégueu en avalant les larmes du ciel, le mur, sale, recouvert de vieilles pub, et la nuit ne m'a rarement parût aussi hostile.
Edwar c'est quelqu'un d'étrange, et faut dire, je connais rien de lui, et il connaît rien de moi. Il sait pas que j'ai une sœur, une mère défigurée part ma faute, il sait pas non plus que c'était pas la première fois qu'on s'en prenait à moi ainsi. Non, il savait pas tout ça, mais on avait chacun nos affaires, on avait chacun notre passé. Un passé qu'on à coupé au couteau, on en a fait des petits carrés, et on les as envoyé valser.

« Il aurait fait quoi lui ? Tu sais ce qu'il aurait fait ?! Il t'aurait tuer ! Sans même un regard vers toi, il aurait pas hésiter une seule seconde parce que ce mec est un connard ! Et tu aurait voulu que je fasse quoi Chiara ? T'AURAIS VOULU QUE JE FASSE RIEN ?! J'AI FAIS CA POUR TE SAUVER MERDE ! Il t'aurait fait pire Chiara ! »

Je tremble un peu et croise sont regard bleu, aussi dense que l'Océan, aussi coléreux qu'une petite tempête. Mais dans les siens, j'ai vu des villages se faire emporter.

« Mais t'étais pas obligé de le tuer, t'aurais seulement pu le repousser, mais non. Tu l'a buté, Edwar. Mort, finit. Et ça, je pense pas que c'était nécessaire. »

Je dégage mon bras et le fixe. Je voudrais faire demi-tour, aller dormir, et me réveiller pour voir que ce n'était qu'un rêve, mais la vie est une garce qui n'a jamais sommeil. Tu peux essayer d'l bourrer de somnifère, mais elle est résistante, et en plus elle te le fais regretter peu après. C'est pour ça qu'il faut l'accepter comme elle est, parce que si tu peux pas la changer, c'est toi qui devra t'adapter.

« Tu... tu m'avais dis que j'était un gars bien. Me laisse pas. Me dit pas de te lacher. Me dis pas ça. C'était pour... ton bien. Je... J'ai peur Chiara »

Mais moi aussi j'ai peur merde. Peur de pleins de choses en même temps. Peur de la mort, de moi, peur qu'on m'oublie, de la perte, de la dépression, du noir, du gouffre.
Mais je le montre pas, parce que mes épaules se sont brisées sous le fardeau d'la peine.

« Je sais, Ed. Je sais, mais moi, je peux pas rassurer quelqu'un qui à peur de soit même. »

Je m'approche un peu de lui et saisis un pan de sa chemise entre mes doigts, fixant le sang rouge-brun sur le tissus. J'ai touché le fond, et lui aussi. Alors, vu qu'on peut pas tomber plus bas, je l'embrasse.
Fiche codée par UmiBwack sur Epicode.Ne pas retirez.




the problem is that i'm empty. we must be killers, children of the wild ones. look at me, pretending to be be happy, i'm dead, i'm so confuse my love, because i'm dead for a long time. i'm lost in my own mind.

                                                  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edwar Voralberg
Epanoui

avatar
profil
Messages : 272
Date d'inscription : 11/01/2013

Personnage
Age:
Pouvoir: Cogiste [PP = 30]
Race précise:

MessageSujet: Re: Nawel -c'est mieux tard que jamais hein-   Mer 15 Jan - 15:15


Aucun rapport

"Tu m'avais dis que j'était un gars bien. Tu me l'avais dis. "



« Je sais, Ed. Je sais, mais moi, je peux pas rassurer quelqu'un qui à peur de soit même. »

Elle vas me quitter. Elle vas me quitter parce que je suis un mec trop violent pour cette petite fleur. Chiara me fait pensée a un perce-neige. Un brins de couleur au milieu du froid. Une touche de bonheur dans la neige. J'vais me perdre dans un blizzard sans elle.

Ah non. Elle m'embrasse. Je n'ose même plus la toucher. Pour autre chose cette fois. Pour moi. A la fin de notre baiser je lui prend, la main. Comme les couples de collége. Je suis ridicul.

<< Rentrons. >>

J'attrape un taxi pour qu'il nous emmènent a l'internat. Le trajet est long, silencieux et lourd. Je ne sais plus quoi dire. Je veut la rassurer mais je n'arrive même pas a me rassurer moi même. Je la regarde simplement tandis qu'elle regarde la pluie. On est tremper. Je m'en voudrais si elle tombe malade. Elle est belle.

Elle est tout le temps belle. Je détourne les yeux quand elle glisse son regard vers le mien. Pourquoi j'arrive pas a la regarder dans les yeux ? Enfait j'veut pas qu'elle me regarde dans les yeux moi. Qui sais ce qu'elle peut voir. Putain. Pourquoi nous ?

Une fois a l'internat je la raccompagne devant sa chambre me décidant enfin a ouvrir ma gueule.

<< Je... Enfin... bah... >>

Bon ed' reprend toi.

<< On pourrais dormir ensemble ? Juste. Dormir. >>

Ouais parce qu'avec moi elle aurais pu envisager autre chose.

<< J'ai pas envie de... rester tout seul la. >>

Hrp : Mais c'est tellement NUUULLE désolée vraiment X_X




© Lady sur Epicode




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chiara Maloon
Habitué

avatar
profil
Messages : 158
Date d'inscription : 07/12/2012

Personnage
Age:
Pouvoir: Contrôle de l'Anatomie [PP = 20]
Race précise:

MessageSujet: Re: Nawel -c'est mieux tard que jamais hein-   Jeu 16 Jan - 11:53

Nightcall

Thème musical 


La peur est quelque chose de fascinant. Presque autant que l'amour. Parce qu'elle vous force à faire des choses que vous n'auriez pas fait en temps, disons, "normal". Et la chose qui me prenait la gorge, qui me donnait envie d'hurler, c'était cette peur lancinante, comme si on me brûlait de l'intérieur, et que l'on me suppliait de rire. Désemparée, c'était le mot qui convenait.
Reculant promptement, mes semelles couinèrent, gorgées d'eau. Je sentis sa main contre la mienne. Et c'était comme si on m'obligeait à respirer, à parler, à vivre. Lasse d'une vie aussi gâchée, le soleil noir de mes joies s'était perdu en cours de chemin.

« Rentrons. »

J'avais pas vraiment le choix, vu que j'étais trempée, et à moins de rentrer à pied sous la flotte, j'aurais du attendre le prochain bus. Même si être seule m'aurait permis de mieux réfléchir, et faire le tri dans mes pensées. Prenant place dans l'habitacle, le dos collé au cuir du taxi, je regarde la ville défiler derrière la vitre, tel un essaim de bâtiment plus gris les uns que les autres.
Et les gens se pressent, comme si ont les poussaient du bout du doigt, les conduisant à une ruche claire ou les problèmes s'arrêtent sur le paillasson. Dans ma vie, mes problèmes dorment avec moi. Je tourne la tête vers lui, remarque qu'il tient toujours ma main dans la sienne. Je la retire doucement, mes yeux se posant sur son visage fermé. Un visage qu'il détourne. Blessée, apeurée ou je ne sais quoi encore, je serre les dents. Je demanderais bien au conducteur de me déposer au bord de la route, mais par ce temps, je risquerais de me faire mal (laul).
J'ouvre la portière alors que la voiture n'est pas totalement arrêté et attend qu'Edwar me rejoigne.
Je n'ai pas ouvert la bouche de tout le trajet, ivre de ce désespoir amer qui me serrait les tripes. Les marches se succédaient, et ma porte de chambre ne m'avait rarement parue aussi accueillante. Le bois sombre me paraissait rouge sang, et je savais qu'ils allaient revenir. Les cauchemars, les corps. Ma fille. Et tout les démons du passé, qui s'était caché dans ce semblant de bonheur ressortiront leurs masques d'horreurs.

« Je... Enfin... bah... On pourrais dormir ensemble ? Juste. Dormir. J'ai pas envie de... rester tout seul la. »

Je tourne la tête vers lui. Et pourquoi ce Dieu s'acharne sur moi comme ça, et dépiauter chaque cellule d’allégresse que contient cette pauvre enveloppe corporelle meurtrie par la colère et la douleur de mon cœur ? Pourquoi il continue de s'amuser en allumant et éteignant la lumière sans prévenir, ne me laissant qu'apercevoir son visage tordu par toutes les douleurs de ce monde qu'il à du survivre. Ses épaules brisées, déchiquetées sous la faute des autres. Il ne veut pas rester seul, lui non plus. Il à trop peur de sombrer, de plus exister. Et moi, qui ne demande juste à qu'on la laisse un peu tranquille, qu'on lui accorde un répit qui s’effile à chaque larmes qui dévale mes joues.
Je le fixe, la douleur s'incruste dans mes trait, prend la forme de mon visage, filtre le sang de mes veines et me laisse moribond.

« D'accord. »

J'ouvre ma porte, mes converses laissant des empreintes d'eau sale sur le vieux parquet. Je rejoins le tapis, retire mes chaussures et ma robe, fixant mon lit collé à la fenêtre. J'ai froid, mais le vent qui souffle en tentant de déloger mon cœur perdu est plus glacial que l'air non chauffé de la pièce. Je fixe le ciel sombre, et mes carreaux mouchetés de gouttes de pluie, comme ma peau moucheté de sang.
Je me retourne vers lui, l'air vide. Qu'est-ce qu'on va devenir bon sang, si même Dieu s'amuse à nous briser pour qu'il ne soit plus le seul souffrant, si même mon amour ne peut plus que se noyer dans une bassine de sang.
J'suis pas perdue, je sais juste plus ou je vais. C'est tout.
Fiche codée par UmiBwack sur Epicode.Ne pas retirez.




the problem is that i'm empty. we must be killers, children of the wild ones. look at me, pretending to be be happy, i'm dead, i'm so confuse my love, because i'm dead for a long time. i'm lost in my own mind.

                                                  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edwar Voralberg
Epanoui

avatar
profil
Messages : 272
Date d'inscription : 11/01/2013

Personnage
Age:
Pouvoir: Cogiste [PP = 30]
Race précise:

MessageSujet: Re: Nawel -c'est mieux tard que jamais hein-   Jeu 23 Jan - 18:35


Qu'il est mignooon

"Tu m'avais dis que j'était un gars bien. Tu me l'avais dis. "




« D'accord. »

Je la regarde faire jusqu’à qu'elle commence a se déshabiller. J'entre et referme la porte. Le sol est trempé a cause de nous, on s'en fout. -riiime- Elle me regarde avec son air de noyée. T'inquiete ma Chiara, j'vais bien finir pas trouver des bouées et une longue vue pour te montrer l'île des naufragés. -woooh j'sent que ça vas être n'awak ce rp- Je lui fait un simple sourire. J'me remet vite de mes émotions.

Je rentre dans sa salle de bain et ressort une serviette. Je lui met sur les épaules avant d'augmenter le chauffage et de bazarder cette chemise pleine de sang de connard. Mes chaussures font aussi "splotch splotch " par terre alors je l'ai enlève aussi. Je pousse ensuite Chiara vers le chauffage pour pas qu'elle attrape froid.

<< C'est cool d'allumer le chauffage en hiver tu sais. >>

Wah... Ca m'impressionne toujours comment je sort les bonnes phrases au bon moment. Je rit tout seul et lui fait un bisou sur le front. Je me penche vers elle et chuchote.

<< Je t'aime Chiara. Ce soir... On peut, oublier ? J'veut pas... Que tu me quitte pour ça. >>


© Lady sur Epicode




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chiara Maloon
Habitué

avatar
profil
Messages : 158
Date d'inscription : 07/12/2012

Personnage
Age:
Pouvoir: Contrôle de l'Anatomie [PP = 20]
Race précise:

MessageSujet: Re: Nawel -c'est mieux tard que jamais hein-   Sam 25 Jan - 19:50

Nom du RP

Lay on me~  


Tout pourrait aller si bien, si vite, mais non, faut toujours qu'un truc vienne te saouler, te tirer dans le dos, et bien s'marrer.
Mais tu sais ce qu'on dis. Si tu continue de saigner, tu es quelqu'un de chanceux, parce que tout tes sentiments ont fuit, ou sont mort, donc, saigner est une façon de te prouver que t'es encore là, obligée de tenir debout, de mettre un pied l'un devant l'autre. Ce qu'on dit pas, c'est que au bout d'un moment, le sang noie le reste, te fais sombrer dans le vide abyssale des mots écorchés.
J'aurais voulu que ce petit et pâle sentiment, qui naissait en moi dès que j’apercevais son visage, se transforme en un putain de chef d'oeuvre, un truc qui se peindrait sur tout les murs blancs. J'aurais voulu, que mon bonheur fasse fuir les gens. Mais à force de ne plus croire en ce qui nous fait sourire, on commence rapidement par se lapider le cœur de l'intérieur.

C'est ce qu'il m'arrivait, on me lapidait de l'intérieur, et j'avais dû en prendre du temps, pour réaliser, que c'était moi qui me brisait seule.
La serviette est rêche contre ma peau, et les yeux perdus dans le noir sombre du soir, me donne l'ivresse de croire à quelque chose depuis longtemps perdu. Mes genoux heurtent le radiateur, et je les écarte du métal brûlant, comme mes yeux, comme mon âme.

« C'est cool d'allumer le chauffage en hiver tu sais. »

Je serre les dents, et retire la serviette que je jette sur ma chaise, me tournant vers lui. Je sais pas quoi dire, j'ai même pas envie de parler. Mais faut combler le silence, ou il va mal le prendre, fuir, comme un animal blessé, et tâché de sang. Il m'embrasse sur le front, et je ne frémis pas, rien ne vient perturber le long cycle de torpeur froide qui m'envahit.

« Je t'aime Chiara. Ce soir... On peut, oublier ? J'veut pas... Que tu me quitte pour ça. »

Je relève mes yeux sur lui et sourit doucement, un peu forcé, c'est un sourire un peu coûteux, totalement hideux. Je pose une main contre son torse et le pousse en arrière sur le lit, avant de m'allonger à côté de lui et regarder le plafond.

« Je veux pas oublier se soir. Parce que tu as tué pour moi. Et c'est si égoïste, que je ne peux seulement t'aimer pour ça. C'est tout. »

Fiche codée par UmiBwack sur Epicode.Ne pas retirez.




the problem is that i'm empty. we must be killers, children of the wild ones. look at me, pretending to be be happy, i'm dead, i'm so confuse my love, because i'm dead for a long time. i'm lost in my own mind.

                                                  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edwar Voralberg
Epanoui

avatar
profil
Messages : 272
Date d'inscription : 11/01/2013

Personnage
Age:
Pouvoir: Cogiste [PP = 30]
Race précise:

MessageSujet: Re: Nawel -c'est mieux tard que jamais hein-   Sam 15 Mar - 14:28


Plus Nawel

"Comment ça en retard ? "



« Je veux pas oublier se soir. Parce que tu as tué pour moi. Et c'est si égoïste, que je ne peux seulement t'aimer pour ça. C'est tout. »

-C'est tout ? Non Chiara... Tu ne peut pas m'aimer pour ça. Pour la partie monstrueuse de moi même. Comment je pourrais te regarder dans les yeux si je sais que tu peut voir aussi...ça.

Je ferme les yeux un moment expirant longuement. Putain...J'aurais pas du. Enfin j'aurais. J'dit ça maintenant mais la bas, frapper ce mec m'as soulager. J'pensais même plus, toute ma colère était dans mes poings et ma haine s'écrasait sur son visage le rendant méconnaissable. Comment peut elle m'aimer pour ça ?

Je me rapproche d'elle pour la prendre dans mes bras. Je veut pas qu'on la touche. Je veut pas qu'on lui fasse du mal. Je le répéterais jamais assez. Elle a déjà trop souffert. On l'as déjà trop fait souffrir. Pourquoi n’acharnez sur elle ? Elle n'as jamais fait grand mal a personne. Elle n'as rien demander.

/je ne sais pas quoi rajouuteeer/

/je suis trop nuuuuuuuuuulle/

/bouhouhouhouhouh/






© Lady sur Epicode




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


profil

MessageSujet: Re: Nawel -c'est mieux tard que jamais hein-   
Revenir en haut Aller en bas
 

Nawel -c'est mieux tard que jamais hein-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nawel -c'est mieux tard que jamais hein-
» Mieux vaut tard, que jamais [PV Anya]
» Mieux vaut tard que jamais ~
» mieux vaut tard que jamais, quand une brune prend vassal
» Mieux vaut tard que jamais. ϟ Nymeria, Tyerne, Rhaegar & Nakhti.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Autres :: RP des Membres-