top school rpg
top all rpg
revelation top site
communaute des admins forum

Partagez | 
 

 RYAN PETER WOOD • “ Rien de ce que j'ai vécu ne m'invite à aimer. „

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ryan Wood
Un Wood ne s'excuse pas.

avatar
profil
Messages : 368
Date d'inscription : 14/11/2013
Sur l'avatar ? : Chad Michael Murray

Personnage
Age: 17 yo
Pouvoir: Ice power ~
Race précise: Kuma

MessageSujet: RYAN PETER WOOD • “ Rien de ce que j'ai vécu ne m'invite à aimer. „   Jeu 19 Déc - 19:23
« You may be a sinner, but your innocence is mine. »

« Wood »
♦♦ NOM :: Wood
♦♦ PRÉNOMS :: Ryan [Peter]
♦♦ SURNOM :: vous connaissez mes faiblesses, hein.
♦♦ AGE :: 19 ans
♦♦ SEXE :: demandez à Crow c:
♦♦ CLASSE / PROFESSION :: Barman
♦♦ RACE :: Kami - Kuma
♦♦ POUVOIR :: contrôle du froid
« ...alsace »
♦♦ PRENOM :: Mathilde
♦♦ PRÉNOM / SURNOM :: Mathi ? je sais pas, faites vos vies
♦♦ AGE :: 41
♦♦ OU AS-TU CONNU LE FOW ? :: njut
♦♦ DES COMMENTAIRES ? :: njut
♦♦ CODES DES RÈGLEMENTS :: validés
♦♦ FEAT[Personnalité de l'avatar - Facultative] :: Chad Michael Murray (CMM pour les intimes ;DD)

« I want to reconcile the violence in your heart »
Un enfoiré de blond, voilà ce que c’est, Ryan. Si vous vous attendez à quelqu’un de bon, gentil et affectueux, vous vous êtes trompé de blond, je crois. Ryan ne représente ce cliché qu’en de très rares occasions, seulement lorsqu’un de ses proches va mal, voir vraiment mal. Mais heureusement (même si cela lui déplaît), passer pour un gros nounours affectueux n’est pas chose si difficile, quand on est Ryan Wood. Il n’a pas un visage naturellement froid, une tête de gros méchant, le brun ténébreux aux yeux noirs et mystérieux, c’est juste un blond aux yeux bleus avec des oreilles de gros ours brun qui, avec son caractère insupportable et pénible, forge des expressions froides, agressives et plus ou moins menaçantes sur ce visage beau et bronzé.
Plus orgueilleux que lui, vous aurez du mal à trouver. Il a sa petite fierté, ayant été éduqué dans l’idée de « si les gens ne t’acceptent pas comme tu es et tu estimes être, fais-leur la vie dure ». Encore faudrait-il qu’il estime que quelqu’un n’est pas trop stupide ou pitoyable pour mériter son attention. Bon, au moins, quand il méprise quelqu’un, il ne lui fait pas la vie dure, sauf si ce quelqu’un l’a fait tourner en bourrique ou s’est moqué de lui. Quand il juge quelqu’un méprisable, il le méprise, mais en silence, ou alors il parle dans son dos, mais il ne viendra jamais face à lui pour se moquer ouvertement de sa personne et l’emmerder. Il l’ignorera, ou fera mine de l’ignorer, comme s’il n’existait pas, parce qu’il ne mérite pas d’exister.
Si Ryan exige certaines choses par rapport à ses amis, il n’a pas de « critère de sélection » pour s’en faire, il faut simplement que le courant passe bien, ou que la première bonne impression ne se révèle pas mauvaise. C’est un ami assez… original. Ce n’est pas l’ami dont on peut être fier, c’est surtout celui à qui on a intérêt de ne pas parler de ses problèmes, sinon il va essayer de vous aider, mais pas de la manière la plus subtile. Mais bon. Dites-vous que c’est une preuve d’affection, ça passera mieux.
Wood fait partie de ces types qui vous bousculent dans la rue, qui estiment que leur présence est importante et que si les gens n’ont pas pour devoir de se pousser sur son chemin, lui n’aura certainement pas à le faire non plus. Il n’estime pas être quelqu’un de particulièrement supérieur, important ou merveilleux, même si c’est comme ça qu’on a essayé de l’élever. Simplement, lorsqu’il se remet en question, il le fait en silence, pour cacher cette chose qu’il qualifie de « faiblesse ». Sa confiance en lui n’est pas totale, malheureusement, mais –encore plus malheureusement-, il compense ce manque avec ses poings et des phrases méchantes et cassantes dont il a le secret. Il a un grand sens de la répartie, faut dire.
En clair, ne faites pas chier Wood, et… lui vous fera quand-même chier. Non, laissez tomber, c’est peine perdue.
« I want to recognize your beauty is not just a mask »
1m86. Pas plus, pas moins. Des cheveux courts, en bataille, d’un blond plutôt fade je l’admets. Jusque là tout va bien. Mais là où on reconnait que la personne décrite est une vraie ordure, c’est à ses yeux. Bleus, très clairs, très expressifs, perçants. Passons au reste du corps, il est donc grand, imposant, plutôt musclé. Il a trois cicatrices (ou quatre, ça dépend…), l’une peu visible, au poignet gauche, s’agissant d’une vieille  brûlure. Une deuxième, au niveau du cou, c’est… une trace de morsure de Crow. Et la dernière, impossible à rater, s’étend de la moitié de son cou jusqu’à l’aisselle. Ou du moins s'étendait. On trouve plein d'Animaliks aux pouvoirs fantastiques dans cette ville, c'est pourquoi il a réussi à en dénicher un qui pourrait lui retirer cette horreur - après quoi, il s'est fait faire un tatouage. Une sorte d'empreinte de félin, au niveau du cou.
Oh, et une dernière chose. Même si ce n’est pas vraiment une cicatrice, c’est important : de temps en temps, si vous le voyez torse-nu, vous apercevrez dans le dos de Ryan des longues traces rouges. Très visibles. Et si vous les voyez, évitez de demander à celui qui les porte d’où elles viennent…

Ryan tient à toutes ses cicatrices, pour diverses raisons, mais toutes intimement reliées à une seule personne dont l’identité est plutôt simple à relever.

Mais en dehors de ces trois cicatrices permanentes, on le voit souvent avec un pansement sur le poing, un bandage à l’avant bras, une marque sanglante à la joue, ou même le nez brisé. Ce qui est plutôt logique, étant donné qu’il ne cesse de provoquer les gens et que, malgré les apparences, il n’est pas incassable.

Mais la plupart du temps, ses marques se limitent aux poings, souvent causées par des éclats de verre brisé. Frapper dans un miroir, exploser les bouteilles de bière par terre, envoyer son poing dans la figure de quelqu’un –ce qui, mine de rien, est plutôt douloureux–, ou même s’entailler la peau avec  ses propres lames de glace. Tout ça, ça fait partie du quotidien de Ryan Wood.
Comme dit dans la description caractérielle, il se trimballe souvent avec un paquet de cigarettes dans la poche, tout le temps avec un briquet, en tout cas.

Quant à son style vestimentaire, ça change parfois, en fonction de ce que sa mère décide, si elle accepte de remettre de l’argent dans son compte en banque ou pas, mais même avec les poches remplies de billets, vous ne verrez jamais Wood porter un smoking, un nœud papillon ou pire, une cravate, sans que ce soit pour une occasion très, TRÈS spéciale.

Sous forme animale, Ryan est un grand ours brun avoisinant les 900 kilos, impressionnant, bien sûr.

On va tous se dire « il ressemble à une espèce de gros gosse de riche, le blond infect qui profite de l’argent de ses parents ». Et à un ou deux détails près, c’est plutôt ça. Mais il est beau, Ryan.
Il est beau.
« I want to exorcise the demons from your past »
Ryan a grandi dans une famille très pauvre. Et infecte. Heureusement qu’il n’est pas de nature douce et timide, il n’aurait pas fait long feu dans le clan des Wood.

Dans cette famille, on vous dit de faire taire les autres, de dominer, et de ne surtout pas adopter des comportements pitoyables. De ne jamais abandonner, sinon vous serez trop faibles. De ne pas faire preuve de pitié, vous deviendrez la personne pitoyable.

Et cette éducation convenait très bien à Ryan. Il se faisait sermonner de temps à autres, mais de façon générale, il se comportait comme il lui plaisait et comme il plaisait à ses parents.
Enfin. À sa mère. Son père, lui, était un homme égoïste, insupportable, qui battait son fils. Il n’hésitait jamais à le faire valser dans le salon lorsque le comportement de sa progéniture lui déplaisait. Et ce, jusqu’au jour où Ryan décida de se défendre. Une simple transformation suffit alors pour remettre son père à sa place.

Certes, ce jour là, ce n’était qu’un ourson que le père avait vu, Ryan ayant alors 9 ans. Mais Mr Wood se doutait bien qu’un jour, l’ourson grandirait et que les 50 petits kilos se transformeraient en 850. Et ce jour-là, il n’aurait pas le temps de dire « aïe » que sa tête se serait déjà arrachée de ses épaules.

À partir de là, la vie de Ryan fut plus paisible. Pour lui, en tout cas. Et pour SA définition du mot « paisible ». Les gens autour de lui avaient vite appris à le craindre, à le respecter, son père à l’éviter, et tout ceci avait fait la fierté de sa mère.

Mais les années sont passées, et peu à peu, le père de Ryan s’est rendu compte que son fils grognait plus qu’il n’attaquait. Évidemment, il n’aurait pas fait de mal à son père sans raison vraiment valable… alors, un jour, la situation s’inversa à nouveau. …L’espace de 20 minutes.

Ryan fut attrapé par le col, emmené dans la cave miteuse de la minuscule maison des Wood, et frappé. Frappé, battu, tabassé. Tous les termes que vous voulez tant qu’ils dénoncent une éminente violence. Tout ce que le père reprochait à son fils, il le lui faisait comprendre en le frappant. T’es incapable de la fermer ? Regarde bien mon poing s’enfoncer dans ta figure. Tu es homosexuel ? Admire mon pied fracasser tes tibias. Tu essaies de me prouver que tu es plus fort que moi ? Regarde-moi te montrer le contraire.
Mais, alors qu'un dernier coup allait être assené, mettant un terme à la fière vie de Ryan Wood, celui-ci profita du bref moment où son père s'était accordé une pause dans sa torture. Il en profita pour réunir ses forces et se transformer. Alors, toute la situation s'inversa. Ce fut le père qui fut frappé, violenté, griffé, mordu, et bientôt abandonné sur le sol froid et humide de la vieille cave des Wood.

Après ça, Ryan décida de quitter la maison. Il avait alors 15 ans, et quitta le petit patelin où il avait grandit pour aller s'installer dans une grande ville, où l'on retrouvait plusieurs gangs, pas mal de quartiers mal fréquentés, et des conflits pour le moins intéressants pour une personne comme Ryan.
Évidemment, il eut vite fait de rejoindre l'un de ces gangs, ou plutôt était-ce un simple groupe de "racailles" qui s'amusait à mettre son grain de sel un peu partout, en pimentant certaines histoires au sein de la ville, ajoutant un peu plus de violence dans chaque affrontement entre chaque groupe de jeunes, mais finalement ils ne s'impliquaient jamais vraiment dans ces choses-là.
Et ce mode de vie plaisait vraiment à Ryan. Mais force lui était de reconnaître que sa mère et ses anciennes connaissances lui manquaient. D'autant qu'il n'avait repris contact avec sa mère depuis qu'il était parti.
Ainsi, il décida de retourner auprès d'elle, non sans regret, mais avec un certain soulagement cependant.
La plus grande surprise à son retour ne fut pas une recoloration en blonde, un changement de style, un nouveau mari ou quoi que ce soit d'autre, mais une villa. Grande et luxueuse, qui remplaçait désormais l'ancien taudis où la petite famille habitait autrefois.
Mais ce qui étonna plus encore le jeune Wood fut le fait que sa mère ne lui en voulait pas. Ou du moins pas assez pour que cela paraisse normal. Mais après tout, c'était mieux ainsi, non ?

..

Et une année de plus s'écoula. Année après laquelle, insupporté de leur relation mère-fils qui avait malgré tout changé, Ryan décida de quitter la maison pour se diriger vers l'Internat Animalik. Or, rien qu'en l'espace de trois mois, il lui arriva bien plus de choses que toute l'année passée. Décembre ? Il rencontra Crow. Fin décembre ? Leur relation se concrétisa. Janvier ? Ils décidèrent de ne plus se séparer. Février ? Ils durent affronter les nombreux problèmes et addictions que Ryan avait accumulées pendant l'absence temporaire de Crow en Amérique.

...mars ? Tout s'expliqua. Toute l'attitude de sa mère. Sa non-agressivité, sa tolérance, tout..
Vous vous souvenez du cadavre de Peter Wood, sur le sol miteux de la cave, il y a deux ans ? Ce n'était qu'un corps blessé. Corps qui fut redressé, soigné et remis en état par la mère de Ryan, qui laissa ensuite partir son mari sans rien dire à son fils, en promettant de garder le secret.
Elle devait se montrer discrète ; son mari n'était pas mort et lui avait fait promettre de ne pas révéler ça à Ryan. En temps normaux, elle aurait refusé de se taire. Or, là, il s'agissait de la sécurité de son fils, et elle était bien consciente que si elle avait le malheur de trahir sa parole, son mari le saurait, et alors il leur ferait payer tous les deux. À la mère Wood, et au jeune homme qui, pendant ce temps, se contentait de coincer son petit-ami contre les murs, amoureux et passionné.
Mais le secret n'eut pas besoin d'être gardé si longtemps que ça. Les Wood ne sont pas réputés pour leur patience, et après avoir été battu et humilié par son fils, le père n'attendait qu'une chose : prendre sa revanche. Et c'est pour quoi il revint dans la vie de son fils. Quelques jours, une semaine...
Cette semaine fut affreuse. Mais la fin, elle, était plutôt soulageante. Épargnant les détails, on se contentera de dire que le sang coula et que le père Wood fut immédiatement renvoyé auprès de sa femme, qui, avec l'approbation de son fils, se chargea de l'envoyer en prison en inventant quelques infractions et délits, qui furent approuvés par un avocat bien payé.

Aujourd'hui, Peter Wood est encore en prison, Myriam Wood vit sa vie à l'écart de celle de son fils, et Ryan Peter Wood, lui, continue son quotidien avec l'homme qu'il aime depuis maintenant plusieurs mois, Crow Reenson.

Et tout va bien.


C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E


Dernière édition par Ryan Wood le Sam 15 Nov - 15:43, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Compte Fondateur
x Compte Fondateur x

avatar
profil
Messages : 1653
Date d'inscription : 27/05/2012

MessageSujet: Re: RYAN PETER WOOD • “ Rien de ce que j'ai vécu ne m'invite à aimer. „   Sam 21 Déc - 13:52
Validé C:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://internat-animalik.forums-rpg.com
 

RYAN PETER WOOD • “ Rien de ce que j'ai vécu ne m'invite à aimer. „

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rien que pour une nuit [Ryan Smith]
» Bryan Ryan
» Rien n'égale la soupe au giraumon de ma mère.
» Il n'y a rien de nouveau sous le soleil Lavalas
» Quand Steven Bénoit ne trouve rien à dire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Administration :: Présentation :: Personnage :: Présentations Validées-