top school rpg
top all rpg
revelation top site
communaute des admins forum

Partagez | 
 

 I'll wait for you × IORI• FEAT •GEORGES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Georges Weasley
Timide

avatar
profil
Messages : 27
Date d'inscription : 19/10/2013

Personnage
Age:
Pouvoir:
Race précise:

MessageSujet: I'll wait for you × IORI• FEAT •GEORGES   Lun 21 Oct - 11:00


All I see
« Scares me »

feat Georges & Iori
Thème musical

Je n'avais jamais crus qu'une personne pouvait nous être aussi indispensable. J'avais jamais pus pensé que j'aurais du mal à vivre sans quelqu'un. Moi qui me voulait fort, indépendant. Au fond, on porte tous des masques, mais vient un moment ou on ne peut plus les enlever sans s 'arracher la peau. Sauf que à présent, j'ai du mal à respirer sans elle, j'ai du mal à vivre, sans elle. Tout me manque. Ses cheveux, ses yeux, sa bouche, son nez. Elle avait pas le droit de me laisser tout seul. Elle avait pas le droit de me laisser derrière, parce qu'au final, se sont ceux qui restent qui sont en enfer. J'ai l'impression de vivre avec le poids de sa mort sur mes épaules, elle m'écrase, elle m'oppresse. Elle m'empêche de vivre, et tout me crie de la rejoindre.
Quand on aime quelqu'un, on ne devrait jamais le blesser.  
J'ai l'impression de revoir ses yeux qui se ferment pour toujours. Savoir que je suis arrivé trop tard, qu'elle n'a pas pus me dire adieu. Pas un dernier "je t'aime". Rien.

Rien.

Je relève la tête vers mon prof de maths, qui, mon dieu à l'air de se battre pour ne pas m'en coller une. Je l'écoute sans vraiment entendre ce qu'il me rabâche depuis dix minutes. L'air absent, je ne le regarde même pas. Je fixe seulement un point invisible derrière son épaule, le regard dans le vague, loin. Au bout d'un moment, je le fixe tout de même, lorsqu'il frappe du plat de la main mon bureau, faisant taire toute la classe.

« ...a la fin du cours ! »

Je fronce les sourcils. Etant donné que je n'ai pas écouté la moitié de sa phrase, je demande lentement.

« Pardon, que dois-je faire à la fin du cours ? »

Mauvaise réponse. Son visage devient encore plus rouge que d'habitude, et son crâne chauve se couvre de sueur. Il retourne à son bureau, tremblant de colère. Si la violence était autorisé, il n'aurait pas hésité à me sauter dessus. Je tourne mon stylo entre mes doigts, accélérant le rythme. Mon stylo tombe au sol en un tintement. Je me penche pour le ramasser. Une jeune fille fait de même et je me cogne contre son front.

« Désolé. »

Je ramasse promptement mon stylo et l'ignore. Ses cheveux sont comme ceux de Violet, d'un châtain assez soutenu. Lorsque la sonnerie retentit, je ramasse mes affaires et m'approche du bureau du professeur. Au tableau, tout une complexe formule s'étale. L'instructeur remonte ses lunettes sur son nez, sa bouche tremble et son double menton s'agite. C'est dégueu. Je vois Fred qui s'éloigne déjà. On est dans la même classe, et il se rend déjà à son prochain cours. Je fixe l'homme qui à bien une tête de moins de moi.

« Monsieur Weasley, si vous persistez à dormir pendant mes cours, je serais contraint de le signaler à la vie scolaire qui exigera un rendez-vous avec vos parents. Voyons, vous savez que l'école est important pour votre vie future ! Vous devez vous entraîner, je suis sur que vous y arriverez. En attendant, votre note pour la participation en cours depuis votre arrivée est de 0. Et vous avez deux petites heures de colle qui vous attendent pour samedi matin. »

Je ne répond même pas et me dirige vers la porte, replaçant mon sac sur mon épaule. Je fais un détour par les toilettes. Là, je reste un moment face au miroir, mon reflet n'est rien. Mes cheveux sont ébouriffé, mes yeux cernés, ma peau est pâle. Je m'en fiche de savoir à quoi je ressemble. Je tourne le dos à mon reflet et me laisse glisser au sol. Mes larmes coulent le long de mes joues, et je me mords le poing pour éviter d'hurler. Lorsque la crise est passé, je ressors dans le couloir, la tête baissé. Un pas après l'autre, et comme ça, toute ma vie. je me traîne d'un point A à un point B.
Au détour d'un couloir, je rentre dans une jeune fille. Je place mes mains sur ses épaules pour éviter que l'ont tombe en avant et la relâche aussitôt.

« Désolé. »

Je ne fais que m'excuser, à croire que mon vocabulaire ne contient aucun mot à part un vulgaire " Désolé". J'aurais pus continuer mon chemin, mais la beauté de la jeune fille me retient sur place.  Quelque chose tire dans ma mémoire mais je n'arrive pas à savoir quoi.
Mes yeux verts céleri fixe la jeune fille. Des cheveux blonds, ondulés, un visage fin, parfait, un peau pale, et des yeux de teintes différentes. Elle est bien plus jeune que moi je pense, et plus petite surtout. Ses ailes blanches font une sorte de "flash" dans ma tête mais sans plus. Pourtant, j'essaie de m'en souvenir, j'essaie de savoir pourquoi cette impression de la connaître crie dans mon crâne.

© code by Lou' sur Epicode





look at me, father, do you see something good ? do you see something human ? me neither, because all the good in my heart go with her when she leaves me. please, i beg you, don't hurt me because i've sinned.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iori Anzu
The Princess of Nightmares

avatar
profil
Messages : 894
Date d'inscription : 25/09/2012
Sur l'avatar ? : rosie tupper.

Personnage
Age: 16 ans.
Pouvoir: Contrôle des Armes et des Armures [PP = 20]
Race précise: Harpie.

MessageSujet: Re: I'll wait for you × IORI• FEAT •GEORGES   Mar 22 Oct - 22:43
MUSIQUE ~
you found me.

Comme d'habitude, je suis en retard. Parce que, comme d'habitude, j'en ai rien à foutre d'arriver à l'heure. Donc, par conséquence ben... je dors plus tard, logique. De toute façon, j'suis persuadée que la moitié des choses que j'apprends en cours, ça me servira jamais dans ma vie future. Mon futur hein..? Je ne sais pas ce que je veux faire plus tard. À vrai dire, ça ne préoccupe pas plus que ça. Et puis honnêtement, je ne m'imagine nul part. Non, je ne souhaite pas devenir une SDF, mais... J'veux juste pas y penser. À la suite de ma vie, parce que... j'en peux plus. J'ai trop souffert en seize ans d’existence, je crois que je n'ai plus la force d'affronter d'autres drames, déceptions, etc... Eh, Dieu ? T'en a pas marre de t'acharner sur moi ? T'es gentil, mais ce serais cool que tu changes de bouc émissaire, moi j'ai eu ma dose. Parce que tu comprends, moi je... je ne peux plus supporter et cacher toutes ses douleurs dans mon coeur. Bordel... Je suis appuyé contre un mur de ma chambre, je tremble, mais je ne verse aucune larmes. Je ne veux plus pleurer. Je me le suis juré. Je n'ai pas le droit. Mais quand je ne pleure pas, d'autres sentiments s'emparent de moi. L'incompréhension. Le doute. Et surtout : la colère. Dans ce genre de moment, je ne me contrôle plus, tout simplement parce que tout ses sentiments, je ne peux plus les contenir. Et puis tout explose. Je renverse mes meubles, j'envoie rageusement en l'air tout ce qui se trouve sur ma table de nuit, mon réveil n'a pas survécu, tout comme ma lampe de chevet. Tout deux se cassent au contact du sol. Plusieurs armes viennent briser la vitre de ma chambre. J'ai l'impression d'être devenue sourde, alors que je dois produire un raffut infernal. Je m'écroule au sol, me recroqueville sur moi-même, et prend ma tête entre mes mains. Je gémis. Je balance d'avant en arrière. Je me remets à trembler furieusement, toujours aucune larmes. Je hurle. Je ne dois pas pleurer. Je n'ai pas le droit. Pas de larmes, Iori, pas de larmes. Je relève doucement la tête, mes yeux ne sont plus normaux. Ils sont remplis de haine, et d'une dangereuse lueur de folie. Je grimace. La vie se fout bien de ma gueule. Puis soudain, je ris tel une hystérique. Je ne peux plus m'arrêter de rire. J'étais bien naïve moi. J'suis quoi moi en fait ? Rien qu'un bouffon. Une pauvre sous-merde. J'espère que tu ris bien là-haut, oui toi, le "Souverain suprême" comme on te nomme. JE TE DÉTESTE !

Un pion ouvre brutalement la porte de ma chambre, et ouvre grand les yeux en voyant le bordel qu'il y a dedans. Il hurle : " ANZU ! C'est quoi ce bordel ?! " Je ris. Oh oui, je ris, et puis tant pis s'il me considère comme folle. De toute façon, je le suis depuis des années. Je me lève, me plante devant lui, et cesse brutalement de rire. Je plonge mon regard dans le sien, et déclare de ma voix la plus froide : " Je rangerais ce soir, dégage, ici c'est mon espace. " Il grommelle des trucs du genre qu'il m'aura, et au fond, il sait que j'ai raison. Dans le règlement, il est indiqué que l'espace privé d'un étudiant (autrement dit sa chambre) doit être respecté par quiconque, peu importe qu'il soit directeur, prof, pion ou simple élève. Je me mors la lèvre, et contemple mon oeuvre. C'est sûr que je vais devoir ranger, et pour la fenêtre, je m'arrangerais pour ne pas être forcer à payer. Je dirais que je suis somnambule la nuit. Mouais, ils seraient assez idiots pour croire ça. Je file dans ma salle de bain, rince mon visage à l'eau froide, et soupire. J'en peux plus.

Je me suis pris deux heures de colles, parce que j'ai séché un cours. J'ai eu beau discuter avec ma prof de physique, insistant sur le fait que j'avais mal au ventre ce matin (Mythomane.), rien à faire, elle ne veut pas m'entendre. Je lève les yeux au ciel, complètement blasée. Je sors de la salle. Bon, ce n'est pas ma première colle, loin de là, mais les colles, c'est relou, on s'emmerde à mourir. Bref. C'est quoi mon cours là ? Maths ? Mhm.. Je vais éviter de me prendre une autre heure de colle en arrivant en retard hein. Je m'arrête, et consulte rapidement mon emplois du temps. J'avais raison, ma fabuleuse mémoire ne m'a pas fait défaut. Je range le bout de papier contenant mes horaires, et du coup, je regarde pas où je marche. Résultat, comme d'habitude je dirais, parce que je suis souvent dans la lune, je percute quelqu'un. Génial. Ce quelqu'un pose ses mains sur mes épaules, pour ne pas tomber, et les enlève toute suite après. Une voix d'homme. Il s'excuse. Je m'apprête à repartir sans un mot, parce que je ne veux pas perdre mon temps avec un crétin mais quand je lève la tête, j'ai l'impression de voir un fantôme. Même si à l'extérieur, j'ai l'air à peu près calme, à l'intérieur, tous mes souvenirs se bousculent. C'est... c'est lui. Mon sauveur.

Flash back.


J'ai froid. Je grelotte. Le sang coule au coin de ma bouche, et d'ailleurs, j'en suis barbouillé. De sang je veux dire. J'en ai plein partout, une vrai fontaine. Ma vision se brouille, j'ai dû mal à distinguer le félin assis devant moi. Je suis affalée contre un mur de briques, dans une petite ruelle assez sombre, vous savez ce genre de ruelle dans les films d'horreur, avec de la brume et toussa. Je tousse, et crache du sang. Du sang, encore du sang, toujours du sang. J'ai l'impression que mon quotidien est basé sur le sang et les meurtres. Ces connards ne m'ont pas loupés. Ce matin, je n'avais plus rien à manger. Je devais impérativement me nourrir pour survivre, surtout que la période des grosses tombées de neige avait commencé. Alors, comme à mon habitude, j'ai voulu voler un supermarché. Je n'avais jamais eu de problème de ce côté là au paravent, mais aujourd'hui fut un jour différent. Quand je suis arrivé là-bas, rien ne s'est passé comme prévu. Le supermarché où je comptais "faire mes courses" avait installé des caméras partout, à croire que les proprios cachaient une mine d'or dans les rayons, bref. Mais le problème ne fut pas celui-ci. J'ai volé tout ce dont j'avais besoin, blessant plusieurs personnes au passage. Et là, un gang de mecs est sorti de... Je sais même pas d'où ils venaient, mais ils étaient là, face à moi. Deux fois plus baraqué que moi, et bien plus nombreux, à priori, je n'avais aucune chance. Enfin, je dis ça, mais j'ai mon pouvoir pour me défendre. Bref, sur le coup, je n'ai pas compris. D'habitude, ce genre de gang ne m'emmerdait pas, ils savaient qui j'étais, et j'avais ma réputation. Je ne vois qu'une chose qui aurait pu motiver ce gang à m'attaquer : l'argent. Toujours et encore l'argent. Parce que dans mon monde, et dans celui des gangs, l'argent c'est un truc qui se fait rare. Tellement rare qu'un rien pourrait nous motiver pour en gagner. Moi ? Je vole les passants, je ne suis pas comme tous ces idiots pleins de muscles. Je suis discrète, pas très grande, et d'apparence innocente, alors honnêtement, vous vous méfieriez de moi si vous me croisiez dans la rue ? J'en doute. Brefons, revenons à nos moutons. Le gang m'a attaqué, sans raisons, du moins c'est que je pensais. Plus tard, ou plutôt maintenant, au fond de cette ruelle où ils m'ont délaissé pour morte, je comprends un peu mieux. On les avaient sûrement payés pour qu'ils "interceptent", j'entends ici de leur manière, les voleurs ou voleuses de commerçants tel que moi. Alors voilà, vous savez tout, et me revoilà affalée contre ce mur de brique, couverte de sang, avec un chat flou devant moi. C'est merveilleux. Si je retrouve ce gang, (je serais déjà dans un meilleur état, si j'ai survécu, évidemment cela va de soi), ils payeront leurs actes. Cher, très chers. At-...ATCHOUM. Noon ! Déjà, je suis dans le caca, mais en plus il se met à neiger. Géniaaaal. [...] Il fait nuit. Depuis combien temps je moisis ici ? Je l'ignore, mais c'est trop. Je grelotte furieusement, mes doigts et mes orteils sont gelés. Je n'ai aucune couverture ou même un petit pull à me mettre pour me protéger du froid, non, moi j'ai juste ma robe. Une robe blanche, tâchés de sang, très légère, bref, à ne pas conseiller pour faire du ski. Je tente de me réchauffer en repliant mes ailes sur mon corps, mais je tremble toujours. Je vais mourir. Je n'ai plus de nourriture, ni d'eau (encore j'ai la neige, mais c'est tellement froid que ça me donne mal au ventre), ni même la force d'aller chercher tout ça. Je suis trop blessé pour m'envoler, alors je suis condamnée à crevé ici, toute seule, dans le noir et dans le froid. [...] Q-q-q-quel heure est-il ? J-je-je-je peux plus supporter ça. Eh la mort, t'attend quoi pour venir me chercher ? J-je vais rejoindre Elena. Je veux juste que cette t-torture s'arrête... [...] Eh, pourquoi j'ai l'impression d'avancer ? Pourquoi j'ai l'impression de sentir la chaleur d'un corps contre le mien ? J'ouvre difficilement un oeil, et perçoit un visage d'homme, je crois. Il... Il me porte ? Je murmure faiblement, la bouche engourdi par le froid : " Qui...qui es-tu ?" Je n'ai pas le temps d'entendre sa réponse, car immédiatement, je m'évanouis.

Fin du Flash Back.

Georges. Mon sauveur. L'être en qui je serais éternellement reconnaissante. Il m'a sauvé. Il m'a donné une chance de continuer de vivre. Après m'avoir trouvé, dans cette ruelle, Georges m'a hébergé chez lui pendant quelques semaines, le temps que je me rétablisse. J'étais faible, et je passais la plupart de mon temps à dormir. Mais les rares moments où j'étais consciente, j'ai discuté avec lui. On parlait de tout, sauf de notre passé. Je ne sais rien de lui, il ne sait rien de moi, mais nous avons sympathisé. Il était sympa, je crois... Mes souvenirs sont un peu confus. Le destin pourrait considérer ce garçon comme mon ange gardien, ce ne serait pas complètement faux. Après être parti de chez lui, je ne l'ai plus jamais recroisé. Mais je ne l'ai jamais oublié. Et voilà qu'il est là, devant mes yeux. Je plonge mon regard dans le sien : " Toi..." Je secoue la tête et reprend d'un ton neutre :" Non, ce n'est pas grave. J'aurais dû faire attention. " OH. Iori Anzu vient de s'excuser, ou je rêve ? Cette retrouvaille me bouleverse. Mais... Lui, se souvient-il de moi ?



made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georges Weasley
Timide

avatar
profil
Messages : 27
Date d'inscription : 19/10/2013

Personnage
Age:
Pouvoir:
Race précise:

MessageSujet: Re: I'll wait for you × IORI• FEAT •GEORGES   Mer 23 Oct - 10:50


Never Talk about.






Un je-ne-sais-quoi chez cette jeune fille me donne l'impression d'être en plomb. J'ai l'impression de l'avoir connue à la lueur d'un impact. J'essaie de m'en souvenir, les sourcils froncés. J'essaie de décortiquer mes souvenirs. Ceux avant la mort de Violet, ceux après la mort de Rose, après avoir été mis à la porte avec Fred, j'essaie de me remémorer tout ça, mais c'est seulement cet étrange sensation de vide qui embrume mon crâne. Je me débats comme un aveugle dans une guerre entre mon cerveaux et mon coeur. Une guerre qui se fait violente. Je baisse la tête vers la jeune fille. Son visage me dit quelque chose, et un coup dur fait battre mon coeur. Ça m'étonnerait beaucoup que se soit elle. Je fouille ses yeux à la recherche d'indice, quelque chose qui pourrait me dire la vérité.
C'est drôle, surtout en sachant que mon pouvoir se concentre sur la vérité. Peut-être que une part de moi me crie que c'est elle, mais ma conscience et mes yeux m'hurle que non. Ses yeux n'étaient pas de cette couleur, ils étaient d'un bleus azur profond. Là, ils sont ternis, salit par des choses qu'elle à dut vivre. Un peu comme les miens, deux prunelles pommes qui ternissent avec la cruauté des uns, et la mort des autres.

« Toi... Non, ce n'est pas grave. J'aurais dû faire attention. »

Sa voix est bien plus grave que dans mes souvenirs. Une voix qui à vécue.
Ses cils projettent des ombres dans ses yeux.

Flash Back.

J’avance, parmi les flocons. Mon souffle s'échappe en petits nuages de vapeur tellement l'atmosphère se fait glaciale. Je resserre mon sweet contre moi, mon bonnet sur le sommet du crâne.
Je me dirige vers la maison de Violet. Un petit sourire naît sur mes lèvres lorsque je pense à elle. Quelque chose de chaud perce mon coeur dans ce froid lorsque ses yeux surgissent de mon imagination.
Mes semelles laissent des traces assez nettes dans la neige, derrière moi. Si je n'avais pas été différent, si je n'avais pas été Animalik, je ne l'aurai jamais sentie. Cette odeur de sang, cette odeur chaude et poisseuse.
Et puis elle était là, recroquevillée sur elle même, son visage maculé de liquide pourpre, ses ailes blanches contre elle.
Sur le moment, j'ai crû à un ange. Puis je me suis dit que les anges n'avait pas le droit de souffrir, c'était la dernière chose qui soit pure dans ce monde dégueulasse.
Je m'approche d'elle, lui touche doucement l'épaule, puis glisse mes bras sous ses aisselles et sous ses genoux.
Sa tête ballottant au grès de ma marche, son petit corps contre le mien. Elle doit être plus jeune que moi, 14 ou 13 ans.
Je la ramène à la maison, je la soigne comme je peux, comme si il s'agissait d'un oiseau brisé, à qui ont aurait déchiqueté les ailes pour qu'il ne puisse plus monter dans le ciel.
J'ai appris à la connaître cette fille. Entre les moments ou elle sombrait dans un sommeil agité par des cauchemars.
Cette fille, elle s'appelait Iori.

Fin du Flash Back.

J'ouvre lentement la bouche, respirant profondément. Au pire ce n'est pas elle, et elle me prend pour un fou, comme beaucoup ici, au mieux c'est elle. Ses ailes repliées dans son dos ne me laisse pas vraiment de doute :« ... Iori ...? » J'ai peur. Peur qu'elle ai encore souffert, peur qu'elle ai été encore plus brisée que lorsque que je l'ai retrouvé. J'ai peur qu'elle ai été blessée par l'humanité encore une fois.
Mes méta-obsessions, la peur de la perte, du suicide de la depression.



made by pandora.






look at me, father, do you see something good ? do you see something human ? me neither, because all the good in my heart go with her when she leaves me. please, i beg you, don't hurt me because i've sinned.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iori Anzu
The Princess of Nightmares

avatar
profil
Messages : 894
Date d'inscription : 25/09/2012
Sur l'avatar ? : rosie tupper.

Personnage
Age: 16 ans.
Pouvoir: Contrôle des Armes et des Armures [PP = 20]
Race précise: Harpie.

MessageSujet: Re: I'll wait for you × IORI• FEAT •GEORGES   Dim 8 Déc - 22:50
Muusique
you found me.

Il... Il se souvient ? On dirait bien. C'est... J'ai dû mal à y croire. Ce mec... Mon sauveur. Sans lui, je ne serais sûrement plus en vie aujourd'hui. Je lui dois tout. J'ai une énorme dette envers lui. D'ailleurs je ne l'ai jamais remboursé, cette dette. Je note dans ma liste de choses à faire. C'est vraiment dingue... Lui, ici ? Ouais, c'est carrément dingue. Alors, le monde est donc si petit ? Probablement. Je suis un peu bouleversé je crois... Juste un peu. Je veux faire comme d'habitude, la fille indifférente. J'ai pas envie que mes sentiments reprennent le dessus. J'veux pas que l'émotion me submerge. Pas encore. Pourtant... C'est si... Respire Iori, respire. Pourquoi je ne parviens pas à dire quelque chose ? Juste un mot quoi. Juste une preuve que je ne suis pas sur le point de chialer. Juste une, merde. Putain... Mais c'est quoi mon problème ? Que suis-je en train de devenir...? Une chialeuse, voilà ce que je suis. Une putain de chialeuse. Je me fais pitié. Réveille toi, les sentiments, l'émotion et tout ce bordel, ça va juste te détruire encore un peu plus. Te consumer lentement, en te faisant bien souffrir au passage... Je m'attachais pas autant avant. Je pleurais pas avant. Et la moi d'avant, elle aurait été froide avec Georges. Ouais... C'est mon job, de me faire détester. La peur, y a que ça de vrai. Si les gens me craignent et me méprisent alors peut-être que je vais arrêter de pleurer pour un rien, à cause de tous ses sentiments, ses putains de sentiments. J'inspire, et "place" mon masque sur mon visage qui devient dur et froid. Je plonge mon regard glacial dans celui de Georges et déclare le plus calmement possible : " C'est bien moi. Je..." Ma voix dérape. " Je... Je..." J'y arrive pas. Ma vision se floute. Voilà. Je vais encore pleurer. Une fois de plus. Une fois de trop. Je lâche d'une voix tremblante, qui se veut pourtant dure et désagréable : " Je dois y aller. " Je me mets à courir, bouscule une seconde qui se met à beugler, mais je l'ignore. Je ne veux pas qu'il me voit. Je ne veux pas que Georges découvre la personne faible que je suis devenue. Je... Je préfère qu'il me déteste plutôt qu'il ait pitié de moi. Je déteste que quelqu'un ait pitié de moi. Je me précépite dans les toilettes des demoiselles, et heureusement, je n'y trouve personne. Je m'appuie, dos contre le mur, et me laisse glisser pour m'asseoir et me recroqueviller sur moi-même. Respire. 



made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georges Weasley
Timide

avatar
profil
Messages : 27
Date d'inscription : 19/10/2013

Personnage
Age:
Pouvoir:
Race précise:

MessageSujet: Re: I'll wait for you × IORI• FEAT •GEORGES   Dim 29 Déc - 17:22
Georges Weasley a écrit:


Never Talk about.






Je sais pas quoi dire, ni quoi faire en fait. Je sais pas, je flotte, je, tombe. Je suis seul, seul dans un rêve vachement flippant. Poursuivi par une euphorie à moitié déchiré. Alors qu'elle est là, face à moi putain, c'est mon devoir de m'assurer de comment elle va, un job d'empathique mutilé, ouais. Juste une éponge humaine qui ramasse la merde humaine. Moi j'ai les mains sales, plongées dans le sang et la peur.

« C'est bien moi. Je... Je... Je...Je dois y aller. »

Non, pas y aller, fuir. Et ça, c'est bien différent. Je suppose que je devrais la retenir, lui demander pourquoi elle est si distante, froide, pourquoi elle à l'air si fausse de celle que j'ai connue. Mais j'ai la réponse, c'est cette chienne de vie qui fait ça, à tous. On nous l'a offerte, mais pour certain, ce fut un cadeau empoisonné. Traité comme des animaux, une sous-race, non apte au développement, traité comme de la bouffe. On nous fout en cage, on nous persécute. Mais après, le fautif se dégonfle, toujours, toujours. Et une fois qu'il s'est dégonflé, on est tout seul, dans le noir des souvenirs. Je la fixe se creuser un trou dans la foule, me laisser là, planté comme un con. On me le dit souvent, je suis trop gentil.
Je m'élance et part en dérapant sur le carrelage, en direction des toilettes des filles. Je réfléchis pas dans ce genre de situation. je pousse doucement le battant de la porte, regarde autour de moi, avant de la voir, appuyé contre le mur, recroquevillé sur elle même.
Si forte, si petite, si frêle, si.. elle.
Je m'accroupis à son niveau et m'assied par la suite en tailleur face à elle, les bras tendus derrière moi.

« Hé, Iori... Je sais que ça va pas.. »

En fait, je le sais que trop bien. Violet est morte, Rose aussi. Elles ont toutes fanées, mes plus jolies fleurs, et part ma faute. Mais je laisserai pas faire tout foirer. Pas tout.



made by pandora.






look at me, father, do you see something good ? do you see something human ? me neither, because all the good in my heart go with her when she leaves me. please, i beg you, don't hurt me because i've sinned.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


profil

MessageSujet: Re: I'll wait for you × IORI• FEAT •GEORGES   
Revenir en haut Aller en bas
 

I'll wait for you × IORI• FEAT •GEORGES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» It's gonna be legen... wait for it [qui veut :3] dary.
» 02. Wait a minute girl, can you show me to the party ?
» It's Gonna Be Legen..wait for it..Dairy ! (or not)
» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris
» Just the same //feat Matt'//

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Autres :: RP des Membres-